voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Porto et ses environs – PORTUGAL

4

VPorto est une ville charismatique ; elle offre de magnifiques monuments historiques, de nombreuses  activités touristiques et une abondance de charme en particulier sur les quais de la Ribeira ou de Gaïa, plus encore dans l’ambiance des ruelles du vieux Porto, surtout pendant les fêtes de Sao Joao, les fêtes de la Saint-Jean

La visite de Porto peut se réaliser en une longue journée, au risque d’être fatigante ; aussi nous vous conseillons d’y consacrer un week-end afin de profiter de chaque quartier de manière optimale

LIENS VERS LES PHOTOS ET PODCAST Sur Porto et ses environs

J351 PODCAST VISITE DE PORTO PORTUGAL

J 351 VISITE DE PORTO – DE LA GARE DE SAO BENTO A LA CATHEDRALE PORTUGAL

LES FETES DE LA SAO JOAO – ou fêtes de la Saint Jean à PORTO – PORTUGAL

VISITE DE PORTO – CAÏS DE GAÏA PORTUGAL

VISITE DE PORTO – CAÏS DE RIBEIRA PORTUGAL

VISITE DE PORTO – DERNIERE PARTIE PORTUGAL

VISITE DE Porto

Nous logeons à Esmortiz au sud de Porto. Le choix d’un lieu calme, proche de la plage et même d’un lac. Avec pour inconvénient majeur de se situer à une trentaine de kilomètres de Porto. Mais cet emplacement , à quelques centaines de mètres d’une gare, est un choix réfléchit : se garer à Porto s’avère délicat. en son centre les emplacements payants sont limités à 2 heures, et en périphérie, la sécurité des véhicules ne semble pas garantie.

Le trajet en train coûte 2.3 € par personne, ne dure qu’une trentaine de minutes et nous amène directement au cœur de ville, la fabuleuse gare de Sao Bento !

GARE DE SAO BENTO Porto

La gare de São Bento (Estação Ferroviária de Porto-São Bento) est

l’une des gares les plus attractives du Portugal et l’un des principaux lieux d’intérêt de Porto et c’est probablement le lieu idéal pour débuter sa visite de la ville

La gare de São Bento a été construite au début du IXe siècle par le roi Dom Carlos I sur les vestiges de l’ancien couvent de São Bento de Ave Maria et conserve encore cet air mélancolique et ancien qui caractérise la ville de Porto.

 

 

 

Le projet initial a été pensé par l’architecte Marques da Silva et l’on peut apercevoir dans ses lignes extérieures de la gare les influences de l’architecture qui prônait en France à l’époque.

 

 

Bien que sa façade soit majestueuse et frappante, le véritable joyau se trouve à l’intérieur : une salle décorée de plus de 20 000 carreaux représentant l’histoire du Portugal signés Jorge Colaço,

La frise colorée qui borde le hall d’entrée raconte l’histoire des moyens de transport par ordre chronologique, depuis leurs prémices jusqu’à l’avènement du train. En-dessous, des grands carreaux historiques représentent des passages de l’Histoire du Portugal.

Du côté nord, le tableau du haut fige un instant du Tournoi d’Arcos de Valdevez et le tableau du dessous représente, quant à lui, le jurement d’Egas Moniz. Du côté sud, le panneau du haut symbolise l’entrée solennelle de Dom João I à Porto, avec sa fiancée, Dona Filipa de Lencastre, et en bas, on aperçoit la Chronique de la prise de Ceuta. D’autres tableaux de plus petite taille représentent des images de la vie de la région.

A la sortie de la gare, nous empruntons en traversant la rue la rua Das Flores

RUA DAS FLORES Porto

Elle est considérée comme la plus belle rue du centre-ville de Porto et aussi la plus fréquentée

Quiconque entre dans cette rue remarque immédiatement la différence avec les autres rues. Il a un aspect bourgeois du XIXe siècle, entouré de bâtiments typiques de Porto à deux et trois étages, avec les fenêtres et les balcons en fer caractéristiques. Au rez-de-chaussée se trouvent les magasins et aux étages supérieurs les commerçants et leurs familles vivent. C’était la rue des orfèvres, de l’or et de l’argent, où étaient créés les filigranes et autres pièces qui ont fait la renommée des orfèvres de Porto. Aujourd’hui il reste peu d’orfèvres et d’autres commerces remplacent ceux d’antan.

La Rua das Flores que nous connaissons aujourd’hui n’a pas toujours eu ce nom. Elle a été construite en 1521 par D. Manuel, le roi de l’époque, et a été surnommée « Rua de Santa Catarina das Flores ». Le terrain où la rue a été construite appartenait à l’évêque de Porto, qui était dévoué à Sainte Catherine d’Alexandra, ce qui explique le nom original de cette rue. De plus, ces terres étaient remplies de potagers et de jardins voyants, d’où l’appellation «Fleurs».

La rue qui relie São Bento au Largo de São Domingos a toujours été l’une des artères les plus importantes de la ville et, à l’époque de sa construction, elle abritait une grande partie de la noblesse et des personnages illustres de la ville. Une autre curiosité importante de cette rue concerne le fait qu’il s’agissait de la première construction urbaine à respecter des règles précises sur le type de logement à y construire, et une bonne visibilité des façades a toujours été une priorité et un privilège, ce que nous pouvons encore aujourd’hui comprendre.

Actuellement, le nom de la rue « a perdu » la référence à Santa Catarina, mais « les fleurs » restent, ayant été la base de toute sa construction, puisque c’est ce qui se démarquait dans les potagers du terrain qui a donné naissance à cette artère importante de la ville Invicta.

Nous obliquons à gauche  et pénétrons dans le vieux quartier et la rua Santa ana. Nous constatons déjà l’affairement à préparer la Fête de Sao Joao (Fêtes de la Saint-Jean); les barbecues sont sortis, les tables commencent à s’installer tandis que les guirlandes égaient déjà les ruelles

FÊTES DE  SAO JOAO à Porto

Lors des Fêtes de Saint Jean, la ville vit dans une ambiance de fête constante et connait son apothéose dans la nuit du 23 au 24 juin, la nuit de São João , nuit la plus longue de l’année !

La ville se transforme dans une ambiance de fête populaire, les coups de marteau pleuvent, les sardines et cochons grillent au bord des routes, la bière coule à flot et la musique bat son plein :  une fête populaire annuelle incontournable.

En plus des sardines grillées,  il est de tradition de manger du bouillon vert, de l’agneau, de la salade de poivrons et de terminer le repas avec une crème anglaise ou un gâteau de São João, le tout accompagné d’un bon vin de Porto !

Masi le plus étonnant c’est aussi cette ferveur populaire presque infantile de frapper la tête des passants avec des marteaux en mousse ou en plastique, produisant un bruit de sifflet, initialement utilisés par les étudiants universitaires de Queima das Fitas).

Dans les rues, les gens allument les feux de joie de Saint Jean et sautent par-dessus, des lanternes sont allumées et envoyées vers les cieux ; un symbole de courage et la croyance dans les qualités purificatrices du feu, que ce soit dans la santé ou dans le mariage !

Pour compléter la décoration des rues, les ballons traditionnels de São João, en papier et de différentes couleurs, décorent les artères principales.

On décore aussi les églises en l’honneur de ce Saint populaire. Dans les rues, on représente des cascades, une tradition en miniature, ainsi que les habitudes et les traditions d’autres temps et lieux de cette ville, avec des figures d’argile qui décrivent des activités ou des professions du passé.

A minuit, il y a des feux d’artifice a Ribeira do Porto, sur le fleuve Douro.

Avec des origines au XIVe siècle, São João était initialement une fête païenne. Plus tard, à l’instar de ce qui s’est passé avec le mardi gras, l’Église a christianisé cette fête, célébrant la naissance de saint Jean-Baptiste le 24 juin.

Mais la fête de São João do Porto trouve son origine dans le solstice de juin. Il faisait partie du rituel de cette fête païenne d’acheter un poireau. On l’accrochait ensuite au mur principal de la maison pour apporter chance et fortune. L’année suivante, on le remplace par un autre.

Dans la nuit du 23 juin, des familles ont quitté les quartiers à pied en direction de Fontainhas pour voir la cascade de São João. En chemin, ils ont acheté aux agriculteurs non seulement le poireau traditionnel, mais aussi d’autres légumes symboliques, comme des pots de basilic et branches de mélisse et clous de girofle.

Ce n’est qu’au XXe siècle que le 24 juin est devenu un jour férié municipal.

La première allusion aux fêtes populaires remonte au XIVe siècle, par le célèbre chroniqueur du royaume, Fernão Lopes.

En haut de la rue Santa ana, nous apercevons la façade de l’Igreja de sao Lourenço, conjointe ou Convento de los Grilas. Sur la droite le Miradouro de l’Igreja de Sao Lourenço offre un point de vue magnifique sur les quais de Ribeira et Gaïa

MIRADOURO DE L’IGREJA DE SAO LOURENCO & BELVEDERE DE LA RUA DAS ALDAS – Porto

Le Miradouro da Igreja de São Lourenço, mieux connu sous le nom de Miradouro dos Grilos, est situé à côté de l’Igreja de São Lourenço, un groupe d’édifices religieux.
Débutée au XVIe siècle, cette église présente une façade monumentale conforme au style maniériste baroque-jésuite qui la caractérise. Les armoiries des Távoras sont visibles sur la façade et l’un de ses fondateurs est enterré à l’intérieur. L’autel de Notre-Dame de la Purification est une belle pièce joanienne.

Cet authentique point de vue urbain offre une vue panoramique imprenable sur la ville et l’embouchure du fleuve Douro. Le Miradouro de São Lourenço offre une perspective unique depuis la magnifique terrasse surplombant les célèbres églises et maisons de Porto.

Un endroit romantique, idéal pour ceux qui veulent profiter d’une vue unique sur la ville.

en empruntant les escaliers à droite, le belvédère de la rua das Aldas permet d’ajouter à la vue panoramique la façade monumentale de l’église et du couvent

En tournant le dos à ce belvédère nous apercevons la façade majestueuse de la cathédrale et le petit fort qui abrite l’office du tourisme

PELOURINHO Do Porto

 

Sur la place de la cathédrale, de nombreux monuments méritent l’attention : le Palais de Bispo, sur la droite, la cathédrale et son musée en face, le Pelourinho do Porto (Pilori) et la Chafariz do Pelicano (fontaine)

 

Le Pelourinho da Sé a été placé par le Conseil municipal de Porto en 1945 après l’achèvement des travaux de restructuration dans la zone entourant la Sé. Le Conseil a ordonné l’exécution de ce pilori, qui est une reconstruction d’une gravure de 1797.

Souvenir d’un pilori en bloc prismatique, avec un socle quadrangulaire de sept marches, où repose une base galbée et une colonne torsadée, avec un chapiteau corinthien, ayant une fixation fers décorés d’éléments phytomorphes, avec, à l’extrémité, des éléments héraldiques.

 

LA CATHEDRALE de Porto

Un billet commun propose , à  6€, la visite combinée de la cathédrale et du palais épiscopal

La cathédrale de Porto est un édifice de structure romano-gothique du XVIe siècle. XII et XIII, ayant subi d’importantes rénovations à l’époque baroque (XVIIe-XVIIIe siècles).

A l’intérieur, elle ressemble encore à une église-forteresse, avec des créneaux. La belle rosace (XIIe siècle) et la loggia latérale ou galilée (1736), conçue par Nicolau Nasoni, face à la ville, sont à souligner. A côté des portes se trouvent des bénitiers monumentaux, de la fin du siècle. XVII. À côté des fonts baptismaux du XVIIe siècle, il y a un bas-relief de Teixeira Lopes (Père).

La tour-lanterne, en croix, a été édifiée dans la seconde moitié du XIXe siècle. XVI, à l’époque de D. Rodrigo Pinheiro.

La verticalité accentuée de la nef centrale, marquée par d’épais piliers fasciculés, aux voûtes et arcs déjà légèrement en pointe, se traduit par une grandeur sobre. L’ensemble du monument a subi d’importants travaux de restauration au cours des années trente.

Le chœur actuel, qui remplace l’ancienne abside médiévale, date de l’époque maniériste (1610) ; présente un retable scénographique en boiserie dorée, du deuxième quart du XIXe siècle. XVIII, considéré comme un tronçon capital de Joanine baroque. La décoration picturale des murs est de Nasoni. Au-dessus des chaises du chapitre, il y a deux orgues à tuyaux ; siècle XVII (à gauche) et siècle. XIX (à droite).

Dans le transept, côté gauche, trône depuis 1984 l’image de Nossa Senhora da Vandoma (XIVe siècle), patronne de la ville de Porto, « civitas Virginis ».

Dans la chapelle des SS. Sacramento, le célèbre « autel d’argent » aux dimensions énormes et exécuté par étapes successives (de 1632 au XIXe siècle) se distingue. Il est considéré comme une œuvre fondamentale de la joaillerie portugaise, avec une vaste iconographie biblique, centrée sur l’Eucharistie. Le lustre moderne est conçu par Teixeira Lopes.

Dans le transept, à droite, trône l’image de Notre-Dame de Silva (XVe-XVIe siècles). L’autre chapelle baroque est dédiée à saint Pierre.

Dans le chœur supérieur, en 1985, un grand orgue à tuyaux a été installé par la firme Georg Jann.

L’important cloître gothique a été commencé à la fin du XIXe siècle. XIV. Elle comporte sept grands panneaux d’azulejos (2e quart du XVIIIe siècle), avec des scènes du « Cantique des Cantiques », en référence au dialogue mystique entre Dieu et la Vierge, patronne de la Cathédrale.

Évangéliste, siècle. XIV, avec le remarquable coffre funéraire de João Gordo, chevalier de Malte, avec une statue gisant et la Cène du Christ.

Dans les espaces adjacents, les chapiteaux des premières constructions de la cathédrale sont conservés.

Le « vieux cloître » voisin faisait autrefois partie du soi-disant « cimetière épiscopal ». Il y a quelques éléments archéologiques d’intérêt ici.

CHAPELLE DE SAINT VINCENT

La chapelle de S. Vicente (fin du XVIe siècle), d’architecture classique sobre, possède une remarquable rangée de chaises, du XVIe siècle. XVII, avec des scènes bibliques, de l’Ancien et du Nouveau Testament. Plusieurs évêques de Porto sont enterrés ici.

Un escalier noble, de Nicolau Nasoni, achevé en 1736, donne accès à la cour haute du cloître gothique. Sur les paliers, le point culminant est la grande bibliothèque en bronze (1616), avec les armoiries de D. Gonçalo de Morais, et l’ancienne cloche de l’horloge de la ville (1697, œuvre de D. José Saldanha).

Sur le patio, il y a une vue panoramique et des panneaux d’azulejos avec des scènes rurales et mythologiques.

La Casa do Cabido, annexée au cloître et à la cathédrale, est un édifice archaïque du premier quart du XIXe siècle. XVIII. A l’étage, de remarquables sculptures religieuses (du XIVe au XVIIIe siècle) sont exposées. Dans l’ancienne étude notariale, on peut voir des panneaux d’azulejos de Vital Rifarto.

 

Dans la grande salle capitulaire, le plafond d’argile se distingue par des peintures de Giovani Battista Pachini (1737), représentant quatorze allégories morales, disposées autour de Saint Michel, patron du Chapitre. Le lambris de carreaux a été réalisé à Lisbonne, contenant des scènes de chasse.

Au rez-de-chaussée, composé de quatre salles voûtées, est exposé le « trésor » de la Cathédrale. Dans neuf grandes vitrines, vous pouvez voir des objets de bijoux, des vêtements et des livres liturgiques, liés au culte de la cathédrale.

 

Enfin, il ne faut pas manquer d’accéder à la tour de la cathédrale, qui suppose de gravir quelques marches supplémentaires; Mais la vue sur Porto en vaut la peine et surtout sur le palais épiscopal et la place

LE PALAIS EPISCOPAL

Situé dans un emplacement privilégié, à côté de la cathédrale de Porto, le Paço do Bispo est, en raison de son échelle architecturale, de sa conception et de sa richesse ornementale, le premier véritable palais de Porto, et est l’un des exemples les plus significatifs de l’architecture baroque tardif en Le Portugal.

Aujourd’hui encore résidence de l’évêque de Porto et siège de la curie diocésaine, la partie la plus monumentale de l’édifice est ouverte au public.

Le parcours de l’exposition emmène le visiteur à travers le célèbre escalier vers une succession de salles d’audience, où sont exposées des pièces représentatives de sa collection diversifiée. A noter également les vues magnifiques sur la ville.

Dans ce palais se distingue l’escalier monumental en granit avec un vol central qui, au premier niveau, se scinde en deux  escaliers latéraux menant à un portail palatial. Il est éclairé par une lucarne elliptique du XIXe siècle entourée de 10 fenêtres laissant entrer la lumière naturelle.

L’escalier est entièrement recouvert de stuc et de peintures, de médaillons et de couronnes d’Influence néoclassique, soulignant les peintures qui flanquent le portail à gauche « Le Bon Pasteur » et à droite  » Le Semeur ».

De la pierre se détachent les festons et les tentures, disposés alternativement et symétriquement, donnant du mouvement à cet ensemble de granit.

La première salle, la salle des miroirs servait de lieu d’accueil pour les personnalités de la société religieuse et civile. Son nom est dû aux deux grands miroirs baroques sculptés et dorés qui font partie de sa décoration. Le tapis suspendu au mur porte le blason de l’état du Vatican. Il a été offert par le conseil municipal de Porto en 2010 après avoir été exposé sur son balcon lors de la visite du pape Benoit XVI au Portugal

C’est un bel exemple de l’art de la tapisserie portugaise, en particulier du nord. C’est également dans cette salle que débute l’importante collection de portraits des évêques de Porto, le premier étant celui de D Jolio Peculiar

La salle des pas perdus servait de salle d’attente. Alors qu’ils attendaient l’audience avec l’évêque, les gens se promenaient ici.

Au plafond on distingue le blason de D Jolio Rafael , évêque de qui la reconstruction de ce palais épiscopal est attendue. Ce blason est visible à plusieurs endroits du bâtiment sur la façade principale, dans le hall des escaliers, dans l’antichambre de la chapelle, entre autres.

Derrière les portes en bois, décorée de reliefs et de peintures dorées se trouve la chapelle privée, où une messe matinale est célébrée tous les jours pour les résidents du palais. Au sommet de cette porte, sculptée dans le granit, se trouvent à nouveau les armoiries. C’est également dans cette salle que le portrait de cet évêque est présent à gauche de la porte. L’antichambre de la chapelle a aussi une fonction de salle d’attente comme la précédente.

La salle verte est un vaste espace utilisé pour la réalisation d’audiences, actes officiels dans lesquels l’évêque recevait des personnes de divers secteurs civils et religieux

Le vert était la couleur de choix pour cette salle car il symbolisait l’espoir la charité et la justice.

Dans cette salle, il y a un portrait de l’une des figures les plus notables de l’église catholique du Portugal du Xeme : D Antonio Ferrera Gomez.

L’évêque de Porto s’est distingué dans l’action pastorale et a été une référence dans les relations entre l’église et l’état.

Cette salle termine la collection de portrait avec des peintures à l’huile des derniers évêques de Porto. Cette chronologie se termine par le portrait de D Antonio Francisco de Santos, qui doit l’ouverture de ce palais au public en 2016. Il était le 69eme évêque de Porto

La salle du trône était réservée aux cérémonies officielles, comme la prise de possession de l’évèque. Cette salle est également connue sous le nom de Salon Rouge, couleur symbolisant l’amour divin

Le noble trône du XVIII siècle décoré de feuilles d’or, sur lequel les évêques s’asseyaient, est mis en évidence

Le blason apposé sur le dossier est de D. Tomáde Almeida. Dom Tomás qui était le 49ème évèque de Porto, mais surtout le premier patriarche de Lisbonne.

 

 

On doit la création du Patriarcat de Lisbonne à D João V, 24 roi du Portugal, qui en 1717 a choisi D. Tómas, alors évêque de Porto, pour devenir le 1er Patriarche

Le rouge contraste avec la blancheur du plafond orné de stuc, ce que soulignent les palmiers et les épis

 

CAÏS DE GAÏA ET LES DEGUSTATIONS DE Porto

Situé sur la rive gauche du fleuve Douro, en face de son homologue de Porto, Ribeira de Gaia est un endroit très animé, surtout au plus fort de l’été. Mais, tout au long de l’année, les touristes ne peuvent résister à une promenade sur ce côté de la rivière pour visiter les caves à vin.

C’est aussi l’occasion rêvée pour faire de magnifiques photos des caïques et de Cais da Riberia en face

Cais de Gaia est aujourd’hui transformé en une zone touristique agréable avec de belles terrasses, restaurants et bars, surplombant le quartier historique de la ville de Porto.

C’est l’un des lieux historiques de cette ville qui s’est développée grâce aux célèbres vins de Porto, puisque pendant des siècles c’était le lieu où se trouvait le port fluvial, d’où diverses marchandises étaient exportées et importées. Ici, la production de vin destiné à être vieilli dans les caves des plus de 50 entreprises viticoles existantes à Gaia est arrivée, et le vin déjà formé, mis en bouteille et prêt à être exporté, partant d’ici vers des destinations lointaines.

La zone a récemment fait l’objet d’une rénovation majeure, réutilisant un espace d’excellence pour des moments de loisirs et de tourisme, qui a même été distingué par le « Prémio Turismo – Valorisation de l’Espace Public »

Le téléphérique relie les parties haute et basse de la ville de Gaia, en 6 minutes de trajet. Le terminal à basse altitude est situé à Cais de Gaia, à haute altitude le terminal est situé à côté de Jardim do Morro et de la station de métro Jardim do Morro, se positionnant également comme un moyen d’accès pour la visite du monastère de Serra do Pilar . Ce voyage offre une vue magnifique sur Porto, le fleuve Douro et ses ponts et les caves à vin de Porto.

Pour les dégustations vous référer à l’article sur la cuisine portugaise dont le lien est en bas de page

 

Revenons sur les rives opposées de Ribeira, avec une étape importante sur les hauteurs à l’église de Santa Clara

EGLISE DE SANTA CLARA

Une église qui mérite largement le détour et l’effort pour y parvenir…!

De maison religieuse à patrimoine culturel, l’église est aussi une icone touristique de la ville. Inspiration littéraire, objet d’études historiques et artistiques elle n’est pas seulement une référence du baroque portugais mais aussi un des plus grands exemples de sculpture dorée nationale

La construction de l’église et du couvent franciscain remonte à la première moitié du XVème siècle en 1416. A l’intérieur on peut trouver l’un des meilleurs exemples de l’art de la sculpture dorée du baroque joanin considéré comme l’une des œuvres les plus réussies par les sculpteurs de l’école

 

Construit à côté des remparts de Fernandine qui offrent une vue fantastique sur le fleuve Douro, l’accès à l’église se fait par une porte baroque datant de 1697, reformulée au XVIIIè avec des éléments de la renaissance tels que des colonnes salomoniques et des chapiteaux corinthiens. Récemment, une intervention de conservation et de restauration a été menée après 2 ans de recherche

 

CAIS DA RIBEIRA

Cais da Ribeira est une colline qui s’élève de la Praça da Ribeira vers le pont D. Luís I.

En se dirigeant vers l’ouest, la promenade monte et se rétrécit un peu, devenant le Muro dos Bacalhoeiros, qui est coincé entre la rive et un groupe de bâtiments polychromes.

La promenade offre des vues impressionnantes de l’autre côté sur Cais de Gaïa.

Toute la zone regorge de bons restaurants pour le déjeuner ou le dîner, de la rive la plus large aux ruelles étroites qui partent de Praça da Ribeira vers Casa do Infante et l’igreja de Sao Francisco

La Praça da Ribeira, à côté de la jetée du même nom, est le centre de cette zone, au bout de la Rua de São João, juste à côté de la rivière.

Les tripeiros l’appellent «Praça do Cubo» en raison de l’énorme sculpture d’un cube, de José Rodrigues, qui y vit. La sculpture en cuivre se trouve à l’intérieur d’une fontaine où les pigeons viennent se baigner.

Cet espace était le centre de la vie commerciale de la ville au Moyen Âge, grâce à sa connexion avec le fleuve Douro, et au fil du temps, il a subi des transformations. Cependant, les bâtiments médiévaux subsistent à ce jour. Au XVe siècle, ce quartier est touché par un violent incendie, mais retrouve rapidement l’image qui le définit. Dans les années 1980, des travaux archéologiques ont permis de découvrir une fontaine du XVIIe siècle (de 1601 à 1700), qui se situe au centre de la place.

Si vous voyagez à Porto, la Praça da Ribeira est un incontournable, tant pour son architecture que pour ses animations. Aujourd’hui encore, il conserve l’aspect commercial qui l’a toujours caractérisé, car de nombreux restaurants, cafés avec terrasses et lieux de vie nocturne y sont concentrés.

Depuis les quais nous remontons par la place de Ribeira en direction de la Praca do Infante D Enrique.

 

PRACA DO INFANTE ENRIQUE

Existant depuis 1885, elle est flanquée du marché Ferreira Borges et du Palácio da Bolsa, situé dans le centre historique.

Construit en 1885 par ordre du conseil municipal pour remplacer l’ancien Mercado da Ribeira le marché Ferreira Borges n’a été utilisé en tant que tel que peu de temps

Œuvre importante de l’architecture de fer à Porto, il a été restauré et adapté pour servir d’espace de divertissement culturel, où est actuellement installé le Hard Club.

 

Sur la place il y a un petit jardin, sous lequel un parking souterrain a été construit, mettant en évidence un Monument à l’Infant D. Henrique, érigé à l’occasion du 5ème centenaire de la mort de l’Infant D. Henrique.

 

Sa construction a commencé en 1894, s’est achevée en 1900 et représente le triomphe de la navigation et de la foi portugaises.

Sur la gauche de la place en regardant le marché central, jouxtant le palace la magnifique église de terreiros de Sao Francisco mérite de s’y attarder

IGREJA DE TERREIROS DE SAO FRANCISCO

Cette église est voisine de São Francisco et révèle une forte influence italienne, avec son architecture religieuse, baroque et  médiévale .

Elle se compose d’un couvent franciscain avec l’église et le noyau conventuel, situé sur le côté gauche de celui-ci.

L’église a un plan longitudinal, composé d’une nef précédée d’une galilée, avec deux chapelles latérales en saillie et un chœur plus étroit, avec des toits intérieurs à pignons différenciés. Façades à pilastres d’angle, celles du devant couronnées de pinacles.

La façade principale terminée en pignon, datant du XVIIe siècle. 17, est déchirée au centre par un porche en plein cintre, avec un portail axial, au profil contre-incurvé, et une grande fenêtre rectiligne à l’intérieur. Sur le côté gauche, il y a un clocher, avec deux registres, le supérieur avec un clocher en plein cintre de chaque côté.

Construite entre 1634 et 1805, son intérieur a une seule nef à cinq travées délimitées par des arcs diaphragmes ronds, sur piliers, plancher en bois et haut-chœur en plein cintre, reposant sur des pilastres, avec garde-corps à balustrade en bois, qui se prolonge par une tribune latérale, côté épître, reposant sur des encorbellements, avec un orgue baroque composé de trois châteaux.

Du même côté, l’ancienne porte d’accès au cloître, en arc, et une chaire quadrangulaire maniériste, reposant sur un encorbellement, avec garde-corps à balustrade et accès par une porte à linteau droit. Latéralement, elle possède six chapelles latérales, cinq abritant des structures retables, quatre baroques et une rococo, et une chapelle profonde avec un retable rococo, de plan concave et à trois axes, et un plafond peint à quadratures. Arc de triomphe rond soutenu par des pilastres toscans.

Chœur à profil en plein cintre, aux ouvertures en plein cintre et à la charpente en brique à dos d’âne, orné de peintures murales du XVIe siècle, de la représentation figurative. Elle donne accès à une chapelle latérale profonde, abritant un retable maniériste, et à la sacristie, avec un lavabo à dossier bombé et une vasque rectangulaire, et une commode de coussins peints en gris. Le couvent est construit autour d’un cloître, avec quatre arcades au premier étage, arrachées au caisson mural, et des ouvertures architravées au deuxième étage, reposant sur des colonnes toscanes ; au centre, il y a un réservoir quadrangulaire. L’extérieur de la façade principale est marqué au rez-de-chaussée par des travées droites à ossature simple en maçonnerie, surmontées d’un pavillon et d’une corniche droite, et la seconde par des travées en retrait à corniche contre-courbée ; dans les façades restantes, les travées droites prédominent. A l’intérieur, l’espace est très frelaté.

Le couvent médiéval présente une nef avec des arcs diaphragmes, extérieurement avec des contreforts, et le choeur avec un profil incurvé, également contrefort et avec des crevasses de moulures en céramique de tradition mudéjar, influencées par l’église de Castro de Avelãs , ayant quelques similitudes avec le chevet de l’église de São Vicente de Bragança

Il a été réformé au siècle. 17, et conserve la façade, avec un portail lambrissé entre pilastres doriques et conservant la grille de l’époque, avec les armoiries de l’Ordre.

A l’intérieur, le haut chœur sur la galilée présente un arc sur pilastres qui se prolongent jusqu’au sol, flanqué de deux hautes travées, actuellement sans fonction. La chaire apparaît sur l’un des piliers latéraux, un endroit insolite, et avec un accès décentré, résultant du déplacement qu’elle a eu peu avant 1928. L’orgue a un château central proéminent en demi-canne.

En ce qui concerne les retables, le premier de l’Évangile présente une structure baroque nationale à décor rococo, dénotant une réforme, avec une mise à jour de la grammaire décorative ; la suite est de style baroque tardif et présente des archivoltes surmontées, inhabituelles à l’époque, dont l’une est ornée de diverses gloires d’angelots, et de nageoires anachroniques ; celui de São Francisco est rococo, probablement avec réutilisation de la structure primitive ; la première chapelle du côté de l’épître a un retable de transition, c’est-à-dire qu’elle conserve des éléments du baroque national, mais la décoration abondante est déjà johannique ; sa finition a été profondément altérée, comme l’indiquent les anges couchés; derrière, il conserve la structure médiévale actuellement visible, avec arcosolia et peinture murale représentant une Pietá ; le retable de la chapelle de Nossa Senhora da Conceição révèle un certain anachronisme puisque, bien que rococo, il présente des éléments typiquement joanins, tels que des fragments du fronton et de la corniche. La chapelle latérale du Dr. Francisco Pascoal de Frias possède un retable maniériste avec un thème lié à la Passion, mais fortement repeint ; en contrebas, il y a une crypte avec un tombeau.

Dans le chœur, il reste des peintures murales de la fin du Moyen Âge, dont la création a conduit à la fermeture des travées médiévales et est attribuée à 1500 par Joaquim Caetano et de 1525 à 1535 par Luís Afonso. Ils présentent un haut degré de complexité en termes d’échelle, de composition et de discours, ce qui conduit Luís Afonso à dire qu’ils ne sont pas à la portée de la plupart des ateliers de peinture murale du nord-est du Portugal, par conséquent, il doit résulter d’un atelier plus actif dans d’autres régions du Portugal ou venant du pays voisin. Selon le même auteur, dans le registre supérieur il y a un dialogue entre les deux scènes latérales, puisqu’on voit d’un côté la Cité Céleste, gardée par les Sept Vertus et par l’ange, à l’intérieur de laquelle se trouvent un nimbe et un groupe de personnes et, sur le mur opposé, le Jugement dernier avec des dizaines de nimbes, permettant de reconnaître les Apôtres, divers saints et vierges martyrs, ainsi que des figures sacrées. Les deux compositions forment une sorte de diptyque de la société céleste : d’un côté, nombre des personnages les plus sacrés de l’histoire du christianisme participent à l’appel universel de l’humanité à la responsabilité, tandis que de l’autre côté se trouvent des chrétiens qui ont été sauvés et vivent dans la ville paradisiaque.

Entre les deux, le rôle d’intercession de la Vierge est souligné, abritant sous son manteau un échantillon de fidèles qui aspirent à la vie éternelle. Selon Joaquim Caetano, la représentation de la Vierge du Manteau, la plus ancienne connue au Portugal, suit le modèle de la piété franciscaine, flanquée d’un château complexe où la Vierge apparaît à plusieurs reprises entre des phylactères, inscrits de litanies, et, du côté opposé , entre la représentation de plusieurs saints, se distingue l’archange Michel pesant les âmes.

 

Le couvent a été partiellement reconstruit après l’incendie de 1728, et au XVIIe siècle. 19 et 20 pour l’adaptation aux nouvelles fonctions. Certains cadres des ouvertures sont convexes, semblables à ceux qui apparaissent dans la Casa dos Lousada Sarmento, résultant de l’agrandissement en 1710 par le chantier Manuel Dantas . La maison du Tiers Ordre de São Francisco a été construite en 1755.

Nous reprenons notre marche et visite en empruntant la rue à gauche du marché couvert et les escaliers qui mènent au belvédère de Vitoria. Nous sommes ici en plein coeur de l’ancien quartier juif. Ce miradouro offre l’une des meilleures vues de Porto. Vous pourrez y admirer certains des principaux monuments de la ville, ainsi que le fleuve Douro et les caves à vin de Porto à Gaia.

Ce point de vue à Porto est très populaire, étant sans doute le plus touristique de Porto. Des jeunes s’assoient, lisent ou discutent, d’autres poussent la chanson en attendant quelques pièces

Juste à côté  l’Igréja de Nossa Senhora de Vitoria offre la possibilité d’une pause fraicheur bien méritée après l’ascension des marches qui y mènent

Bien que peu évidente, la façade principale de l’église se distingue par son harmonieuse simplicité. Le tympan est l’élément décoratif principal, représentant une branche de palmier et une branche d’olivier entrelacées, symboles de vie, de victoire et de sacralité.

Nous poursuivons notre chemin vers le nord, empruntant des ruelles décorées pour la fête de la Saint-Jean, croisant la rua des Caldeireiros, réputée pour son activité nocturne. Mais la fête est déjà bien entamée et nous y constatons beaucoup de groupes de jeunes, bière à la main, commencer à danser dans la rue, au son d’enceintes gigantesques et au milieu de la fumée des barbecues de sardines qui commencent à griller

Nous arrivons ensuite à la Torre des Clerigos

 

TORRE DOS CLERIGOS

Le complexe architectural des Clercs, considéré comme monument national depuis 1910, est l’un des principaux points d’intérêt pour sa tour, son musée et son église, et un lieu incontournable pour tous ceux qui visitent la ville de Porto.

L’église et la tour font partie d’un édifice d’inspiration baroque du XVIIIe siècle, qui a marqué la configuration urbaine de la ville, situé sur une rue accidentée, mais brillamment exploité par Nicolau Nasoni, qui a réussi à créer un édifice phare. L’église et la tour sont attenantes à la Maison de la Confrérie, qui depuis 2014, après être devenue musée, est ouverte au public.

En 1753, à la demande de la Confrérie des Clercs, l’architecte italien Nicolau Nasoni présenta le projet d’un clocher, et en 1754 ils commencèrent les travaux de ce qui allait devenir la plus belle Tour, dominant tout le paysage urbain de Porto. En juillet 1763, avec la mise en place de la croix de fer sur le dessus, et l’image de saint Paul dans la niche au-dessus de la porte, sa construction est terminée.

Les caractéristiques baroques qui la définissent sont l’expression maximale du spectaculaire baroque, où les motifs typiques de ce style donnent à la tour mouvement et beauté.

A plus de 75m de haut, après avoir gravi 225 marches et atteint le sommet de la tour, la vue sur la ville est absolument époustouflante. Dans une perspective à 360°, les visiteurs peuvent vivre un moment unique , de jour comme de nuit, quand à des moments particuliers, la tour ouvre ses portes jusqu’à 23h.

La Tour des Clercs est indéniablement l’ex-libris de la ville, et un excellent belvédère.

La donation d’un terrain, situé à Campo do Olival, à l’époque le plus grand terrain de Porto, a permis à la Confrérie des Clercs de construire sa propre église.

 

Le projet de l’Église des Clercs, de Nicolau Nasoni, est approuvé lors d’une assemblée de la Confrérie des Clercs en décembre 1731. Les travaux débutent en avril 1732, avec l’ouverture des fondations, commençant ainsi la construction de celle qui deviendra la première église au Portugal avec un plan en forme d’ellipse. De plus, la galerie qui entoure toute la nef, permettant d’observer l’église dans son ensemble, est également une caractéristique unique de ce temple. Les différentes fenêtres existantes permettent l’entrée de la lumière, ce qui rehausse la splendeur de la sculpture dorée, présente dans l’église, créant un bel ensemble de couleurs avec le marbre.

Le dôme arbore les armoiries de la Confrérie des Clercs, en faux granit, et repose sur six piliers, se détachant de deux chaires et de deux grilles, les plus anciens exemples d’orfèvrerie de l’église, et quatre autels latéraux sont ouverts : le Saint-Sacrement, Notre-Dame des Douleurs, Saint Emygde et Sainte Anne.

Dix-sept ans plus tard, en 1749, la construction de l’église est achevée, mais ses aménagements, puis l’agrandissement de la chapelle, vont prolonger de quelques années les travaux dans l’église.

Au fond, la spacieuse chapelle de forme oblongue rectangulaire (plus longue que large), est agrémentée d’un autel en marbre et d’un retable d’inspiration rococo, avec le dessin de Manuel dos Santos Porto, dans lequel un trône couronné par l’image de la Patronne , Notre-Dame de l’Assomption, se distingue. Sur les flancs du retable, les saints co-patrons de la Confrérie des Clercs sont mis en valeur, saint Pierre ad Vincula et saint Philippe Neri, deux sculptures en bois peint.

La chapelle principale est ornée des sièges et des deux orgues de tuyaux ibériques ou « portugais », dont la construction débute simultanément, en l’an 1774. Les sièges seront terminés en 1777 et les orgues seulement deux ans plus tard.

L’architecture des Clercs se caractérise par l’irrégularité et l’exagération des formes qui engendrent un effet scénique surprenant. Les plans irréguliers se distinguent, les façades ondulées, soulignées par un contraste de saillies, de balcons et de niches, des arcs interrompus et une grande profusion de fenêtres variées, complétées par le clocher exubérant. La façade de l’église, en particulier le pignon, est une belle œuvre décorative, peut-être la langue la plus baroque de tout l’édifice, dans laquelle Nasoni combine des lignes droites avec des lignes semi-circulaires, la décorant de motifs ornementaux et symboliques, parmi lesquels des couronnes, des festons, des volutes , faisceaux de végétation, vases et feux.

Au Portugal, l’art baroque a prévalu entre la fin du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle.

En face les jardins de la Cordoaria offre à nouveau un espace reposant de fraîcheur.

Connu au moyen âge comme l’olive champ, son nom est dû à la Cordoaria, évêque se sont installés au XVe siècle.

En 1611, le vieux champ fut transformé en un centre commercial et, en 1865, le jardin a été créé par la main de l’architecte-paysagiste allemand Emile David.

Au siècle suivant, après avoir été dévasté par le Cyclone de février 1941, il à été replanté avec des plantes rares autour d’un lac, plusieurs statues, bancs et gazebo

A proximité l’église des Carmes mérite également de s’y arrêter

 

IGREJA DO CARMOS

L’église du Carmo, ou église du Vénérable Tiers Ordre de Nossa Senhora do Carmo, a été construite au XVIIIe siècle par le Tiers Ordre du Carmo, sur un projet de l’architecte José Figueiredo Seixas.

Pour recevoir de nombreux touristes, il a pris de l’importance en 2013 en devenant un monument national.

 

Une curiosité de cette construction est qu’elle est jumelée avec l’église Carmelitas, du côté ouest, constituant un seul volume, bien que les deux églises soient différentes.

 

Ce qui attire le plus l’attention à l’extérieur de l’Igreja do Carmo, qui a été construite dans le style baroque/rococo, c’est son côté recouvert de tuiles qui représentent la fondation de l’Ordre des Carmes et du Mont Carmel.

 

La façade avant, richement ouvragée, présente un portail rectangulaire, ainsi que deux sculptures religieuses des prophètes Élie et Élisée réalisées en Italie.

 

À l’intérieur, le point culminant revient aux retables conçus par l’un des plus grands maîtres sculpteurs portugais, Francisco Pereira Campanhã.

PRACA DO LIBERTADE

Pour beaucoup, cette place définit le cœur de la ville de Porto, ayant, tout au long de son histoire, connu plusieurs noms.

L’histoire indique qu’il a été créé en raison de la croissance de la ville et qu’il était un lieu de rencontre recherché par toutes les classes sociales, mais principalement par de nombreux politiciens, écrivains et artistes .

Les épisodes les plus marquants de l’histoire de cette place incluent la mort par potence de libéraux, en 1829, et c’est aussi dans cet espace que la République fut programmée, pour la première fois, dans le pays, le 31 janvier 1891. En 1866 il a été inauguré le monument au roi libéral, D. Pedro IV.

 

Lorsqu’en 1916, la mairie de Porto décide de construire son immeuble en haut de l’Avenida dos Aliados, de nombreux bâtiments anciens disparaissent et sont remplacés par les bâtiments qui entourent aujourd’hui la place et l’avenue. Ce qui résiste encore à tous les changements est le Palácio das Cardosas.

 

Nous voici donc au cœur de la ville, la partie la plus moderne et animée. A quelques pas de la place, le magnifique marché central couvert :

 

MARCHE COUVERT MERCADO DO BOLHAO

Le marché de Bolhão rouvre après d’exigeants travaux de restauration et de modernisation pour accueillir les commerçants, les clients et les visiteurs.

Au cœur de la ville, Bolhão se présente avec son âme habituelle, mais aussi avec de nouvelles fonctionnalités. Le marché du frais continuera d’être le principal protagoniste de ce bâtiment emblématique de la ville. En tout, le Marché rouvre ses portes avec plus de 70 commerçants avec des produits différents, allant du poisson, des légumes et des fruits, mais aussi de l’artisanat ou de la cafétéria, pour ne citer que quelques exemples.

En plus des meilleurs produits de la saison dans les étals du rez-de-chaussée, Bolhão compte 38 magasins qui embrassent l’extérieur du bâtiment et qui seront bientôt pleinement opérationnels. Dix restaurants seront situés au premier étage.

Mercado do Bolhão est un joyau de Porto : le bâtiment, l’un des plus emblématiques de la ville, est un patrimoine municipal et un monument d’intérêt public et préserve les souvenirs et les histoires du grand marché du frais, qui bat au cœur de la ville , des habitants de Porto et qui la visite. Son caractère est unique et précieux et son identité et son histoire se sont mêlées, depuis plus de cent ans, à l’identité et à l’histoire de la ville de Porto.

Occupant un bloc entier au centre du centre-ville de Porto, délimité par les rues de Sá da Bandeira, Formosa, Alexandre Braga et Fernandes Tomás, Bolhão est un élément structurant important du tissu urbain, intégré dans l’un des quartiers les plus dynamiques de la ville.

Les heures d’ouverture à partir du 15 septembre seront entre 8 h et 20 h, du lundi au vendredi. Le samedi, il ferme à 18h00 et le dimanche, Bolhão sera fermé. Une fois les restaurants en opération, les heures de restauration seront jusqu’à 24 heures.

La gestion et l’exploitation du Mercado do Bolhão sont déléguées par la municipalité à GO Porto (société municipale de gestion et de travaux de Porto).

RUA SANTA CATARINA

Si vous cherchez une foule de touristes et de locaux, et que vous voulez faire du shopping tout en découvrant la culture de Porto en même temps, la meilleure chose à faire est d’aller à la Rua Santa Catarina.

 

Dans cette rue, vous verrez les mêmes chaînes de magasins que vous trouverez dans les centres commerciaux, mais les prix ont tendance à être plus bas et il y a des cafés et des librairies ici que vous ne trouverez pas dans les centres commerciaux.

 

La rue est fermée à la circulation et réservée aux piétons. Après le lèche-vitrines, vous pourrez vous arrêter au Café Majestic (au numéro 12) pour un café. C’est un café chic et un point de repère de Porto très apprécié des touristes.

 

 

 

AU SUD DE PORTO

AVEIRO

En visitant Aveiro, on découvre un paysage en filigrane ; par bien des côtés nous pourrions la qualifier de « Venise du Portugal ». Proche de la mer et de l’estuaire , Aveiro est traversée en effet par un réseau de canaux où circulent les bateaux « moliceiro » .

Ces embarcations élancées et colorées servaient au ramassage des goémons et algues, et sont aujourd’hui utilisées pour les balades touristiques. Faire la visite à pied n’implique pas non plus trop d’efforts puisque la ville est plate, et ceux qui aiment pédaler peuvent opter pour les « bugas » – les vélos à usage gratuit fournis par la municipalité d’Aveiro.

Aveiro possède un ensemble de bâtiments de style « Art Nouveau » .” qui vaut la peine d’être apprécié. Une grande partie est située à côté du chenal principal, mais il y en a en dehors des voies traditionnelles et même à d’autres endroits. La localisation des édifices est indiquée dans l’itinéraire disponible à l’Office de Tourisme et on peut encore mieux connaître ce style dans le Musée qui lui est dédié.

Un autre endroit à visiter est le Musée d’Aveiro situé dans le couvent de Jésus , où l’on peut admirer le mausolée de la princesse Santa Joana et la sculpture dorée qui décore l’intérieur de l’église. On le trouvera également à profusion à l’intérieur de la Capela do Senhor das Barrocas et avec moins d’exubérance à l’ Igreja da Misericórdia, dont le portail maniériste mérite d’être mentionné. Ceux qui apprécient l’architecture portugaise contemporaine ne doivent pas manquer les bâtiments de l’Université.

Emblématique de la ville, la confiserie à base d’œufs et de sucre – les « ovos moles », qui sont vendues dans des fûts en bois ou enveloppées dans une croûte de pâte à gaufrettes sous différents formats. Mais avant la gourmandise, on peut réconforter l’estomac avec les délices qu’offre la mer comme les coquillages, les poissons frais grillés ou en ragoût et les anguilles caractéristiques de cette région, qui sont servies en ragoût ou marinées.

 

Dans les environs, il y a plusieurs endroits à visiter. On peut traverser la Ria en bateau, en passant entre les marais salants et admirer la blancheur du sel, qui en été forme des pyramides pour sécher au soleil. D’autre part, la réserve naturelle des dunes de São Jacinto est à environ 15 minutes et possède des plages presque sauvages.

 

Ceux qui préfèrent plus de divertissement peuvent se diriger vers le sud jusqu’à Praia da Barra, où se trouve le phare le plus haut du pays, ou vers Costa Nova , connue pour ses meules de foin rayées. Tout près se trouve Ílhavo , une ville aux fortes traditions de pêche bien documentées dans son musée maritime.

COSTA NOVA

L’image la plus pittoresque de Costa Nova est celle de son front de mer où s’alignent les meules de foin en bois, peintes de rayures de couleurs vives alternant avec du blanc.

 

 

Construites par des pêcheurs pour abriter ou entreposer du matériel de pêche, ces meules de foin, restaurées, sont aujourd’hui d’agréables maisons de vacances.

Baignée par une mer agitée, très appréciée des surfeurs, Praia da Costa Nova do Prado possède une vaste étendue de sable qui s’étend au sud vers Praia da Vagueira, où les randonneurs peuvent faire de l’exercice.

 

 

De l’autre côté de la route, la Ria de Aveiro avec ses eaux calmes, idéales pour la voile et la planche à voile, offre un paysage complètement différent.

VIDEOS DE Porto et de sa REGION

COSTA NOVA

VIDEOS DE 2016

AUTRES ARTICLES SUR LE PORTUGAL A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Portugal.

vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS

LES LOGEMENTS DELA SAISON V ET VB

LES LOGEMENTS DE LA SAISON VI

LA GASTRONOMIE PORTUGAISE

Toutes les informations sur la gastronomie portugaise, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien l’Alentejo

LA CUISINE PORTUGAISE

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrem ent #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible #quefaireuaportugal #quevisiterauportugal #todoportugal

#porto #portoportugal #saobento

 

Laisser un commentaire