voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Vitoria Gasteiz et le Pays basque – ESPAGNE

2

Vitoria Gasteiz

Fondée à la fin du XIIe siècle, Vitoria Gasteiz est aujourd’hui une ville à l’aménagement urbain exemplaire.

La capitale basque a conservé son quartier médiéval, où l’on trouve encore d’innombrables lieux à la saveur traditionnelle, comme la place de la Virgen Blanca, et des bâtiments historiques, comme la cathédrale Santa María.

À côté, la ville étend harmonieusement ses frontières dans l’expansion romantique faite de larges avenues et de jardins, où se dressent des bâtiments qui rappellent le statut de capitale et la splendeur de cette ville.

 

De plus, Vitoria Gasteiz jouit d’une vie culturelle intense, comme en témoigne au fil des ans l’un de ses événements les plus renommés, le Festival de jazz. Ses recettes gastronomiques traditionnelles ne vous décevront pas non plus. À base de produits maraîchers, elles sont toujours accompagnées de vins basques singuliers.

 

L’actuelle Vitoria Gasteiz fut fondée en 1181 sur une petite colline par le roi de Navarre Sancho VI sous le nom de Nueva Victoria.

Cette place forte passa aux mains du monarque castillan Alphonse VIII en 1200.

La ville se trouva bientôt une vocation artisanale florissante. Au XVe siècle, Jean II de Castille accorda à Vitoria Gasteiz le titre de ville. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, la ville commença son expansion.

 

La capitale basque nous révèle un quartier médiéval aux charmants recoins. Les jardins et les promenades bordées d’arbres font de la capitale de l’Álava un poumon vert qui ne renonce pas pour autant à un urbanisme soigné, où les rues médiévales côtoient harmonieusement les palais Renaissance et les églises néoclassiques.

La place de la Virgen Blanca, présidée du monument à la bataille de Vitoria Gasteiz, constitue le centre névralgique de la ville.

EGLISE SAN MIGUEL

C’est ici que se trouve l’église San Miguel, qui abrite l’image de la Vierge Blanche, la patronne de la ville.

 

Le mélange d’éléments gothiques et Renaissance du bâtiment actuel permet de le dater entre le XIVe et le XVIe siècle.

 

De plan rectangulaire, l’église est faite de trois nefs surmontées de nervures de style gothique tardif.

Son retable majeur est l’œuvre de Gregorio Fernández.

Le portique gothique de San Miguel permet d’accéder à l’ensemble des Arquillos, une promenade à arcades qui relie la vieille ville à l’expansion du XIXe siècle.

 

Nous sommes devant l’église San Vicente et le Palais de Villa Suso ( XVIe s.), situés sur la place du Machete, où les membres du conseil municipal prêtaient traditionnellement serment.

 

 

CATHEDRALE DE SANTA MARIA

Il est construit sur une ancienne construction datant du XIIIe siècle et possède un portail avec d’intéressantes sculptures.

La cathédrale de Santa María est née comme église-forteresse au début du XIIIe siècle.

Des rénovations ultérieures furent effectuées au fur et à mesure de l’expansion de la ville. En 1496, l’église devint collégiale, puis elle obtint le rang de cathédrale en 1861. Le bâtiment, classé monument historique et artistique, se caractérise par sa verticalité.

La construction a ensuite été achevée dans le style gothique en plusieurs étapes tout au long des XIVe et XVe siècles.

La cathédrale est soutenue par d’énormes colonnes rendues totalement bombées par son poids, et un beau et fragile triforium.  Elle a un plan en croix latine surmontée de coûes d’ogives et un déambulatoire

La cathédrale peut désormais être visitée d’une manière nouvelle et originale, car elle est « ouverte pour réparations ». Le plan de restauration unique de la cathédrale permet aux visiteurs de voir de première main comment les travaux de restauration du bâtiment sont effectués. Ces travaux ont reçu le prix spécial Europa Nostra, décerné par l’Union européenne pour la conservation et l’amélioration des sites du patrimoine culturel.

À l’extérieur, on remarque la sculpture monumentale des portails du XIVe s.

 

Le portail central est dédié à la Vierge, celui de gauche à saint Gilles, et celui de droite représente le Jugement dernier et l’apôtre saint Jacques.

 

Autour de la cathédrale s’étendent les rues les plus anciennes de la ville, comme l’attestent leurs noms de corporations : Cuchillería (coutellerie), Herrería (forge), Correría, etc.

 

Au cours de la promenade, on trouvera facilement certains des palais Renaissance les plus importants de la capitale.

 

Dans la rue Herrería, nous trouvons le palais des Escoriaza-Esquibel, construit autour d’un beau patio plateresque, et celui d’Urbina Zárate ; dans la rue Correría, le Portalón, la maison de Maturana-Verástegui et la tour des Anda ; dans la rue Cuchillería, le palais de Bendaña ( XVIe s.) et la maison du Cordón, monument historique et artistique.

 

Cette ancienne maison de commerce de la fin du Moyen Âge fut construite au XVe siècle et possède une façade gothique avec deux arcs en ogive à l’extérieur. Il ne faut pas quitter la vieille ville sans avoir contemplé le palais du conseil provincial d’Álava, du XIXe siècle, et la tour élancée de Doña Otxanda, qui abrite actuellement le musée des Sciences naturelles. Il s’agit d’une structure défensive construite au XVe siècle sur une précédente commandée par Andrés Martínez de Iruña et Catalina de Álava.El EnsancheAutour du quartier historique s’étend la Vitoria Gasteiz rationaliste, celle de l’expansion du XIXe siècle.

On y trouve la place Fueros, dessinée dans les années 1980 par le prestigieux artiste basque Eduardo Chillida.

À côté du temple se tient leParlement basque ( XIXe s.), siège du pouvoir législatif régional.Les deux bâtiments flanquent l’entrée du parc de La Florida, l’un des plus emblématiques de la ville.

Sa construction remonte à 1820 et la variété des espèces végétales y est immense. Les autres espaces verts de la capitale sont le parc de Judizmendi, installé sur un ancien cimetière de la communauté juive, ou celui de San Juan de Arriaga, le plus grand de la ville. Parmi les nombreux palais de la ville romantique, il vaut la peine de s’arrêter au palais Augusti, qui abrite le musée des Beaux-Arts. C’est un bâtiment éclectique construit en 1912 et classé monument historique et artistique.

Le palais d’Ajuria Enea, exemple d’architecture majestueuse basque où siège la présidence du gouvernement basque, date également du tournant du siècle.

Ville verte Vitoria Gasteiz a reçu le Prix de la Capitale verte de l’Europe en 2012 et le Prix mondial de la ville verte en 2019, deux reconnaissances internationales pour l’engagement de la ville en faveur de la durabilité et de la culture de la conservation.

Vitoria-Gasteiz compte effectivement 42 mètres carrés d’espaces verts par habitant, plus de 170 kilomètres de pistes cyclables, plus de 115 000 arbres dans ses rues et parcs urbains et des parcours plus que centenaires, tels que le Paseo de la Senda

PARC DE LA FLORIDE

Le parc le plus remarquable de Vitoria Gasteiz est La Florida, en plein cœur de la ville.

Son tracé est clairement influencé par les jardins à l’anglaise du XIXe siècle : allées sinueuses, plantations romantiques mêlées de conifères, éléments rustiques, etc.

La Florida suit ce modèle à la lettre et en reprend toutes les caractéristiques.

La flore est très variée, avec une abondance de conifères, tels que les cèdres du Liban et les séquoias, ainsi que des marronniers d’Inde, des saules et bien d’autres.

 

Il y a pas moins de 95 espèces d’arbres différentes, dont un magnifique noyer centenaire qui culmine à 30 mètres de haut.

LOS ARQUILLOS ET PLAZA DEL MACHETE

La construction a été conçue pour relier la partie médiévale de la ville aux nouveaux quartiers urbains.

Elle remonte au 18ème siècle. Sa valeur architecturale réside dans le fait qu’il était à l’origine conçu comme une solution pour relier le vieux quartier à la partie nouvelle et en expansion de la ville.

Ils ont sauvé la partie inégale du terrain entre l’enceinte fortifiée et la partie basse de la ville.

En conséquence, les rues médiévales sont devenues accessibles à travers la nouvelle banlieue néoclassique.

Bien qu’une partie de celui-ci ait été créée au XVIIIe siècle, la date officielle de construction est citée comme 1787. L’Arquillos est divisé en deux zones.

Le premier s’appelle Arquillos del Juicio et a été construit grâce à José de Segurola, qui envisageait d’ériger une série de maisons vers la fin du XVIIIe siècle.

La deuxième zone, connue sous le nom d’Arquillos del Ala, a été construite par Díez de Güemes, avec l’aide de Justo A. de Olaguibel.

 

OGNATE

Considérée comme l’une des plus jolies communes de Biscaye, en raison de son héritage architectural, Oñate (11 000 habitants) est une ville seigneuriale.

Elle fut la capitale d’un comté régi par des seigneurs contre lesquels ses habitants se sont successivement révoltés jusqu’en 1845, année où elle s’intègre au Gipuzkoa.

Appelée la  » Tolède basque  » par le grand peintre Zuloaga, Oñate regorge de palais, d’églises, de monastères Renaissance, plateresque, gothique… De 1548 à 1901, elle avait même son université, aussi illustre que celle de Salamanque ou de Valladolid. La petite ville se visite avec plaisir : elle abrite le sanctuaire d’Arantzazu.

Située presque au centre du Pays Basque péninsulaire, cette localité s’est développé dans une belle vallée entourée de montagnes recouvertes d’arbres, sauf au sud, où se dresse la montagne calcaire d’Aloña.

D’ailleurs Oñati signifie en basque : « endroit où abondent les collines ». Le peintre Ignacio Zuloaga l’a baptisée « La Tolède basque », en raison de son aspect monumental.

Se promener à Oñati revient à parcourir un catalogue de styles artistiques presque exhaustif, qui va du gothique des tailles des ermitages, églises et maisons-tour, à l’art d’avant-garde d’Arantzazu.

À l’entrée nous attend le monastère et hospice de Bidaurreta, du début du XVIe siècle, un bâtiment gothique-renaissance, construit entre 1510-1520 et fondé par Juan López de Lazarraga, Secrétaire du Conseil Royale et Chef Comptable des Rois Catholiques..Concernant l’église, elle est du style gothique élisabéthain, de larges proportions et plantes de croix latine d’une seul nef. Elle a été construite par l’architecte Juan de Ruesga, qui a également travaillé dans la Cathédrale de Palencia. La décoration extérieure est caractérisée par ses boules (raison typique castillane), et les boucliers des rois, l’ordre supérieur et les fondateurs.

Deux retables attirent l’attention dans ce temple.
La principale est en bois sculpté sans dorure, d’un baroque rococo (1753) exubérant et original; ressort, en particulier, la partie centrale entièrement occupée par une loge en forme d’un mirador avec un beau groupe sculptural, qui représente le couronnement de la Vierge par la Sainte Trinité.
Le reste des sculptures, certaines d’entre elles représentent les Sans de l’Ordre, sont construites dans des carrés qui forment trois étages.
Le retable casier que, de nos jours, se trouve à côté du sépulcre du fondateur, est du style plateresque (1533). Chronologiquement, c’est le premier retable de la Renaissance de Gipuzkoa et occupe l’un des premiers postes pour sa valeur artistique. Il dédie le premier corps au Nouveau Testament et le deuxième à l’Ancien.

Dans l’église, nous trouverons le sépulcre des fondateurs, assez simple; ainsi que les 218 sépultures  des familles d’Oñati.

 

Ensuite, pour arriver à la Place des Fueros, l’église de San Miguel et l’Université du Santi Spiritu, nous suivrons un parcours jonché de tours, de palais, de couvents et de demeures seigneuriales qui vont du style gothique au style néogothique.

Après l’incorporation d’Oñati à la province de Gipuzkoa, un plan a surgi pour organiser la structure urbaine de la ville. La construction de la place des Fueros présidée par le conseil municipal, est incluse dans ce plan.

Pour mener à bien ce projet, les architectes Mariano José de Lascurain et Antonio Cortazar ont dû couvrir la rivière et les ruisseaux qui convergeaient à cet endroit et deux bâtiments à arcades ont été érigés.

Selon la conception néoclassique, un fronton a été intégré à la place et la perspective au sud a été laissée ouverte.

À côté de la Plaza de los Fueros se trouve le Palais de Lazarraga, initialement gothique, réformé et agrandi aux XV-XVI siècles.

Le monument emblématique d’Oñati est l’Université, avec un portail plateresque de style renaissance. Cet édifice est l’un des plus importants de la renaissance basque. Nous ne pourrons pas manquer l’église gothique de San Miguel, avec sa tour baroque et son beau cloître du XVIe siècle, traversé par le fleuve Ubao, ni l’église néogothique des Lateranenses

L’Université d’Oñati est l’empreinte la plus représentative de la Renaissance dans Euskal Herria, tant pour son architecture comme pour être une des institutions les plus importantes de l’esprit de la Renaissance.

Façade plateresque

C’est le travail de nombreux tailleurs de pierre et sculpteurs. Ici nous pouvons voir clairement l’esprit humaniste de son fondateur, comme un mélange entre le sacré et le profane.

Entre les éléments plateresques qui ornent la façade, nous ne pouvons cesser de citer l’arc demi-circulaire, dans lequel le fondateur apparait en position de prière. Aussi le grand bouclier appartenant au roi Charles I (V d’Allemagne), qui était le patron de l’Université.

 

Artisanat de style mudéjar

 

Construit à Ávila par Gibaja. Le matériel est en bois de chêne, fabriqué dans cette même province. On ne voit pas souvent ce genre de plafond dans le Pays Basque, mais Zuazola voulait faire quelque chose diffèrent.

Cloître typique de la Renaissance

 

Deux étages reliés par deux escaliers avec six arches sur le côté étroit et sept de largeur, donnant au cloître une forme quadrangulaire. Les plus représentatifs sont les 32 médaillons, dans lesquelles apparaissent des couples mythologiques ainsi que de la royauté, qui ont brillé pour sa vertu.

SANCTUAIRE DE LA VIRGEN DE ARANTZAZU

C’est dans les environs d’Oñati que se trouve le moderne et somptueux Sanctuaire de la Virgen de Aranzazu.

L’histoire d’Arantzazu a commencé par une mystérieuse apparition. Le berger Rodrigo de Balzategi a entendu le bruit du berger inconnu qui n’était pas son mouton. Lorsqu’il s’est approché, il a trouvé une image de la Vierge Marie sur l’aubépine blanche. Cela lui expliqua la nécessité de construire un petit ermitage : « Mon fils, va voir le père du charpentier et dis-lui de construire un ermitage appelé Arantzazu en mon nom. Trois planches et sept tuiles suffiront pour cela. Je vous assure qu’avec le temps la chapelle sera bien connue, car de nombreux enfants viendront m’honorer en chantant des louanges et en célébrant la Sainte Messe ». C’est ce qu’a écrit le Père Adrian Lizarrald dans son livre Historia de la Virgen y del Santuario de Arantzazu

Ce premier sanctuaire « se composait de deux murs orientés d’est en ouest, et à l’extrémité est, il y avait un autre mur faisant face à ces deux. Tous ces murs étaient fermés par une balustrade faite de barres de bois, d’où l’on pouvait voir l’intérieur du sanctuaire. Au point où les deux côtés du toit se rencontraient, une petite cloche était suspendue à un trapèze en bâton. Il y avait plusieurs sortes de bougies allumées dans un récipient maladroit placé dans le porche de l’église. Devant le sanctuaire, il y avait une table en pierre sur laquelle se trouvait une niche dans le mur avec l’image de la Vierge Marie.

Cette église primitive a été incendiée dans la nuit de la Saint-Jean l’Évangéliste en 1553.

Les architectes Francisco Javier Sáenz de Oiza et Luis Laorga ont été choisis pour construire le nouveau bâtiment au-dessus de l’ancienne basilique. Pour cela, ils devaient prêter attention à l’environnement géographique du nouveau bâtiment et aux fonctions à remplir par l’église. Le résultat a été une église d’apparence dure et solide, comme les montagnes qui l’entourent, et l’intérieur a été préparé par les frères franciscains pour adorer la Vierge Marie et répondre au grand nombre de pèlerins qui venaient au Sanctuaire.

« Afin d’obtenir l’atmosphère idéale pour le temple de montagne que nous voulons construire, nous devons inévitablement utiliser
des peintures murales, du fer forgé, du bois et de la chaux » Rapport de projet de Francisco Javier Sáenz de Oiza et Luis Laorga

À l’intérieur de la basilique, ils ont utilisé le plan d’étage en croix latine car c’était « le plus vrai pour une église chrétienne ». Les architectes ont réalisé une nef d’une largeur de 17 mètres, d’une longueur de près de 30 et d’une hauteur de 17 mètres et demi. Cette nef a quatorze chapelles, sept de chaque côté. La nef transversale mesure 10 mètres de large, 31 mètres de long et 20 mètres de haut.

Les chœurs et la chambre de la Vierge sont à la même hauteur, aux extrémités opposées de la nef longitudinale. Le premier étage du chœur avait de la place pour 117 pères et 100 chanteurs, et le second pour 210 élèves. Au-dessus de ces deux chœurs dans l’espace jusqu’au plafond se trouve l’orgue.

En ce qui concerne la chambre de la Vierge, en raison de sa valeur matérielle et affective pour les habitants de Gipuzkoa, Sáenz de Oiza et Laorga ont décidé de la conserver telle qu’elle était dans l’église précédente.

Lorsqu’ils ont conçu l’extérieur du nouveau sanctuaire, ils ont jugé essentiel de faire l’entrée de l’église. En raison du climat de la montagne d’Arantzazu, les pèlerins trouvaient nécessaire d’avoir un endroit pour se protéger des intempéries. Le portail de l’église mesure 36 mètres de long, 4 mètres de large et 2 mètres et demi de haut. À la base, il a sept supports et un mur d’un côté pour fermer le portail.

Au bout de la large et longue place se dresse un immense bâtiment, avec des gardes humanoïdes à l’avant gardant l’entrée. Il a une tour des deux côtés, et une autre, un peu plus loin sur le côté gauche. Tous les trois sont faits de pierres en forme de diamant.

Les matériaux utilisés pour la construction de l’église étaient le calcaire, le bois pour les revêtements et le béton armé pour la structure. L’objectif principal des architectes était d’adapter le bâtiment à son environnement. Comme ils l’ont expliqué, « une église habillée d’ardoise ou de tout autre matériau étranger pourrait être défendue, mais avec eux, nous ne pourrions jamais créer une connexion même médiocre avec l’environnement. Il est nécessaire de faire la distinction entre ce qui est la vraie richesse, la grandeur et la beauté et ce qui est une bigoterie qui n’a rien à voir avec l’environnement local et le sujet. Cela pourrait être formidable d’utiliser du marbre et du bronze, mais dans ce cas, ce serait aussi absurde que de choisir une tenue de marque pour une promenade en montagne ».

« Les apôtres, répandus dans le canal comme des animaux sacrés, nous montrent qu’ils se sont vidés parce qu’ils ont jeté leur dévolu sur les autres. La véritable identité du chrétien est celle de se sacrifier de cette manière. » Jorge Oteiza

Le travail qu’Oteiza a été chargé de faire pour la Basilique d’Arantzazu était de transformer une chose froide et dure comme la pierre, la pure matière, en spiritualité. Humanisant la matière et reflétant l’âme du christianisme. Le résultat fut la Piété et les Apôtres. Une mère vierge sans manteau, sans parure et presque sans cheveux, et quatorze personnages sans chair ni cerveau, respectivement. Jusque-là, les sculptures qui n’avaient rien à voir avec l’art religieux dominaient.

L’écriture que l’artiste a envoyée à l’évêque de Donostia n’a pas empêché l’interdiction, mais elle nous fait comprendre ce qu’il voulait exprimer avec le plastique spécial utilisé : « Il n’y a qu’un seul thème exprimé sur la façade extérieure : celui du religieux et du surnaturel. salut. Le conflit entre le corps lié à la mort et l’âme contrainte à l’amour et à la charité. En ce qui concerne les apôtres, j’ai supprimé tout trait spécifique qui pourrait gêner l’attention au thème religieux à exprimer. Pas un seul apôtre ne prononce son nom (ils ne disent pas : « Je suis Matthias, je suis Jean… »), mais ils répètent tous qu’ils sont la plus haute Image d’amour et de charité que fut le Christ. Ces apôtres représentent et démontrent cela. Dans son Assomption, la Vierge Marie les guide et les protège ».

L’œuvre des apôtres est composée de quatorze énormes figures de calcaire qui mesurent douze mètres de côté. Chacun d’eux mesure environ trois mètres de haut et pèse quatre à cinq tonnes. Les statues ne reposent sur aucune fondation et ceux qui les regardent face à face les voient comme si elles flottaient. Chaque apôtre, inclus dans son module cubique, a un caractère unique, mais ils sont liés entre eux si l’on prête attention aux différentes positions de leurs bras et mains et à l’inclinaison de leur tête. Le regard du spectateur ressent le besoin de sauter d’une statue à l’autre à cause de ce dynamisme. Oteiza lui-même a donné le nom de « friseo ballet » à cette danse exécutée par les yeux. Utilisant l’hyperboloïde, cylindre creux aux côtés arrondis, il leur attribue une véritable identité chrétienne.

Les Apôtres sont un hommage remarquable à la nature d’Arantzazu. D’une part, le calcaire rappelle les montagnes locales. D’autre part, les indentations et les volumes irréguliers des personnages eux-mêmes ressemblent à des images faites par l’eau sur les rochers et les rivages. Enfin, l’aspect lourd de chaque module reflète la nature dure et brute de la montagne elle-même.

En termes de composition, l’œuvre est symétrique. Les limites extérieures sont marquées par les deux chiffres aux extrémités. Ils dirigent leur regard vers le milieu, et on peut donc dire qu’ils rassemblent le groupe. Le reste des apôtres lève les yeux, ils s’inclinent devant la Piété. Curieusement, Oteiza n’a pas regardé les apôtres car ils ferment les yeux quand ils prient. « Je n’ai mis que deux petits trous dans Pablo », dit l’artiste. Par contre, le visage du quatrième apôtre a été complètement enlevé pour que l’on puisse mettre le sien.

De la frise des apôtres à l’image de la Mère offrant le Fils au visiteur, il y a un mur sur le chemin. Si nous regardons avec les yeux du cœur, nous nous rendrons compte qu’il n’y a pas de murs, selon les mots d’Oteiza lui-même :

« Le mur vide est plein de pensées mythico-spirituelles. Le spectateur peut venir voir l’invisible avec son regard esthético-spirituel ».

La Pietà qu’il a réalisée pour la Basilique d’Arantzazu est différente de celle de Miguel Angel, car la Mère n’a pas le Fils dans ses bras. Il gît mort sur le sol, tandis que la Mère, avec son visage en forme de cœur, appelle le ciel et lui fait face. Ils semblent voler vers le ciel sans bouger. La sculpture ressemble à un « t » renversé et mesure plus de trois mètres de hauteur et de largeur.

« J’ai voulu associer un symbole de pauvreté à l’œuvre réalisée pour une basilique par un frère franciscain pour rejoindre l’esprit de saint François, un être humain plus admirable.
En l’honneur de son Chant du Soleil, j’ai utilisé le cercle de symbologie solaire ».
EDUARDO CHILLIDA

En 1954, les responsables de la basilique d’Arantzazu ont chargé le sculpteur Eduardo Chillida de réaliser les portes d’entrée. L’artiste commençait à acquérir une renommée internationale à cette époque. En témoigne le Diplôme honorifique qu’il a reçu à la Triennale de Milan la même année.

A peine rentré de Paris et ayant été en contact avec les avant-gardes européennes, il s’installe à Hernan. « Ici, j’ai découvert qui j’étais. Un jour, par pur hasard, j’ai trouvé une forge en face de la maison, et j’ai fait la connaissance de ce monde sombre, lointain et primitif. J’ai rencontré le fer travaillé à coups de marteau ». Depuis lors, il n’a jamais quitté le fer.

Ce même fer, brut et sorti de l’enfer de la forge, il a utilisé pour fabriquer les quatre portes pour entrer dans la Basilique d’Arantzazu. Avec la terrasse inférieure abaissée, ils sont presque à l’intérieur du sol. Ils évoquent inévitablement le monde souterrain. Les portes forment un collage métallique, qui a été réalisé en superposant des feuilles de différentes finitions. Les rythmes horizontaux et verticaux des tôles de fer superposées forment un espace de pure géométrie. Les portes sont une œuvre simple, rationnelle et abstraite, et les seules références sur celles-ci semblent être le soleil et la lune. Il y a aussi des troncs et des croix d’aubépine.

Il a reçu de la ferraille et des déchets industriels pour fabriquer des portes du port de Zumaia, et des tôles de l’entreprise métallurgique de Patricio Echeverria à Legazpi. Ces derniers ont été travaillés par Chillida avec l’aide d’Echeverria lui-même, qui lui a conseillé où frapper avec le marteau. Les matériaux utilisés représentent la pauvreté et la simplicité des frères franciscains.

L’artiste n’a pas voulu faire des portes auxquelles des sculptures seraient ajoutées plus tard. Il voulait que les portes elles-mêmes soient des sculptures. Tout le monde n’était pas conscient de cette dualité, et c’est peut-être pourquoi ses portes, avec les vitraux, étaient les seuls travaux décoratifs qui pouvaient être achevés en 1955 sans aucun problème pour surmonter l’interdiction des autorités.

« Pour la prière,
je voulais trouver une forme et une couleur qui faciliteraient l’atmosphère de consécration spirituelle avec des combinaisons esthétiques.
Je n’ai pas voulu faire de doctrine avec mes vitraux ».
Javier Álvarez de Eulate

Javier Álvarez de Eulate a créé huit vitraux ronds pour le sanctuaire d’Arantzazu et les a placés symétriquement au sommet de la nef transversale. Les vitraux sont abstraits et les formes douces et ondulées prédominent. Eulate a le plus utilisé la couleur bleue, cependant, il y a quelques zones de verre teintes en rouge et blanc.

Eulat lui-même a donné la lecture suivante aux vitraux : « Ce sont des compositions dans lesquelles les lignes se croisent, alternativement, créant des espaces clairs et sombres. Tout cela dans l’harmonie du bleu, du vert, du violet et du rouge. Ce sont principalement des compositions abstraites, mais il y a aussi une référence figurative : des formes qui rappellent l’aubépine dans l’apparition et, façonnées dans leur arrière-plan, le paysage de montagne d’Arantzazu qui teint les murs de pierre de l’église d’une mystérieuse lumière bleue » .

Les vitraux sont intégrés avec goût à la Basilique. Ils ne se distinguent pas particulièrement, car ils se sont adaptés à l’idée principale du projet avec l’intention de décorer la maison de Dieu.

 » Dans l’abside, j’ai voulu représenter
le chemin spirituel que le basque le plus humble emprunte chaque jour « . Carlos Pascual de Lara

L’abside de Carlos Pascual de Lara, « à travers une série de couleurs ardentes et lumineuses », a voulu combiner les caractéristiques historiques de l’ordre franciscain et du sanctuaire avec le thème biblique de la Vierge Marie et son rôle dans l’histoire du salut, qui s’est terminée par l’institution de l’Eucharistie. Avec tout cela, l’auteur a voulu atteindre la « synthèse cosmique-eucharistique-mariale ».

Dans son projet inachevé, il a divisé les sujets en trois domaines. Dans la partie inférieure et où se trouve la chambre de la Vierge Marie, il a représenté le pasteur Rodrigo de Balzategi surpris par l’apparition. Le berger apparaît de la grande aubépine qui entoure Kamarina. Au centre et en haut de la chambre, la Dernière Cène représente l’Eucharistie, et au sommet de celle-ci, l’image de la Vierge préside à toute l’église. Un chœur d’anges est utilisé par l’artiste pour séparer et relier les côtés droit et gauche en même temps. Sur le côté gauche du bas, il a enregistré les batailles entre les Oinazars et les Gamboas. Montent les moines emprisonnés, les martyrs, les incendies et les actions missionnaires des franciscains, et les pèlerins qui descendent vers le vestiaire. Sur le côté droit, il a représenté la construction de la nouvelle Basilique. En bas, c’est San Francisco, comme s’il portait l’église sur ses épaules. Autour de ce thème se trouve un groupe de pèlerins et de marins se dirigeant vers le vestiaire, et au sommet une composition faisant référence à la paix et au travail.

L’ébauche de cette œuvre à réaliser par Lara se trouve dans le cloître du Sanctuaire.

Vestiaire : Description

« La femme, qui était enceinte d’espérance au pied de la croix,
a accouché d’un bel enfant.
Cela indique que le nouveau monde est arrivé de manière physique et matérielle ».
Xabier Egaña

Pour Xabier Egaña, l’œuvre d’art n’est pas importante en raison de sa technique ou de sa beauté, mais parce qu’elle est un ensemble de signes qui permet d’exprimer un message spécifique. Le thème qu’Egaña avait comme base pour peindre la loge de la Vierge d’Arantzazu était l’existence du mal, de la douleur et de l’injustice. Pour cela, il a utilisé le livre de Job. Comme Job, l’artiste ne comprend pas le sens de la douleur. Mais il a foi en Dieu, et surmontant les questions et les doutes, il a une foi totale qu’un jour il atteindra la Jérusalem céleste. Un nouveau monde dans lequel l’amour, la paix et la justice prévaudront, et la douleur disparaîtra.

Le travail à Kamarina est composé de huit peintures murales, et il prend un total de trente mètres de longueur et quatre autres et demi de largeur. Les peintures murales expressionnistes peuvent être classées en quatre thèmes : Création, Monde, Salut et Apocalypse et Espoir. Egaña lui-même explique leur signification sans suivre l’ordre successif.

 

LIENS VERS TOUTES LES PHOTOS ET PODCASTS SUR Vitoria Gasteiz et le Pays Basque

VIDEOS SUR Pampelune et le Pays Basque

AUTRES ARTICLES SUR L’ESPAGNE A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer en Espagne.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS EN ESPAGNE

NOS LOGEMENTS EN SAISON 3 (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DELA SAISON V ET VB

LES LOGEMENTS EN SAISON VI

LA GASTRONOMIE

Toutes les informations sur la gastronomie espagnole, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien

LA CUISINE ESPAGNOLE (voyageavecnous.com)

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible

#castille #castilleetleon

Laisser un commentaire