voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Tiznit « Capitale de l’Argent » – MAROC

4

Tiznit se trouve au sud du Maroc dans la région de Souss-Massa. Entre arganiers, oliviers et palmiers, la région de Tiznit se présente comme le lieu de rendez-vous de la mer et du désert.

Aujourd’hui nous partons visiter Tiznit. Nous sommes heureux de retrouver une ville cernée de remparts, avec sa médina , ses souks et son histoire.
Les remparts nous rappellent ceux de Taroudannt avec quelques touches qui différent. Ca et là, des pieux en bois la traversent, comme nous le verrons plus tard sur le minaret de la mosquée
La médina est très agréable et aérée et sa particularité est d’y retrouver encore de vieilles portes (de plus de 150 ans) ou encore des fresques murales
Les souks sont comme partout au Maroc, colorés et parfois odorants, mais toujours extrémement vivants !
Quant à l’histoire elle est riche et je vous invite à voir ci-après l’historique de la source bleue, ou encore l’histoire de la citadelle et plus intéressant encore la méthode de construction du minaret de la mosquée , probablement due aux saadiens !

Tiznit, Capitale de l’Argent

Elle est entourée d’une longue muraille qui encercle l’ancienne Médina, construite par le Sultan Hassan Ier, en 1882. La majeure partie de la population de la ville est berbère.

Ayant conservé son authenticité berbère, Tiznit suggère une autre facette du Maroc, un pays au visage pluriel, riche de sa diversité régionale et son patrimoine multimillénaire.

C’est un lieu privilégié où le calme, la sérénité et la joie de vivre y sont palpables. Ses températures varient entre 12° et 28°. Tiznit propose une autre approche du Maroc, un pays à visages multiples, enrichissant par sa pluralité régionale et son patrimoine marqué par l´histoire.
Tiznit fait également partie de ces villes fortifiées, défensives du Maroc. On retrouve l’empreinte des remparts qui entourent la ville, qui s’étendent sur une longueur d’environ sept mètres et de huit mètres de haut. Ses citadelles sont au nombre de 56 et cinq portes historiques, permettent de pénétrer dans l’enceinte : Bab Targa, Bab Oulad Jerrar, Bab Aglou, Bab el Maader et Bab el Khemis.

L’architecture de ses portes est de type alaouite. Les portes sont construites en pierres taillées.

Les maisons sont dessinées dans un style traditionnel, les couleurs varient de l’ocre au rose.

La Mosquée est surmontée d’un minaret avec des perches transversales, ce qui lui donne un aspect particulier. Elle ressemble étrangement au style des mosquées du Niger. Le minaret surplombe la ville, ce qui permet aux visiteurs de le repérer facilement.

LA SOURCE BLEUE

La Médina de Tiznit est divisée en quatre quartiers : Id Ougfa, Aït Mohammed, Id Zkri et Id Dalha qui se recentrent sur la source bleue. Cette source apportait l’eau pour arroser les nombreux jardins, et elle a fait la renommée de cette ville. Maintenant, elle n’est plus qu’un bassin en ciment décoratif, car son débit a fortement baissé, dû à la source de Reggada, qui a été creusée à l’extérieur de la ville.

La Ville de TIZNIT, édifiiée sur le confin d’une riviere, date de la 6ème année de l’hégire sont entre 626 627 année grégorienne.

Selon la légende Lalla Zninia qui passait dans ce lieu très désertique a eu tellement soif qu’elle allait en perdre la vie. Elle implora Dieu qui lui accorda son pardon. Son chien en grattant le sol fit jaillir une source qu’ elle buva et étancha sa soif. Lalla Zninia s’installa auprès d’elle pour prier Dieu (N.Cesto sourou etiste et s’appelle « AIN ZARKA » ce qui veut dire « SOURCE BLEUE »).Au fil des temps viennent s’installer des tribus de berbères nomades avec leur troupeaux à la recherehe d’eau et de paturages.

 

Ce pont les originaires de la ville et se nomment « IDA OU MEC NOUNE. A la mort de Lella Zninia, ce qui veut dire en dialecte bérbère TIZNIT, elle fut inhumée à cet endroit lequel devient un lieu de rencontre d’autres bérbères nomades qui s’y installèrent. (Se sont les ID-DALHA, IDAOUGTA EI-KI). Ils construisirent des mosquée qui porte actuellement leurs noms.

La Ville de TIZNIT fut visitée par nombre de Sultants du Maroc notamment EL MANSOUR DARBI, MOULAY RAOHID Et MOULAY HASSAN IER. Ce dernier l’a visita deux fois, édifia les ramparts qui entourent la ville et nomma le premier caid. La ville de TIZNIT était au fur et à mesure des tempa lieu des Khalifas du Sultan, centre des autorités administratives et militaires.

Aïn Zerka, la “source bleue” a bénéficié d’une réhabilitation en 2015 par un architecte de Paris. Après sa remise en eau, la source est rapidement devenue un lieu d’attraction familiale et une curiosité.

LA CITADELLE

Dans le noyau historique de Tiznit, face à la source bleue, la citadelle diae Kasbah Aghenaj a été construite à l’orée du XIX (1810) pour accueillir un arsenal de guerre permettant de raffermir les positions des Sultans Maalay Slimaneer Moulay Abderahman, face aux tentatives coloniales des ports du Sud et face au Royaume du Tazerwalt

S’il ne reste rien de la forteresse intérieure certainement démontée dans les années 1940, cette Kasbah alaouite aux vastes proportions possède nouamment un bastion Sud magnifiquensent construit, à l’aide de voûtes en arête et en berceau. L’intérieur du bastion expose aimi un ensemble vouté sur des pierres oblongues (et non de briques cuites comme cela est souvent le cas). Seule porte encore intacte presentant une certaine élaboration et qui a nécessité des maîtres d’œuvre tailleurs de pierre contrairement aux autres borjs.

Monument militaire assez élaboré, le bastion Sud de la Kasbah présente une ouverture en chicane qui s’explique par le fait que ce bâtiment fortifié est antérieur aux murailles de la ville. Cette porte est protégée par une comiche en pierre taillée à moulures cannelées. Les pilastres, de section carrée, possédent des chapiteaux, d’une grande sobriété tandis que la clef de voûte reprend les mêmes moulurations galbées que la corniche. Cette porte très stylisée ne doit pas nous étonner ; cela se fait aussi pour les demeures de notables dans la ville tradition  que d’autres villes du Royaume, comme Mogador empruntent aussi volontiers, la pierre de taille est utilisée également pour certaines arches dans les édifices religieux de la ville et dans les portes postérieures de la muraille de la ville.

Сette pièce maîtresse  de la forteresse était très abimée, elle a fait l’objet d’un très grand soin lors de sa restauration Fortement malmenée par des adjonctions de ciment armé et d’une couverture en tôle qui concentrait les eaux de pluie vers le monument, la clef de voûte presentait une pathologie sérieuse. Si la tour était hien conservée, la clef de voûte de la porte s’était déchaussée Elle a donc du être entièrement démontée, les pièces en pierre de taille ont été numérotées unes par unes puis  déposées puis remontées en utilisant pour liant un mortier de chaux. Le curerage préconisé sur le béton et notamment le gros béton et plus généralement tous les matériaux qui ne osnt pas originels a été fait progressivement par petites zones pour prévenir tout désordre:

Les façades des remparts ont fait l’objet d’une rénovation inédite toute aussi minitieuse Des structures faisant contrefort de butée ont été construties là où les désordre étaient les plus critiques, du fait notamment de tours démolies (désormain restituées) et du tassement différentiel inévitable des sols

Les tests en grandeur nature ont confirmé les analyses en laboratoire. Il a donc été inutile de stabiliser le pisé à la chaux, la terre locale étant ume manne contenant naturellement suffisamment de calcaire. Pour protéger ce pisé, il fallait prévoir un enduit traditionnel au mortier båtard, premier enduit plus épais retenant le corps et cou vrant l’ensemble, tandis que le second enduit soutient la teinte finale. Les mortiers à la chaux hydraulique ont été mis au point pour les enduits de façade, par une série de tests effectués avec l’architecte pour trouver les bons dosages

Ont été scrupuleusement conserves toutes les traces des époques antérieures à la prison civile et à l’atelier des services techniques muninpaus, demiers usages du site  (erare 1930 et 1990) avant le nouveau programme culturel engagé en 2007

Le projet du musée et du théâtre de plein-air

Ainsi dans le noyau fondateur de la ville, un lies, est destiné à accueillir unthéâtre de plein air dans un jardin saharien. Lieu de culture toured vers les citoyens, le jardin s’ouvre sur le musée attenant. En organisant un alwash ou un concert pour jeunes ou en rendant publique une exposition de plein air ou une invitation de conteurs, le culturel vient rencontrer le quotidien et aller chercher un public inhabituel de proximité. Le musée devient l’l’espace de la sensibilisation au patrimoine et permet d’associer ouverture culturelle et amélioration de l’espace des urbains. Le projet de requalification du site intégre tout le quartier: la source fondatrice Ain Aqdim mais aussi la mosquée Jemaa Lkbir un centre des archives et une maison des produits du terroir

L’idée est de partir du noyau historique fondanar pour amorcer la mise en valeur  de la médina en s’appuyant sur le patrimoine

MEDINA

Vous pourrez faire un détour par le Mellah, qui est le quartier juif de la ville, ou encore vous promener sur la place de El Mechouar qui est un des centres villes. Vous y trouverez des hôtels, des restaurants, des petites boutiques. En face de cette place se trouve le Palais du Sultan Hassan 1er.

L’intérieur de la médina recèle de véritables trésors. Tiznit est réputée pour le savoir-faire de ses artisans bijoutiers et la qualité de son argent grâce à laquelle ils réalisent aussi bien des bijoux traditionnels que modernes. Il faut absolument visiter les souks de bijouteries : on trouve toutes sortes d’objets en argent comme des poignards, pendentifs, fibules …Les artisans expliquent les différents processus de fabrication des bijoux. En effet, Tiznit à une réputation internationale concernant son orfèvrerie, dont les agrafes en métal, considérées comme étant les premières épingles de sûreté. Elles servaient à fixer les bords des vêtements. Elles portent le nom de « fibule » et c’est l’emblème phare de la ville. Parfois, elles sont reliées par des chaînes percées de trous, et agrémentées au centre pour une boule d’argent. Les bijoux berbères sont une spécialité. On peut y admirer des poignards, des crosses de fusils incrustées de marbre ou de pierres. Les colliers sont formés de perles, de pièces de monnaies hassani, des parures de tête, des boucles d’oreilles formées d’anneaux très lourds, des bracelets, des bagues surmontées d’émaux jaunes ou verts. Toute la culture artisanale se reflète dans la fabrication des bijoux.

LA GRANDE PLACE 

Le centre est constitué d’une large place, le Méchouar, qui sert de gare routière et de parking, et où sont concentrés la plupart des hôtels et restaurants bon marché. De cette place, vous pouvez vous enfoncer dans les méandres de la médina.

LE MINARET DE LA GRANDE MOSQUEE Jemaa Lkhir

C’est le seul minaret du Maroc construit par les Mauritaniens. Sur les perches en bois plantées dessus, repose l’âme des défunts.

Proche de la place du Méchouar, la Grande Mosquée de Tiznit est un édifice religieux situé dans le quartier d’Idelha. La particularité de cette mosquée historique est son minaret qui fût édifié au XIXème siècle et paradoxalement surmonté de perches en bois. Selon la légende, ils ont été boisés pour que les âmes des morts s’y rassemblent et s’y reposent. La Grande Mosquée servait auparavant de médersa (école coranique) et continue à ce jour à enseigner la jurisprudence islamique. Grâce à Mohamed Ben Mohamed Taifour Alasgharguissi, les méthodes pédagogiques adoptées ont favorisé l’apprentissage et sont à ce jour appliqués. La Grande Mosquée de Tiznit fût construite sur les vestiges d’une ancienne mosquée , Bien qu’il ne soit pas accessible par les non-musulmans, c’est un endroit qui en vaut le détour lors d’une balade durant votre séjour dans cette ville du sud du Maroc.

Vraisemblablement édifiée au XVIII siècle sur un plan peut-être saadien – ou  de type emprunté aux Saadiens-  la mosquée principale de Tiznit, Jamaa Lkbir, est un vaste édifice à salle hypostyle qui symbolise la ville. Son impressionnante volumétrie, son minaret carré de forme canonique et la sobriété de ses lignes architceturales lui confèrent le statut de monument historique majeur dans le noyau ancien de la médina. C’est en ce lieu stratégique qu’en 1810, sous le règne du Suhan Moulay Slimane, au moment où la ville prend du prestige, qu’est également érigée la kasbah Makhzen dite Aghenaj

Le centre historique premier de Tiznit concentre ainsi trois mosquées dont la plus importante de la ville reste jemae Lkber, une place forte et un lieu d’approvisionnement sur une  ligne de puits et de seguias en lien avec un réservoir d’eau

Jemaa Lkibir la mosquée principale de aurait été bâtie, dans ses premières fondacions, sur un plan plus petit que l’actuel (fin XVII siècle ) jusqu’à un agrandissement récent en 1899 lequel est marqué par un changement d’orientation du lieu. La place qui lui est attenante s’animait lors de toutes les cérémonies et les départs pour la guerre

En 1899, Fancienne mosquée dont l’emplacement du minaret aurait été au niveau de la fontaine actuelle, est remplacée par une nouvelle plus grande. Alon la mosquée ne possède qu’une première rangée de piliers et une enceinte de pisé. Au début du XX siècle (1903) les deuxième et troisième rangées de la salle de prière sont édifiées, mais le minaret n’est achevé qu’en 1927. Ce lieu de formation prestigieux va, après l’indépendance (1356) être modernisé, jemaa Ukbir devient une filiale de l’institut Mohammed V de Taroudant avant de s’étioler en mene temps que la médina face à la ville nouvelle et l’attrait recent pour des symboles de modernité que sont le ciment ou la faïence industrielle

Les restaurations actuelles espèrent restituer aux diriférents sites toute leur beauté et transformer ainsi le regard qui est habituellement porté sur le patrimoine :  rendre ses lettres de noblesse aux matériaux et aux formes ancestrales

Comme toute masse architecturale harpée à base carrée, le minaret est maintenu dans ses angles et renforcé par un système constructif qui a fait ses preuves dès les premiers siècles almoravides (minaret de la Koutoubia à Marrakech, de la tour Hassan à Rabat, etc.) avec sa pile centrale autour de laquelle est construit une rampe ou un escalier

Le lien avec les Saadiens exliquerait le choix du type de minaret très spécifique semblant faire le lien avec d’autres métropoles africaines des rivages sahéliens comme Tombouctou, Djenné ou Gao où les bois servent à l’entretien régulier des façades et au renforcement des structures en terre.

La techniques des pieux en bois d’arganier fichés dans les angles est cependant propre à tout la région, de l’Azaghar jusqu’aux Ameln et provient du legs des mosquées fortifiées en pisé. Le bois renforce la terre crue à partir d’une certaine hauteur. Ces mosquées viennent marquer aussi la sédentarisation du groupe anciennement nomade ou transhumant. Il faut remarquer que les pieux ne débutent qu’à une hauteur élevée pour éviter toute intrusion depuis la façade.

Le lanternon au-dessus de la base carrée est d’introduction récente, témoignant d’une influence citadine quivat perturber les codes locaux. Les corniches en pierre (agfef) et les gouttières murales appar- tiennent bien en revanche au vocabitiwaire architectural local

SOUKS

Ils s’étendent du Méchouar jusqu’aux remparts sur lesquels s’appuie le souk des bijoutiers. Il paraît que les plus beaux bijoux du Sud, voire du Maroc, sont confectionnés ici. Vous y trouverez des poignards, des pendentifs qui se fixent sur la poitrine ou sur le front des femmes, tous décorés à l’aide de pierres semi-précieuses et d’émaux. Ces souks ne présentent pas pour autant un attrait touristique exceptionnel. Nous vous conseillons plutôt de vous rendre près de l’ancienne mosquée où sont fabriqués les bijoux vendus dans les souks. Ici, des artisans pourront vous expliquer et vous montrer les différents processus de fabrication.
Du souk des bijoutiers, une petite allée vous mènera au souk des bouchers (odeurs garanties !), puis au souk aux légumes qui sont, eux, très colorés et plus reposants pour vos narines…

TAMELALLT

Entre Gourizim et Aglou, une piste à gauche mène au green Wave et à une superbe plage de sable fin bordée de dunes

Ici, les pêcheurs cherchent le poulpe avec de longues cannes…

Le lieu est superbe. Un écolodge Green Wave et un hôtel club s’y sont installés, mais en cette période il n’y a personne sur la plage….

GOURIZIM

Sur la route entre Sidi Ifni et Tiznit, nous nous arrêtons dans ce petit village de bord de mer. Ou plus exactement à la sortie du village à 1 ou 2 km, sur la gauche au port. La route qui y mène est absolument magnifique avec ces quelques plages sauvages qui se découvrent au milieu des falaises lorsque l’oued est à son embouchure

Gourizim est un petit village de pêcheurs.

Les barques ici ne sont pas bleues, comme souvent mais vert émeraude.

La vie semble s’arrêter dans ce lieu et un français venu s’installer ici pour la retraite, retape une vieille maison. Il nous explique qu’ici le calme est maître des lieux. La vie est rythmée par la marée, et le retour des pêcheurs

Sur la plage, ou plutôt sur les rochers qui bordent cette anse, des pêcheurs viennent avec des épuisettes pêcher la crevette : une petite crevette rose. Ou encore avec de long baton ils viennent taquiner le poulpe

MIRLEFT

Mirleft est un bourg pittoresque sur la route côtière qui de Sidi ifni mène à Aglou plage où nous logeons ce soir, une route qui traverse de somptueux paysages. Le bourg s’agrippe au-dessus de l’embouchure d’un oued dont la vallée reçoit des cultures en terrasses.

Ce phénomène géologique a créé de hautes falaises plongeant dans l’océan, une multitudes d’oueds qui forment à chaque embouchure des petites plages, et un arrière-pays formé de grandes collines peuplées de cactus, de palmiers et d’arganiers.

Contrairement à son voisin Tiznit, l’océan Atlantique adoucit, à Mirleft, les écarts de température entre le jour et la nuit, entre l’hiver et l’été. Les jours les plus chauds, on y dépasse rarement les 35 °C alors que la température atteint les 45-50 °C à Tiznit.

En fait, sa situation entre Atlas et océan lui confère un climat doux, tempéré et constant (moyenne de 25 °C et 360 jours de soleil les mauvaises années).

Le village de Mirleft est devenu une petite « cité » balnéaire pittoresque. Sa rue principale, qui comporte des arcades sous lesquelles se répartissent des hôtels, épiceries, etc., a été construite après le protectorat français au Maroc.

A proximité de Mirleft, les surfeurs trouvent leur joie et même aussi des parapentistes

La route côtière vers le sud longe une belle petite plage après le bourg de Mirleft. Sur la hauteur se dresse le tombeau de Sidi-Mohammed Ben Abdallah , avec, à côté, une belle mosquée. En contrebas de la mosquée et du marabout de Sidi Mohamed, se trouve une assez belle plage dont le site s’embellit d’un roc qui s’avance à l’encontre des vagues océanes. D’ailleurs elles ont réussi à creuser une petite arche dans cette pierre dure.

Un ancien fort militaire, construit en 1935 par les Français , dit fort de Tidli, surplombe le village. Ce fort militaire est maintenant devenu un hôtel du nom de « Les 3 Chameaux ».

AGLOU PLAGE

Encore une journée exceptionnelle dans les environs de Tiznit ! La côte est superbe et Aglou a l’atout de posséder plusieurs bonnes adresses. Vous pourrez vous balader le long des côtes escarpées, prendre un cours de surf, visiter un village de pêcheurs ou encore vous prélasser face à la mer.

LE PARC NATIONAL DU SOUSS MASSA

Aux alentours de Tiznit, nous partons visiter le Parc National de Souss Massa à environ 40 kilomètres. C’est une réserve naturelle qui héberge des mammifères, des gazelles, des goélands, des faucons, des mangoustes et d’autres espèces encore, et la flore n’est pas très luxuriante. On y trouve une steppe littorale, des rétamas disséminés. Sur les parties les moins sablonneuses, poussent quelques arganiers.

LES LIENS VERS LES PHOTOS de Tiznit et de ses environs

J 528 GOURIZIM TIZNIT- MAROC

J 528 MIRLEFT TIZNIT- MAROC

J 528 TAMELALLT GREEN WAVE TIZNIT- MAROC

GRILLADE BOUCHERIE NADAH – TIZNIT MAROC

MIXED GRILL DE VIANDE VILLA BORD DE MER LATIFA TIZNIT

J 529 La Médina et les souks de TIZNIT- MAROC

SNAP PIZZA – MEDINA DE TIZNIT

J 530 La Corniche d’Aglou, pistes 4×4, maisons troglodytes et sortie pêche avec Abdellah TIZNIT- MAROC

AUX DELICES CAFE RESTAURANT AGLOU PLAGE TIZNIT MAROC

LA CORNICHE D’AGLOU – COMPLEMENT

VILLA BORD DE MER CHEZ LATIFA – POISSONS GRILLES préparés par Abdellah !

J 531 Le Parc National du Souss Massa par son accès sud TIZNIT- MAROC

J 531 L’embouchure du Souss Massa TIZNIT- MAROC

RESTAURANT NADHA TIZNIT MAROC

VIDEO DE L’ETAPE

AUTRES ARTICLES SUR LE MAROC A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Maroc.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce lien : ARTICLES VILLES DU MAROC

LA GASTRONOMIE MAROCAINE

Toutes les informations, par région sur la gastronomie marocaine en suivant ce lien : LA GASTRONOMIE MAROCAINE

LES LOGEMENTS

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON V

LES LOGEMENTS DE LA SAISON VI

LES LOGEMENTS DE LA SAISON VII ET VIII

 

LES LIENS

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible #maroc #morocco #MAROC2023 #moroccotrip #visitemaroc #visitmorocco #tiznit #soussmassa #aglou

4 thoughts on “Tiznit « Capitale de l’Argent » – MAROC

Laisser un commentaire