voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Nous voici partis  pour visiter la région de Murcie : le désert d’Abinilla et la ville éponyme, tut d’abord, puis bien entendu Carthagène sans oublier Murcie :  un immanquable !

Fondée en 831 par l’émir de Cordoue, Abd al-Rahman II, Murcie était destinée dès le départ à être la capitale de la région.

Entre influences musulmanes et catholiques, son patrimoine historique possède donc une grande richesse. En particulier, la vieille ville, sa cathédrale et ses musées regorgent de trésors.

MURCIE

Château de Monteagudo : une icône qui remonte à l’époque islamique

Quiconque vient à Murcie ne peut manquer au loin le célèbre Christ de Monteagudo. Il est situé dans une impressionnante montagne rocheuse qui s’élève à 149 m au-dessus du niveau de la mer et domine ainsi tout le verger de Murcie.

A ses pieds se trouve « l’ancienne route de Monteagudo » qui relie deux voies de communication importantes : les routes d’Alicante et de Castille. C’est pourquoi la population de ce lieu a été prolongée et ininterrompue : culture argorique, ibérique, romaine et arabe.

Les vestiges architecturaux remontent à la période islamique. Avant la fondation de Murcie, il devait s’agir d’un château rural où se réfugiaient les paysans des environs. Lorsque la ville devient la véritable capitale du territoire, elle se transforme en château urbain, fort et tour de guet défensive des émirs murciens résidant dans la ville.

Après la conquête chrétienne, elle passe sous le contrôle de la monarchie castillane. On sait qu’Alphonse X le Sage l’a visité à deux reprises et que différents alcaydes royaux y ont résidé.

Le Monteagudo Visitor Center est situé au pied du château de Monteagudo et propose un parcours expliquant les 5 000 ans d’histoire des habitants de Monteagudo. Il permet de connaître à travers plusieurs salles les civilisations argorique, ibérique, romaine et arabe installées à Monteagudo.

 

Vieux Pont ou Pont des Dangers Un symbole pour unir les deux Murcie sur la Segura

Le Pont des Dangers est un symbole de la ville. Construit au XVIIIe siècle, c’est le pont le plus ancien de Murcie ; il relie le quartier du Carmen au centre historique.

Son nom a été donné parce qu’à l’extrémité du pont, la partie qui relie le quartier de Carmen, a été construit un temple dédié à la Vierge des Dangers, une icône pour les Murciens. à laquelle ils doivent un dévouement absolu. On raconte que quiconque devait traverser le fleuve invoquait la protection par crainte des terribles inondations provoquées par le fleuve Segura lors de son passage à Murcie. Aujourd’hui, la coutume de nombreux habitants de Murcie de se sanctifier chaque fois qu’ils traversent le pont en regardant Notre-Dame est maintenue.

Depuis la rive gauche nous pouvons profiter de magnifiques vues sur la ville.

À travers le Pont des Risques se déroule la vie quotidienne des voisins de la ville, c’est aussi le lieu par lequel passent certains des événements les plus importants, comme c’est le cas de la procession « Los Coloraos » chaque mercredi saint. De là, on peut voir, sur la rive gauche du pont, le « Monument à l’Enterrement de la Sardine » qui se dresse dans la rivière à côté du pont, et les « Moulins de la Rivière », anciens moulins à farine du XIXème siècle. et aujourd’hui un musée et une salle d’exposition. Ainsi que la Glorieta et la tour de la cathédrale de Murcie.

Depuis la rive droite du pont, on peut voir La Pasarela Manterola, un pont piétonnier réalisé par Javier Manterola, qui relie le quartier du Malecón et le quartier Carmen au marché Verónicas et au palais Almudí . Sa conception ressemble à un navire avec un mât de 30 mètres de haut auquel sont attachées 45 sangles en acier, dont trente maintiennent la base et quinze d’entre elles font office de contrepoids entre la structure et l’îlot artificiel, formé sur le lit du fleuve. La passerelle de Manterola a changé l’image des ponts sur la rivière Segura qui traversait Murcie, apportant de la modernité à l’image de la ville. Il a été inauguré le 12 août 1997.

La Mairie de Murcie, un bâtiment du XIXe siècle de style néoclassique

La Mairie ou Maison Consistoriale de Murcie est le siège de l’institution municipale de la ville. Il est situé sur la Plaza de la Glorieta, face au lit de la rivière Segura.

L’image de la Plaza de la Glorieta, avec la Casa Consistorial en arrière-plan, est l’une des images les plus emblématiques de la capitale.

L’Hôtel de Ville de Murcie est l’œuvre architecturale la plus importante de l’architecte Juan José Belmonte (1809-1875). Elle présente une façade avec quatre grandes colonnes corinthiennes soutenant un fronton qui donne une plus grande importance au balcon principal. Au-dessus du balcon se trouvent de grands armoiries de la ville escortées de statues de deux muses, représentant respectivement l’abondance et le bonheur. Au centre du fronton se trouve l’horloge de la ville, avec un carillon qui joue des mélodies typiques de Murcie, comme l’hymne, le chant à Murcie de la zarzuela La Parranda et l’hymne de La Fuensanta.

 

Le bâtiment est situé sur la Plaza de la Glorieta

 

La Glorieta de Murcia, connue sous le nom de Glorieta de España, est l’un des espaces urbains les plus importants et les plus fréquentés de Murcie. C’est une place piétonne, allongée et paysagée. Outre l’Hôtel de Ville, il y a aussi la façade arrière du Palais Épiscopal et une statue du Cardinal Belluga qui préside l’espace situé devant le rond-point, anciennement connu sous le nom de Paseo del Arenal.

Le bâtiment annexe conçu par Rafael Moneo est devenu l’un des symboles architecturaux de la Murcie contemporaine

 

Le manque d’espace dans l’Hôtel de Ville a conduit à la construction et à l’inauguration en 1998 d’un nouveau bâtiment annexé au précédent, conçu par le célèbre architecte Rafael Moneo. Le bâtiment, avec sa façade avant-gardiste, est devenu l’un des symboles architecturaux de la Murcie contemporaine.

 

Avec une façade rectangulaire et une forme carrée ouverte, le nouvel hôtel de ville occupe une position clé sur la Plaza Belluga, juste derrière le bâtiment classique Glorieta et relié à celui-ci par une passerelle.

Palais Épiscopal : un sommet monumental unique au cœur de la ville

A côté de la cathédrale de Murcie, c’est l’un des bâtiments les plus importants du patrimoine monumental de la ville de Murcie, construit au XVIIIe siècle.

Le palais épiscopal est un bâtiment historique situé sur la place Cardenal Belluga. C’est le siège officiel du diocèse de Cartagena. Construit au XVIIIe siècle, il a été déclaré bien d’intérêt culturel en 1992.

Avec des éléments architecturaux tout à fait uniques, c’est l’une des œuvres les plus importantes du patrimoine monumental de Murcie. Plusieurs maîtres tailleurs de pierre ont collaboré à sa construction. C’est un magnifique exemple de style rococo, avec un plan carré, entre l’italien et le français, avec des volumes sobres et une grâce décorative délicate, évidente dans ses belles façades.

Il a été construit avec des influences claires du dernier maniérisme italien. Les traitements muraux basés sur des ornements de fresques sont une caractéristique des palais romains et napolitains.

De l’intérieur, il y a des choses d’un grand intérêt : l’escalier impérial, la cour, organisée en trois arcades d’ordre dorique et un corps supérieur plus compact, et une petite chapelle de plan circulaire et de style rococo ouverte 24 heures sur 24.

Un point de vue privilégié sur la rivière Segura

Le soi-disant Marteau du Palais (le point de vue de l’évêque) offre un point de vue privilégié sur la rivière Ségura et le Paseo del Arenal ou Glorieta. ; il s’agit d’un brise-lames sortant construit avant le début de la construction du corps principal

Il dispose également d’une salle d’exposition attenante appelée le Marteau (Martillo).

La cathédrale de Murcie

Cœur, fierté et icône d’une ville, artistiquement, c’est la construction la plus importante et sa tour est le symbole de Murcie.

La façade principale réalisée par Jaime Bort, joyau du baroque international d’une beauté exceptionnelle, est unique en son genre, et elle a été élevée grâce à l’aide du cardinal Belluga – cardinal de Rome et grand bienfaiteur de la ville – à laquelle la place de sur lequel il se trouve a été dédié et qui est aujourd’hui l’un des points de rencontre et de célébration d’événements importants de la ville de Murcie. Les deux thèmes principaux de la façade sont l’Exaltation de la Vierge Marie – à qui le temple est consacré – et la Glorification de l’Église.

La tour mesure 90 mètres de haut -95 avec la girouette-, ce qui en fait la deuxième plus haute d’Espagne après la Giralda de Séville. C’est le point culminant de toute la ville et il est composé de cinq corps horizontaux.

 

L’intérieur de la cathédrale est en grande partie gothique. Son plan est composé de trois nefs avec déambulatoire et chapelles, dont la plupart sont des sépultures d’évêques et de nobles qui ont encouragé ou collaboré à sa construction.

Parmi ses chapelles, il convient de souligner la chapelle de Velez et celle de Junterones.

 

La chapelle de Velez est de style gothique flamboyant, avec une impressionnante coupole étoilée à dix branches. La Chapelle de Junterones est l’une des grandes œuvres de la Renaissance espagnole. En outre, nous pouvons souligner les sièges plateresques du chœur, le « transcorum » ou la couverture de l’ante sacristie et le grand orgue Merklin, qui avec ses près de 4 000 tuyaux et quatre claviers est l’un des orgues les plus importants au monde.

 

Le Musée de la Cathédrale et ses chapelles sont d’une beauté unique. Le musée est situé dans l’ancien cloître de la Cathédrale. Vous pourrez y voir des peintures du trecento italien, des peintures de Luca Giordano et des sculptures impressionnantes de Francisco Salzillo.

CASINO ROYAL DE MURCIE Un joyau d’éclectisme situé au coeur du centre historique de la ville

Il s’agit d’un bâtiment unique d’un point de vue architectural, situé dans un lieu emblématique de la capitale, la rue Trapería, dont il est une marque distinctive. Sa construction a commencé en 1847. Le bâtiment est un mélange de différents courants artistiques qui ont coexisté dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle en Espagne et a été déclaré monument historique et artistique national en 1983.

Par la porte d’entrée et un petit hall néo-baroque, vous accédez à l’Araham Courtyard, dont la spectaculaire décoration de style néonazari a nécessité plus de 20 000 feuilles d’or.

Il convient également de noter la bibliothèque, dans laquelle se détache sa tribune supérieure en bois sculpté, soutenue par des consoles en fonte représentant des flamants roses et la salle des dames attenante, décorée d’allégories féminines de la déesse Séléné peintes au plafond.

 

La Salle de Bal est peut-être le témoin le plus connu et le plus splendide de la vie sociale de Murcie pendant plus d’un siècle.

 

C’est un style néo-baroque. Les précieuses peintures qui l’ornent – quatre sages-femmes dans les nuages ​​- représentent la musique, la sculpture, la peinture et l’architecture. Quatre médaillons représentent les enfants illustres de Murcie : Romea, Salzillo, Floridablanca et Villacís.

 

Il convient également de noter la salle de billard et deux salles de réunion dotées d’immenses fenêtres donnant sur la rue Trapería que les Murciens, avec l’humour raffiné qui les caractérise, surnomment « las Peceras » (bocaux à poissons).

 

Église Saint-Pierre.

L’église de San Pedro est l’une des paroisses traditionnelles du centre historique de Murcie, située entre la place du même nom et la Place des Fleurs. Ses origines remontent à la conquête de Murcie, bien que le bâtiment actuel soit le résultat d’une reconstruction du début du XVIIe siècle avec des réformes intérieures réalisées au XVIIIe siècle.

 

Cette église est plus petite que les précédentes. Elle a une fonction ornementale importante en ce qui concerne son mobilier liturgique, notamment celui de sa chapelle principale, dont le patronage était exercé par la famille Saavedra, et un retable monumental de Nicolas de Rueda avec des sculptures de Salzillo et Roque López.

 

La chapelle a l’image du saint patron, réalisée par Salzillo.

 

Ancien couvent des Véroniques et église du Salvador.

L’église est une construction baroque avec un plan en croix latine avec des chapelles latérales reliées entre elles, un transept couvert d’une coupole et une chapelle principale. Au pied de la nef se trouvent le chœur bas et haut avec ses galeries latérales menant aux tribunes. L’ancienne église de San Salvador, aujourd’hui transformée en salle d’exposition, était le siège d’un couvent primitif de religieuses franciscaines dédié à Sainte Véronique. La façade, achevée en 1755, offre une solution magistrale dans la disposition de ses éléments obliques et la puissance de sa corniche en adaptant le dessin à un espace aussi difficile à contempler que la rue étroite sur laquelle elle s’ouvre.

Église Saint-Nicolas de Bari .

L’église de Saint-Nicolas de Bari est l’une des paroisses traditionnelles du centre historique de Murcie, dont les origines remontent à la conquête chrétienne, bien que l’édifice actuel date de la première moitié du XVIIIe siècle et en soit l’un des meilleurs exemples. du style baroque de Murcie. Ce temple est très spacieux et possède une grande richesse constructive. Le grand nombre d’éléments ornementaux lui confèrent un aspect plus baroque. À l’intérieur, le retable principal ajoute également à la splendeur du temple, qui conserve également d’importantes sculptures des XVIIe et XVIIIe siècles de Salzillo, Alonso Cano et Pedro de Mena.

La maison de l’écrivain Pedro Díaz Cassou, un des exemples du modernisme murcien

C’est actuellement le siège de l’Académie Royale des Beaux-Arts et du Département de Transparence, Participation et Administration Publique de la Communauté Autonome de la Région de Murcie.

La Casa Díaz Cassou est sans aucun doute l’œuvre la plus significative du modernisme à Murcie

Le bâtiment a été conçu par l’architecte José Antonio Rodríguez, commandé par l’écrivain et érudit Pedro Díaz Cassou, très intéressé par les traditions de Murcie.L’auteur a judicieusement créé un chanfrein dans l’angle principal du bâtiment, point de rencontre des deux façades du bâtiment, et en le contournant, il projette et brise la ligne de la corniche. Au centre se trouve une jolie baie vitrée semi-circulaire surmontée d’une balustrade en fer.

Situé dans la rue Santa Teresa, il est un BIC d’Intérêt Culturel depuis 1990.

L’intérieur de la maison présente un grand programme décoratif de fresques aux étages principaux et son escalier central, exécuté après 1906, d’une certaine splendeur. Les peintures sont de Pedro García del Bosque (1907-1908).

 L’église Saint-André.

L’église de San Andrés a été achevée vers 1689 et abrite la chapelle de la Vierge de l’Arrixaca, l’ancienne patronne de Murcie, qui est différenciée comme s’il s’agissait d’une église dans une église et qui a dû être déplacée lors des travaux de construction. l’étage actuel est terminé. Il abrite des œuvres importantes de Salzillo : San Andrés et San Roque. L’église a un plan en croix latine, avec des chapelles latérales entre contreforts et une tribune de chœur au pied de l’église. La nef centrale est de vastes proportions, avec une voûte en berceau à lunettes, divisée en sept travées au moyen d’arcs à guillotine, dont deux, de plus petites dimensions, correspondent au chœur.

Église de Jésus.

L’église de Jésus fait partie du musée de Salzillo. À l’intérieur de l’église sont exposés les chars processionnels que le sculpteur Francisco Salzillo a réalisés pour l’institution pénitentielle susmentionnée. De plan octogonal, elle a été construite vers 1670 et achevée à la fin du XVIIe siècle comme église de la Confrérie de Jésus. C’est un véritable théâtre conçu pour montrer les mystères de la Passion. Salzillo a créé les célèbres marches processionnelles pour les processions matinales du Vendredi Saint, créant ainsi un cadre harmonieux entre architecture et sculpture. Les peintures originales de Pablo Sístori, datant de 1792, sont encore conservées dans les stands. Il a été déclaré monument national en 1935.

Église d’Agustinas Descalzas.

Le couvent des Augustines du Corpus Christi est un complexe monastique appartenant à la branche féminine de l’Ordre de Saint Augustin, situé sur la place Agustinas, dans le quartier de Saint-Andrés. Le couvent raconte l’histoire d’une communauté fondée en 1616 par un groupe de religieuses d’Almansa. L’église est dominée par un important retable, érigé vers la moitié du XVIIIe siècle pour abriter l’image de Saint Augustin, fondateur de l’ordre, une sculpture monumentale de Salzillo. Une autre œuvre de grand charme que l’on trouve à l’intérieur est Sainte Cécile, du sculpteur Roque López ; une version singulière du protecteur de la musique accompagné d’un orgue domestique.

L’église Saint-Michel.

D’origine médiévale, elle subit d’importantes modifications jusqu’au XVIIIe siècle. Préservé des destructions et des transformations ultérieures, l’intérieur est le reflet de la splendeur donnée aux églises murciennes au XVIIIe siècle, tant pour l’unité formelle de ses retables que pour l’éclat de son architecture dorée. L’ensemble de l’église est un écrin pour les sculptures de Francisco Salzillo, dispersées dans tout le bâtiment. Depuis 1949, c’est le siège de la Confrérie du Saint-Christ de la Misericordia, qui défile ici le soir du Vendredi Saint. Cependant, la petite taille de la porte fait que le cortège part de Saint-Esteban, à proximité.

Le monastère des Hiéronymites est le siège de l’Université catholique de San Antonio

Le monastère des Hiéronymites est connu sous le nom d’Escurial de Murcie et sa beauté captivera le voyageur, qui le découvrira au cœur du verger, entouré de palmiers et d’arbres fruitiers.

Déclaré Monument Historique National, il a été appelé « Escorial Murcien »

Le monastère a été construit au début du XVIIIe siècle à la demande des moines hiéronymites, qui cherchaient un lieu de retraite dans cette zone du verger, à l’abri des inondations. Déclaré Monument Historique National, il a été appelé « Escurial Murcien », car il s’agit d’une œuvre de grandes proportions. De plan en croix latine, il présente une façade en briques apparentes, une porte avec un arc en plein cintre et deux tours élancées couronnées de coupoles en tuiles vitrifiées de la couleur bleue caractéristique du baroque murcien, ainsi que la coupole polygonale du transept, d’une dimension considérable. dimensions.

C’est l’un des pôles culturels de la Région

L’intérieur du temple est abondamment décoré de plâtres géométriques blancs sur fond bleu. Le retable principal baroque se distingue, en marbre, albâtre et bois doré. Le retable peut être daté des années 1780 environ. Il s’agit d’une œuvre de transition entre le baroque et le classicisme formel, même si elle a perdu certains de ses éléments d’origine et est guidée par la façade de la cathédrale de Murcie.

Aujourd’hui, après plusieurs restaurations et rénovations, elle est devenue le siège de l’Université catholique de San Antonio (UCAM), ce qui en fait l’un des pôles culturels de la Région.

Église du couvent Sainte-Claire.

Il appartient au complexe de Santa Clara la Real (Monastère et Musée de Santa Clara), qui a subi diverses transformations qui ont fait du couvent un noyau artistique de première ampleur. Indépendamment de la visite du Musée, le temple du couvent baroque possède une riche collection de retables et d’images. Il convient de noter en particulier le retable-tempête ou tabernacle original qui préside l’église, d’inspiration clairement italienne, où les sculptures sont libérées du frontalisme qu’un retable attaché leur aurait imposé, œuvre de José Ganga Ripoll et Francisco Salzillo ( 1755).

La Casa Cerdá est l’un des bâtiments les plus emblématiques du paysage urbain

Sa figure préside l’entrée de la Plaza de Santo Domingo depuis la Gran Vía Alphonse X le Sage, l’endroit idéal pour commencer une visite du quartier historique de la ville.

La magnifique finition du bâtiment et l’effet coloré de sa façade en font le bâtiment le plus remarquable de la Plaza de Santo Domingo.

Ce bâtiment, conçu par l’architecte José Antonio Rodríguez Martínez, date de la première moitié du XXe siècle. De style éclectique, il se distingue par les hautes colonnes ioniques de sa façade et le pavillon circulaire qui couronne l’ensemble du bâtiment. Sa finition rougeâtre, verte et blanche accentue le caractère singulier de ce bâtiment, en faisant un point de repère et de référence sur la place dans laquelle il est situé.

José Antonio Rodríguez avait beaucoup d’expérience et de renommée à cette époque, en effet il était architecte municipal et parmi ses œuvres les plus connues à Murcie figuraient la Casa Díaz-Cassou, la Casa de los Nueve Pisos, la Convalecencia, la Alegría de la Huerta, l’Edificio Flomar, la Casa Guillamón et la Sociedad de Cazadores. Sa popularité lui a valu d’être choisi pour réaliser les travaux de la Casa Cerdá, qui ont eu lieu entre 1934 et 1936, étant en fait sa dernière grande œuvre architecturale.

Le bâtiment est classé au patrimoine culturel

Le bâtiment a été construit entre 1934 et 1936 et sa fonction était purement résidentielle.

Il s’agit d’un grand bâtiment composé de six étages plus un rez-de-chaussée. La façade est divisée en trois sections différentes par la disposition des balustrades qui définissent des lignes horizontales les séparant.

Église de Saint-Domingue.

L’église de Saint-Domingue et la chapelle attenante du Rosaire sont les constructions restantes d’un ancien complexe monastique de l’Ordre dominicain situé sur la place centrale de Saint-Domingue, qu’elle préside et à laquelle elle donne son nom. Son origine remonte au XIIIe siècle, même si l’ensemble conservé actuellement correspond au XVIe siècle (chapelle du Rosaire) et au XVIIIe siècle (église couvent de Saint-Domingue). Le caractère unique de l’église, reliée à la Chapelle du Rosaire (XVIe siècle) et ouverte sur deux façades de la ville, lui a valu deux façades à ses extrémités : celle occidentale, face au théâtre Romea, et celle construite en en brique, face à la place Saint-Domingue.

Monastère et musée Sainte-Claire : XVe-XVIIIe siècles

Le monastère de Sainte Clara la Real est un complexe monastique de l’ordre de Las Clarisas. Ses origines remontent au XIVe siècle, occupant ce qui était l’ancien Alcázar Seguir (forteresse mineure) musulmane du XIIIe siècle. C’est l’un des bâtiments historiques les plus importants de la ville car il contient les vestiges du palais arabe (le plus important de l’art islamique de Murcie). Le monastère possède également un cloître et un chœur gothiques ainsi qu’une église baroque. Parmi ses différentes phases de construction, les plus remarquables sont le cloître gothique du XVe siècle et une partie de l’église, ainsi que l’église baroque du XVIIIe siècle. À l’intérieur du couvent se trouve le Musée de Sainte Claire, avec une section consacrée à l’art sacré et une autre à l’archéologie andalouse.

Église du couvent de Sainte-Ana.

Le couvent de Sainte-Ana, ou comme on l’appelle populairement, le couvent de Las Anas, est un complexe monastique appartenant à la branche féminine de l’Ordre Dominicain, situé sur la place Sainte-Ana. Le couvent remonte au XVe siècle, bien que le bâtiment que l’on peut voir aujourd’hui date du XVIIIe siècle. C’est l’un des exemples les plus représentatifs du style baroque de Murcie. Fondée en 1490, elle possédait une église primitive construite en 1611, dont est conservé son ancien retable principal, aujourd’hui dédié à Saint Miguel. L’église actuelle a été construite en 1731, son célèbre retable principal est l’œuvre de José Ganga et l’ancienne chapelle abrite le groupe de Sainte Anne apprenant à lire à la Vierge, œuvre de Salzillo.

Église conventuelle de La Merced.

L’église de La Merced est un temple religieux appartenant à l’ancien couvent de l’Ordre de La Merced, construit sur l’emplacement actuel au XVIe siècle. L’église est actuellement dirigée par les franciscains et l’ancien couvent est aujourd’hui occupé par la Faculté de Droit de l’Université de Murcie. La grande exposition sculpturale sur la façade et à l’intérieur est remarquable. Le retable principal a été érigé en 1744 selon les plans de Jaime Bort, sur la façade principale de la cathédrale. Les sculptures de Nicolás Salzillo et le panneau de Senén Vila se démarquent. La partie la plus ancienne de l’ensemble architectural est le cloître, aujourd’hui siège de la Faculté de Droit de l’Université de Murcie…

Le campus de La Merced, une enclave de savoir au centre de la ville et le campus le plus ancien de l’Université de Murcie

Les installations de ce campus ont été inaugurées en 1935 et, historiquement, c’est le premier campus situé au centre de la ville de Murcie. Il abrite actuellement la Faculté de droit et la Faculté des arts.

Le Campus La Merced abrite la Faculté de droit et la Faculté des arts

Le campus est situé entre les rues Obispo Frutos, Doctor Fleming et Santo Cristo. Il abrite la Faculté de Droit et la Faculté des Arts, ainsi que la Bibliothèque Antonio de Nebrija, le Paraninfo et un bureau du Service d’Information Universitaire (SIU).

Comme référence historique, la façade principale de la Faculté des Arts, située dans la rue Santo Cristo, occupe l’endroit où, au XVIe siècle, se trouvait le siège de l’Ordre Mercédaire, le couvent de La Merced.

Le Cloître de l’ancien couvent de La Merced peut être admiré aujourd’hui à l’intérieur de la Faculté de Droit

Après plusieurs incendies au XIXème siècle, le couvent devint une fabrique de soie, puis passa aux mains des Frères Maristes et fut finalement acquis par l’Université de Murcie en 1935. Après une rénovation complète (en gardant intact le magnifique cloître), il devint le siège de la Faculté de Droit au sein du Campus Merced.

Le cloître, construit entre 1604 et 1629, est construit sur deux étages (tous deux avec des colonnes avec des chapiteaux d’ordre toscan et des arcs en plein cintre), en soulignant la curieuse manière de disposer les colonnes « en trio » dans chacun des quatre coins du cloître. dans cet ensemble harmonieux.

La Faculté des Arts occupe un bâtiment annexé au complexe Merced

Le bâtiment situé sur la Plaza de la Universidad, à l’origine la Faculté de Philosophie et de Lettres, annexé au complexe de la Merced, a été inauguré en 1968 et est aujourd’hui la Faculté de Lettres. L’élément architectural prédominant de la place est une grande pergola en forme de fer à cheval et de grande hauteur, située précisément devant la façade de la faculté.

Sur et autour de la place, vous trouverez de nombreux étudiants. Le quartier est entouré de plusieurs bars à tapas et de quelques petits bars très souvent bondés la nuit. Ambiance universitaire animée.

Église Sainte-Eulalie.

D’origine médiévale, le bâtiment actuel a été construit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et constitue l’un des derniers exemples de style baroque-rococo de la ville. Construite en 1765, elle possède l’une des façades les plus dynamiques de toute l’architecture religieuse de Murcie… Pablo Sístori a peint les retables en perspective de la chapelle principale et du transept en utilisant la technique du trompe-l’œil. Cette église possède plusieurs sculptures de Salzillo. A côté, dans le petit espace entre l’église et la muraille arabe, se trouve la chapelle Saint-José, construite par la corporation des charpentiers au début du XVIIIe siècle.

Église Saint-Jean-Baptiste.

L’église Saint-Jean-Baptiste existe à Murcie depuis l’époque médiévale sous le nom de Saint-Jean du Réel et plus tard de Saint-Jean du Rabal. L’église a changé son nom en Saint-Jean-Baptiste lors de sa reconstruction au XVIIIe siècle. L’importance symbolique de l’autel ressort grâce à un baldaquin monumental. Outre le vénéré Cristo del Rescate, l’église conserve des œuvres d’art remarquables : San Isidro Labrador, de Salzillo, Sainte Maria de la Cabeza, de Juan Porcel et les stalles du chœur du XVIIIe siècle.

Église Saint-Jean-de-Dieu.

Le Musée de l’Église Saint-Jean-de-Dieu est l’un des sièges du Musée des Beaux-Arts de Murcie, qui abrite une importante collection d’imagerie religieuse du XVe au XXe siècle. L’ancienne église, datant du XVIIIe siècle, est située à proximité de la Cathédrale. Il faisait partie du complexe hospitalier de Saint-Jean de Dieu, qui était auparavant un hôpital templier, et était à l’origine l’Alcázar Mayor de la ville, dont de précieux vestiges sont visibles dans le sous-sol. Son plan elliptique est parfaitement adapté à la destination de sa fondation : l’adoration du sacrement dans un célèbre ostensoir. Aujourd’hui, c’est un musée et ses sous-sols abritent d’importants vestiges arabes.

Église du Carmel.

En traversant le Vieux Pont, la promenade nous mène à l’église d’El Carmen, l’ancien couvent des Carmelitas Calzados, situé en 1586, après certains affrontements avec les Augustins, sur le site de l’ermitage du glorieux San Benito, en dehors de la ville. des murs. Lorsque l’ancien couvent fut démoli en 1835, il ne reste que l’église actuelle, commencée par les frères en 1721 à l’époque de Belluga et consacrée en 1769 par Diego de Rojas Contreras, bienfaiteur du couvent, qui était en charge de l’actuel retable disparu de Perspectivas de Sístori et l’image du saint patron. L’église est le siège canonique de l’Archiconfrérie du Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui défile pendant la Semaine Sainte de Murcie…

LE DESERT D’ABINILLA – Au nord-est de Murcie

Le climat et le bon travail de ces habitants ont fait de la région du Désert d’Abinilla une oasis en plein désert murcien. Sa situation entre Aragon et Castille la convertirent en un lieu stratégique durant la Reconquête. Aujourd’hui la fête de la Sainte Croix, célébrée au mois de mai, rappelle les batailles survenues alors, entre les maures et les chrétiens. Se promener à travers Abanilla c’est retrouver le sentiment du Moyen Âge, les structures de ses rues, les manoirs, etc.

ORIHUELA & TORREVIEJA

Nous décidons ce matin de prendre la voiture pour explorer les environs. Direction l’Embalse de la Pedrera dans un premier temps. La route sinueuse offre de très jolis point de vue sur cet immense bassin de rétention aux couleurs turquoises

Réservoir de La Pedrera

C’est une zone humide d’origine artificielle, créée en 1980 sur le lit de la Rambla d’Alcorisa, une vaste dépression érosive entourée de montagnes basses, « Cabezo del Moro », « Cabezo de la Pedrera », « Loma Larga » et « Lo Rufete ». », et avec un substrat composé de loams gris et bleus du Miocène de haute puissance qui confèrent à ces terres une grande imperméabilité. À l’intérieur de cette dépression, on trouve des reliefs marginaux formés de marno-calcaire et de grès qui offrent des pentes douces vers l’extérieur et des pentes plus fortes vers l’intérieur. Il peut stocker 246,9 hm3 d’eau sur l’ensemble des 1 272 hectares qu’il occupe. Ce réservoir appartient à la Confédération hydrographique de Segura et constitue un élément clé pour la régulation et la distribution d’une partie des eaux provenant du canal de transfert Tajo Segura.

La végétation potentielle dans les zones périphériques de la lagune est constituée par les maquis ou fourrés formés de palmier nain Chamaerops humilis, d’alfa Stipa tenacissima, d’aubépine noire Rhamnus lycioides ou de lentisque Pistada lentiscus. En revanche, dans les zones récemment perturbées, nous avons trouvé de grandes extensions de Thymus hyemalis, d’Armoise Artemisia herba-alba, de Salso/a barella genistoides ou de bufalaga Timelaea hirsuta. Entre les deux formations se trouvent de petits peuplements de pins Pinus halepensis et des cultures abandonnées de caroubiers Ceratonia siliqua et d’oliviers Olea europaea. Il existe également la soi-disant guimauve folle Lavatera triloba, une plante de la famille des Malvacées présente dans le catalogue valencien des espèces de flore en voie de disparition et qui apparaît comme « Espèces protégées non cataloguées ».

La faune existante présente une grande diversité d’habitats ainsi que l’influence de certains sites naturels proches à haute valeur écologique tels que la SPA de Sierra Escalona et la Dehesa de Campoamor et le Parc Naturel des Salinas de La Mata et Torrevieja permettent de observer de nombreuses espèces d’oiseaux associées à différents types d’habitats. Des centaines de hérons nichent ensemble dans une grande colonie reproductrice pouvant accueillir plus de 150 couples d’espèces comme le héron garde-bœufs Bubulcus ibis, le héron cendré Ardea cinerea, l’aigrette Nycticorax nycticorax, le butor/xobrichus minutus, le héron crabier Ardeola. ralloides et le héron pourpré Ardea purpurea. Les deux dernières espèces sont classées comme « vulnérables » selon le Catalogue valencien des espèces de faune menacées.

Un autre groupe bien représenté est celui des Larolimícolas. Des oiseaux comme la Sterne naine Sternula albifrons, la Sterne pierregarin Sterna hirundo ou la Sterne à bec noir Gelochelidon nilotica forment des colonies reproductrices sur les îlots formés par la baisse des niveaux d’eau pendant les mois d’été. Sur les plages dénudées qui bordent une partie du réservoir, nous trouvons des espèces d’échassiers de haute valeur écologique telles que l’échasse Himantopus himantopus, avec plus de 50 couples enregistrés dans le réservoir, le petit pluvier Charadríus dubius, qui possède l’une des meilleures populations du réservoir. au sud dans le réservoir d’Alicante ou le pluvier neigeux Charadrius alexandrinus, une espèce en grave déclin classée comme vulnérable selon le Catalogue valencien des espèces menacées.

Pour tout ce qui est mentionné ci-dessus, ainsi que d’autres espèces de flore et de faune que l’on peut y trouver, ce réservoir est en train d’être catalogué comme Zone Humide de la Communauté Valencienne.

TORREVIEJA

Parmi les attractions populaires de Torrevieja sont les réserves naturelles de La Mata et de Las Lagunas, toutes deux abritant une riche biodiversité de flore, de faune et d’animaux sauvages, notamment des flamants roses et d’autres oiseaux.

 

CARTHAGENE

Visite aujourd’hui de Carthagène que nous apprécions tout d’abord depuis le mirador Sobre la Bahia

Le port de Carthagène, sur la Costa Cálida méditerranéenne, est apprécié depuis l’époque des Carthaginois. En raison de sa situation stratégique sur la côte de Murcie, elle a été habitée par différentes cultures, qui ont laissé des traces de leur patrimoine artistique.

Une visite de la ville et de ses musées nous plongera dans l’histoire d’une ville fortement liée à la mer.Les Carthaginois et les Romains s’intéressaient déjà à cette enclave maritime, dont le nom latin, Cartago Nova , tire son nom actuel. Carthagène était également sous domination arabe jusqu’à ce que Ferdinand III le Saint la reconquière et l’incorpore au royaume de Castille. Son port eut une grande importance dans la Guerre de Succession et la Guerre d’Indépendance.

Le riche héritage de Carthagène s’étend le long des rives de sa marina. La digue , dont la construction fut ordonnée par Charles III (XVIIIe siècle), délimite la vieille ville. Face à la Méditerranée se trouve un élément clairement lié à la mer : le prototype du sous-marin de l’inventeur de Carthagène Isaac Peral. D’autre part, le Musée national d’archéologie sous-marine ARQUA (Paseo Alfonso XII, 22) abrite également le Centre national de recherche archéologique sous-marine. Grâce à ses découvertes, nous pouvons découvrir des aspects de la construction navale, du commerce et de la navigation développés dans l’Antiquité.

L’entrée du centre-ville est dominée par le Palais de la Mairie, joyau de l’architecture moderniste du début du XXe siècle.

Sur le chemin du Parque Torres (derrière la digue) se trouve la vieille cathédrale. Il s’agit du temple le plus ancien de Carthagène (XIIIe siècle), dont les vestiges sont conservés sur les tribunes d’un théâtre romain découverts en 1987.

Cette construction remonte au Ier siècle avant JC. C. et c’est l’un des plus importants d’Espagne avec celui de Mérida. Les pièces trouvées sur ce site peuvent être vues au Musée du Théâtre Romain.La splendeur romaine de la ville est également un bon exemple de la zone archéologique de Molinete, de la colonnade de Morería Baja et de la muraille byzantine, qui malgré son nom est également romaine.

 L’ Augusteum et le Decumanus méritent une mention particulière . La première contient des vestiges de l’ancien forum, une construction publique importante, comme en témoignent les luxueux sols en marbre du site. Le second se visite comme un site rattaché au Quartier du Forum Romain, centre de visite touristique où se trouvent les différentes salles des thermes romains de la ville.

De son côté, la Casa Fortuna , construite au Ier siècle avant JC et appartenant à une riche famille, montre à quoi ressemblait la vie quotidienne dans l’Empire romain.

Dans le parc Torres se trouve le Castillo de la Concepción . Élevée sur une colline, elle a été une forteresse pour les Carthaginois, les Romains, les Wisigoths, les Arabes et les Castillans et abrite le Centre d’interprétation de l’histoire et de la Carthagène médiévale. En effet, les bâtiments militaires de défense ont toujours été présents dans la ville. Un bon exemple est le Fort Noël, construit au milieu du XIXe siècle et aujourd’hui centre d’interprétation de l’architecture défensive de Carthagène et de la Méditerranée.

Le Civil War Shelter-Museum est également recommandé , une série de galeries qui ont servi pendant le conflit à se protéger contre les attaques aériennes

À Carthagène, vous devez parcourir la Calle Mayor, qui part de la Plaza del Ayuntamiento, et ses environs. Ici se rencontrent les maisons Cervantes et Llagostera, œuvres de l’architecte carthagène Victor Beltrí, dont les éléments caractéristiques sont des belvédères, des ferronneries et des reliefs en bronze de figures allégoriques.

D’autres bâtiments représentatifs de ce courant artistique sont le Casino, le Grand Hôtel, la Gare et les Maisons Maestre et Dorda. Des monuments élégants et bourgeois qui nous racontent le développement économique de la région à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, basé sur l’exploitation minière et l’industrie.

Plus aristocratiques sont les palais d’Aguirre (dont le bâtiment moderniste annexe abrite le Musée régional d’art moderne MURAM) et de Pedreño, dont l’un est de style moderniste et l’autre néoclassique.

De son côté, sur l’une des cinq collines qui entourent Carthagène, sur le mont Aletes, se trouve la muraille punique. Elle abrite le centre d’interprétation de son site qui remonte au IIIe siècle avant JC.Attaché au centre historique fortifié se trouve l’Arsenal militaire, achevé sous le règne de Charles III. Dans ses murs se trouve la seule porte d’entrée encore conservée dans la ville. Également lié à l’histoire de Carthagène, vous pouvez visiter le Musée Naval , dans l’ancienne caserne de la Marine, sur le Paseo de Alfonso XII. Des instruments de navigation d’anciens navires, des cartes et des cartes de navigation sont exposés ici, ainsi que des modèles de tous types de navires.

 

Le quartier des pêcheurs de Santa Lucía mérite également une visite.La ville de Cartagena accueille également chaque année d’importants événements culturels, comme le festival de musique du monde « La Mar de Músicas ».Sont également remarquables ses fêtes historiques carthaginoises et romaines qui commémorent, dans la seconde quinzaine de septembre, la fondation punique de la ville et sa reconquête romaine.

LIENS VERS TOUTES LES PHOTOS ET PODCASTS SUR Murcie et ses environs

j 432 – LE DESERT D’ABINILLA MURCIE

j 433 – MURCIE

j 434 – TORREVIEJA – MURCIE

j 435 – CARTHAGENE- MURCIE

 

VIDEOS SUR Murcie

AUTRES ARTICLES SUR L’ESPAGNE A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer en Espagne.

vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS EN ESPAGNE

NOS LOGEMENTS EN SAISON 3 (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DELA SAISON V ET VB

LES LOGEMENTS EN SAISON VI

LES LOGEMENTS EN SAISON VII

LA GASTRONOMIE

Toutes les informations sur la gastronomie espagnole, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien

LA CUISINE ESPAGNOLE (voyageavecnous.com)

 

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible

 

Laisser un commentaire