voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Santo Domingo, capitale de la République Dominicaine

0

Introduction à Santo Domingo ; le Mercado Modelo

Lors de mon voyage à Santo Domingo, la capitale de la République Dominicaine, j’ai découvert que cette ville était bien plus qu’une simple étape aéroportuaire. En explorant ses rues, j’ai eu la chance de visiter le célèbre Marché Modèlo, situé dans la zone coloniale.

Pour y accéder, il a suffi de me promener à travers les belles rues de la Zona Colonial jusqu’à atteindre l’Avenue Mella, où se trouve ce marché animé. Entouré par les rues Altagracia et Tomás de la Concha, à proximité du Parc de l’Indépendance et de la Rue El Conde, le Mercado Modelo est facilement accessible depuis de nombreux points d’intérêt de la ville.

Dès mon arrivée au marché, j’ai été captivé par l’atmosphère vibrante et colorée qui y règne. Le Mercado Modelo est le plus grand marché couvert de l’île, et il offre une véritable immersion dans la culture dominicaine. Les étals regorgent de souvenirs et d’artisanat local, allant des figurines d’argile aux objets décoratifs en passant par les paniers, les parfums, les objets religieux, les hamacs, les fruits, les peintures, les cigares et les liqueurs.

Ce qui m’a particulièrement impressionné, c’est la qualité et la diversité des produits artisanaux proposés. La plupart des articles sont fabriqués à la main avec une grande précision et un dévouement remarquable, ce qui leur confère une valeur authentique. Bien que les prix puissent être légèrement plus élevés que sur d’autres marchés, j’ai trouvé que la qualité des produits en valait vraiment la peine.

L’ambiance au Mercado Modelo est conviviale et animée. Les vendeurs sont accueillants et prêts à partager leurs connaissances sur les produits et l’artisanat local. J’ai également apprécié l’architecture simple mais bien organisée du marché, ainsi que les murs peints qui ajoutent une touche artistique à l’ensemble.

En sortant du marché, je me suis laissé tenter par un délicieux jus de canne à sucre frais, une véritable expérience gustative qui a parfaitement conclu ma visite au Mercado Modelo.

En conclusion, ma visite au Mercado Modelo a été une expérience inoubliable, où j’ai pu découvrir la richesse culturelle et artisanale de la République Dominicaine. Ce marché est vraiment un incontournable de Santo Domingo, et je recommande à tous les voyageurs de prendre le temps de le visiter lors de leur séjour dans la capitale dominicaine.

La zone Coloniale de Santo Domingo

Après avoir exploré le marché local, nous nous sommes dirigés à pied vers la zone coloniale de la capitale, délimitée par les vestiges de ses anciens remparts, transformée en un véritable musée à ciel ouvert.

La rue piétonne Calle del Conde était notre point de départ, avec ses commerces modernes et ses nombreux restaurants. Cette rue, parmi les plus anciennes de la ville, est ornée d’une statue en hommage à Christophe Colomb. La Calle del Conde est en quelque sorte le cœur vibrant du quartier colonial de Saint-Domingue. C’est ici, dans l’unique rue piétonne de la ville, que se trouvent la plupart des restaurants, des bars et des boutiques. Nous adorons nous promener sur cette agréable avenue et y faire les boutiques tout en admirant la magnifique Puerta del Conde, une porte bâtie au 17e siècle qui faisait autrefois partie de l’ancienne muraille coloniale. Au cours de votre visite, vous passerez de nombreuses fois sur cette artère centrale.

Après environ un kilomètre de marche, nous sommes arrivés au Parque Colon, le centre historique de la ville et l’endroit le plus touristique. D’abord connu sous le nom de Place Mayor, le Parque Colón n’a été baptisé ainsi qu’en 1887. Ce vaste parc classé au patrimoine de l’humanité représente un passage incontournable pour se reposer et s’offrir une pause rafraîchissante au cours d’une visite du quartier colonial de Saint-Domingue. En son cœur, trône une statue en bronze de Christophe Colomb. Autrefois, le Parque Colón représentait le centre névralgique de l’hyper-centre. Aujourd’hui, il est davantage un lieu de promenade et un site touristique où nous trouvons de nombreux marchands de souvenirs ainsi que des stands de boissons et de nourriture à déguster sur le pouce.

La tour blanche de l’ancien hôtel de ville, située à l’angle d’El Conde et d’Arzobispo Merino, a attiré notre regard. Ce bâtiment historique date de 1502-1504. À l’origine, il a été construit comme résidence du Grand Maire. Cependant, au XIXe siècle, il a été entièrement rénové, adoptant ainsi un style néoclassique typique de l’époque. Quelques années plus tard, en 1913, une tour de 29 mètres de hauteur a été ajoutée à la construction initiale, caractérisant aujourd’hui le coin de la mairie où l’on peut contempler l’horloge.

Nous avons également été impressionnés par la superbe façade travaillée de la Catedral Primada de las Americas, également connue sous le nom de Santa Maria la Menor. Fabriquée à partir de pierres de récifs coralliens, elle mélange les styles architecturaux roman, gothique et de la Renaissance, et ne possède ni clocher ni beffroi. Partout sur la façade, vous aurez l’occasion d’admirer ses motifs plateresques, gothiques et moresques, parfaitement représentatifs de la Renaissance espagnole. Une visite de l’intérieur de la cathédrale est incontournable pour admirer un superbe retable en acajou, des vitraux multicolores et une toile représentant les Rois Catholiques.

En poursuivant notre balade, nous avons emprunté la Calle de las Damas, bordée de jolies bâtisses coloniales, et exploré les différentes rues perpendiculaires pour apprécier la diversité des façades. Bordée de demeures coloniales au riche passé historique, la Calle de las Damas part de la Plaza de España où se dresse l’Alcázar de Colón. Ici le temps semble assoupi tant le silence est encore présent, à peine troublé par le rire lointain d’enfants qui s’amusent.

Outre la forteresse Ozama et la chapelle de Nuestra Señora de los Remedios, la Calle de las Damas abrite l’actuelle ambassade de France, une bâtisse gothique du XVIe siècle où le conquistador Hernan Cortès prépara son expédition vers le Mexique. Face à l’aristocratique Hodelpa Nicolas de Ovando, vous pouvez voir le Panteón Nacional, ancienne église jésuite, successivement entrepôt de tabac, puis théâtre, avant d’être consacré monument de la nation. Dans la nef centrale, trône un imposant lustre en bronze, offert à Trujillo par le généralissime Franco. Admirez, à l’extrémité de la rue, un cadran solaire, flanqué de quatre canons d’époque, construit en 1753 sur l’ordre du gouverneur Francisco Rubio y Peñaranda.

En continuant notre exploration, nous avons admiré d’autres bâtiments coloniaux remarquables tels que la Casa Rodrigo de Bastidas, l’ambassade de France et la Casa de Ovando, avant d’arriver au Panthéon national, le Panthéon Nacional.

Il s’agit de l’ancienne église de la Compagnie de Jésus, dont le bâtiment a été achevé à la fin du XVIIIe siècle, concrètement en 1793, et il est situé dans la Zone Coloniale de la ville de Saint-Domingue, en République Dominicaine.

Son intérieur est également connu sous le nom de Panteón Nacional (Panthéon National) et se compose d’une nef centrale de plan en croix, avec des chapelles sur les côtés. Depuis son inauguration, il a eu diverses fonctions au cours du temps : un théâtre, un magasin de tabac ou même le siège de bureaux publics.

En raison de son mauvais état de conservation, la construction a été rénovée en 1955 pour assumer le rôle de mausolée et accueillir ainsi les cérémonies en l’honneur de différents patriotes et héros du pays, parmi lesquels on trouve le mémorial du général Santana, le premier président de la République ; et de la nièce de Francisco del Rosario Sánchez, María Trinidad Sánchez, considérée comme l’héroïne populaire qui a été fusillée à côté de son oncle par ordre du général Santana.

 

Pendant notre parcours à l’intérieur, nous observons sa structure sobre, en accord avec la fonction de l’espace, décorée d’une peinture moderne placée dans la coupole, et d’un candélabre en bronze qui pend au centre de la chapelle, un présent du dictateur espagnol Francisco Franco. De plus, nous profitons non seulement du panthéon mais aussi des bâtiments historiques qui l’entourent.

Nous avons également visité la Fortaleza Ozama, accessible depuis la Calle Las Damas, avant de nous rendre à l’Alcazar de Colon. Ce superbe palais du début du 16e siècle, construit en pierre de corail sans aucun clou, nous a fascinés par son mélange d’architectures Renaissance, gothique et mauresque. À l’intérieur, nous avons découvert un musée captivant retraçant l’histoire coloniale de Saint-Domingue.

L’Alcazar de Colón constitue l’un des endroits les plus emblématiques de la Zone Coloniale de Saint-Domingue et le premier palais fortifié du Nouveau Monde.

Le célèbre Palacio Virreinal de Don Diego Colón (Palais vice-royal de Don Diego Colón) a été construit près des farallones (des rochers escarpés hauts et tranchés qui dépassent dans la mer et parfois la terre ferme), orientés vers le fleuve, sur un terrain accordé par le roi Fernando el Católico à Don Diego de Colón, le vice-roi des Indes.

Don Diego Colón a fait construire sa nouvelle résidence à son arrivée sur l’île, avec l’aide de maçons espagnols qui étaient chargés de diriger 1500 indigènes. La construction, à base de rochers de corail, a été réalisée entre 1510 et 1514, en suivant un style qui mélangeait la Renaissance espagnole et italienne, avec le gothique et le mudéjar.

Ainsi, le bâtiment monumental a été érigé avec 55 pièces et un total de 72 portes et fenêtres qui ont été témoin des réunions les plus importantes des conquérants, tels que Cortés, Velázquez ou Balboa, pour coloniser le Mexique, Cuba ou le Pérou, entre autres. La caractéristique la plus remarquable de son architecture, et qu’il est encore possible de contempler, est l’absence de clous pour la construction des salles et des pièces du palais.

La résidence a joué le rôle de maison de la famille Colón de Toledo jusqu’en 1577 à peu près. En 1586, le redoutable corsaire anglais Francis Drake a envahi la ville, en prenant un bon nombre d’objets artistiques de l’Alcazar.

Au fil des siècles, le bâtiment est tombé en ruines et, afin de le protéger, il a été déclaré Monument National en 1870. En 1955, une importante rénovation de ce splendide palais a été mise en route. Pourtant elle a été difficile, à cause du manque de respect du style original, ce qui l’a fait devenir une construction architecturale éclectique car elle incorpore deux cubes à chacun de ses côtés et les galeries des deux façades.

Pendant la rénovation, on a trouvé les restes de ce qui semblait être des ruines d’anciennes pièces du service du vice-roi en face de l’Alcazar ; mais elles ont finalement été enterrées.

Aujourd’hui, le Musée Alcazar de Colón montre vingt-deux pièces conservées parmi les cinquante-cinq qu’il y avait à l’origine, et vous pouvez les parcourir en découvrant le décor des différentes salles, avec leurs meubles et leurs éléments décoratifs qui datent des XIVe, XVe et XVIe siècles et qui témoignent d’un style de vie du XVIe au XVIIIe siècles.

LE FARO A COLON

Lors de notre séjour en République Dominicaine en famille, nous avons décidé de visiter le fameux phare de Colomb, un monument historique emblématique de l’île. Situé de l’autre côté du Rio Ozama, ce mausolée renferme les restes présumés de Christophe Colomb, ce qui en fait un lieu chargé d’histoire et de mystère.

En approchant du monument, nos enfants étaient fascinés par sa taille imposante et son architecture singulière en forme de croix. Les lumières qui éclairent le ciel la nuit, dessinant une grande croix visible de loin, ajoutaient une dimension mystique à notre expérience.

À l’intérieur, nous avons exploré les différentes salles qui abritent des expositions permanentes sur l’histoire de l’île, ainsi que des collections d’objets provenant de divers pays, notamment l’Espagne et d’autres nations latino-américaines. Nous avons été impressionnés par la diversité des artefacts et des œuvres d’art présentées, qui témoignent de la richesse culturelle de la région.

La visite du mausolée et de la chapelle de Christophe Colomb a été un moment émouvant pour toute la famille. Bien que le mystère entourant les restes du célèbre explorateur suscite toujours des questions, nous avons été touchés par l’atmosphère solennelle et respectueuse qui règne en ces lieux.

En fin de compte, la visite du phare de Colomb a été une expérience inoubliable pour notre famille, nous permettant de plonger au cœur de l’histoire et de la culture de la République Dominicaine.

LOS TRES OJOS

Lors de notre voyage en famille à Saint-Domingue, nous avons eu la chance de découvrir un joyau naturel unique en son genre : le parc national des Trois Yeux, situé à seulement huit kilomètres de la ville. Ce site exceptionnel, découvert en 1916 mais protégé depuis seulement quarante ans, nous a plongés dans un monde où la nature et l’histoire se rencontrent harmonieusement.

LE PARC AQUATIQUE – ACUARIO NACIONAL

Lors de notre séjour à Saint-Domingue, nous avons été éblouis par la visite de l’impressionnant Aquarium National, situé à quelques minutes seulement du célèbre Faro a Colón. Niché au bout du Malecon, cet aquarium offre une expérience unique en bord de mer, où l’on peut admirer les vagues depuis ses jardins bien entretenus.

Avec une superficie de 34 500 m², l’Aquarium National abrite quatre-vingt-dix aquariums d’eau douce et salée, ainsi que sept étangs où évoluent une multitude de poissons tropicaux, des tortues géantes de Carey, des requins, des hippocampes, des poissons-perroquet et bien d’autres espèces fascinantes.

Lors de notre visite, nous avons été captivés par le tunnel d’observation, qui nous a permis d’admirer de près la vie sous-marine. De plus, l’auditorium nous a offert des informations précieuses sur les différentes espèces marines présentes dans l’aquarium, enrichissant ainsi notre expérience.

Les jardins magnifiques orientés vers la mer des Caraïbes ont ajouté à la beauté du lieu, offrant un cadre paisible pour une promenade relaxante ou une pause rafraîchissante.

Nous avons été enchantés par cette immersion dans la faune marine de l’île, découvrant la richesse et la diversité des écosystèmes aquatiques de la République Dominicaine. Une visite à ne pas manquer pour tous les amoureux de la nature et de la vie marine !

AUTRES ARTICLES SUR LA REPUBLIQUE DOMINICAINE & Santo Domingo A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer en république Dominicaine.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS en REPUBLIQUE DOMINICAINE & Santo Domingo

LA GASTRONOMIE à Santo Domingo

Laisser un commentaire