voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Er Rachidia et sa région – DRAA TAFILELT – MAROC

1

Pays des 330 jours de soleil, des oasis étendues et des potentialités variées, la Province d’Er Rachidia est la plus vaste parmi ses consœurs à Drâa-Tafilalet. Sa nature est un subtil mélange de paysages minéraux, de remparts ocres parfois enneigés, de dunes de sables majestueuses et de vallées verdoyantes à perte de vue. Un contraste qui fait d’elle un coin de fraîcheur dans un environnement prédésertique aride, et qui invite à un séjour inoubliable plein d’émotions et de sensations fortes. Le Tafilalet fut aussi un rondpoint de civilisations, ainsi que le berceau de la glorieuse dynastie des Alaouites. Un prestigieux héritage culturel et spirituel incarné par le patrimoine architectural inégalé que renferme la Province.

Après la superbe journée d’hier dans les gorges d’Aouli et surtout le moment inoubliable de partage et de distribuion de vêtements dans le village d’Aouli (voir notre page New Deal For Another World), nous partons ce matin pour notre étape suivante  Er Rachidia

Le plus spectaculaire à cette étape c’est probablement la traversée des gorges du Ziz et de sa vallée.

La route au départ de Midelt nous offre d’ailleurs déjà un avant-goût sympathique

LES GORGES ET LA VALLEE DU ZIZ

ARTICLE SUR LES GORGES ET VALLEE DU ZIZ

LE SOUK D’Er Rachidia

Rien ne peut remplacer le Souk, dit aussi Al Mouggar, car il constitue un centre de gravité à bien des égards. Bien plus que des places commerciales de choix, les souks ont aussi une vocation sociale ancestrale. Ce sont là des lieux de rencontres et de renforcement des liens tribaux et familiaux, où il est bon déguster un thé autour d’une croustillante discussion. Vivants et hauts en couleur, ils proposent l’utile et l’inédit, aux côtés du trésor et de l’objet ancien.

Errachidia, Souk Lhad est un carrefour indispensable du commerce des dattes de la Palmeraie du Ziz. On y trouve toute sorte de marchandise, dont une grande sélection de plantes aromatiques et médicinales que vous trouverez dans les herboristeries traditionnelles, et qui sont très utilisées dans l’assaisonnement de la cuisine locale. Un peu plus au sud, Souk Erfoud renferme des magasins de fossiles et de minéraux de grande qualité.

Au sud de la ville , nous nous arrêtons à un vieux Ksar Asrir, complétement abandonné et en ruines. Mais nous retrouvons ici une ambiance particulière avec encore de vieux moulins à farine activés par les ânes

LES SOURCES BLEUES DE MESKI

Plus loin, la Source bleue de Meski, bien que tarie, mérite le détour. La source bleue de Meski est située à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Errachidia.

La beauté de l’environnement le justifie.

Depuis le haut, la vue sur la source bleue, la palmeraie et le ksar Meski est superbe

Le droit d’entrée est ici de 5 Mad par personne, thé offert. Nous échangeons avec notre hôte : il espère que l’eau reviendra cet hiver ; elle a disparu à cause de deux raisons ; l’assèchement lié aux conditions climatiques d’une part et parce que l’eau a été détournée pour alimenter les villas de riches propriétaires…

Source sacrée, les marocains viennent brûler des cierges dans cette grotte qui servait autrefois de relais aux hommes bleus qui venaient s’y désaltérer avec leurs caravanes.

Cette source prend naissance dans une cavité rocheuse et s’écoule dans une piscine située en plein coeur d’une palmeraie.

Certaines vertus sont attribuées à plusieurs sources au Maroc.  Cependant, ces vertus diffèrent d’une source à l’autre.  Il semblerait que celle-ci aurait la vertu d’augmenter la fertilité

Le Ksar Meski sur la colline justifie même une petite randonnée à travers la palmeraie pour y accéder.

AOUFOUSS ET SA PALMERAIE – Er Rachidia

Enfin nous arrivons à Aoufouss pour déjeuner et échangeons avec un voisin de tablée, Ahmad. Il gère un camping à proximité et vient d’échanger avec les autorités sur le devenir de la palmeraie. non seulement l’eau est un problème ici mais également les incendies qui ont dévastés un grand nombre de palmiers. Des solutions ont été trouvées et devriaent être rapidement mises en place ; utilisation des coupes de palmiers pour cuire le pain, détournement de l’eau de bassin de rétention trop plein pour alimenter la nappe phréatique du Ziz, etc…
Ahmad est quelqu’un d’extraordinaire qui mérite d’être connu ; il s’occupe également d’une agence qui organise du Road trip en camping car ! Les photos et vidéos qu’il nous montre sont extraordinaires ; jusqu’à 17 camping cars se suivent dans les routes en lacet du toghdra et du Dadès
Pour ceux qui le souhaitent voici les coordonnées de sa page FACEBOOK

Plusieurs activités sont offertes dans ce secteur.  Il est possible de visiter différentes coopératives, faire une randonnée à pied ou à vélo dans la palmeraie, effectuer une visite de la grotte d’Aoufous et même y pratiquer la pêche traditionnelle.

Nous  suivons AHMAD après le repas jusqu’à son camping et son lopin de palmeraie où il nous explique tout ce qu’il faut savoir sur les palmiers et les dattes ! Il nous fait goûter une dizaine de sortes de dattes différentes dont la fameuse et exceptionnelle Mejloul

Nous finissons la journée avec lui autour d’un thé et nous promettons de garder contact….

De Er Rachidia Aoufouss à Erfoud

Au delà de Aoufouss, la N13 poursuit son chemin et quitte les gorges. Une longue plaine s’étale devant nous avec de temps à autre au loin, quelques dunes dorées.

 

Nous nous arrêtons devant le tyrannosaure bien à vue depuis la route, qui rappelle que bien avant nous cette route du désert était déjà empruntée…Je n’ai pas osé prendre le Raptor en photo à côté,… j’ai demandé à enzo de mettre Tchuky, on ne sait jamais !

 

Plus loin, à quelques centaines de mètres la source de Ain Al ali est bouchée ppar du béton ; mais elle ne coulait plus depuis quelques temsp déjà. quelques dromadaires attendent qu’on les monte, une terrasse, et quelques babioles à vendre restent sur place.

 

Puis nous arrivons en vue d’Erfoud, la porte du désert et déjà nous apercevons au loin quelques dunes dorées
Un arrêt à une boutique de fossiles et de marbrerie, nous permet d’apprécier la qualité du travail marocain. C’est incroyabel de voir à quel point les pierres locales sont naturellement incrustées de toutes sortes de fossiles

Les principaux gisements de fossiles se trouvent à 13 km de la ville, en direction de Merzouga.

Ils remontent en majorité à l’Ère Primaire, quand la zone était encore sous la mer. Les nautiloïdes abondent, ainsi que les ammonites, les crinoïdes, les orthoceras, les trilobites, etc. Nous retrouvons aussi des dents et des os de poissons, des dents de requin, de crocodiles, de sauropodes et d’autres dinosaures. Sans oublier les fossiles d’araignées, de crabes, de scorpions, de trilobites avec leurs antennes, même s’il faut faire très attention aux faux. Les orthoceras et les goniatites sont les plus abondants et forment de grandes roches sombres que les artisans d’Erfoud utilisent pour tailler des lavabos, des tables, des sources et des sculptures.

C’est également une région de minéraux. Il faut souligner, parmi ces derniers, la galène, les géodes (attention, beaucoup sont fausses!) ou la rose du désert, même si ces dernières viennent d’Argelia.

L’artisanat en pierre utilise le calcaire que présentent les fossiles d’orthoceras et de goniatites pour fabriquer divers objets : cendrier, lavabos, sources, assiettes, etc. Nous pouvons admirer cet artisanat à la sortie de l’ancienne route de Merzouga.

Nous assistons à la découpe de la pierre brute en lamelles de quelques centilètres et voyons apparaitre très nettement tous les fossiles qu’elle contient. L’étape suivante, le polissage se fait avec du jean pour donner à la pièce le brillant nécessaire
Puis nous terminons par la visite d’un vieux ksour (Maadid), un charmant petit village fortifié sur la route des mille kasbah, qui possède encore un minaret en pisé

LES SCULPTURES DE GEANT DE VOTH

Départ ce matin pour la découverte des extraodinaires sculptures géantes de Voth réalisées en plein désert à proximité d’Erfoud
Nous empruntons la R702 à la sortie d’Erfoud en direction d’Ouled Jellal.
Quelques kilomètres plus loin nous nosu arrêtons pour apprécier une première dune ; des panneaux nous avaient prévenus du risque d’ensablement mais nous ne nous attendions pas à trouver ici des dunes de cette hauteur.

Nous nous arrêtons ensuite près de khettaras pour demander l’entrée de la piste qui mène aux sculptures
Ces khettaras constituent un système d’irrigation souterrain utilisé depuis le XVIéme ou XVIIème siècle dans la région. Les Perses l’utilisaient depuis 3000 ans ; ce savoir-faire a été amené par les Arabes. Depuis la nappe phréatique collectée sur les contreforts de l’Atlas, une galerie est creusée pour amener, par gravité, cette eau dans les zones de culture à 14 km. Tous les 10 à 30 mètres des puits sont creusés pour évacuer la terre lors de la construction et pour l’entretien.

Le guide local nous propose la visite de ces souterrains , mais nous déclinons : notre priorité ce matin est la découverte des pistes et des sculptures de Voth. Gentiment il nous indique avec son bateau le chemin à prendre en faisant des dessins dans le sable à ses pieds.

La piste est cahotique, très pierreuse avec de nombreuses zones ensablées qui nous ravissent et permettent de tester notre capacité de franchissement !

Nous arrivons à ces sculptures séparées d’un ou deux kilomètres entre elles. Les plus connues sont la Spirale d’or, l’Escalier céleste et la Cité d’Orion. C’est un art lié au paysage, une tendance de l’art contemporain qui utilise le cadre et les matériaux de la nature. Son auteur est l’artiste allemand Hannsjönrg Voth, né en 1940, qui a débuté ses travaux de l’Escalier céleste en 1980, ceux de la Spirale d’or en 1993 et de la Cité d’Orion en 1998.

Tout d’abord nous nous nous arrêtons à la Spirale d’or, où il convient de s’acquitter d’un droit d’entrée de 150 MAD par personne adulte, qui nous donnera accès aux autres sculptures.

La spirale a été construite entre 1992 et 1997 au desus d’un puit dont le plan incliné a été conçu à partir de neuf quarts de cercle selon le Nombre d’Or .

Une rampe de pierre de 260m conduit au sommet de la spirale. Au centre, un escalier en colimaçon pénètre au cœur de l’édificeet amène au fond d’un puits.

Plus loin mais visible depuis la spirale d’Or, la cité d’Orion dresse  fièrement ses tours et murailles imposantes inspirées de la construction des kasbahs du grand sud. Les tours représentent les 7 principales étoiles d’Orion, constellation mentionnée dans l’odyssée d’Homère, particulièrement reconnaissable parmi les autres

A ce titre elle se revendique comme un observatoire céleste

Nous poursuivons pour découvrir la dernière oeuvre de cet architecte exceptionnel, l’escalier céleste, que l’on aperçoit au loin, construit entre 1980 et 1987

Le chemin est parsemé de passages ensablés qui continuent à faire notre bonheur.

Vu de côté, l' »Escalier céleste » prend la forne d’un triangle rectangle qui culmine à 16m de hauteur. Celui qui emprunte ces 52 marches marche tout droit vers… les étoiles. en réalité sa construction avait pour objectif de créer une structure propice à l’observation des étoiles. L’architecte a rétréci pour se faire les parois latérales du plus haut de la tour, à l’issue desquelles s’ouvre une fente verticale

Selon le critique d’aArt lothar Romain : « Le dernier pas, tout en haut, n’est ni la fin en soi, ni le but, il  est seulement le dernier pas du corps matériel vers la possible transcendance »

Nous rerpenons le chemin vers l’asphalte, non sans profiter des pistes à nouveau et du plaisir de chalouper dans les pistes sableuses…

ERFOUD ses marchés et souk du samedi

La piste d’hier a un peu mis à mal les fixations de la douche solaire et il a fallu renforcé le système. Rien de bien grave en soi
Nous partons en matinée faire le marché et le souk du Samedi à Erfoud. Il est selon les dires moins bien que celui qui se tient à Rissani demain ; mais nous préférons juger par nous même.
En tout cas, il est immense et c’est tout un quartier qui se transforme en vente ambulante : objets ménagers, beaucoup de vêtements, tapis, le tout dans une ambiance assez festive . Au fil de la matinée, la population grossit, on se bouscule pour acheter, on s’écarte du chemin au passage des ânes qui tirent les provisions…

La sortie des écoles est un moment captivant. Les enfants sortent en groupe et s’approchent de vous, vous disent bonjour, demandent un crayon ou un dirham, mais surtout regardent avec attention la manière dont nos deux ados sont habillés !
Parmi les vendeurs ambulants notons les vendeurs de fruits frais, de maïs grillé, de jus de citron vert-gingembre-sucre de canne très désaltérant, de pop corn faits sur place..
Les manèges ne sont pas ouverts à cette heure, mais cela donne une impression surranée à l’ensemble…

On trouve ici un nombre très impressionnant, de loin une très grande majorité, de femmes habillées de la tête aux pieds et voilées de noir. Bien loin de toute signification religieuse, mais une coutume ancestrale des femmes sahraouies de la région. La tenue permet de s’affranchir du vent et du sable et représente un signe distinctif de leurs origines

LE BORJ EST

Dernère soirée à Erfoud. Pendant que l’ambiance bat son plein autour des manèges et du souk, nous nous cartons de la ville pour apprécier une vue générale de puis le Borj est
Le Borj Est est situé à 3 km du centre et surplombe le désert et la palmeraie.
Du haut de ce rocher, qui domine à la fois la ville et la palmeraie, la vue est absolument superbe. La palmeraie de Tizimi, qui avec son million de palmiers figure parmi les plus importantes du Maroc, s’étend à perte de vue le long des oueds Ziz et Rheris.

Au loin, se distinguent les premières dunes de sable, qui prennent une teinte rosée au coucher du soleil. Au sommet du rocher se dresse un ancien fort français, aujourd’hui occupé par l’armée marocaine.

RISSANI

LE SOUK DU DIMANCHE

Nous partons ce matin en direction de Merzouga et ses magnifiques dunes de sable de couleur ocre, premier véritable erg pré-saharien, long de 13 km et large de 5 km

Au passage nous nous arrêtons à Rissani, que nous visiterons mardi plus en détail. Mais aujourd’hui c’est le jour du souk hebdomadaire : le grand souk du Dimanche.
Nous apprécions tout d’abord la porte de Rissani magnifiquement travaillée

Ce souk est le plus important du Tafilalet
Il est divisé par secteurs comme dans la plupart: souks aux dattes, aux légumes, aux épices, aux ânes, aux moutons ou encore aux étoffes. Cet ensemble très coloré s’enfonce profondément dans la ville. Vous y trouverez aussi de nombreux artisans, et notamment des bijoutiers et des maréchaux-ferrants qui battent le fer à l’ancienne.

C’est ici qu’il faut faire ses achats. Les prix sont extrémement doux. Rendez vous compte : Trois carottes, 3 courgettes, 2 tomates, 2 gros oignons, 2 navets et 3 poivrons, 1 kg de okras, 2 avocats pour 89 MAD…

Les vêtements sont aussi  à prix attractifs : 20 MAD pour un pantalon

Derrière le marché central où se tient le souk hebdomadaire, vous trouverez les souks aux chèvres, aux vaches puis sur un immense terrain le souk aux ânes. Ici s’échangent les bêtes contre monnaie sonnante et trébuchante, ici pour la viande là pour le travail…

Puis nous prenons la direction de Merzouga.

LE CIRCUIT TOURISTIQUE

Au programme aujourd’hui la visite de Rissani , et plus précisément le circuit touristique qui entoure la ville et permet d’apprécier les différents ksars. Mais aussi de mieux comprendre les origines du peuple qui a trouvé ici son berceau
Ville sainte, capitale du Tafilalet, et berceau de la dynastie des Alaouites dont la famille royale est issue, d’où partit en 1666 Moulay er Rachid pour conquérir le Maroc et renverser les Sâadiens. Rissani, avec son souk riche en artisanat et ses magnifiques ksour en ville et aux alentours, nous invite à mieux découvrir ses charmes et son atmosphère saharienne.

Ce circuit d’une vingtaine de kilomètres découvre une partie de la palmeraie ainsi que les ksour d’Ouirhane, Tabassamt, Irara, Zaouïet el Maati et Asserhine.
Ne pas manquer de prendre la route qui après le ksar d’Ouirhane à droite mène au ksar de Tinrheras à 4 km, une merveille sur un promontoire rocheux. En venant d’Erfoud, le circuit est signalé avant l’entrée de Rissani, à droite. La route est praticable en voiture de tourisme sur l’intégralité de cette boucle
Ne pas manquer non plus Le mausolée Moulay Ali Cherif, fondateur de la dynastie alaouite, initialement construit en 1966 /1967 fut détruit lors d’une violente crue du fleuve Ziz en 1965 et immédiatement restauré.

Longtemps interdit d’entrée aux non-musulmans, la cour intérieure du mausolée peut maintenant se visiter librement. En revanche vous n’aurez pas le droit de faire plus que jeter un coup d’œil dans la mosquée ou dans les premières cours de la zaouïa, si les portes sont ouvertes. Le mausolée est un très beau monument, un classique de l’architecture marocaine, avec sa porte décorée de stuc, son jardin divisé en quatre parties égales, et ses colonnades décorées de céramiques.

Presque en face une boutique sert de vitrines aux travaux de la coopérative féminime. Le gérant, qui représente la coopérative à l’internation et s’est déjà déplacé à plusieurs reprises en France parle très bien le berbère, l’amazigh et le français.

Il oeuvre pour la sauvegarde de l’artisanat local. Les habitants de la région sont particulièrement touchés par la concurrence étrangère, le fait-main ne fait plus vraiment recette aujourd’hui, les prix de vente paraissent trop élevés pour les touristes de passage.
Nous en profitons donc pour laisser un sac de vêtements pour enfants, des sacs à langer , des gigoteuses et des sous-vêtements
Notre geste a été très apprécié et nous avons longuement discuté autour du thé au safran traditionnel.
Il nous a expliqué notamment le fonctionnement de l’étoile du sud, le GPS berbère. On l’oriente vers les 3 étoiles et au centre on place l’étoile du berger, ce qui indique le nord

Il nous montre aussi les différentes sortes fibules, symbole de fertilité. Selon la manière où elle est fixée sur les vêtements : femme libre posée à gauche au niveau du coeur, ou promise de l’autre côté…
Une discussion très enrichissante !

MERZOUGA au sud de la province d’Er Rachidia

ARTICLE CONSACRE A MERZOUGA

LIEN VERS LES PHOTOS D’Er Rachidia et ses environs

J 453 LES GORGES ET VALLEE DU ZIZ ER RACHIDIA – MAROC

RESTAURANT TIRAME ER RACHIDIA

J 454 LA VALLEE DU ZIZ – SOURCES BLEUES ET AOUFOUSS – MAROC

J 455 LA VALLEE DU ZIZ – DE LA PALMERAIE DE TAFILALET A ERFOUD – MAROC

RESTAURANT BELADI AOUFOUS

Le Festival de la datte d’Erfoud DRAA TAFILALET MAROC

J 456 LES SCULPTURES GEANTES DE VOTH – ERFOUD – MAROC

RESTAURANT MAHARA ERFOUD

J 457 ERFOUD MARCHES ET SOUKS DU SAMEDI- MAROC

RESTAURANT DAKAR ET OMELETTE BERBERE

COUCHER DE SOLEIL SUR LE BORJ EST ERFOUD

LE KHLEA DU RESTAURANT DES DUNES ERFOUD

J 458 SOUK DU DIMANCHE A RISSANI

J 458 ARRIVEE A MERZOUGA- MAROC

RESTAURANT CHEZ AHMAD MERZOUGA

J 459 LES PISTES DE SABLE AUTOUR DE L’ERG CHEBI MERZOUGA- MAROC

J 459 LES PISTES DE SABLE AUTOUR DE L’ERG CHEBI MERZOUGA-

Sortie dromadaire au coucher de soleil sur l’ Erg Chebbi

J 460 VISITE DE RISSANI et route de TINGHIR- MAROC

VIDEOS D’Er Rachidia ET DE SA REGION

AUTRES ARTICLES SUR LE MAROC A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Maroc.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce lien : ARTICLES VILLES DU MAROC

LA GASTRONOMIE MAROCAINE

Toutes les informations, par région sur la gastronomie marocaine en suivant ce lien : LA GASTRONOMIE MAROCAINE

LES LOGEMENTS

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON V

LES LOGEMENTS E LA SAISON VII

LES LIENS

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement
#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible #maroc #marocco #MAROC2023 #maroccotrip #visitemaroc #visitmarocco

#errachidia #errachidiacity #ZIZ #gorgesduziz #valleeduziz #zizvalley

1 thought on “Er Rachidia et sa région – DRAA TAFILELT – MAROC

Laisser un commentaire