voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

TANGER « La Perle Blanche du nord » – MAROC

2

ARRIVEE A TANGER

L’arrivée à Tanger, Porte de l’Afrique et de la Méditerranée, est toujours un moment fort

Voici une version modifiée du texte, racontée comme une expérience personnelle :

Voyager au Maroc, c’est une aventure à part entière. Les préparatifs ont commencé bien avant notre départ, en prenant en compte les aspects financiers, logistiques et administratifs. Une fois sur place, chaque instant était une découverte, et voici ce que nous avons appris.

Dès notre arrivée, nous avons été accueillis par l’effervescence des marchés et des souks, où les transactions se faisaient principalement en espèces. Heureusement, nous avions également des cartes bancaires internationales pour les paiements dans les établissements plus formels.

Pour rester connectés, nous avons opté pour une carte SIM locale, offerte gratuitement dans de nombreux endroits, avec des options de recharge pour les données mobiles à des prix raisonnables. Cela nous a permis de naviguer facilement dans les ruelles étroites des médinas et de rester en contact avec nos proches.

Sur la route, nous avons été confrontés à une conduite quelque peu chaotique, avec des règles informelles dans les ronds-points et des coupures de route fréquentes. Les routes variaient en qualité, des autoroutes bien entretenues aux chemins de campagne étroits et sinueux. Mais malgré les défis, chaque trajet était une aventure en soi, avec des paysages changeants et des rencontres inattendues.

Une chose à laquelle nous ne nous attendions pas était la stricte interdiction d’utiliser des drones au Maroc. Cela a posé quelques défis logistiques, mais nous avons rapidement trouvé d’autres moyens de capturer la beauté de notre voyage.

Enfin, les formalités d’entrée étaient simples mais importantes. Nous avons pris soin d’avoir des passeports en cours de validité et nous avons été vigilants pour obtenir le cachet d’entrée obligatoire dès notre arrivée. Les règles sur les séjours prolongés étaient claires, et nous avons veillé à respecter les exigences pour éviter tout problème.

Tanger a toujours été dans mon esprit synonyme de mystères, d’espionnage, de fumeurs de kif, et il est vrai que mon ressenti il y a quelques dizaines d’années lorsque j’ai foulé ses ruelles en était très proche

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE LA PERLE BLANCHE DU NORD EN SUIVANT LES LIENS : 

J180 – TRANSFERT EN FERRY D’ALGECIRAS A TANGER MED II

J180 – LA MEDINA DE TANGER PARTIE I

J181 – LA MEDINA DE TANGER PARTIE II

j182 – LES ENVIRONS DE TANGER

J 267 TANGER

J 445 TANGER

J 446 ASILAH MAROC

J 447 LARACHE MAROC

Tanger a subi une évolution remarquable, se modernisant tout en préservant une partie de son charme authentique. Cette transformation a apporté une qualité nouvelle à la ville, attirant toujours les voyageurs avec sa fascination intacte.

Les ruelles sont désormais plus propres, les marchés plus ordonnés, et la sécurité est omniprésente, ce qui contribue à son attrait. Malgré cette occidentalisation, l’atmosphère demeure imprégnée de son passé, et sa médina conserve son ambiance unique, ses produits de qualité et ses ruelles animées.

Tanger brille de jour comme de nuit, captivant les visiteurs avec son mélange subtil de charme français, de beauté nord-africaine et d’influence espagnole.

Il est difficile de recommander un itinéraire précis pour explorer la ville ; il faut se laisser guider au hasard des ruelles, déambuler dans les quartiers où les maisons blanches ornent les rues, se perdre dans les méandres du grand marché du « Socco », et contempler la majestueuse forteresse qui domine la médina depuis la Kasbah.

 

Voici quelques incontournables à ne pas manquer lors de votre visite :

LA MEDINA DE TANGER

La médina de Tanger est un véritable labyrinthe d’histoire, enserrée dans les murailles d’une ancienne forteresse portugaise datant du 15ème siècle. Bien que la plupart des structures soient relativement récentes pour une médina marocaine, elles dégagent un charme unique.

En parcourant ses rues étroites et tortueuses, on découvre une variété de maisons aux styles divers, ornées de portes colorées typiques et souvent richement décorées. Les souks, véritables cœurs battants de la médina, regorgent de vendeurs proposant une multitude de produits : des babouches traditionnelles, du cuir artisanal, des vêtements de marque (souvent fabriqués en Chine), ainsi que quelques authentiques boutiques d’artisanat local.

À travers les ruelles animées, on trouve également des bars et des restaurants, offrant une pause bienvenue après une journée de déambulation dans cet univers fascinant.

GRANDE MOSQUÉE

La Grande Mosquée de Tanger, probablement de l’époque almohade, impressionne par sa majesté sur la rue de la marine, près de Souq al-Dakhel. Sa porte monumentale est un chef-d’œuvre de décoration, ornée d’entrelacs, de mosaïques et de faïences. Un auvent sculpté et peint porte une inscription coufique et dédicatoire.

Le minaret, avec ses décorations de faïence verte et d’entrelacs géométriques, complète cet ensemble architectural remarquable. La salle de prière, avec ses trois nefs parallèles au mur de la qibla, et la cour bordée de deux nefs de chaque côté, reflètent la simplicité et la modestie caractéristiques des grandes mosquées alaouites.

Fondée par Moulay Ismaïl à la fin du XVIIe siècle, la Grande Mosquée, ou Jamaa el-Aadam, symbolise le départ des Anglais de Tanger, qui occupaient la ville depuis 1678. Elle a remplacé l’ancienne cathédrale portugaise, érigée à son tour sur les fondations d’une ancienne mosquée.

Située dans la rue de Jamaa-el-Kebir, qui se prolonge jusqu’au Petit Socco, elle reste un témoignage impressionnant de l’histoire et de la culture de Tanger.

PLACE DU PETIT SOCCO

La Place du Petit Socco, accessible par la seconde porte de la Place du Grand Socco ou en continuant depuis la Grande Mosquée en venant du port, était autrefois le cœur battant de la ville de Tanger.

Au carrefour central des rues de la médina, cette place était le théâtre des événements les plus animés de la ville, des discussions enflammées aux divertissements les plus fous, en passant par les réunions interminables dans les cafés et les casinos.

Malgré les différentes influences historiques, le Petit Socco a su préserver son caractère authentique et sa saveur arabe. Autrefois, c’était là que les artisans des campagnes venaient vendre leurs produits.

Après le départ des Anglais, le sultan Moulay Ismaïl y installa ses troupes, transformant ainsi le lieu en un centre d’approvisionnement vital.

Le Petit Socco a conservé sa vocation de marché ouvert, protégé par les remparts construits par les Portugais.

Sous le règne de Moulay Hassan Ier, le quartier a été modernisé. L’éclairage public a été installé en 1892, et les premières constructions ont commencé au début du XXe siècle, introduisant un mode de vie « à l’européenne ». Les premiers cafés ont ouvert leurs portes, suivis du premier bureau de poste et de la légation espagnole. À partir de 1910, des restaurants, des casinos et des discothèques ont fleuri.

La vie animée du Petit Socco était animée par divers cafés, tels que le Café des Postes, le Café Central avec sa musique et ses chanteuses espagnoles, le Café España, ou encore le Café Fuentès, fréquenté par de nombreux intellectuels et correspondants de journaux internationaux. Des personnalités telles que Jean Genet, Tennessee Williams, Maurice Béjart et d’autres ont fréquenté ses établissements, ajoutant à son atmosphère cosmopolite.

Cependant, une facette plus sombre du Petit Socco persiste dans son mythe : une fois la nuit tombée, le quartier devenait le repaire des malfrats, des trafiquants et des réfugiés politiques, qui investissaient les ruelles dans une atmosphère souvent tendue et mystérieuse.

LE GRAND SOCCO / PLACE DU 9 AVRIL 1947

En continuant votre chemin, vous avez plusieurs options : vous laisser séduire par les souks de la médina (voir ci-dessus) en tournant à gauche au coin de la rue Smarine pour plonger dans l’ambiance envoûtante du commerce traditionnel.

Ou bien, poursuivre jusqu’à la place du Grand Socco.

Il y a plus de deux siècles, cette place n’était qu’une vaste esplanade où se reposaient caravanes, chameaux et ânes. Avec le temps, elle est devenue le premier marché hors des murs de la ville, un lieu d’échanges vital entre la ville et la campagne environnante. Aujourd’hui, elle est redevenue une large esplanade, un point de rencontre et une entrée dans la médina où le commerce a laissé place à l’histoire.

L’odeur envoûtante des épices, les étalages aux couleurs vives, le tout dans une ambiance chaleureuse, voilà ce qui caractérise le Grand Socco. Ce marché emblématique fait battre le cœur de Tanger au rythme de ses jours animés. C’est ici que le roi Mohamed V a prononcé son discours du 9 avril 1947. Flânez dans ses bazars et repartez chargé de souvenirs. Faites-y un tour, vous ne le regretterez pas !

LE JARDIN DE LA MENDOUBIA :

À quelques pas de la place du Grand Socco se trouve le Jardin de la Mendoubia, l’un des nombreux espaces verts de la ville de Tanger.

Vous y trouverez des arbres centenaires, des figuiers et des palmiers, qui cohabitent avec des canons datant du XVIIe siècle, désormais purement décoratifs.

 

Le Jardin de la Mendoubia offre un cadre enchanteur pour une promenade, un jogging ou simplement pour lire un livre en toute tranquillité. Vous pourrez également profiter d’une vue magnifique sur les façades blanches de la médina.

LA KASBAH

La Kasbah est l’un des joyaux de Tanger, une ancienne forteresse érigée sur les hauteurs de la ville avec des remparts datant du 13ème siècle. Elle surplombe majestueusement la Médina et le port de la ville.

Ses murs ancestraux et son architecture préservée lui confèrent un charme authentique. Vous pouvez y accéder depuis le Borj-El Baroud ou depuis le petit Socco. De là-haut, par temps clair, vous pouvez même apercevoir l’Espagne au loin, offrant une vue imprenable sur le port et la ville de Tanger.

Se perdre dans les ruelles de la Kasbah est une expérience inoubliable, particulièrement pour les amateurs de photographie, car chaque coin offre une nouvelle perspective à capturer.

LA MEDINA DE TANGER PARTIE II

https://goo.gl/maps/mE4nXbiV1akTr9LQ6

La deuxième journée à Tanger commence par explorer la ville nouvelle, le quartier français, riche en consulats et ambassades.

Ma relation avec Tanger est ancienne, remontant à de nombreuses visites, la dernière en Juillet 2016, en compagnie de nos deux ados qui étaient alors des enfants.

C’était un retour sur leurs traces, une sorte de nostalgie pour moi. Sur mon profil personnel, vous trouverez bientôt quelques comparaisons amusantes !

De la langue rouge de Fanta de Bastien en 2006 au Café Hafa surplombant la corniche, à la fontaine de la Kasbah, en passant par les tombeaux des Mérinides et les canons de la terrasse des paresseux, ce parcours nous a permis de revivre des moments précieux et de compléter notre visite de la veille.

Nous avons également ajouté une visite au musée, quelques pauses repas (avec des churros aussi délicieux qu’en Espagne), des verres d’Oulmes, l’eau pétillante locale toujours servie fraîche, et quelques whiskys berbères. Cette journée restera sûrement parmi nos meilleurs souvenirs.

Et comment oublier le rituel passage chez le barbier, où Bastien a eu droit à une coupe moderne et où j’ai bénéficié d’une séance de soins de près d’une heure, incluant massages de la tête, crèmes variées et rasage minutieux, le tout pour la somme modique de 70 MAD… soit moins de 6.50 €.

Oui, j’aime vraiment le Maroc…

LA PLACE DE FRANCE

La Place de France à Tanger demeure un endroit toujours vivant et incontournable.

C’est un vaste jardin orné d’un bâtiment qui pourrait presque vous faire oublier que vous êtes en plein cœur de la ville.

Sur cette place se trouvent le consulat français, des établissements bancaires, des boutiques et des cafés renommés comme le Grand Café de Paris, célèbre pour avoir accueilli des artistes du monde entier.

TERRASSE ET MUR DES PARESSEUX – SOUR AL MEEGAZINE

La terrasse et le mur des Paresseux, également connus sous le nom de Sour Al Meegazine, offrent une expérience unique à Tanger.

Construit en 1910 pour stopper l’avancée du sable, ce long mur de pierre est orné de canons d’époque. Il borde une place où, autrefois, les transporteurs de marchandises les plus détendus faisaient une pause rapide avant d’atteindre le souk. C’est ainsi que le mur a hérité du nom des « paresseux », en hommage à ces marchands rifains.

Depuis cet endroit, la vue sur le port, le détroit et une partie de la médina est tout simplement spectaculaire. De nombreux passants s’arrêtent pour savourer ce panorama époustouflant, prenant quelques minutes de repos pour s’évader. Au pied du mur, les rendez-vous entre amis se prennent facilement, et les conversations avec des inconnus venus admirer le paysage sont monnaie courante.

BAB EL-HASSA

Voici un des exemples les plus représentatifs des motifs artistico-théologiques dans l’art musulman.

En venant de la médina, vous traversez un chemin pavé de pierres arrondies qui vient des célèbres cafés Dahlia et Baba, ainsi qu’au petit musée privé de Carmen Macein.

Au Café Baba, personne ne les avait reconnus. Le Marocain qui les avait ramenés se déplaçait avec une pipe de haschich en or. Leurs fringues et leur façon de fumer ressemblaient à ceux des autres hippies occidentaux. Et comme il se doit dans ce genre de carrefour des cultures et de la mode, personne n’a trop posé de questions.

Des années plus tard, une photo est arrivée par la poste montrant Keith Richards en train d’allumer sa pipe, affalé sur l’une des tables du Café Baba. Ces « hippies », c’étaient les Rolling Stones.

PALAIS MOULAY HAFID

Le Palais Moulay Hafid, également connu sous le nom de Palais des Institutions Italiennes, est un monument historique situé dans le quartier Hasnouna. Son architecture mauresque, d’une grande beauté et élégance, impressionne ceux qui ont eu la chance de le visiter récemment. Construit au 19ème siècle par le Sultan Moulay Hafid, ce palais devait être un chef-d’œuvre à la fois par sa splendeur architecturale et sa taille imposante.

Cependant, il n’a jamais été habité par le Sultan et a été remis à l’État français pendant le protectorat, puis vendu aux enchères.

En 1926, le palais est devenu la propriété du gouvernement italien, qui a également acquis le parc voisin. Les Italiens ont construit une église, un hôpital et une école à proximité.

Le palais a été rebaptisé « Palais des Institutions Italiennes » et est devenu un lieu de concerts, d’expositions, de bals et de représentations théâtrales.

Le style mauresque-andalou du palais des institutions italiennes est toujours préservé. Les visiteurs sont charmés par son vaste patio arabo-andalou, son jardin aux plantes et fleurs singulières, son sol et sa grande fontaine en marbre. Le palais comprend quatre salons, dont le grand salon donnant sur le patio est considéré par les Tangérois comme incomparable dans la ville du détroit.

LES TOMBEAUX MERENIDES

Au cimetière du Marshan, près de Tanger, se trouvent les tombeaux les plus anciens témoignant des premiers peuplements de la région. Ces tombes, de style libido-phénicien, sont creusées dans le roc. À proximité, une école a été érigée sur le site d’un ancien temple ou théâtre désormais disparu. Tout autour, les vestiges des grandes civilisations antiques qui ont donné naissance à la ville demeurent encore, souvent méconnus. L’atmosphère y est calme, et le passage y est rare, donnant l’impression que le temps s’est arrêté dans cet endroit préservé.

Le site de Belyounech, perché sur le flanc du Jbel Moussa, se trouve sur la côte marocaine du détroit de Gibraltar. Au XIIe siècle, il était un lieu de villégiature apprécié des habitants de Ceuta. Grâce à son port naturel et à la richesse de son arrière-pays en eau et produits naturels, il prospéra. Aujourd’hui, il reste un village côtier où subsistent les vestiges médiévaux de plusieurs monuments, dont une munya mérinide unique en son genre au Maroc.

LE CAFE HAFA :

Le Café Hafa, perché sur une falaise de Tanger, demeure l’un des endroits emblématiques de la ville. Offrant une vue imprenable sur l’océan et l’Espagne, ce café a longtemps été le repaire prisé des artistes, écrivains et célébrités musicales.

Aujourd’hui, il continue d’attirer une foule éclectique, notamment des jeunes en quête de rêveries et de liberté, venant savourer un thé à la menthe tout en se délectant de l’atmosphère unique et du panorama magnifique qu’offre cet endroit chargé d’histoire.

BORJ EN – NAAM – ESPACE AL A MEMOIRE D’IBN BATTOUTA

À l’origine connu sous le nom de Borj Dahman, le fort Borj En-Naam, littéralement le « Fort des Autruches », a été ainsi nommé car le pacha y gardait ses autruches. Érigé pour protéger la ville des attaques ennemies venant du détroit, sa construction au 18ᵉ siècle est similaire à celle des forts de Rabat et de Larache.

En 1880, le sultan Moulay El Hassan 1er l’équipe de deux impressionnants canons Armstrong de 20 tonnes, originaires de Gibraltar. Deux autres batteries sont également installées au-dessus de Bab El Kasbah, dominant de leurs vieux canons de fonte le plateau du Marshan et gardant l’entrée de la ville historique. Ces installations étaient destinées à assurer la protection de la partie nord de la ville.

Ils étaient manipulés par une équipe d’artilleurs formés, dirigés par un Anglais nommé le « Qâïd Silva ». Al-Kardûdî nous renseigne sur ces canons : « Aucun bateau ne pourrait résister à ces obus, même s’il était enveloppé de métal, comme c’est le cas aujourd’hui pour les navires de guerre ». Chacun de ces canons a été acheté au prix de 25 000 pilastres.

Les six canons destinés à Tanger sont arrivés dans la ville le 4 septembre 1879, puis ont été installés à Tanger par des artilleurs de la garnison de Gibraltar.

Ce canon, d’environ 20 tonnes monté sur un chariot de 13 tonnes, se déplace sur des traversées semi-circulaires. D’un calibre de 10 pouces avec une portée de 6050 mètres, il a été fabriqué vers 1879 par la société « WG Armstrong and Company ». Ce modèle est inspiré du modèle de 1878 et tire des projectiles de 400 livres (181 kg).

Ce type de canons nécessitait un équipage de 14 hommes; le chargement prenait environ 2 minutes. Le projectile principal du canon était la grenaille ou l’obus « Palliser », un premier projectile perforant destiné à attaquer les navires de guerre blindés.

Cet espace d’exposition redonne une place de choix au célèbre Ibn Battouta, grand voyageur, explorateur, diplomate et homme religieux, qui compte à son actif : Plus de 29 ans de voyages (entre 1329 et 1354), plus de 100.000 km parcourus et 38 pays visités.

Ce site vient ainsi enrichir l’offre touristique et culturelle de la Ville de Tanger et améliorer son attractivité à l’échelle nationale et internationale.

Aussi, l’ouverture de cet espace et la rénovation du tombeau d’Ibn Battouta permettent aujourd’hui de rendre hommage à ce personnage légendaire Tangérois.

LES ENVIRONS DE TANGER

Explorant les alentours de Tanger, vous découvrirez des trésors naturels et historiques qui valent vraiment le détour. La magnifique corniche, s’étirant sur plus de 5 kilomètres, offre une vue imprenable sur la mer et constitue une promenade inoubliable. À l’ouest, le parc de Prédicaris vous invite à une balade tranquille, ponctuée de magnifiques panoramas marins.

Poursuivant vers l’ouest, le Cap Spartel est une destination incontournable. Vous pourrez y visiter le phare emblématique, vous promener dans un jardin botanique enchanteur et savourer une pause gourmande dans l’un des restaurants locaux.

Et n’oubliez pas les grottes d’Hercule, chargées d’une histoire légendaire fascinante. Une journée passée à explorer ces sites vous réserve des moments magiques et inoubliables.

https://goo.gl/maps/7VLJcwmuPwwMes1H6

LA CORNICHE

Un paysage d’une grande beauté entre deux mers et deux continents, une ville antique et magique.

La Corniche offre un paysage d’une grande beauté, où se rencontrent les mers et les continents, créant une atmosphère antique et envoûtante.

S’étendant de la crique de Merkala, près de la vieille montagne, jusqu’au cap Malabata, où la baie de Tanger cède la place à la mer Méditerranée, elle dévoile un mélange harmonieux de forêts, de falaises et de plages de sable fin.

Parcourir la Corniche, c’est aussi se délecter des délices culinaires proposés par les nombreux restaurants qui jalonnent ses cinq kilomètres de promenade.

Si l’idée de vous baigner dans la crique de Merkala vous séduit, évitez de suivre les indications du GPS. Elles vous conduiront sur un chemin impraticable, nécessitant une descente et une remontée raides à pied. Privilégiez plutôt l’accès depuis le point 35.793945, -5.833089.

En empruntant la superbe route menant à Ceuta, à seulement 9 km de Tanger, vous croiserez le cap Malabata et son phare.
Une petite route sur la gauche de la route principale vous mènera à cette construction en pierre, impressionnante avec ses ouvertures voûtées rappelant un cloître.
Bien que datant du début du siècle, elle offre une vue imprenable sur le détroit et sur la ville de Tanger, révélant ainsi toute son organisation.
Notez cependant que le phare n’est pas ouvert aux visites, étant utilisé par les forces armées royales.

LE PARC DE PERDICARIS

Le parc de Perdicaris, également connu sous le nom de forêt de Rmilat, est un véritable trésor botanique s’étendant sur près de 70 hectares. Il abrite des centaines d’espèces végétales autochtones et exotiques, offrant ainsi un véritable spectacle de la nature. Situé à seulement 4 km de Tanger, il offre en prime une vue spectaculaire sur le détroit de Gibraltar et l’océan qui borde ses rivages.

Au fil des années, ce lieu de détente est devenu une destination prisée des habitants et des visiteurs de Tanger, surtout pendant les week-ends et les vacances. Cependant, cette popularité croissante a engendré des défis liés à la préservation de cet espace naturel, à la fois riche et fragile.

Le nom du site, parc de Perdicaris, est hérité d’Ion Perdicaris, un riche Américain d’origine grecque et consul des États-Unis. En 1887, il acquiert cette propriété principalement pour sa femme, atteinte de tuberculose, dans l’espoir qu’elle puisse profiter de l’air frais. Perdicaris aménage alors de nombreux sentiers pour que chaque promenade soit une expérience unique. En 1958, l’État récupère la propriété et en confie la gestion à la Direction régionale des Eaux et Forêts.

Grâce à une étude approfondie menée dans le cadre du Plan Directeur sur les Aires Protégées de 1993, le domaine est reconnu comme un Site d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE), en raison de sa biodiversité exceptionnelle. Aujourd’hui, le parc de Perdicaris est non seulement un poumon vert pour la ville de Tanger, mais aussi un véritable sanctuaire pour la vie sauvage et une destination de choix pour les amateurs de nature.

LE CAP SPARTEL

Le Cap Spartel, également connu sous le nom de cap Ampelusium, est un endroit enchanteur perché sur un promontoire rocheux, culminant à plus de 315 mètres d’altitude, qui attire tous les amateurs de panoramas spectaculaires. C’est un lieu où les amoureux viennent chercher la tranquillité et le romantisme, où les photographes captent la beauté des paysages à immortaliser, et où les rêveurs contemplent des vues magnifiques.

Situé à environ 14 kilomètres à l’ouest de Tanger, sur la route menant aux célèbres grottes d’Hercule, le Cap Spartel, également connu sous les noms de Ras Spartel ou cap des Vignes, offre bien plus qu’une vue imprenable sur le détroit de Gibraltar. C’est un lieu chargé de mythologie et d’histoires séculaires, où les légendes et les récits se mêlent à la beauté naturelle du paysage.

Le Cap Spartel se dresse majestueusement à la rencontre de la Méditerranée et de l’Atlantique, bravant avec fierté les assauts incessants de leurs vagues furieuses, tel un symbole du Maroc fier et digne.

En plus de son célèbre phare, le site offre aux visiteurs la possibilité de découvrir un magnifique jardin botanique, connu sous le nom de jardin des Hespérides, ainsi qu’un promontoire avancé appelé le belvédère des Deux Mers. Les jardins Ampelousia et la place Atlantide complètent cette expérience, offrant aux visiteurs une immersion totale dans la beauté naturelle et la richesse culturelle de la région.

Le promontoire abrite le plus ancien phare du Maroc portant le même nom, érigé il y a plus d’un siècle et demi, le 15 octobre 1864. Solidement enraciné dans les rochers, avec une tour imposante s’élevant haut dans le ciel, ce phare impressionne par ses dimensions, culminant à 25 mètres au-dessus du sol et à 95 mètres au-dessus de la mer. Il demeure une sentinelle imperturbable, défiant les vents et les intempéries avec une prestance inébranlable.

En plus de son rôle crucial dans le commerce maritime international en tant que point le plus proche de l’Afrique de l’Europe, le phare revêt une importance historique majeure. Les murs de ce monument national portent les traces des moments clés de l’histoire des relations du Maroc avec les puissances étrangères, ainsi que de l’histoire du commerce maritime et de la navigation, avec ses drames et ses triomphes.

Le phare du Cap Spartel est toujours en activité et ouvert au public. La visite est particulièrement instructive, notamment en ce qui concerne les explications sur les lentilles de Fresnel.

Dès votre arrivée au Cap, vous serez accueilli par de nombreuses voitures stationnées, des groupes de jeunes et plusieurs familles profitant de la rive. Une ambiance festive règne ici été comme hiver.

L’entrée est fixée à 50 MAD pour les adultes et à 30 MAD pour les enfants.

ZONE HUMIDE DE HAJRYENE

La zone humide de Hajryene est un petit coin de paradis situé sur la route menant au Cap Spartel depuis les grottes d’Hercule, ou vice versa. De nombreux cafés ont élu domicile ici. La roche est très découpée, formant des terrasses qui offrent une vue imprenable sur la mer.

C’est un endroit très agréable pour se reposer, prendre un verre ou un repas, ou encore profiter des sentiers balisés pour une promenade, notamment en VTT.

LES GROTTES D’HERCULE

Un site archéologique rempli de mystère, qui fait certainement partie des endroits les plus beaux et le plus énigmatiques du Maroc. Un lieu étonnant et magnifique, avec une archéologie significative, les grottes d’Hercules sont localisées à 14 kms à l’ouest de Tanger.

PLAZA TOROS

Les arènes de la ville de Tanger, appelées Plaza Toro, sont l’un des nombreux héritages de la colonisation espagnole au Maroc.

 

Dans les années 1950, des corridas se déroulaient dans ces arènes pour le plus grand plaisir des habitants de l’époque. Depuis les années 1990, ces arènes ont été utilisées comme lieu de spectacles, de concerts et d’autres divertissements.

 

Cependant, ces derniers temps, elles ont été complètement délaissées. Une renaissance de cet héritage est envisagée afin de transformer ces arènes en un palais de congrès et l’un des espaces culturels phares de la ville de Tanger.

LES COIFFEURS DE TANGER

Une séance chez un barbier-coiffeur à Tanger est une expérience à ne pas manquer. Vous serez chouchouté de manière particulière ici. Prévoyez environ une demi-heure pour une coupe de barbe, mais cela comprend également un massage du visage, des soins, une retouche de votre coupe de cheveux au niveau du cou et des oreilles, ainsi que l’épilation des poils indésirables dans le nez et les oreilles ! En bref, c’est un tour complet qui ne devrait pas vous coûter plus de 70 à 100 MAD.

 MOULAY BOUSSELHAM

Toutes les photos en suivant ce lien : J 266 MOULAY BOUSSELHAM

Moulay Bousselham, un petit village de pêche, mais aussi agricole et touristique, se trouve au nord, à 45 km de Larache. Pour s’y rendre, il suffit de prendre l’autoroute de Tanger, à 118 km de là.

Ce village tire son nom d’un mystique du Xème siècle, adepte et propagateur au Maroc du courant soufi panthéiste d’Abu Yazîd Bistâmî, un ascète perse du IXème siècle. La tombe de Moulay Bousselham se trouve dans la partie basse du village, à côté du canal.

Chaque année, en juillet, le village accueille un important moussem, au cours duquel les partisans du courant soufi réalisent leurs rituels et cérémonies, dont certaines sont absolument incroyables. Ce lieu attire également de nombreuses personnes souffrant de maladies mentales, ce qui en fait un lieu de pèlerinage particulier et fascinant.

Moulay Bousselham est un village animé, offrant une variété d’activités et de sites à découvrir. Au sud du canal, on trouve un petit cimetière-sanctuaire, Sidi Abd al-Jalil al-Tayar, situé dans une zone faisant partie d’un parc national non urbanisé.

Niché sur la côte du Shael, au cœur de la riche région agricole du Gharb, Moulay Bousselham est réputé comme le lieu de production par excellence de la fraise marocaine. Cette région est également connue pour sa production de pastèques, et le village voisin de Dlaha célèbre chaque année le festival de la pastèque. En tant que petit port de pêche, Moulay Bousselham est réputé pour ses fruits de mer, notamment ses crabes et homards.

Le village attire également de nombreux Marocains pour les vacances d’été. De nombreuses maisons ont été construites le long de la côte, offrant aux visiteurs un accès direct à la mer. En entrant dans le village, la route principale longe la lagune et se termine au niveau d’un mirador où il est possible de se garer. De là, on peut admirer la mosquée principale, qui domine la plage et offre une vue pittoresque sur la mer.

À Moulay Bousselham, juste à côté du mirador, vous trouverez une zone de restaurants et un marché animé. De l’autre côté, en descendant vers le fleuve, dans une zone moins entretenue, vous pourrez apercevoir plusieurs mausolées, le plus imposant étant celui de Moulay Bousselham. En suivant la côte vers le nord à partir du mirador, vous découvrirez la zone résidentielle des villas donnant sur la plage, juste avant d’atteindre la nouvelle promenade maritime. Enfin, près du mirador et à côté du fleuve, se trouve un embarcadère où l’on peut louer de petits bateaux pour explorer la lagune.

Moulay Bousselham est doté de magnifiques plages bordées de grandes dunes. Il est également intéressant de visiter la réserve naturelle de la Lagune de Medja Zerga, qui occupe une vaste zone délimitée par un long cordon de dunes anciennes séparant la lagune de la mer. Plusieurs rivières d’eau salée se jettent dans la lagune, l’Oued Drader étant la plus importante.

Cette réserve et ce parc naturel sont des lieux de prédilection pour les amateurs d’ornithologie. Le tarif habituel pour une promenade d’une heure et demie à deux heures avec six personnes est de 150 dirhams.

La réputation de Moulay Bousselham repose en grande partie sur ses plages sans fin, bordées de dunes et ouvertes sur l’océan. Les vagues et le vent sont des compagnons constants de ce littoral.

La plage de Moulay Bousselham, au sable fin, s’étire jusqu’au nord de l’embouchure de la lagune. À marée basse, les récifs laissent place à des piscines naturelles idéales pour les enfants. La plage de la Lagune, quant à elle, est protégée des vagues et offre un environnement plus paisible pour les familles. On peut y accéder depuis le mirador ou en voiture en suivant la côte vers le nord jusqu’à la nouvelle promenade maritime qui donne accès à cette zone.

De l’autre côté de la lagune se trouve une vaste plage, connue sous le nom de Hawaï, dominée par une grande dune. On peut y accéder en barque ou en contournant la lagune sur environ 15 km. Il s’agit d’une plage sauvage et isolée, très appréciée des passionnés de surf, en particulier au niveau de l’embouchure de la lagune.

LARACHE

Des documents portugais du XVe siècle citent Larache comme le port majeur du Maroc.

Juste à côté se situent les ruines de Lixus, port carthaginois et romain, sur l’autre rive du fleuve Loukkos. À la fin du Moyen Âge, Larache fut fondée à la suite de la conquête arabe.

Crée en 1985, elle fait partie de la région administrative de Tanger-Tétouan avec une population de 472 386 habitants.

ASILAH

Asilah est l’une des perles touristiques du nord marocain : c’est en effet une ville pleine de charme, située au bord de la mer. Nous allons vous détailler les visites les plus intéressantes.

VIDEO TANGER ET ENVIRONS

 

AUTRES ARTICLES SUR LE MAROC A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Maroc.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce lien : ARTICLES VILLES DU MAROC

LA GASTRONOMIE MAROCAINE

Toutes les informations, par région sur la gastronomie marocaine en suivant ce lien : LA GASTRONOMIE MAROCAINE

RESTAURANT SUR LA CORNICHE DE TANGER

Déguster un plateau de poissons frais, des calamars et des crevettes, sur la corniche de Tanger, est une expérience culinaire incomparable. Avec ses eaux baignées par l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, la ville offre une richesse de poissons de toutes sortes.

Les enfants ont également l’occasion de savourer des plats traditionnels marocains, comme les tajines de poulet aux olives, accompagnés de frites croustillantes, et Nadège a opté pour un délicieux tajine de keftas.

Pour plus d’informations sur notre expérience culinaire et nos découvertes à Tanger, vous pouvez consulter notre site.

J180 – LA CUISINE MAROCAINE A TANGER

Alors, notre arrivée à Tanger commence par une véritable immersion dans la médina de cette perle du nord. On ne peut pas manquer de goûter à la cuisine locale dès le premier jour, alors nous nous installons dans un petit restaurant de quartier appelé Al Maimouni. La terrasse ensoleillée offre une vue pittoresque sur le port, mais le soleil ayant déjà disparu derrière les toits, nous optons pour une table à l’intérieur, joliment décorée.

Dès notre arrivée, une assiette d’olives généreusement servie est déposée devant nous, accompagnée d’une délicieuse soupe de pois chiches parfumée au cumin. Une vraie explosion de saveurs qui ouvre l’appétit pour la suite du festin.

Pour les plats principaux, nous optons pour des classiques de la cuisine marocaine : un tajine de poulet aux olives, un couscous d’agneau et des macaronis au poulet. Chaque bouchée est un délice, les épices et les saveurs se mêlent parfaitement pour créer une expérience gustative inoubliable.

Et comme si cela ne suffisait pas, le repas se termine en apothéose avec une sélection de pâtisseries orientales accompagnées d’un thé à la menthe fraîche. Un vrai régal pour les papilles.

Après ce festin, nous sommes prêts à arpenter les ruelles animées de la médina, imprégnés de la délicieuse cuisine et des parfums enivrants de Tanger. Une expérience authentique et mémorable dès notre arrivée dans cette ville envoûtante.

J 267 TANGER RESTAURANT DIBLU

Le restaurant Diblu sur la corniche de Tanger est une découverte formidable. Avec sa fusion de saveurs espagnoles et de spécialités marocaines, il offre une expérience culinaire unique.

Il semble que ce soit l’endroit idéal pour satisfaire toutes les envies, que ce soit pour les enfants qui souhaitent savourer un dernier couscous marocain ou pour vous qui souhaitez anticiper les plaisirs de la péninsule ibérique.

Découvrir ce restaurant espagnol sur la corniche de Tanger ajoute sûrement une touche spéciale à votre voyage culinaire.

TAJINE DE BOEUF MAISON

Aujourd’hui, dans notre appartement à Tanger, nous nous lançons dans la préparation d’un délicieux tajine de bœuf aux légumes. Cette spécialité marocaine est un véritable régal pour les papilles, et nous sommes impatients de déguster notre plat fait maison.

Pour accompagner ce festin, nous avons également préparé de la harissa verte, une sauce piquante célèbre dans la cuisine orientale. Cette sauce, préparée à base de piments verts, de coriandre fraîche, d’ail et d’huile d’olive, apporte une touche de piquant et de fraîcheur à notre plat.

Après avoir mijoté notre tajine pendant quelques heures, les saveurs se sont parfaitement mélangées, créant un plat riche et savoureux. Et le meilleur dans tout ça, c’est que le coût du plat revient à seulement 90 MAD pour 4 personnes !

Nous sommes impatients de nous régaler avec ce délicieux repas fait maison, qui nous transporte instantanément au cœur de la cuisine marocaine, même dans notre propre appartement à Tanger.

J 182 – LA CUISINE TANGEROISE

Aujourd’hui, nous explorons la riche tradition culinaire de Tanger. Cette ville regorge de délices locaux, des couscous aux tagines en passant par les brochettes de mouton. À chaque coin de rue, dans chaque restaurant, vous pouvez vous attendre à découvrir une explosion de saveurs, toutes imprégnées des épices emblématiques de la région.

Parmi les spécialités locales, le poisson et les crustacés occupent une place de choix. Nous avons eu le plaisir de déguster des crevettes et des fruits de mer en cassolette au restaurant Fratellini, des tagliatelles aux fruits de mer au Cap Spartel, ainsi que du saint-pierre et de l’espadon, comme nous l’avons savouré hier midi sur la place du Petit Socco.

Dans quelques jours, nous partagerons sur notre site un article détaillé sur la cuisine marocaine, région par région, enrichi au fur et à mesure de nos découvertes culinaires. Restez à l’affût pour en savoir plus sur les trésors gastronomiques du Maroc !

j181 – LE RESTAURANT BAR DU PETIT SOCCO

Aujourd’hui, nous avons découvert une adresse mythique à Tanger : le restaurant-bar du Petit Socco. Situé au carrefour central au cœur des rues de la médina, cet endroit a une histoire riche et mouvementée.

Autrefois, le Petit Socco était le centre névralgique de la ville, où se déroulaient les conversations les plus animées, les divertissements les plus extravagants et les réunions interminables dans les cafés et les casinos. Mais une fois la nuit tombée, les truands, les trafiquants et les réfugiés politiques prenaient peu à peu possession des ruelles, en faisant leur terrain de jeu.

Le restaurant surplombe la place, offrant ainsi un endroit exceptionnel pour observer le mouvement incessant de la foule. Et bien sûr, c’est également un lieu idéal pour se restaurer à petit prix tout en savourant des plats de qualité.

Nous avons opté pour un menu à 120 MAD, comprenant la délicieuse soupe Harira, une salade mixte, des olives, des carottes au vinaigre et au cumin, des aubergines en sauce piquante, et en plat principal, un choix entre l’espadon grillé, le couscous au poulet, le tajine de boulettes aux œufs ou encore les brochettes de poulet à la marocaine. Et pour couronner le tout, le thé et une succulente pâtisserie orientale sont également inclus.

Bon appétit !

LES LOGEMENTS

MAROC- TANGER- AIRBNB CHEZ AISSAM

AIRBNB- 168.29 € POUR 3 NUITS –

Une très belle location de vacances : un  appartement au 3eme étage avec ascenseur avec vue sur mer, proche de la gare de Tanger. Places de parking gratuites aux pieds de l’immeuble et sécurisées par un gardien de nuit

L’appartement est relativement propre (à l’exception de la vaisselle néanmoins), et dispose de 3 grandes chambres dont 2 avec lit double et une avec 2 lits simples. Placards de rangement. 1 Salle de bains avec baignoire douche et toilettes séparées.

Une cuisine équipée de four, lave linge, grand frigo et quelques ustensiles de cuisine (mais manque malgré tout des choses essentielles comme des verres et des couteaux en quantités suffisantes – seulement 2 couteaux pour 4). Passons sur la désagréable surprise de trouver su sel dans le sucrier et de se lever à 2h30 du matin les pieds dans l’eau à cause d’une fuite dans la robinetterie….

Très grand salon marocain où l’on peut s’installer à 15 sans problème, télévision avec Netflix

Grand bémol, la connexion WIFI très instable et insuffisante pour travailler

L’appartement ne fera malgré tout pas partie de nos meilleurs souvenirs !

retrouvez notre article sur la visite de la ville de TANGER

APPARTEMENT FOR RENT TANGER MAROC

Découvrez notre incroyable découverte à Tanger, au Maroc : un appartement spacieux disponible à la location pour quelques nuits !

Au cœur de cette ville animée, notre appartement vous offre cinq étages d’espace moderne dans un bâtiment récent. Vous serez séduit par notre immense salon marocain, parfait pour se détendre après une journée d’exploration dans la ville. Notre cuisine bien équipée vous permettra de préparer vos repas avec facilité, et une machine à laver est également mise à votre disposition pour votre confort.

Pour votre hébergement, une grande chambre double et une chambre avec lits superposés vous attendent, offrant un espace confortable pour toute la famille ou un groupe d’amis. De plus, un ascenseur est disponible pour faciliter vos déplacements.

Vous pourrez garer votre véhicule en toute sécurité dans notre parking extérieur, et rester connecté grâce à notre connexion Internet haut débit via câble.

Ne manquez pas cette opportunité de loger dans notre appartement à Tanger lors de votre prochain séjour au Maroc ! Contactez-nous dès maintenant pour réserver vos nuits.

AIDA VILLAGE

C’est décevant de constater que l’annonce de l’Aida Village ne correspond pas tout à fait à la réalité. Bien que l’appartement ne dispose pas d’une piscine privée ni d’un jardin comme indiqué dans l’annonce, il offre tout de même des équipements et des services appréciables pour un séjour confortable à Tanger.

Les chambres climatisées avec salle de bains privative offrent un espace accueillant pour se reposer après une journée de découverte dans la ville. De plus, la connexion Wi-Fi gratuite dans tout l’établissement est un avantage certain pour rester connecté.

La cuisine entièrement équipée avec four, le coin salon confortable et la télévision à écran plat ajoutent à la convivialité de l’appartement. La présence d’un lave-linge dans chaque logement est également pratique pour les séjours plus longs.

Malgré le désagrément lié à l’annonce, l’Aida Village demeure un endroit agréable pour séjourner à Tanger. Si vous recherchez un logement confortable et bien équipé, cet appartement peut quand même être une bonne option.

LES LIENS

2 thoughts on “TANGER « La Perle Blanche du nord » – MAROC

Laisser un commentaire