voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

CHEFCHAOUEN « Le Diamant Bleu » – MAROC

0

ARRIVEE A CHEFCHAOUEN

Départ ce matin pour Chefchaouen. Le soleil illumine Tanger de sa lumière dorée.

Très vite, la route prend de l’altitude et nous entrons dans la fameuse région du RIF, connue essentiellement pour ses champs de cannabis coincés entre les montagnes. bien moins visible aujourd’hui qu’il y a 7 ans. Mais peut-être n’est ce pas la saison ? (Effectivement il se plante en avril mai et se récolte début octobre)

Arrêt rapide à TEMUDA un site archéologique mauritanien puis continuation jusqu’à la ville bleue…

L’arrivée est ponctuée par de nombreuses échoppes de poteries installées tout au long de l’avenue

Le shopping dans cette belle ville bleue est l’une de ses plus grandes attractions touristiques. Elle n’est peut-être pas aussi variée ou grandiose que les grandes villes du Maroc comme Marrakech ou Casablanca, mais Chefchaouen a un charme fou.

A chaque fois, je reste émerveillé par la beauté de cette ville. Mais gardons un peu d’infos pour demain et concentrons nous sur la partie haute de la ville, là où la source jaillit, mais là aussi où nous trouvons encore de vieux lavoirs en fonction…

Merveilleux…!

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE CET ARTICLE EN SUIVANT LES LIENS

J183 – DE TANGER A CHEFCHAOUEN – ET RAS EL MA

J 184 – LA MEDINA DE CHEFCHAOUEN

J185 – LES CASCADES D’AKCHOUR

DE TANGER A CHEFCHAOUEN – SITE ARCHEOLOGIQUE DE TAMUDA

SITE ARCHÉOLOGIQUE DE TAMUDA

Découvert en 1920, le site archéologique de Tamuda permet une sortie aux abords de la ville. Son nom vient du mot amazigh « tamda », qui signifie marécage, nom autrefois donné à l’oued Martil. Les recherches sur le site démontrent que cette ville punique mauritanienne, fondée au IIe s. av. J.-C, fut entièrement détruite au Ier siècle lors d’une guerre entre deux rois mauritaniens. Reconstruite, elle fut détruite définitivement dans les années 40 apr. J.-C, après la guerre d’Aedemon.

L’entrée est assez prohibitive 60 MAD, d’autant que la vue depuis l’extérieur se suffit, avec la médina de Tétouan en arrière-plan

RAS EL MA

 La route qui y mène est superbe et offre de très jolis points de vue sur la médina bleue de Chefchaouen

Traduit par « tête de l’eau », c’est le point où l’eau douce de la montagne s’écoule dans la ville. C’est aussi un lieu de rassemblement populaire pour les habitants. Ces chutes rafraîchissantes sont une alternative aux grandes et lointaines chutes d’eau des montagnes. Les habitants se rassemblent ici pour passer un moment convivial à la fontaine d’eau.

L’accès est limité et les voitures doivent se garer quelques centaines de mètres avant, mais c’est à pieds que vous pourrez apprécier le mieux les différents points de vue

Au terme de la route, vous pouvez à droite entrer dans le parc naturel et débuter deux jours de randonnées dans le rif.

Ou opter pour la visite de la source RAS EL MA et ses laveries, une promenade sans difficulté, qui vous permettra de découvrir comment fonctionnent ses laveries et de constater, fait plutôt rare à notre époque, qu’elles sont encore usitées par les habitants.

Tout le long, des vendeurs de chapeaux rifains et autres objets décoratifs égaient les abords, preuve s’il en est que Chefchaouen se visite en toutes saisons : le touriste est au rendez-vous !

N’hésitez pas aux abords de l’eau à vous installer pour prendre un thé, un jus d’orange ou toutes autres boissons rafraîchis par le frigo berbère !

LA VIEILLE VILLE DE CHEFCHAOUEN ET LA MEDINA

La première Impression qui frappe tout visiteur venant à Chefchaouen pour la première fois est celle d’une simple ville paisible de montagne. Mais Chefchaouen est également très active sur les plans culturels et artistiques. Ce riche patrimoine est à la fois géographique, ethnographique et culturel. Car la culture, il faut le dire, fait partie du patrimoine individuel de chaque chaouni, c’est un bagage acquis de naissance, qui le veuille ou non. La culture fait partie des ingrédients de la vie sociale chaounie depuis fort longtemps.

Le shopping dans cette belle ville bleue est l’une de ses plus grandes attractions touristiques. Elle n’est peut-être pas aussi variée ou grandiose que les grandes villes du Maroc comm

e Marrakech ou Casablanca, mais Chefchaouen possède sa merveilleuse médina bleue incomparable

Après avoir exploré les rues et labyrinthiques ruelles bleues, pensez à acheter des souvenirs traditionnels : les prix ici sont très bas en comparaison de ceux pratiqués à Marrakech.

https://goo.gl/maps/UzjuEiyAdDw5NE7z7

Se perdre dans les rues étroites et peu fréquentées de la vieille ville de Chefchaouen est le principal objectif de visite, mais aussi le rêve de tout photographe.

Avec des chats posant devant des portes incroyablement robustes au couleur indigo, dont beaucoup ont gardé toujours leur aspect ancien traditionnel … et des hommes âgés au manteaux à capuchon, qui montent et descendent les ruelles et les escaliers souvent bleus, tout cela dans un cadre agréablement doux. Chefchaouen est certainement la plus « instagrammable » des villes du Maroc et le nombre de touristes présents en cette basse saison en est certainement la preuve

La ville est un véritable sanctuaire pour les chats. Ils ont toujours été appréciés dans le monde musulman, le prophète Mahomet, très attaché à sa chatte Muezza, a largement influencé les disciples d’Allah pour qu’ils respectent ces félins.

Certains aspects de la médina vous donnent l’impression d’avoir pu voyager dans le temps.

La boulangerie locale livre encore chaque matin des pains ronds et chauds aux habitants, tandis que d’autres s’occupent à alimenter en bois le four du hammam, l’ébéniste travaille le bois et répare les meubles anciens, le forgeron fabrique les clefs et porte-clefs pour le village et les métiers à tisser fonctionnent encore pour réaliser petits kilim et écharpes.

Tous ces métiers existent encore ici à Chefchaouen même si la plupart ne permettent plus d’en vivre et reste l’apanage d’une vieille famille ancrée dans les traditions ancestrales

Le process de la boulangerie traditionnelle reste le même depuis des décennies : chacun prépare son pain, ses gâteaux à la maison et les apporte au four à pain. Le boulanger ne s’occupe donc que de la cuisson et de l’entretien de son four !

Le jour du marché, des femmes descendent des fermes de montagne pour vendre des cuves de lait …

Autre métier ancestral, le tatouage au henné.

Le henné est dans l’imaginaire de l’humanité la plante magique par excellence. Sa légende s’écrit depuis les temps les plus anciens sur tous les territoires où elle s’épanouit.

Ses petites feuilles, une fois séchées et réduites en poudre, se mélangent avec un peu d’eau et quelques autres ingrédients selon les traditions pour produire une mixture aux milles vertus, une pâte onctueuse de couleur verte, au puissant parfum, et dont émane un colorant aux teintes inégalées de rouge, de jaune et d’orange.

Il est le marqueur ancestral des moments festifs car sa première des qualités est d’embellir celle ou celui qui s’en pare.

Le bon sens populaire rappelle cette vérité inaltérable sous la forme d’un dicton connu : « Mets-toi du henné, et Allah aura pitié de toi ».

La médina de Chefchaouen est tranquille et petite par rapport aux autres médinas du Maroc, comme Marrakech ou Fès. La médina de Chefchaouen possède 5 portes. Dès que vous passez à travers une des ces portes, vous sentira une magie qui s’engloutit tout au long de votre chemin et vous serez emporté dans les petites ruelles avec ses charmantes boutiques, ses maisonnettes toutes bleues, modestes, et pleines de joie de vivre.

Des odeurs de pains chaud venant de petits fours à bois ou encore des odeurs de repas locaux … le tout dans un cadre idyllique.

 
Le bleu de Chefchaouen dans la médina est contrasté par les différentes couleurs des produits vendus dans les boutiques, mélangés avec les portes et petites fenêtres tout au long des ruelles qui mènent à un lieu de rencontre connu des locaux : la Place Uta El Hammam. Cette place abrite tout autour des restaurants et des cafés, pour une pause détente dans un cadre de paix, tout en admirant la beauté de la grande mosquée et la Kasbah.
 
SOUK JBALA

La visite du souk Jbala permet de se familiariser avec la culture de Rif. L’expérience vous mène au cœur de la culture jebli, cette population berbère qui occupe une large bande de terre qui part de la Méditerranée pour s’enfoncer dans la vallée du Rif.

Sur ce marché, les femmes portent la tenue traditionnelle avec de longues jupes en Mendil, ce tissu rayé rouge et blanc. Elles arborent également des chapeaux de paille à larges bords, ornés de gros pompons de laine. Ce style singulier est décliné en paniers et cabas ornés de pompons colorés.

Avec un éventail étendu et varié de responsabilités domestiques, agricoles ou de collecte, la femme occupe une place prépondérante dans le fonctionnement quotidien des familles Jbala.

En parcourant ces régions on peut constater le travail ardu de ces femmes dans les champs et dans les villages. Une des activités qu’on peut considérer comme exclusivement féminine est la collecte du bois qui se pratique spécialement en automne et au printemps. Il s’agit, sans aucun doute, de l’une des charges qui a le plus de valeur parmi les travaux féminins.

Connaisseurs exceptionnels du milieu naturel, les femmes Jbala ont une fonction écologique de premier plan en garantissant la préservation de ce milieu par la connaissance des cycles végétaux, l’usage des plantes, leur valeur médicinale.

La femme jebliyya, qui ne se tatoue pas, à l’inverse du reste des femmes du Maroc rural (sauf en quelques districts du Sous), porte trois pièces de vêtement qui l’identifient : le chapeau, la ceinture et la jupe-tablier. Les guêtres sont aujourd’hui moins utilisées.

Le chapeau (chechiya o taraza) est fait de feuilles de palmier-nain Idum) tressées

Sa taille retient l’attention. Quatre épais cordons de laine maintiennent ses bords On le décore souvent de pompons de laine bleu marine et parfois de petits pompons multicolores, ornements qui confèrent à cette pièce du vêtement une identité forte

La ceinture de laine, appelée kurziya, par sa couleur et son dessin, permet de marquer l’appartenance à un groupe tribal. Elle a plus de 5 m de longueur sur 40cm de largeur

La troisième pièce est le mendil, en espagnol mancils, terme très présent andalou. C’est un tablier qui se noue sur le devant et recouvre la décore de raies, mais leur nombre, leur largeur, l’alternance des couleurs dessinent d’autres sous-ensembles de tribus

PLAZA UTA EL HAMMAM

Chaque ville a sa place, et Chefchaouen ne fait pas exception. L’ambiance de la Plaza Uta El Hammam est une fusion entre les influences arabes et espagnoles, comme en témoignent les plats fantastiques, qu’il s’agisse de cuisine de rue ou de restaurants. Point central de la ville, elle peut être idéale pour simplement se détendre et admirer les majestueuses montagnes qui surplombent la ville.

LA GRANDE MOSQUEE

Souvent le point de mire des visites touristiques, ce qui n’est pas surprenant vu l’importance des mosquées dans la culture marocaine, la Grande Mosquée de Chefchaouen est populaire auprès des touristes, avec son beau minaret octogonal unique. Les beaux échos de l’appel à la prière qui retentissent 5 fois par jour créent une grande atmosphère, et la superbe architecture qui remonte au 15e siècle est magnifique. La mosquée est l’un des bâtiments les plus importants de la ville.

MUSEE DE LA KASBAH

Au centre de la médina se trouvent les magnifiques jardins andalous, qui constituent une oasis de verdure tranquille complétant le bleu apaisant qui caractérise la ville.

Dans ces jardins se trouve le Musée Ethnographique, connu sous le nom de Musée de la Kasbah, qui invite les visiteurs à explorer sa collection inégalée d’artefacts qui racontent l’histoire de la région avec tout ce qui va de la poterie aux instruments de musique.

Monter en haut de la tour de la Kasbah permet également de jouir de superbes vues sur la médina posée sur les flans de la montagne

LES CASCADES D’AKCHOUR

Une fois traversé Al Oued la route grimpe vers Akchour au milieu des montagnes du Rif. Tout au long du chemin vous apercevrez des fours à pains en activité. Ne pas hésitez à en acheter. Pour 5 MAD vous avez la garantie de vous régaler avec un bon pain chaud

Lorsque vous arrivez au parking situé au point de départ du sentier, vous passez devant quelques restaurants et des stands de souvenirs le long de la rivière.

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE LA JOURNEE EN SUIVANT LE LIEN

J185 – LES CASCADES D’AKCHOUR

Au-delà des rues bleues, il y a autour de Chefchaouen de belles randonnées à faire dans des paysages naturels époustouflants.

À environ 30 minutes en voiture ou taxi du centre ville se trouve un sentier touristique attrayant nommé AKCHOUR qui mène les visiteurs à des chutes d’eau étonnantes.

Les eaux bleues cristallines sont en accord avec le thème du bleu de la ville de Chefchaouen !

La cascade d’Akchour est sans aucun doute l’un des joyaux cachés de Chefchaouen. La randonnée tout au long de la rivière n’est pas compliquée et peut se réaliser en famille. Tout au long, la rivière est jalonnée de nombreuses petites cascades, traversant tantôt la vigoureuse forêt verte, offrant par ailleurs de multiples endroits de baignade.

Entouré par les majestueuses montagnes du Rif, vous passerez devant des rochers et des souches d’arbres enveloppés de mousse verte, se transformant en une jungle épaisse et débridée, avec des chants d’ oiseaux et l’eau qui coule en petites cascades le long du fond de la vallée.

Le trek comporte quelques parties raides. Le sentier fait 5,5 Km dans chaque sens et dure environ 3 à 4 heures selon le nombre d’arrêts que vous faites en chemin.

Il y a de nombreux petits endroits avec des chaises où vous pouvez vous reposer et acheter une boisson froide refroidie dans l’eau fraîche de la rivière, où prendre un thé à la menthe dont l’eau chauffe dans les bouilloires sur le feu.

Si vous avez faim, il y a sur l’ensemble du parcours des petits restaurants en plein air où vous pouvez savourer un petit tajine local qui cuite depuis le petit matin

Au point de départ, vous pouvez soit marcher tout droit sur le même côté de la rivière, soit traverser un pont pour aller de l’autre côté de la rivière. Ce dernier vous amène à la cascade d’Akchour.

 

 

 

 

 

Le sentier est bien entretenu et clairement balisé pour que vous ne vous perdiez pas. Il traverse la rivière à plusieurs reprises et à certains endroits, il y a des grands blocs de ciment sur lesquels vous pouvez marcher. À certains endroits, il y a des ponts en bois que vous pouvez traverser.

Une fois arrivé à la Grande Cascade, assurez-vous de suivre le petit sentier qui fait le tour du côté droit de la piscine pour passer derrière

 

Sur la route du retour vers Chefchaouen , au niveau de la maison rurale Taourart/Akchour, prenez à gauche la route qui grimpe fort vers le haut de la montagne.

Ce raccourci, sur des routes bitumées de montagne mais peu larges, vous permet d’apprécier la vie montagnarde rurale du Rif. Et vous ne pourrez manquer les rifaines dans leurs habits traditionnels vaquer à leurs occupations : faire paitre les animaux, acheminer les branches destinées au chauffage sur leur dos sur plusieurs kilomètres le long de la route.

VIDEO DE CHEFCHAOUEN ET SES ENVIRONS

AUTRES ARTICLES SUR LE MAROC A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Maroc.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce lien : ARTICLES VILLES DU MAROC

LA GASTRONOMIE MAROCAINE

Toutes les informations, par région sur la gastronomie marocaine en suivant ce lien : LA GASTRONOMIE MAROCAINE

LES LOGEMENTS

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON V

LES LIENS

#chefchaouen #visitchefchaouen #villebleue #raselma #rif #utaelammam #kasbah #akchar #cascadeakchar #trekking #trek

 
 
 
 
 

Laisser un commentaire