voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Logroño et la Rioja – Castille & Léon – ESPAGNE

0

Logroño, située au cœur de la région de La Rioja, est en effet une ville imprégnée d’histoire et de traditions, qui remontent jusqu’au Moyen Âge. En tant qu’une des étapes principales du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, elle joue un rôle central dans le pèlerinage et abrite un riche patrimoine historique lié à cette tradition millénaire. Les pèlerins affluent vers Logroño depuis des siècles, contribuant ainsi à façonner son identité culturelle et religieuse.

LOGRONO Rioja

L’histoire de Logroño est effectivement intimement liée à celle du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, une voie de pèlerinage qui a commencé à gagner en importance dès le XIe siècle. Le Codex Calixtinus, un manuscrit du XIIe siècle considéré comme le premier guide du pèlerinage, mentionne déjà Logroño parmi les étapes importantes sur le chemin.

Située au carrefour de plusieurs routes commerciales et de pèlerinage, Logroño a prospéré grâce au flux constant de marchands, d’artistes et de pèlerins qui arpentaient ses rues pavées. Traversée par l’Èbre, la ville est reliée à la Navarre et à l’Álava par deux ponts historiques. Le plus ancien, le pont de Pierre, remonte au XIe siècle, bien qu’il ait été reconstruit au XIXe siècle. L’autre pont, en fer, a été érigé au XIXe siècle.

Logroño conserve encore des vestiges de ses anciennes fortifications, notamment la muraille du Revellín et la porte de Charles Ier. Chaque année, lors des fêtes patronales, la ville commémore le siège qu’elle a subi par les troupes françaises.

La Rúa Vieja, une rue traditionnellement empruntée par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle, abrite des exemples remarquables de l’architecture associée au pèlerinage, tels que l’albergue de Peregrinos (l’auberge des pèlerins) et la célèbre fuente de los Peregrinos (fontaine des pèlerins).

EGLISE DE SANTIAGO

L’église de Santiago el Real, construite au XVIe siècle, est un témoignage tangible de l’importance du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pour Logroño. Cet édifice imposant, agrandi et réformé au XVIIe siècle, présente une seule nef. Sa façade Renaissance est couronnée par une remarquable représentation de Santiago Matamoros, un saint guerrier largement vénéré par les pèlerins.

À l’intérieur de l’église, on trouve l’image de la Virgen de la Esperanza, la patronne de Logroño. Le retable principal, datant du milieu du XVIIe siècle, est particulièrement remarquable, tout comme les figures agenouillées de la chapelle de l’Espinosa, les gisants de la chapelle de Santa Catalina, le reliquaire et l’orgue du XVIIIe siècle. Les archives de la ville, ainsi que les grilles en fer forgé, ajoutent à l’intérêt historique et artistique de l’église.

La présence de ces éléments architecturaux et artistiques témoigne de l’importance du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle dans la vie religieuse et culturelle de Logroño.

CATHEDRALE SANTA MARIA LA REDONDA

La cathédrale de Santa María la Redonda, datant du XVe au XVIIIe siècle, est un joyau architectural situé au cœur de la vieille ville de Logroño. Ses imposantes tours baroques dominent la Plaza del Mercado, offrant une vue impressionnante sur l’ensemble de la région.

Construite sur les fondations d’une ancienne église romane de forme circulaire, la cathédrale abrite une riche collection de sculptures, dont certaines sont attribuées à Gregorio Fernández, un maître sculpteur espagnol renommé. Parmi les œuvres les plus remarquables se trouve une représentation du chemin de la Croix, réalisée par le célèbre artiste de la Renaissance, Michel-Ange.

La co-cathédrale de Santa María la Redonda est un lieu chargé d’histoire et de spiritualité, témoignant de la grandeur artistique et religieuse de la région. Son architecture impressionnante et ses trésors artistiques en font un site incontournable pour les visiteurs de Logroño.

L’église de Santa María la Redonda est une œuvre architecturale remarquable du XVIe siècle, qui a subi des modifications et des ajouts au XVIIe et au XVIIIe siècle, lui conférant un aspect baroque caractéristique à l’extérieur. La structure la plus ancienne est le corps central de l’église.

Cette église présente un plan de type halle, avec trois nefs de hauteur égale, séparées par de grandes colonnes et couvertes de voûtes étoilées nervurées et de tercelètes. Les chapelles latérales s’ouvrent entre les contreforts, offrant des espaces dédiés à la dévotion et à la contemplation.

L’abside centrale, octogonale, témoigne de l’évolution architecturale du bâtiment, avec les côtés ayant disparu lors de l’ouverture du déambulatoire. Le retable principal, datant du XVIIe siècle, est une œuvre remarquable, composée d’une grande rue centrale ornée d’un relief représentant la généalogie du Christ, entourée d’images de San Pedro et San Pablo. Au sommet se trouve une représentation du Christ crucifié. La Vierge couronnant la rue centrale est une image hispano-flamande datant de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, ajoutant une dimension artistique précieuse à l’intérieur de l’église.

Les chapelles latérales renferment également des trésors artistiques, offrant aux visiteurs une expérience enrichissante de l’art et de la spiritualité.

La chapelle de Notre-Dame de la Paix, située à côté de l’entrée de l’église, est un lieu qui mérite une attention particulière. Elle tire son nom de l’image de la Vierge qui l’orne, représentant la paix et la sérénité. Cette chapelle abrite également un relief remarquable de la Résurrection, qui décore la tombe de Diego Ponce de León, un noble de Logroño.

Ces œuvres ont été réalisées par Maître Ansé au milieu du XVIe siècle, témoignant du talent artistique de cette époque et de l’importance de la dévotion religieuse dans la vie quotidienne des habitants de Logroño. La chapelle de Notre-Dame de la Paix constitue ainsi un véritable joyau artistique et spirituel au sein de l’église de Santa María la Redonda.

La chapelle adjacente abrite des panneaux polychromes d’un retable provenant de la ville de Bezares, également datant de la même époque. Ces panneaux témoignent du riche patrimoine artistique de la région de La Rioja. Dans la dernière chapelle du côté gauche, on peut également admirer d’autres peintures sur panneau provenant du palais de Somalo, qui faisaient partie d’un retable dédié à la Vierge. Ces œuvres, signées par G. Coignet à Anvers en 1584, illustrent la fusion des influences artistiques européennes de l’époque.

Dans la chapelle de San Pedro, située vers la tête de l’église, un grand nombre de reliquaires sont exposés dans le bas du corps du retable du Miraculeux. Parmi eux, le buste reliquaire de San Prudencio, en cuivre doré et argent, se distingue par son style gothique. On y trouve également les cercueils de San Félix del Monte et San Funes, datant de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle dans un style romaniste, ainsi que celui de San Prudencio, réalisé dans un style hispano-flamand un siècle plus tôt. Toutes ces œuvres proviennent du monastère disparu de Monte Laturce, près de la ville de Clavijo, ajoutant une dimension historique et spirituelle à cet espace sacré.

Après l’autel principal, on accède au déambulatoire formé de trois chapelles reliées entre elles. La chapelle nord abrite la tombe du général Espartero et de son épouse Doña Jacinta Martínez de Sicilia, réalisée en 1888 par le sculpteur Juan Samsó. Au centre, on trouve les fonts baptismaux datant de 1587 et une image de l’Assomption provenant de Somalo, datant du XVe siècle. En face, dans l’arrière-salle, une niche vitrée contient une petite toile de la Crucifixion attribuée à Michel-Ange, ajoutant une note artistique remarquable à cet espace sacré. La chapelle sud abrite la tombe de l’évêque Pedro González del Castillo, fondateur de l’église en 1627.

Vers les pieds de la nef centrale se trouve le chœur bas, construit au XVIIe siècle. Pendant ces travaux, les portes d’entrée latérales du temple, dédiées respectivement à San Martín et à l’Assomption, ont également été réalisées, enrichissant l’aspect architectural et spirituel de l’église.

Le chœur, fermé par une grille baroque, présente des stalles en noyer ornées de motifs architecturaux dans les sièges inférieurs et de bas-reliefs représentant des figures de saints dans les parties supérieures, datant du milieu du XVIe siècle. Une grande chapelle appelée Notre-Dame des Anges est située dans le chœur. Elle a un plan ovale et est surmontée d’un dôme octogonal orné de fresques, réalisé en 1770 par José Vejes.

Le retable principal, datant d’environ 1762, est une œuvre rococo comprenant une image de Notre-Dame des Anges, une sculpture hispano-flamande de la fin du XVe siècle. La pièce la plus remarquable de cette chapelle est la sculpture articulée du Christ couché, contenue dans une urne en bois richement décorée de nacre, de bronze et d’argent. Offerte au temple en 1694 par Gabriel de Unsain, capitaine des Tercios de Sa Majesté et échevin perpétuel de Logroño, cette sculpture est retirée de son urne chaque mercredi saint par les membres de la Confrérie du Saint-Sépulcre pour être nettoyée.

La porte principale du temple, conçue comme un grand retable orné d’images en albâtre, s’ouvre au pied de l’église. Elle est flanquée des « tours jumelles », également appelées tour de San Pedro au nord et tour de San Pablo au sud. Ces tours ont été conçues par Juan Bautista de Arbaiza et achevées après sa mort par Martín de Beratúa et Francisco Gorbea entre 1742 et 1762.

Ces tours représentent parfaitement la monumentalité des clochers baroques de La Rioja. Elles se composent de quatre niveaux : les deux premiers ont une base carrée, le troisième est octogonal avec des coins ornés de petits pinacles, des ouvertures semi-circulaires et des fenêtres au-dessus, tandis que le dernier niveau est octogonal à base rétrécie surmonté d’une section circulaire. Ce style de tour trouve ses origines dans l’église de Santo Tomás de Haro, puis s’est répandu dans la région avant d’influencer d’autres parties de l’Espagne.

L’église a été déclarée monument national en 1931, et en 1959, le pape Paul VI l’a élevée au rang de co-cathédrale.

EGLISE SANTA MARIA DE PALACIO 

L’église de Santa María de Palacio, surnommée « La Aguja » ou « La Imperial », est l’une des plus anciennes de Logroño, avec sa flèche gothique qui domine la ville.

Son nom provient du palais sur lequel elle fut érigée, donné par Alphonse VII de Castille.

Construite au XIe siècle, reconstruite au XIIe siècle et agrandie au XVIe siècle, elle abrite un cloître magnifique, un retable flamand et plusieurs éléments romans.

L’église présente trois nefs se terminant en chapelles absidiales. Au-dessus du transept se trouve une coupole octogonale, dont la tour pyramidale gothique se prolonge à l’extérieur.

IGLESIA DE SAN BARTOLOME

L’église de San Bartolomé, avec sa tour mudéjar, est une autre merveille architecturale de Logroño. Construite au XIIe siècle, elle est dédiée au saint patron de la ville. Malgré des restaurations au XVe siècle, elle demeure le seul exemple d’art roman dans la ville. Avec ses trois nefs séparées par des piliers polygonaux et son transept couvert de voûtes en croisée d’ogives, elle mêle harmonieusement les styles roman et gothique. Son chevet roman présente une abside semi-circulaire voûtée en berceau brisé, tandis que sa façade gothique est ornée d’une iconographie décrivant des scènes de la vie de saint Bartholomé. La tour mudéjar de l’église, datant du XVIe siècle, ajoute à son charme.

En plus de ses églises remarquables, Logroño regorge également d’exemples intéressants d’architecture civile, comme le palais du Marqués de Legarda, celui des Chapiteles, et le musée de La Rioja, installé dans le palais de Espartero, une construction baroque du XVIIIe siècle. Se promener dans les avenues et les places de Logroño, notamment sur le paseo del Espolón et la plaza del Mercado, offre une immersion agréable dans l’ambiance de la ville.

LES MONASTERES DE YUSO ET SUSO –  Rioja

San Millán de la Cogolla, situé au pied de la Sierra de la Demanda, est un véritable joyau culturel de La Rioja, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997. Ce bourg tire son nom de deux monastères fondés par une communauté qui s’est formée autour d’un ermite nommé Millan, qui vécut 101 ans voué à la prière dans les grottes de la Sierra de la Demanda.

La communauté de Suso est devenue l’un des grands centres culturels du Moyen Âge sur la péninsule ibérique. À cet endroit se trouvait autrefois une église appelée l’église de Saint Georges, datant des VIIIe et IXe siècles et de style wisigothique. Cette église, considérée comme l’une des plus anciennes de La Rioja, est aujourd’hui connue sous le nom d’Ermitage de Santa Potamia.

La ville est divisée en trois quartiers. Le plus ancien, traditionnellement appelé « Santurde », existait déjà au IXe siècle selon les archives du monastère. Après la construction du monastère de Yuso, le village s’est étendu dans cette direction, donnant naissance à un autre quartier appelé « Barrionuevo ».

 LE MONASTERE DE SUSO – Rioja

Le monastère de San Millán de Suso, dont le nom « Suso » signifie « haut » en latin, a pris naissance dans les grottes où vivaient les ermites disciples de Saint Millan, aux alentours du VIe siècle, près de la grotte qui abritait les restes du saint. Les extensions successives jusqu’au XIIe siècle ont transformé ces grottes en un couvent, puis en un monastère. On peut observer les différents styles architecturaux qui se sont superposés entre les VIe et XIIe siècles, allant du wisigothique au mozarabe en passant par le roman.

Peu après l’arrivée des Wisigoths dans la péninsule ibérique, le fils d’un berger originaire de Vergegium (aujourd’hui Berceo), l’anachorète Aemilianus (Millán), se retira dans ces lieux. Il y vécut en ermite jusqu’à sa mort à l’âge de 101 ans et fut enterré dans une tombe creusée dans la roche. Sa vie est connue grâce à un récit écrit en 635 par l’évêque de Saragosse, Braulio, qui fut traduit en roman par Gonzalo de Berceo, qui a fait ses études à cet endroit.

Le petit monastère a été construit autour de la cellule rupestre de l’ermitage, dans un lieu d’une grande beauté, au cœur d’une dense forêt. Au cours d’une première phase de construction (Ve siècle et début du VIe siècle), des grottes ont été creusées dans les cavités du terrain. Entre les VIe et VIIe siècles, une première structure destinée à rassembler les disciples a été édifiée. Il s’agissait en fait de deux compartiments voûtés dont les murs et plusieurs arcs wisigothiques sont encore conservés aujourd’hui.

Au cours de la première moitié du Xe siècle, le monastère mozarabe fut construit, puis consacré en 959 par García Sánchez I, le premier monarque installé à Nájera. De cette époque datent la galerie d’entrée et la nef principale de l’église, construites avec des voûtes de style califal et des arcs outrepassés. En 1002, Almanzor incendia le monastère, détruisant ainsi la décoration picturale et les plâtres mozarabes.

En 1030, Sancho III le Grand restaura et agrandit le monastère en ajoutant deux arcs en plein cintre aux arcs outrepassés existants. Enfin, aux XIe et XIIe siècles, d’autres extensions furent réalisées avec des murs et des arcs en plein cintre devant les grottes primitives.

L’accès au monastère se fait par le « Portaleyo », le parvis chanté par Gonzalo de Berceo, le premier poète en langue espagnole connu. On y trouve les tombes des infantes de Lara, de leur tuteur Nuño, ainsi que celles de trois reines de Navarre.

Leurs histoires sont devenues illustres grâce au livre « Romance de los siete infantes de Lara » (Romance des sept infantes de Lara), tiré d’une ancienne chanson de geste disparue, qui, avec le « Poème du Cid » (Cantar de mio Cid), est l’une des plus grandes œuvres de la littérature castillane.

En passant par l’arc mozarabe aux chapiteaux en albâtre qui nous ramènent à l’époque du califat cordouan du Xe siècle, ornés de motifs végétaux et géométriques, vous accédez au monastère mozarabe avec ses trois grands arcs en fer à cheval. Au fond, nous pouvons observer les vestiges de la construction primitive wisigothe.

La grotte du sépulcre conserve la pierre tombale du fondateur du XIIe siècle, taillée en albâtre noir et ornée de sa sculpture en relief portant les habits ecclésiastiques : aube, chasuble et étole. On peut remarquer la croix qu’il porte sur la poitrine, aujourd’hui appelée Croix de San Millán, mais qui était à l’origine un objet liturgique appelé « portapaz ».

Elle fut très visitée au Moyen Âge lorsqu’elle était l’un des principaux lieux de pèlerinage avec Saint-Jacques de Compostelle.

Le premier poète de la langue espagnole, Gonzalo de Berceo, naquit quelques siècles plus tard dans un village proche, et c’est ici, sur le parvis du monastère de Suso, qu’il écrivit une partie de son œuvre, comme il le raconte dans la préface de la vie de Santa Oria.

Les moines bénédictins s’installèrent dans le monastère au Xe siècle. L’un de leurs grands abbés fut Domingo, originaire de Canas, plus connu comme Santo Domingo de Silos.

L’importance culturelle de Suso repose sur la collection de manuscrits et de codex conservée dans ses archives : le Codex Émilien des Conciles (992), la Bible de Quiso (664) ou plusieurs copies du Beato de Liébana (auteur du VIIe siècle). On le considère comme l’un des principaux sites d’écriture, voire le plus notable, du Moyen Âge espagnol. C’est dans ce cadre qu’est apparue ce que l’on reconnaît aujourd’hui comme la manifestation écrite la plus ancienne de la langue espagnole.

LE MONASTERE DE YUSO

La légende raconte que le roi García de Nájera ordonna le transfert des restes de San Millán, alors à Suso, au monastère de Santa María La Real de Nájera. Les bœufs qui tiraient la charrette s’arrêtèrent dans la vallée, comme si les restes du saint résistaient à la quitter, ce qui donna lieu à la construction à cet endroit de l’actuel monastère de Yuso.

Mais ce fut le roi Sancho X qui finalement emmena les restes de San Millán au nouveau monastère roman du Xe et du XIe siècle, construit dans la vallée. Il n’en reste aujourd’hui aucun vestige car c’est sur lui, entre le XVIe et le XVIIIe siècle, que fut bâti l’actuel monastère de Yuso par les Bénédictins.

Le portail d’accès au monastère remonte à 1661. Il affiche un San Millán « Matamoros », puisque selon la tradition il lutta contre les Maures aux côtés de Saint Jacques à la bataille de Simancas. Le couloir, de 1689, donne accès au Salon des Rois, ainsi dénommé à cause des quatre grandes toiles de rois mécènes du monastère.

Nous pénétrons tout d’abord dans la salle des rois.

Son nom s’explique par les tableaux qui sont sur les murs et représentent les rois bienfaiteurs du monastère ainsi que le fondateur, le Roi García de Nájera.

À San Millán de la Cogolla, il y a deux monastères : Suso et Yuso, le premier étant le plus ancien.

Pendant le XVIe et le XVIIe siècle, le monastère de Yuso a été construit.

Nous découvrons ici les copies des premiers écrits en castillan.

Les premiers mots en castillan et en basque ont été écrits ici à San Millán au XIe siècle. Ces mots sont appelés GLOSAS EMILIANENSES.

Une glose est une note ou une traduction écrite entre les lignes ou des deux côtés d’un texte écrit en latin qui a été traduit du latin en castillan. Ces gloses sont apparues dans le CODEX 60, un livre religieux qui a été écrit au Xe siècle. L’auteur de ces gloses était un moine qui habitait à Suso.

Dans la page 72 de ce codex, on trouve un petit texte écrit en castillan, qui est considéré le premier texte écrit en castillan. Et dans les pages 63 et 67, on trouve aussi les premiers mots écrits en basque.

Le cloître inférieur ou processionnel a été commencé en 1549 et, bien que ses voûtes soient gothiques, la conception est de style Renaissance.

Ces clés de voûtes sont décorées avec 300 médaillons qui représentent des prophètes, apôtres, anges, fleurs, etc…

Ce cloître est inachevé parce que les moines qui devaient le décorer n’avaient plus d’argent pour le faire.

Il a été décoré par Andrea de Rodi.

Les trois sculptures les plus importantes qui décorent le cloître sont celles de San Millán, de San Felices le maître de San Millán et de Saint Benoît, le patron des bénédictins.

L’EGLISE MONACALE

L’église monacale est la première construction du monastère. Elle a été construite entre 1504 et 1540. C’est le premier exemple espagnol d’église à trois nefs de même hauteur pour obtenir un espace diaphane et une meilleure visibilité vers l’autel.

L’église est divisée en deux parties : l’église paroissiale, dans la partie postérieure, et l’église monacale.

L’église paroissiale était utilisée par les moines pour célébrer la messe pour les habitants du village à différentes heures de la journée. On peut y remarquer le retable baroque du XVIe siècle qui sépare l’église paroissiale de l’église monacale. C’est un retable en bois de noyer recouvert de feuilles d’or et orné de sculptures des saints entourant San Millán. Le choeur en haut est soutenu par un arc bombé avec une décoration de style plateresque datant de 1680. La pièce la plus remarquable de l’église paroissiale est la chaire en bois de noyer noir, attribuée à l’école de Berruguete et datant du XVIe siècle.

Dans cette partie de l’église, on peut également observer un retable de style Renaissance du milieu du XVIIe siècle, orné de huit toiles de Fra Juan Ricci, un moine bénédictin disciple d’El Greco. On peut percevoir les influences d’El Greco dans la toile supérieure représentant l’Assomption de la Vierge.

L’abbatiale, commencée en 1504, présente un style gothique décadent et un plan de salon avec trois nefs de même hauteur.

Le maître-autel abrite un retable grandiose avec une toile de Fray Juan Ricci, de l’école d’El Greco, représentant San Millán à cheval lors de la bataille de Hacinas, remportée par le comte castillan Fernán González.

L’extraordinaire grille de Sébastián de Medina de 1676 vient compléter l’ensemble artistique du chœur. Les stalles du chœur inférieur ont été réalisées par un sculpteur flamand vers 1640, tandis que le trascoro de style rococo français est orné de sculptures en ronde-bosse représentant les disciples de San Millán (Santa Oria ou Aurea, Santa Potamia, San Sifronio, etc.). À noter également la splendide chaire plateresque décorée de reliefs des Évangélistes et des symboles de la Passion.

L’église suit la division typique des grandes abbayes bénédictines, avec deux chœurs : le chœur en haut pour les chants quotidiens et le chœur intérieur pour les occasions plus solennelles.

Les deux chœurs datent du XVIIe siècle. Dans le chœur inférieur, on peut remarquer l’orgue baroque datant de 1768. La grille entourant le chœur inférieur, datant de 1676, est l’œuvre de Sébastián de Medina. À l’origine, la grille était polychromée en doré, rouge et bleu. Des traces de cette polychromie originale sont encore visibles dans la partie supérieure de la grille.

C’est fascinant ! Ces moments spécifiques, les 21 mars et 21 septembre aux équinoxes de printemps et d’automne, où le soleil entre dans l’église et crée cette ellipse parfaite au centre, sont vraiment remarquables. Cela démontre une grande précision dans la construction et l’orientation de l’église vers l’est, en direction de Jérusalem et de la Terre Sainte, des points centraux du christianisme. C’est une belle illustration de l’attention portée aux détails et à la symbolique dans l’architecture religieuse.

LA SACRISTIE

La transformation de la salle capitulaire en sacristie offre un mélange remarquable d’histoire et d’art. Les fresques du XVIIIe siècle sur le plafond, préservées grâce à la nature absorbante de l’albâtre, ajoutent une richesse de couleurs intemporelle à l’espace. Les détails des tiroirs en bois de noyer et des tableaux à l’huile sur cuivre apportent une touche de raffinement, reflétant l’influence flamande et napolitaine.

La présence imposante de la sculpture de Notre Dame Reine des Anges du XVIIIe siècle donne à la sacristie une atmosphère sacrée et majestueuse. Le facistol rappelle l’importance de la prière liturgique dans la vie monastique.

La salle est dominée par une sculpture anonyme de Notre Dame Reine des Anges  du XVIIIème siècle.

Quant au cloître supérieur, ses vingt-quatre toiles illustrant la vie et les miracles de San Millán ajoutent une dimension spirituelle et historique à cet espace. La décision de fermer le cloître au XVIIIe siècle pour protéger les précieuses œuvres d’art démontre l’engagement à préserver ce trésor culturel pour les générations futures.

Le cloître supérieur, classique, est orné de vingt-quatre toiles de José Vexes illustrant divers épisodes de la vie et les miracles de San Millán telle qu’elle fut relatée par saint Braulio, archevêque de Saragosse.

Codex et livres de chœur

L’exposition permanente offre un aperçu fascinant du processus de copie des livres dans le scriptorium, mettant en lumière les techniques utilisées, les matériaux employés tels que le parchemin et les différentes fournitures nécessaires à cette tâche méticuleuse. Les visiteurs peuvent admirer certains exemplaires précieux conservés dans la bibliothèque du monastère, ainsi qu’une collection des livres de chœur les plus artistiques.

Les lutrins du monastère soutiennent une série impressionnante de vingt-cinq volumes copiés entre 1729 et 1731, offrant un témoignage remarquable de l’artisanat monastique.

Le choix du parchemin, spécifiquement la peau de veau nouveau-né, pour la fabrication de ces livres reflète le dévouement des moines à la qualité et à la durabilité de leurs ouvrages. La rareté de ces collections de livres de chœur originaux en Espagne souligne davantage leur importance historique et culturelle.

Les archives et la bibliothèque du monastère sont des trésors pour les chercheurs, abritant deux cartulaires et trois cents ouvrages originaux. L’histoire du monastère, depuis sa fondation par les Bénédictins jusqu’à son entretien par les Augustins Récollets, témoigne de sa résilience à travers les siècles et de sa contribution continue à la préservation du patrimoine culturel et spirituel de l’Espagne.

L’ORATOIRE

L’oratoire abrite des trésors sacrés remarquables, notamment les coffres reliquaires de San Millán et de San Felices de Bilibio, tous deux érigés en 1944.

Le coffre reliquaire de San Millán est une pièce d’une grande valeur artistique, ornée des ivoires originaux du XIe siècle. Ces ivoires, représentant la vie et les miracles de San Millán, sont considérés comme l’un des joyaux de l’art roman. Le coffre renferme les précieuses reliques de San Millán, ajoutant à son importance spirituelle.

Quant au coffre reliquaire de San Felices, il est décoré avec des ivoires du XIIe siècle illustrant des passages de la Bible. Tout comme son homologue, ce coffre renferme les reliques vénérées de San Felices.

Une pièce majeure dans l’oratoire est la statue du Christ datant du XVIe siècle, originaire d’Italie. L’auteur de cette sculpture, potentiellement Benvenuto Cellini, a créé une œuvre en bronze doré d’une grande valeur artistique et religieuse.

L’oratoire est ainsi un lieu de contemplation et de vénération, où l’on peut admirer des trésors de l’art sacré et méditer sur la spiritualité de San Millán et San Felices.

HARO Rioja

Haro est une ville emblématique de la région de La Rioja, située dans le nord-ouest de la communauté autonome. En tant que chef-lieu du canton du même nom, elle occupe une place centrale dans la vie économique et culturelle de la Haute-Rioja.

La viticulture est au cœur de l’économie locale, avec la production de vins de qualité protégés par l’appellation d’origine contrôlée Rioja. Les vignobles qui parsèment la région témoignent de cette activité centrale, et de nombreuses caves accueillent les visiteurs désireux de découvrir les secrets de la vinification.

Sur le plan du patrimoine historique et artistique, Haro regorge de trésors. La basilique Nuestra Señora de Haro, avec son imposant autel baroque, et le palais des comtes de Haro, représentatif du style baroque, sont des témoins de la richesse architecturale de la ville. Le palais de Beldaña, un joyau du plateresque espagnol du XVIe siècle, et l’église Santo Tomás ajoutent à la diversité de son patrimoine.

La “Bataille du vin”, célébrée chaque année le 29 juin, est l’événement le plus célèbre de la ville. Dans cette fête unique, les habitants se lancent des milliers de litres de vin dans une bataille joyeuse et symbolique, reflétant l’importance culturelle et festive du vin pour la communauté.

Les caves de Haro, en plus de leur production viticole, sont des destinations prisées par les touristes, attirant chaque année des milliers de visiteurs en quête de dégustations et de découvertes œnologiques.

Ainsi, entre son riche patrimoine artistique, son activité viticole dynamique et ses traditions festives uniques, Haro est une ville où le vin coule à flots, tant dans les verres que dans la vie quotidienne de ses habitants.

EGLISE PAROISSIALE DE SANTO TOMAS

L’église paroissiale de Santo Tomás est un édifice chargé d’histoire, dont les premières mentions remontent au XIVe siècle. Située au pied de la colline de La Mota, anciennement appelée « La Atalaya », elle fut érigée sous la protection des Condestables de Castille, dans le noyau primitif de la ville de Haro.

Avec une superficie de 2 285 mètres carrés, cette église imposante est construite en pierre de taille et est située au cœur des ruines du château de Haro, sur la colline qui servait de fondation à la ville.

Le début effectif de sa construction fut approuvé le 18 juillet 1564, lorsqu’une réunion eut lieu à l’Hôtel de Ville en présence des trois révérends et magnifiques maîtres du Chapitre, de la Justice et du Régiment de la ville, en qualité de responsables de l’Église Santo Tomás. Les travaux de construction furent confiés à Pedro de Resines, qui s’engagea à édifier neuf chapelles, une tour, une chapelle de chœur, une chapelle pour l’orgue, un escalier pour le chœur et une tour, le tout dans un délai de huit ans.

La tour de l’église paroissiale de Santo Tomás est sans aucun doute une construction remarquable qui a marqué son époque et a servi d’inspiration pour d’autres édifices ultérieurs. Elle a été le modèle pour des constructions importantes comme celle de l’église Santa María la Redonda de Logroño (1742) ou encore celle de la cathédrale de Santo Domingo de la Calzada (1765).

La partie inférieure de la tour, datant de 1671 et réalisée par Juan de Raón, présente un style gothique et une forme carrée. Elle est remarquable par sa robustesse et son élégance caractéristiques de cette période architecturale.

La partie supérieure, quant à elle, est l’œuvre d’Agustín Ruiz de Azcárraga en 1720 et affiche un style plus baroque. Elle se distingue par son corps de cloches octogonal, surmonté d’un dôme avec une lanterne.

Cette partie de la tour ajoute une touche de grandeur et de sophistication à l’ensemble architectural.

Le portail principal de l’église paroissiale de Santo Tomás mérite une mention spéciale, avec ses scènes de calvaire et ses images des apôtres et du Père éternel, flanquées des boucliers du Velasco. Cette œuvre de style plateresque, réalisée par Felipe Vigarny, l’un des sculpteurs les plus remarquables de la Renaissance espagnole, est un témoignage de l’art sculptural de l’époque.

La décoration extérieure, comprenant des candelieri, des grotesques et des guirlandes en pierre, introduit dans La Rioja un nouveau style sculptural inspiré de la Renaissance italienne. Elle marque la transition entre l’ancienne église et la structure actuelle, évoquant un arc de triomphe par sa conception.

L’église a été construite sur les fondations d’un bâtiment précédent en pierre de taille. Son plan d’étage suit le modèle de la salle allemande ou « hallen kirche », avec trois nefs de hauteur égale et quinze voûtes nervurées étoilées, soutenues par des arcs géométriques reposant sur des colonnes et des pilastres attachés.

À l’intérieur, le chœur abrite des stalles datant de la fin du XVIIe siècle, ainsi qu’un orgue de 1798 réalisé par Domingo Garagalza.

Le grand retable du maître-autel, datant de 1730, est le plus grand de toute La Rioja. Réalisé en bois polychrome, il est richement décoré, donnant une impression de plénitude qui remplit tout l’espace, exprimant ainsi le concept du « Horror Vacui ».

PALAIS DES COMTES DE HARO

Le Palais des Comtes de Haro, situé à côté de la paroisse de Santo Tomás, est un édifice imposant de trois étages qui témoigne d’une évolution architecturale allant du style Renaissance à celui du baroque plus ornementé.

Initialement de style Renaissance, le palais se caractérise par sa sobriété décorative, mais il montre clairement une transition vers le baroque au fil du temps, notamment à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle.

Parmi les éléments architecturaux remarquables, on trouve la couverture ornée de moulures mixtilignes, les colonnes doubles de style salomonique, ainsi qu’un fronton brisé surmonté d’acrotères pyramidaux avec des boules, rappelant le style de l’Escorial.

Les détails décoratifs comprennent des motifs floraux et fantastiques, tels que des gargouilles sur les avant-toits, ainsi que des boucliers et des médaillons ornés, ajoutant une touche d’élégance et de grandeur à l’ensemble de la structure.

Bien que reconstruit en 1959, le palais a été réhabilité en 2006, préservant ainsi son histoire et son importance architecturale dans la région.

SANTO DOMINGO DE LA CALZADA

Santo Domingo de la Calzada, une municipalité de La Rioja, est nichée dans une vaste plaine au bord de la rivière Oja, entourée par les majestueux sommets de la Sierra de la Demanda. À une altitude de 638 mètres, elle s’étend sur près de 40 km2 et bénéficie d’un climat de type continental ou méditerranéen intérieur. En tant que chef-lieu de sa région, elle abrite une population d’environ 6 238 habitants, en faisant ainsi la huitième plus grande municipalité de La Rioja.

Située à une distance relativement courte de plusieurs capitales provinciales telles que Vitoria-Gasteiz, Burgos, Bilbao, Pampelune, Donostia-San Sebastián, Valladolid et Santander, Santo Domingo de la Calzada jouit d’un emplacement stratégique. Même Madrid n’est qu’à 316 km de là.

L’histoire de la ville remonte au XIIe siècle, lorsque la population s’est progressivement concentrée autour de l’église et de l’hôpital établis par Domingo Garcia, un ermite qui avait également construit un pont et une route. Initialement peuplé par les habitants des villages voisins, Santo Domingo a rapidement pris de l’ampleur grâce à son emplacement privilégié sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au fil du temps, la ville s’est développée le long de ce qui est aujourd’hui la Calle Mayor, avec un quartier ancien et un quartier plus récent se fusionnant pour former une seule rue, autrefois connue sous le nom de Camino de Santiago.

La croissance démographique, économique et urbaine de Santo Domingo de la Calzada a été stimulée par les privilèges royaux octroyés par le roi Alphonse VIII dans les années 1187 et 1207. Ces privilèges ont été renforcés lorsque le roi Alphonse XI de Castille lui a accordé le titre de ville realenga en 1334, en raison de sa population croissante, faisant d’elle la première ville de La Rioja à détenir cette dignité.

Pendant le XIVe siècle, la ville a vu la construction de ses murailles médiévales, transformant son statut de simple ville-route en une véritable place forte entre 1367 et 1369.

Au XVIe siècle, Santo Domingo de la Calzada a connu un développement et un épanouissement remarquables, sa population atteignant environ 3 000 habitants lors du recensement de 1591.

Malgré les incertitudes et les crises du XVIIe siècle, le XVIIIe siècle a marqué un nouveau développement urbain, marqué par la construction de la tour autoportante.

En 1833, avec la création de la province de Logroño, Santo Domingo de la Calzada est devenue le chef-lieu de sa région et de son district judiciaire. Elle est devenue le centre névralgique de la riche région de La Rioja Alta. Au cours du XXe siècle, sa population a continué à croître, atteignant près de 4 000 habitants en 1900, consolidant ainsi son rôle en tant que centre de services de la région. Aujourd’hui, elle conserve son importance administrative, commerciale, éducative et touristique, et sa vieille ville a été déclarée site d’intérêt historique et artistique en 1973.

Santo Domingo de la Calzada est profondément enracinée dans la tradition du Camino de Santiago, ce qui a largement contribué à façonner son identité et son développement au fil des siècles.

L’histoire de Santo Domingo de la Calzada remonte au XIe siècle, époque où une dense forêt de chênes bordait une rivière tumultueuse descendant des montagnes voisines. Au cœur de cette forêt, un ermite du nom de Domingo s’installa et consacra ses efforts à faciliter le passage des pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Il construisit un pont sur la rivière Oja, défricha une partie de la forêt pour ouvrir une route sûre et érigea un hôpital et un temple pour le soulagement matériel et spirituel des voyageurs. C’est ainsi que naquit cette ville qui devint rapidement un arrêt majeur sur le chemin de Compostelle, entre Puente La Reina et León.

Santo Domingo de la Calzada tire son nom du saint éponyme, qui fut l’un des saints cantonniers du Chemin de Saint-Jacques au XIe siècle. La ville est célèbre pour le miracle le plus connu du Chemin : au XIIe siècle, un pèlerin allemand accusé à tort de vol fut condamné à être pendu. À son retour de Compostelle, ses parents entendirent leur fils proclamer son innocence du haut du gibet, affirmant être protégé par saint Jacques. Sur leurs paroles, le juge, en train de déguster de la volaille rôtie, déclara que si le fils était vivant, la poule et le coq sur la table se mettraient à chanter. C’est alors que le coq chanta et la poule caqueta. Le juge, étonné, fit dépendre la servante qui avait menti et fit pendre le jeune homme à sa place.

Dans la cathédrale de Santo Domingo de la Calzada, où repose le tombeau de Santo Domingo, une poule et un coq vivants commémorent ce miracle du « Pendu dépendu ». Une potence rappelle également le souvenir du pèlerin injustement puni.

PLACE D’ESPAGNE

La Place d’Espagne a été créée avec la construction des murailles au XIVe siècle. Pendant des siècles, elle a été le lieu du marché et des arènes. Le pavage actuel date de la fin du XXe siècle.

L’Hôtel de Ville est une œuvre baroque construite vers 1750 par le maître Francisco Aguero.

 

Au rez-de-chaussée, neuf arcs sont adossés aux vestiges de la muraille primitive du XIVe siècle.

Au centre, on trouve un bel écu des Bourbons, flanqué des deux blasons de la ville : l’un avec un coq et une poule, et l’autre avec un chêne vert et une faucille. Le tout est couronné par une sculpture de la déesse Fama.

LA ALHONDIGA ou HALLE AU BLE

La « Alhóndiga » ou halle au blé, était l’ancien entrepôt et le lieu de vente de grain, désigné par ce mot hispano-arabe. Sur sa façade, on trouve au centre un écu de Castille et de León datant de 1716.

De chaque côté, sur la partie supérieure, se trouvent deux autres écus gothiques avec les armoiries de la ville.

En dessous, un écu de Castille et de León du XIVe siècle, qui était situé sur l’une des portes de la muraille.

La construction de la Alhóndiga a été ordonnée par le Corregidor Pedro Nolasco en 1763.

Elle a servi de siège officiel des bureaux du corregidor et du bailliage de La Rioja jusqu’à leur suppression par les Cortes de Cadix en 1812.

Au rez-de-chaussée se trouve la prison Royale, pratiquement intacte depuis sa construction et utilisée jusqu’au milieu du XXe siècle.

LA TORRE

La Tour, d’une hauteur de 70 mètres, est la plus haute de La Rioja. Œuvre de Martín de Beratúa, l’évêque de ce diocèse, Andrés de Porras y Ternes la fit construire.

Elle est la troisième tour de la cathédrale.

La première fut détruite par la foudre et la seconde dut être démontée en raison de problèmes de cimentation. On la construisit détachée de la cathédrale pour éviter que les courants souterrains n’affectent ses fondations.

C’est la seule tour de cathédrale espagnole dont l’horloge d’origine du XVIIIe siècle continue à fonctionner.

Elle abrite huit cloches, dont deux sont utilisées pour sonner les heures et les quarts d’heure.

ERMITA DE LA VIRGEN DE LA PLAZA

L’Ermita de la Virgen de la Plaza est un édifice gothique du XVIe siècle.

Sa façade est de style baroque, datant du début du XVIIIe siècle.

 

Sous le campanile ou clocher, on trouve une niche abritant la statue de la Vierge, de style romaniste de la fin du XVIe siècle.

À l’intérieur, on trouve un retable du XXe siècle, mettant en valeur notamment la statue assise de l’Enfant de Nuestra Señora la Virgen de la Plaza, patronne de la ville.

La sculpture gothique du XIVe siècle qui s’y trouve a été entièrement refaite au milieu du XVIe siècle.

La fête de la Virgen de la Plaza est célébrée le 15 août et elle est portée en procession avec la sculpture représentant Santo Domingo de la Calzada le 18 septembre, à l’occasion des fêtes de Gracias.

CATHEDRALE DEL SALVADOR

La cathédrale del Salvador est un joyau d’architecture proto-gothique, offrant une expérience unique et enrichissante aux visiteurs. Au-delà de sa beauté esthétique, elle témoigne de l’histoire et de la culture de la ville, en faisant un lieu d’une grande valeur historique et patrimoniale.

Organisée comme une église de pèlerinage typique, elle présente trois nefs, la centrale étant plus large et plus haute, coupée par un transept et avec un déambulatoire. L’enceinte a été agrandie au début du XIIe siècle, transformant le temple en une église-forteresse, unique exemple de ce genre dans La Rioja.

Le retable principal, œuvre de Damián Forment, est un joyau de la sculpture de la Renaissance espagnole. La cathédrale possède également un chevet roman orné de reliefs et de chapiteaux du XIIe siècle, dont un remarquable relief de David, roi chantant.

L’un des éléments les plus remarquables à l’intérieur est le poulailler, où vit un coq et une poule en souvenir du miracle du pèlerin pendu. Cette cathédrale offre ainsi aux visiteurs une expérience mémorable, alliant histoire, culture et spiritualité dans un cadre empreint de sérénité.

LES ANCIENS ABATTOIRS DE LA VILLE

Les anciens abattoirs de la ville sont un témoignage fascinant de l’histoire locale. Sur les inscriptions des deux côtés de la porte d’entrée, qui relie deux rues, sont gravées des informations précieuses sur les services qu’ils ont fournis.

L’inscription située à gauche, datant de 1587, fait référence à la canalisation de la rivière Molinar pour un usage public et pour des raisons d’hygiène. Ces travaux ont été ordonnés par le Corrégidor de la Rioja, Diego Daça, démontrant ainsi l’importance accordée à l’assainissement et à l’utilité publique à cette époque.

Quant à l’inscription située à droite, elle nous renseigne sur l’édifice qui a été transformé en abattoirs en 1759, sur ordre du Corrégidor Pedro Thomas Lumbreras. Cette décision reflète les besoins croissants de la population et l’organisation progressive des services urbains au fil du temps.

Ces inscriptions sont précieuses car elles nous offrent un aperçu direct de l’histoire locale et des préoccupations des autorités de l’époque en matière d’hygiène publique et d’infrastructure urbaine.

Actuellement c’est le siège du centre de coordination des services sociaux de la Haute Rioja

CONVENTO DE SAN FRANCISCO

Le couvent de San Francisco est un trésor historique imprégné de l’essence franciscaine. Commandé par l’archevêque de Saragosse, Frère Bernardo de Fresneda, ce couvent de style herrerien devait servir à l’ordre des Franciscains observantins ainsi qu’à abriter une université, selon la volonté de son commanditaire.

À l’intérieur de l’église, vous trouverez le sépulcre de Frère Bernardo de Fresneda, un chef-d’œuvre de style romaniste réalisé en 1605, ainsi qu’un retable classiciste de la même année. Le cloître, datant du premier tiers du XVIIe siècle, et la sacristie sont également des éléments remarquables de cet ensemble architectural.

De nos jours, le couvent a été réhabilité pour abriter le Parador de Tourisme Bernardo de Fresneda, ainsi que l’atelier diocésain de restauration d’œuvres d’art et le musée du diocèse de Calahorra et de La Calzada-Logroño.

Sur la placette devant l’entrée du couvent se dresse une sculpture du pèlerin, œuvre du sculpteur originaire de La Rioja, Vicente Ochoa, inaugurée en 1971. Cette statue représente le pèlerin revêtu de l’ancien habit médiéval, avec son bâton terminé en croix, ses calebasses pour l’eau, son sac à dos, et son manteau orné de coquilles Saint-Jacques. Derrière lui, une croix de Saint-Jacques est entourée de deux scènes de la vie de Santo Domingo de la Calzada : à gauche, un pèlerin demandant de l’aide, et à droite, le saint portant le pèlerin.

À l’arrière de la sculpture, vous pouvez observer les écus de la communauté autonome de La Rioja et de la ville de Santo Domingo de la Calzada, témoignant de l’attachement à l’histoire et à la culture de cette région.

LA PLACE A PORTIQUES

La place à portiques était autrefois le cœur du marché, où les maraîchers venaient vendre leurs produits.

Les arcades offraient un abri contre le vent et la pluie, créant ainsi un espace dynamique et animé.

La fontaine, commandée par le corrégidor Fernandez de Ocampo en 1799, était un élément crucial de la place.

Elle fournissait de l’eau potable à la population, provenant de la source appelée « Los Martires » dans le quartier de la Puebla.

Les chênes verts qui ornent la place rappellent le passé forestier de la région, lorsque des bois couvraient une grande partie du territoire communal.

Une représentation symbolique de cet héritage se trouve dans l’écu de la ville, où une faucille est en train de couper un chêne vert, évoquant l’importance historique de l’industrie forestière pour la communauté locale.

AUBERGE DES PELERINS

L’auberge des pèlerins est un lieu chargé d’histoire, ayant servi de siège à la plus ancienne confrérie d’entraide du Chemin de Compostelle, fondée par Santo Domingo de la Calzada au XIe siècle.

 

La façade de l’auberge arbore les écus du corrégidor de la ville, Diego de Ocio et Vallejo, ainsi que celui de son épouse, qui ont ordonné sa construction vers 1556. La partie droite de la façade a subi une rénovation au XVIIIe siècle.

 

Dans la cour de l’auberge, on peut trouver des volailles, destinées à remplacer le coq et la poule qui résident dans le poulailler gothique de la cathédrale.

Cette tradition est ancrée dans les festivités patronales, célébrées le 25 avril, ainsi que les 1er, 10, 11, 12 et 13 mai, organisées par la confrérie.

 

LIENS VERS TOUTES LES PHOTOS ET PODCASTS SUR Logroño et la Rioja

VIDEOS SUR Logroño et la Rioja

AUTRES ARTICLES SUR L’ESPAGNE A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer en Espagne.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS EN ESPAGNE

LES LOGEMENTS EN ESPAGNE

APPARTEMENT CHEZ GOTZON – BURGOS – CASTILLE & LEON- ESPAGNE- locations de vacances

L’appartement chez Gotzon à Burgos, en Castille-et-León, en Espagne, offre un bel espace de vie au rez-de-chaussée, accessible par une petite volée d’escaliers. Il fait partie d’un complexe résidentiel doté d’une grande piscine profonde avec plongeoir, d’un grand barbecue commun pour l’ensemble du lotissement et d’un terrain de basket.

Le logement est propre et spacieux, avec trois chambres, une salle de bains et des toilettes séparées en sus. La salle à vivre est complète, avec une grande table pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes et un grand salon pour se détendre. Vous pourrez également profiter de la télévision avec des chaînes espagnoles pour vous divertir.

Nous aurions aimé disposer d’une terrasse ou d’un balcon, ainsi que d’une connexion WIFI, surtout compte tenu du prix, mais dans l’ensemble, l’appartement reste très convenable.

LIEN VERS L’ANNONCE

LA GASTRONOMIE

Toutes les informations sur la gastronomie espagnole, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien

LA CUISINE ESPAGNOLE (voyageavecnous.com)

La gastronomie et les environs

La plaine fertile de la Rioja est un véritable trésor pour les amateurs de gastronomie, offrant une abondance de légumes qui sont les ingrédients de choix pour de nombreux plats traditionnels de la région. Des asperges aux haricots, en passant par les poivrons et les artichauts, ces légumes sont utilisés dans des recettes telles que la menestra de verduras (jardinière de légumes), les patatas a la riojana (pommes de terre à la riojana), les côtelettes d’agneau et de cabri au sarment, ou encore les poivrons farcis. Les desserts typiques, comme les poires au vin, les fardelejos de Arnedo (pâte feuilletée à la pâte d’amandes) et les mazapanes de Soto (mignardises à base de sucre et d’amandes), complètent ce festin culinaire.

La Rioja est également renommée pour ses vins, protégés par une appellation d’origine contrôlée depuis plusieurs décennies. Les vins de la région, largement appréciés au-delà des frontières espagnoles, témoignent de la richesse viticole de cette terre.

Le Chemin de Saint Jacques de Compostelle marque profondément la Rioja, traversant ses villages et ses villes. En quittant Logroño, on peut suivre le Camino Francés, passant par des lieux emblématiques comme Navarrete, avec ses vestiges d’anciens hôpitaux de pèlerins, et Nájera, ancienne résidence royale où se trouve le monastère de Santa María la Real, doté d’un magnifique cloître. Plus loin, San Millán de la Cogolla abrite les monastères de Suso et Yuso, classés au patrimoine mondial.

Santo Domingo de la Calzada marque la dernière grande étape du Chemin dans la province de la Rioja, avec ses remparts, sa chaussée romaine et la cathédrale de San Salvador. Les pèlerins peuvent trouver refuge à la Casa del Santo ou au parador, un ancien hôpital de pèlerins.

En dehors du Chemin de Saint Jacques, la Rioja regorge de sites d’intérêt, comme Calahorra, Alfaro et Haro, cette dernière étant le cœur de la production viticole de la région. Au sud, la Route des dinosaures offre un itinéraire fascinant à la découverte des traces laissées par ces créatures préhistoriques.

La nature est également un atout majeur de la Rioja, avec le parc naturel de la Sierra de Cebollera, offrant un paysage spectaculaire de reliefs glaciaires dans la région de Los Cameros, à la frontière avec la province de Soria.

MORCILLA DE BURGOS où manger du boudin noir de Burgos à Burgos !

La morcilla de Burgos, équivalent du boudin noir français, est un mets incontournable à Burgos. Préparée à base de sang de porc, elle se distingue par l’ajout de riz et d’oignons dans sa composition. Ce délice peut être dégusté de différentes manières : frit, au barbecue, en ragoût, voire même intégré dans des œufs brouillés.

Au restaurant Meson de los infantes à Burgos, vous aurez l’occasion de savourer ce délice de deux façons différentes : accompagné de lentilles ou simplement grillé à la plancha. Deux préparations simples qui mettent en valeur le goût unique de ce boudin !

LE FEUILLETE AU BOUDIN NOIR DE BURGOS ET POMMES

Le feuilleté au boudin noir de Burgos et pommes est une autre recette traditionnelle qui trouve ses racines dans la région de Burgos, mais qui est également largement présente sur les cartes et menus.

La morcilla de Burgos, équivalent du boudin noir français, est la vedette de cette recette. Préparée à base de sang de porc, elle se distingue par l’ajout de riz et d’oignons dans sa composition. Cette saucisse peut être appréciée de diverses manières, que ce soit frite, au barbecue, en ragoût, voire même intégrée dans des œufs brouillés.

Au restaurant Gloria à Medina del Campo, vous pourrez déguster cette spécialité sous forme de feuilleté, accompagnée de morceaux de pommes et d’oignons. Une combinaison de saveurs qui promet une expérience gustative inoubliable.

Il est à noter une fois encore la générosité des portions servies, notamment dans le menu à 16 €. N’oubliez pas également de consulter notre site pour découvrir la recette du Bacalao al ajo arriero, une autre spécialité typique de cette région si proche du Portugal.

LA SOUPE A L’AIL OU SOUPE CASTILLANE

COVARRUBIAS CASTILLE & LEON ESPAGNE

La soupe à l’ail, également connue sous le nom de soupe castillane, est une véritable institution à Covarrubias, en Castille-et-León, Espagne. C’est un plat réconfortant, économique et délicieux, qui fait partie intégrante de la cuisine traditionnelle depuis des siècles. Avec des ingrédients simples tels que le pain, l’ail et le paprika, cette soupe offre une combinaison de saveurs riches et savoureuses.

À Covarrubias, les menus sont plus abordables que dans d’autres régions, ce qui en fait une destination idéale pour les voyageurs soucieux de leur budget. Par exemple, le menu à 14 € propose une expérience culinaire de qualité dans une salle de restaurant élégante, avec de la vaisselle soigneusement disposée, des couverts impeccables et des verres à vin élégants. Le service est attentif, et les plats sont généreusement servis, comme en témoigne le choix d’entrées comprenant la soupe à l’ail, la paella ou la salade russe, suivies de plats principaux tels que le ragoût de bœuf, le filet de porc ou le poulet en sauce.

Cette soupe à l’ail est un exemple parfait de la cuisine réconfortante et savoureuse que l’on peut trouver dans cette charmante région espagnole.

LES LEGUMES SECS DE CASTILLE & LEON

La région de Castille-et-León, en Espagne, est renommée pour sa production abondante et diversifiée de légumes secs. Des haricots blancs aux pois chiches en passant par les lentilles, cette région offre une variété impressionnante de légumineuses, chacune apportant sa propre saveur et texture distinctive. Parmi les plus célèbres figurent les haricots blancs, les haricots « pintas », les haricots rouges et noirs, ainsi que les pois chiches castillans et de Pedrosillo. Les lentilles, notamment celles de l’Armuña, bénéficient même d’une appellation d’origine contrôlée.

Dans de nombreux restaurants de la région, ces légumes secs sont largement utilisés dans la cuisine traditionnelle. Ils peuvent être associés à de la morcilla, une saucisse de sang, ou parfois à des fruits de mer pour créer des plats savoureux et nourrissants.

Au restaurant Popys à Haro, par exemple, les haricots rouges sont servis en entrée, accompagnant souvent de la morcilla et du chorizo pour créer un plat copieux et riche en saveurs. En plus des haricots, le restaurant propose également des plats comme des œufs brouillés aux champignons et du délicieux cerf mijoté, offrant ainsi une expérience culinaire variée et authentique de la région de Castille-et-León.

LA GASTRONOMIE AUTOUR DU CHAMPIGNON EN ESPAGNE

La gastronomie autour du champignon en Espagne est une véritable fête pour les papilles. Avec les pluies, la campagne et les forêts espagnoles se transforment en un véritable « garde-manger » où l’on peut trouver une multitude d’espèces de champignons comestibles. Une fois cuisinés, ces champignons deviennent des mets délicieux, pouvant être utilisés seuls ou en accompagnement pour rehausser l’arôme de divers plats.

Les champignons, pauvres en graisse et riches en eau, offrent une grande variété de possibilités culinaires : au four, à la poêle, panés, frits, grillés, en salade, cuits, en garniture, et bien d’autres encore. L’automne est leur saison par excellence, mais on peut aussi les trouver au printemps. Les restaurants et les bars en profitent pour proposer une large gamme de plats et de recettes mettant en valeur les champignons, qui deviennent souvent l’ingrédient principal de leurs spécialités.

Parmi les expériences culinaires mémorables, vous avez particulièrement apprécié les champignons en carpaccio avec du fromage, de la moutarde et du miel à la Taberna de Baco à Logrono. Ce restaurant vous a également surpris avec d’autres délices, tels que le jamon asado con arbequina (jambon rôti à l’huile d’olive catalane et au pimenton), un carpaccio chaud de jambon, une ensalada de lechuga con pera al vermut y queso (salade de laitue aux poires pochées au vermouth et fromage de chèvre grillé), ainsi que des Carrillera al vino Baigorri (joues de porc au vin Baigorri, un vin de Rioja), offrant une expérience culinaire inoubliable.

Dans la région de Rioja, le vin Baigorri est également utilisé en cuisine pour donner aux plats, comme les joues de porc, une saveur exceptionnelle. Le processus de production de ce vin est minutieusement orchestré pour préserver l’intégrité des raisins, avec un mouvement par gravité du début à la fin, de la réception des raisins à la mise en bouteille, évitant ainsi tout dommage potentiel aux raisins et optimisant chaque étape du processus de vinification.

LE GOXUA BASQUE accompagné de Patxaran

Le Goxua basque accompagné de Patxaran est une expérience gustative inoubliable, et le restaurant #Tximiso à Vitoria-Gasteiz est l’endroit idéal pour le savourer. L’accueil chaleureux du patron, qui parle français grâce à sa mère qui vit à Biarritz, ajoute une touche spéciale à l’expérience culinaire.

Le Goxua basque est un dessert traditionnel composé de couches de crème, de biscuit, de crème pâtissière et de caramel, offrant une harmonie parfaite de textures et de saveurs. Accompagné d’un verre de Patxaran, cette douceur est sublimée par les notes fruitées et anisées de cette liqueur basque originaire de Navarre.

Le Patxaran est fabriqué à partir de prunelles sauvages macérées dans de l’alcool anisé, donnant à la liqueur une couleur rouge ou rosée intense. Son goût fruité et plus ou moins sucré selon les producteurs en fait une boisson appréciée de tous.

En plus du Goxua et du Patxaran, le restaurant #Tximiso propose une carte simple mais efficace, avec des plats traditionnels parfaitement réalisés. Mention spéciale pour l’excellent gratin de blettes, qui témoigne de la qualité et de la diversité de la cuisine basque.

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible

#castille #castilleetleon

Laisser un commentaire