voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Lisbonne « La Cité Blanche au Pays Bleu » PORTUGAL

14

Lisbonne, avec ses sept collines, peut sembler intimidante, mais ne vous laissez pas décourager. Que vous souhaitiez explorer le dédale de l’Alfama, faire du shopping dans la Baixa ou revivre l’âge des grandes découvertes à Belém, Lisbonne se prête parfaitement à la promenade. Lorsque la chaleur devient écrasante, vous pouvez vous rafraîchir dans les forêts de Sintra ou les eaux de l’Atlantique avant de revenir faire la tournée des bars dans le Bairro Alto.

Au cœur de la ville, le Chiado vous accueille avec ses cafés, ses boutiques élégantes et l’énigmatique Convento do Carmo. À côté, dans le Bairro Alto, les magasins de vêtements rétro se mêlent aux bistros et aux bars de nuit, créant une atmosphère animée où les fêtards déambulent dans la rue. Les points forts du quartier sont Cais do Sodré, un haut lieu de concerts, Principe Real, un rendez-vous populaire pour la communauté LGBTQ+, et Santa Catarina, prisé par les jeunes branchés.

À l’est, la Baixa vous séduira avec ses belles arcades sur la Praça do Comércio, rappelant l’âge d’or de la royauté portugaise. La Rua Augusta, piétonne, est le paradis des amateurs de shopping et des musiciens ambulants. Au nord, Rossio vous charmera avec ses places pittoresques et ses petits bars à Ginjinha – une liqueur de cerise typique.

À côté de la Baixa, le quartier ouvrier de l’Alfama est un dédale d’allées tortueuses et de places ensoleillées, imprégné du son du tram qui passe et du fado qui résonne. C’est ici que se trouvent la Sé (cathédrale) et le Castelo de São Jorge. Plus au nord, Graca offre de magnifiques belvédères, le marché aux puces de la Feira da Ladra et le paisible cloître de l’Igreja de São Vicente de Fora.

Un court trajet en tram à l’ouest du centre vous mène à Belém, véritable joyau de l’âge des grandes découvertes, abritant des trésors architecturaux comme le Mosteiro dos Jerónimos. Au nord, le Parque das Nações, ancré dans le XXIe siècle, vous impressionnera avec son architecture avant-gardiste, son art public et l’incroyable Océanarium.

Au nord de la Baixa, les quartiers de Marquês de Pombal, Rato et Saldanha regorgent de restaurants, de boutiques de couturiers dans l’Avenida da Liberdade et de musées. À l’ouest, Estrela et Lapa conjuguent opulence et culture, avec leurs charmants hôtels. Au bord du fleuve, vers le pont du 25 avril, les discothèques animent les entrepôts des Doca de Alcântara.

LIENS VERS LES PHOTOS DES ETAPES A Lisbonne & ENVIRONS

J 319 – PARC NATUREL SUD-OUEST ALENTEJO ET CÔTE VICENTINE

J 320 EXPLORER LISBONNE DANS LE TRAM N°28

j 320 LE CAMPO OURIQUE & ESTRALA LISBONNE PORTUGAL

j 320 LE BARRO ALTO & ESTRELA- FIN DE LA JOURNEE 1 – LISBONNE PORTUGAL

J 321 LE QUARTIER DE GRACA – LISBONNE PORTUGAL

J 321 LE QUARTIER DEL’ALFAMA – LISBONNE PORTUGAL

J 322 SOIREE DANS LE BAIXA ET LE ROSSO LISBONNE PORTUGAL

J 323 LE QUARTIER DE BELEM LISBONNE PORTUGAL

J 324 LE PALACE DE PENA – SINTRA – LISBONNE PORTUGAL

J 324 LE PARC DU PALACE DE PENA – SINTRA – LISBONNE PORTUGAL et sentier vers le centre historique & Villa Sasseti

J 324 CENTRE HISTORIQUE DE SINTRA & QUINTA DO REGALEIRA – SINTRA – LISBONNE PORTUGAL

J 326 CASCAIS & LA COSTA DO SOL – LISBONNE – PORTUGAL

DE Lagos A Lisbonne

https://goo.gl/maps/dJueySShapvJsnJP8

Le trajet de Lagos à Lisbonne offre une expérience unique pour les amateurs de nature sauvage et de paysages spectaculaires. En suivant cette route, vous découvrirez des falaises majestueuses, le bruit apaisant des vagues se brisant contre les rochers, et la sensation d’être en communion avec la nature, loin de l’agitation urbaine.

Commencez votre voyage à Lagos, où vous pourrez explorer les falaises dorées de Ponta da Piedade et vous émerveiller devant leurs formations rocheuses impressionnantes. En continuant vers le nord le long de la côte, vous traverserez des villages côtiers pittoresques, offrant des vues à couper le souffle sur l’océan Atlantique.

Votre itinéraire pourrait inclure des arrêts à Sagres, où vous pourrez visiter le Fortaleza de Sagres et admirer les falaises abruptes du cap Saint-Vincent, le point le plus au sud-ouest du Portugal continental.

En poursuivant vers le nord, vous longerez la côte ouest préservée, avec ses plages isolées et ses paysages sauvages. Les villes comme Vila Nova de Milfontes et Sines offrent des opportunités de détente sur des plages préservées et des explorations le long des sentiers côtiers.

Enfin, votre voyage vous mènera à Lisbonne, la capitale portugaise animée. Après avoir passé du temps à explorer les merveilles naturelles de la côte, vous pourrez vous immerger dans la culture vibrante de cette ville historique, en visitant ses quartiers charmants, en dégustant une cuisine délicieuse et en découvrant son riche patrimoine culturel.

Cette route de Lagos à Lisbonne promet une aventure inoubliable à travers des paysages époustouflants et une nature préservée, avant de plonger dans l’effervescence de la vie urbaine à Lisbonne.

PARC NATUREL SUD-OUEST ALENTEJO ET CÔTE VICENTINE

Le Parc naturel du Sud-Ouest Alentejano et Côte Vicentine s’étend sur une superficie impressionnante de plus de 120 kilomètres le long de la côte, allant du sud de Sines à la pointe du Cabo de São Vicente et au-delà jusqu’à Burgau. Cette région remarquable se trouve à la frontière entre l’Alentejo et l’Algarve, offrant une diversité de paysages spectaculaires.

Le parc est caractérisé par ses falaises imposantes, ses criques isolées aux formations schisteuses et calcaires, ainsi que par ses vastes étendues maritimes. Il couvre une superficie terrestre de 60 624 hectares, où une multitude d’espèces animales et végétales cohabitent dans un environnement préservé et sauvage.

Parmi les espèces emblématiques qui habitent ce parc, on trouve le balbuzard pêcheur, la garce à bec rouge, le milan noir, le pigeon des rochers et même la chauve-souris carnivore. Ces créatures fascinantes trouvent refuge dans cet écosystème côtier unique, où la nature est préservée et respectée.

Les visiteurs du parc ont l’occasion de découvrir une nature sauvage et préservée, à travers des sentiers de randonnée pittoresques et des paysages à couper le souffle. Que ce soit pour l’observation des oiseaux, la randonnée, le surf ou simplement pour se détendre sur des plages isolées, le Parc naturel du Sud-Ouest Alentejano et Côte Vicentine offre une expérience inoubliable pour les amoureux de la nature et les aventuriers en quête de découvertes.

ZAMBUJEIRA DO MAR 

Zambujeira do Mar, un petit joyau de la côte portugaise, offre une expérience authentique et spectaculaire à ses visiteurs. Nichée entre les falaises imposantes et l’océan Atlantique, cette charmante ville côtière séduit par son ambiance décontractée et ses paysages grandioses.

En arrivant à Zambujeira do Mar, on est immédiatement frappé par l’étendue des falaises qui surplombent la plage du village, créant un cadre époustouflant. Une fois garés à l’entrée de la ville, on peut commencer à explorer ses ruelles pittoresques, flanquées de petits pavillons blancs qui dégagent un charme authentique.

La petite église située au bout du promontoire offre une vue imprenable sur les falaises et la plage, constituant un point de vue incontournable pour les visiteurs. De là, les sentiers de pêcheurs s’étirent le long des falaises, offrant un accès aux criques isolées accessibles uniquement à marée basse. Ces sentiers escarpés invitent à l’aventure, mais il convient de rester vigilant face au danger potentiel d’érosion des falaises.

En hiver, Zambujeira do Mar retrouve son calme avec ses 850 habitants, mais en août, elle se transforme en lieu de rendez-vous incontournable avec le MEO Sudoeste, le plus grand festival de musique du Portugal. Cette effervescence estivale se fait déjà sentir avec l’ouverture des nombreux restaurants et bars dans le village.

Se promener dans les rues de Zambujeira do Mar offre une expérience pittoresque, avec ses maisons blanches aux accents de bleu ou de rose, qui épousent les pentes naturelles du terrain. On peut également découvrir les cases de pêcheurs en bois, où les filets et les casiers utilisés pour la pêche aux calamars témoignent de la vie maritime animée de la ville.

En somme, Zambujeira do Mar est une destination à ne pas manquer pour ceux qui recherchent à la fois la beauté naturelle, l’authenticité et une atmosphère décontractée sur la côte portugaise.

PHARE DU CAP SARDAO

Le phare du Cap Sardao, perché sur les falaises escarpées de la côte portugaise, offre une vue imprenable sur les environs. Situé un peu plus loin sur la côte, en remontant vers le nord, il constitue une destination prisée pour les amoureux de la nature et les passionnés de paysages côtiers.

Pour y accéder, il faut emprunter une route en impasse qui mène directement au phare. Une fois sur place, des sentiers aménagés permettent de faire le tour du phare, offrant ainsi aux visiteurs l’opportunité d’admirer les panoramas spectaculaires sur les falaises et les petites plages isolées qui parsèment la côte. Ces plages semblent souvent abandonnées et sont accessibles principalement par voie maritime, ajoutant à leur mystère et à leur attrait.

En parcourant les sentiers autour du phare, les visiteurs peuvent également apprécier la beauté brute et sauvage de la côte, ainsi que la sensation d’être en harmonie avec la nature. C’est un endroit idéal pour se ressourcer, se connecter avec l’environnement naturel et profiter de moments de tranquillité loin de l’agitation de la vie quotidienne.

En somme, le phare du Cap Sardao est une étape incontournable pour ceux qui explorent la côte portugaise et qui recherchent des paysages à couper le souffle et une atmosphère paisible et préservée.

VILA NOVA DE MILFONTES

Vila Nova de Milfontes, nichée à l’embouchure du fleuve Mira, bénéficie d’un charme discret et d’un développement touristique croissant au fil des années. Son estuaire et l’alignement de ses maisons blanches aux accents de bleu ou de jaune lui confèrent une atmosphère particulièrement agréable.

Les plages tranquilles de la Côte Vicentine, réputées pour leurs caractéristiques naturelles préservées et leurs excellentes conditions pour les sports nautiques, attirent de nombreux visiteurs. Au cœur du centre historique, on peut admirer l’église Matrice, la forteresse érigée au XVIe siècle pour se protéger des attaques de pirates, ainsi que le phare de Cabo Sardão.

Sur le rivage, une petite baie en forme de coquille offre des couchers de soleil magnifiques vers l’ouest. Chaque année, le 15 août, la procession fluviale en l’honneur de Nossa Senhora da Graça anime la commune.

C’est ici à Vila Nova de Milfontès que nous faisons notre pause déjeuner avant de reprendre la route vers Lisbonne ; Le restaurant Patio de Alentejano très bien noté sur Tripadvisor semble recueillir aussi l’avis des locaux. Les tables sont bondées et le nombre de personnes qui sortent avec des plats commandés à emporter est impressionnant. Le restaurant est réputé pour sa cuisine familiale, les quantités servies et le sprix doux. Alors testons-le ! Vous retrouverez les photos en suivant le lien j 319 – PATIO ALENTEJANO – VILA NOVA DE MILFONTES ALENTEJO PORTUGAL et l’article sur la cuisine PORTUGAISE

Après ce repas revigorant, nous reprenons la route en direction de Lisbonne, à environ 2h30 de trajet par les routes nationales. Arrivés vers 17h30 à notre logement, nous découvrons une autre belle opportunité à proximité de la capitale, offrant tout le confort attendu à un excellent rapport qualité-prix. ICI

EXPLORER LISBONNE DANS LE TRAM N°28

Explorer Lisbonne à bord du Tram 28 est une expérience incontournable pour tout visiteur de la ville. Cependant, trouver un parking adapté pour le Raptor à proximité de la station de départ sur la place Martim Moniz peut s’avérer difficile, surtout pour les véhicules de grande taille.

 

Après quelques recherches, nous avons finalement trouvé une place de parking assez large, à environ 10 minutes à pied de la place Martim Moniz, une solution pratique pour rejoindre la station.

Le Tram 28, avec sa ligne emblématique allant de Martim Moniz à Estrela / Campo Ourique, offre un voyage inoubliable à travers les plus beaux endroits de Lisbonne.

 

Bien que le billet acheté à bord coûte 3 euros par personne, l’accès au tram est gratuit avec la Lisboa Card.

Le trajet à bord du tram jaune vif offre des vues époustouflantes sur la ville, avec ses rues étroites et escarpées de l’Alfama, ses virages en épingle à cheveux, et ses arrêts animés où la foule se presse pour monter à bord.

 

Le tram ralentit ensuite dans les rues majestueuses de la Baixa, marquant une brève halte sur la Praca Luis de Camoes, avant de traverser le quartier riche de l’Estrela, avec ses avenues bordées d’arbres et sa basilique majestueuse.

Nous descendons du tram à l’avant-dernier arrêt, l’Igreja Santo Condestavel, où nous pouvons profiter d’une vue panoramique sur les eaux bleues du Tage et des monuments emblématiques de Lisbonne.

LE CAMPO OURIQUE & ESTRELA –  Lisbonne

EGLISE DU SAINT-CONSTABLE

L’église du Saint-Constable, consacrée en 1951, représente un exemple distinctif des « Nouvelles Églises » dans le cadre du mouvement moderniste.

Située entre le Mercado de Campo de Ourique et la Rua Saraiva de Carvalho, elle incarne une tentative de fusionner les proportions modernistes avec l’utilisation de nouveaux matériaux et techniques, tout en renouant avec des styles architecturaux traditionnels.

Conçue en 1946 par l’architecte Vasco Regaleira, l’église adopte un style néo-gothique.

À l’intérieur, elle abrite les reliques du roi Nuno Álvares Pereira, également connu sous le nom de connétable, dans une tombe reliquaire réalisée en 1953 par le sculpteur Domingos Soares Branco.

Les vitraux, conçus par Almada Negreiros, ajoutent une touche artistique particulière à l’église. Ils illuminent les autels latéraux et évoquent la dévotion du Saint Connétable envers le Christ et sa Mère.

De plus, les sculptures de Leopoldo de Almeida enrichissent l’ensemble architectural de l’église du Saint-Constable, témoignant de son importance historique et artistique.

MERCADO DE CAMPO DE OURIQUE

Le Mercado de Campo de Ourique, établi en 1934 et rénové il y a une dizaine d’années, demeure l’un des marchés couverts les plus emblématiques de Lisbonne.

Doté d’une variété de stands proposant des produits frais tels que poissons, fruits, légumes, ainsi que des bars et restaurants rapides, il offre une expérience culinaire riche et diversifiée.

Des crustacés aux charcuteries en passant par les snacks, hamburgers et glaces artisanales, il y en a pour tous les goûts.

Le quartier d’Estrela, au sud, est souvent négligé dans les circuits touristiques habituels en raison de sa distance ou du manque de temps.

Pourtant, il mérite amplement une visite, d’autant plus qu’il est relativement proche du Bairro Alto (accessible notamment par le tram 28). La basilique éponyme est l’une des attractions principales du quartier, mais il ne faut pas négliger les magnifiques jardins qui lui font face.

BASILICA DE ESTRELA

La Basilique da Estrela, également connue sous le nom de Basilique du Sacré-Cœur de Jésus, est une imposante église située au cœur du quartier Estrela. Construite sous le règne de la reine Maria I, elle fut dédiée au Sacré-Cœur de Jésus en 1789, suite à un vœu de la reine pour la naissance de son héritier au trône. La construction de la basilique, qui a duré une décennie, fut accompagnée de la création d’un couvent pour les Carmélites Déchaussées.

L’extérieur de la Basilique da Estrela est impressionnant par sa monumentalité, mais son intérieur est tout aussi remarquable. Ornée de marbre coloré, l’église dégage une atmosphère presque solennelle, accentuée par la lumière qui filtre à travers la coupole. Le tombeau de la reine Maria I, situé dans le transept droit, ainsi qu’une magnifique crèche réalisée par Machado de Castro, composée de plus de 500 personnages en liège et en terre cuite, sont parmi les points saillants de l’intérieur.

Des artistes renommés tels que Mateus Vicente de Oliveira, Reinaldo Manuel dos Santos, Joaquim Machado de Castro, Pompeo Battoni, Pedro Alexandrino de Carvalho et José Abreu do O ont contribué à la construction et à la décoration de cet édifice emblématique du XVIIIe siècle à Lisbonne.

Avec son grand dôme, la Basilique da Estrela est l’un des édifices religieux les plus importants de Lisbonne. Une montée jusqu’au sommet du dôme offre une vue panoramique sur les environs, ainsi qu’une perspective unique sur l’intérieur de la basilique à travers la coupole. Les jardins de l’Estrela, situés juste en face de l’église, offrent quant à eux un espace paisible pour se détendre après cette ascension exigeante.

Outre la vue sur les environs c’est surtout la vue sur l’intérieur de la basilique via la coupole qui est extraordinaire

Après cette éprouvante ascension, direction les jardins de l’Estrela, juste en face de l’église , pour un moment de repos et de détente

LES JARDINS DE ESTRELA

Le Jardin d’Estrela est un véritable joyau à Lisbonne, apprécié par les habitants et les visiteurs toute l’année. C’est un lieu privilégié pour les pique-niques et les réunions de famille, mais il propose également une variété de programmes spéciaux tout au long de l’année, tels que des festivals en plein air et des marchés d’antiquités ou de Noël.

Construit au 16e siècle, ce jardin a une histoire riche, ayant accueilli la reine D. Maria II et ses enfants pour des promenades. Aujourd’hui, il attire une foule diversifiée, des sportifs aux familles en passant par les touristes. On y trouve un kiosque à musique en fer forgé, un espace de jeux pour les enfants, un lac abritant des canards, des cygnes et d’autres oiseaux, ainsi que des paons qui déploient fièrement leur plumage et des perruches.

Les espèces végétales présentes dans le jardin sont tout aussi impressionnantes, avec des jacarandas magnifiques, des araucarias majestueux et des dragonniers. En se promenant dans ce jardin, on peut profiter de la beauté de la nature et se détendre loin de l’agitation de la ville.

En continuant vers le quartier de Sao Bento, connu pour ses affaires, on peut découvrir une charmante place romantique qui offre une pause bienvenue dans l’agitation de la ville.

PRACA DOS FLORES

La Praça das Flores est l’une des plus belles places de Lisbonne, un véritable havre de paix niché au cœur du quartier branché de Príncipe Real.

 

Ce joyau verdoyant dégage une atmosphère romantique et paisible, ce qui en fait un lieu très apprécié des habitants et des visiteurs.

 

Bordée de calçadas et ornée d’une petite fontaine, la place est un endroit idéal pour se détendre et se ressourcer.

 

Les nombreux arbres présents offrent une agréable fraîcheur et de l’ombre pendant les journées chaudes, invitant les promeneurs à s’attarder et à profiter de la tranquillité de cet espace urbain préservé.

PRACA DO PRINCIPE REAL

La Praca do Principe Real, autrement dit la place du Royal Prince, est située au nord du Bairro Alto et est devenue l’un des quartiers les plus en vogue de Lisbonne, avec ses boutiques et restaurants sophistiqués.

Historiquement désigné comme le « quartier gay » de Lisbonne, la communauté LGBT y est célébrée avec un monument sur la place principale, la Praça do Príncipe Real, qui est en fait un petit parc. Ce monument prend la forme d’une porte de placard ouverte, ornée de silhouettes masculines et féminines, commémorant « les victimes de l’intolérance homophobe ». Juste en face, un cyprès vieux de 150 ans, ressemblant à un parapluie géant, ajoute à l’atmosphère singulière du lieu.

À proximité, un immense réservoir d’eau datant de 1860, souvent méconnu, offre un cadre monumental pour divers événements et peut être visité le week-end.

Face au parc se dresse également le Palacete Ribeiro da Cunha, un palais néo-mauresque du XIXe siècle, dont l’intérieur romantique a été réaménagé en boutiques et restaurants.

Outre les deux principales rues du quartier, la Praca do Principe Real est un quartier résidentiel tranquille, caractérisé par ses bâtiments colorés et ses manoirs, devenus parmi les biens immobiliers les plus prisés de Lisbonne.

Au cœur de la place, le Jardim do Principe Real, un jardin romantique datant de 1863, accueille des cafés-kiosques proposant des rafraîchissements tout au long de la journée, ainsi que des marchés réguliers de produits biologiques, d’artisanat et d’antiquités.

Les échoppes le long du jardin offrent également aux visiteurs l’occasion de découvrir l’artisanat local et de déguster des spécialités de liqueurs telles que la Ginja, la liqueur d’amandes et la liqueur de pastel de nata.

 

À quelques pas de là, le magnifique Miradouro de Sao Pedro de Alcantara offre une vue imprenable sur la ville et le Convento de Sao Pedro de Alcantara, ajoutant ainsi à l’attrait de ce quartier pittoresque et dynamique de Lisbonne.

CONVENTO DE SAO PEDRO DE ALCANTARA

Le Convento de Sao Pedro de Alcantara, fondé en 1670, se dresse en face de l’un des plus beaux points de vue de Lisbonne, le Miradouro de São Pedro de Alcântara. Ce bâtiment en forme de U, inspiré des palais du XVIIe siècle, a été légèrement endommagé lors du tremblement de terre de 1755, qui a détruit la majeure partie de la ville.

L’église, nichée entre deux ailes du couvent, abrite un autel datant de 1758, ainsi que la majeure partie de sa décoration, dont les dorures à motifs végétaux. Une grande partie de la collection de peintures, antérieure au tremblement de terre, provient du colossal couvent de la ville de Mafra. Parmi celles-ci, une immense peinture à l’huile représentant la Sainte Trinité, réalisée par Pierre-Antoine Quillard, un peintre français qui a vécu à Lisbonne. Les murs sont également ornés de panneaux de carreaux bleus et blancs du XVIIIe siècle, illustrant des scènes de la vie de saint Pierre d’Alcantara.

La chapelle funéraire du cardinal Verissimo de Lencastre est l’un des points forts du couvent. Cette chapelle, qui n’a pas été touchée par le tremblement de terre, est un véritable joyau architectural et artistique, recouvert de marbre incrusté.

Pendant la majeure partie de son histoire, l’ensemble du monument est resté fermé au public, jusqu’à son ouverture aux visites en 2014, après le départ des dernières religieuses. Cette ouverture permet désormais aux visiteurs de découvrir l’histoire et la splendeur artistique de ce lieu autrefois réservé.

MIRADOURO DE SAO PEDRO DE ALCANTARA

Le Miradouro de São Pedro de Alcântara est un belvédère emblématique de Lisbonne, offrant une vue panoramique à 180 degrés sur la capitale portugaise.

Les jardins en terrasse de ce miradouro, construits au XIXe siècle, sont une véritable oasis urbaine. Au sommet de cette promenade, une table d’orientation ornée d’azulejos aide les visiteurs à identifier les différents monuments et quartiers de Lisbonne, tels que le château de São Jorge, la cathédrale Sé, la Baixa, l’Avenida da Liberdade et les quartiers modernes de la ville.

En plus de la vue imprenable, les visiteurs peuvent admirer une jolie fontaine face au couvent, ainsi que le buste d’Eduardo Coelho, une figure notable de l’histoire de Lisbonne. Un kiosque-bar propose également des rafraîchissements pour les visiteurs qui souhaitent se détendre et profiter du panorama.

Pour accéder à ce miradouro, les visiteurs peuvent emprunter le vieux funiculaire, l’Elevador da Glória, qui grimpe jusqu’au sommet de la colline. Une fois arrivés, ils peuvent se reposer près des fontaines et des bustes grecs dispersés dans les jardins, tout en admirant la vue magnifique sur la ville.

Après avoir apprécié ce point de vue exceptionnel, les visiteurs peuvent poursuivre leur exploration de Lisbonne en se dirigeant vers l’église de São Roque.

IGREJA DE SAO ROQUE

L’église de São Roque, située à l’emplacement d’un ancien cimetière où étaient enterrées les victimes de la peste au XVIe siècle, a une histoire riche et complexe.

En 1506, une chapelle dédiée à São Roque, le saint patron des pestiférés, fut érigée sur ce site. La Confrérie de São Roque, soutenue par la maison royale, la noblesse et le peuple, y fut établie, avec ses propres statues. En 1553, la Compagnie de Jésus prit possession des lieux et entreprit la construction du temple actuel, tout en conservant la Chapelle de São Roque à l’intérieur.

Malgré sa façade austère conforme aux canons jésuites, l’intérieur de l’église est éblouissant. La décoration somptueuse témoigne du mécénat royal, en particulier sous le règne de João V. Le mariage du marbre, du bois sculpté doré, des tableaux et des panneaux d’azulejos crée une atmosphère théâtrale, accentuée par les jeux de lumière et d’ombre maniéristes.

Le plan de l’église est l’œuvre de Filipe Terzi, architecte royal des rois Philippe II du Portugal et Philippe III d’Espagne. L’intérieur abrite plusieurs œuvres d’art de grande qualité, notamment la chapelle principale avec son iconographie représentative de la Compagnie de Jésus, les peintures en perspective au plafond de Francisco Venegas, les panneaux d’azulejos de Francisco de Matos dans la Chapelle de São Roque, datant de 1584, ainsi que les autels latéraux des Reliques et la Chapelle de Saint-Jean Baptiste, d’origine italienne.

En 1768, la Compagnie de Jésus fut expulsée du Portugal par décret royal, et l’église de São Roque, ainsi que ses biens, furent confiés à la Miséricorde de Lisbonne. Aujourd’hui, ils sont sous la responsabilité de la Santa Casa da Misericórdia et sont exposés au Musée de São Roque, situé à côté de l’église.

 BAIRRO ALTO CHIADO ET ENVIRONS

Le Bairro Alto est un quartier emblématique de Lisbonne, toujours en effervescence et animé par une vie nocturne vibrante. Ses rues pavées deviennent le théâtre de l’animation dès la tombée du jour, lorsque les bars se remplissent et que les jeunes Lisboètes investissent les lieux.

S’étendant au sud jusqu’à Santa Catarina, avec ses bars alternatifs et la Rua Nova do Carvalho réputée pour ses concerts, et au nord jusqu’à Principe Real, où se retrouve la communauté gay, le Bairro Alto est le cœur battant de Lisbonne.

En descendant vers l’est par la Praça Luís de Camões, on atteint le Chiado, un quartier élégant abritant des théâtres, des boutiques de créateurs et des cafés traditionnels.

La Rua do Carmo est un excellent point de départ pour explorer le dédale des rues du Bairro Alto. Les rues comme la Rua da Atalaia, la Rua do Norte et la Rua da Bica Duarte Belo regorgent de bars et de lieux animés où l’ambiance nocturne est à son comble.

Le quartier se transforme à la nuit tombée, avec des lumières qui s’allument, des volets qui s’ouvrent, et une atmosphère de fête qui envahit les rues. La tournée des bars commence généralement au coucher du soleil, avec des endroits comme le Noobai Café offrant une vue imprenable sur Lisbonne.

Les rues comme la Rua do Norte et la Rua da Rosa offrent un aperçu de la diversité du quartier, avec ses maisons anciennes, ses cafés pittoresques, ses restaurants traditionnels et ses boutiques originales.

Après une longue balade dans ce quartier vivant, une pause déjeuner s’impose. Le restaurant Principe do Calhariz attire l’attention avec son ambiance animée et sa cuisine alléchante, où vous pourrez déguster des plats traditionnels portugais comme la morue, le steak de veau ou le steak de thon à l’ail.

MIRADOURO DE SANTA CATARINA

Le Miradouro de Santa Catarina est un véritable joyau méconnu de Lisbonne, mais c’est un lieu incontournable pour la jeune génération en quête de moments agréables.

 

La vue depuis ce belvédère est à couper le souffle, offrant une perspective panoramique sur l’estuaire du Tage, le pont emblématique et les toits de la ville.

L’atmosphère qui règne ici est unique, surtout en soirée, lorsque les jeunes se rassemblent pour profiter du coucher du soleil. La musique, les conversations animées et la bonne ambiance font de cet endroit un lieu de rencontre prisé.

Au cœur du miradouro se dresse une statue imposante d’Adamastor, une figure mythique créée par Camões pour symboliser le Cap du Tourment, autrefois connu sous le nom de Cap de Bonne-Espérance.

Autrefois redoutable pour les marins portugais, Adamastor est désormais une présence rassurante, offrant une compagnie agréable aux visiteurs venus admirer le coucher de soleil.

C’est un endroit où l’on peut se détendre, profiter de la vue et se laisser imprégner par l’histoire et la culture de Lisbonne, tout en partageant des moments précieux avec des amis.

RUA DA BICA DE DUARTE BELO

 

La Rua da Bica de Duarte Belo est sans aucun doute l’une des rues les plus emblématiques de Lisbonne et elle figure parmi les plus belles au monde. Sa renommée tient en grande partie à la présence du célèbre funiculaire, qui est non seulement un moyen de transport pratique mais aussi une attraction touristique majeure de la ville.

Cette rue pittoresque attire des milliers de visiteurs chaque année, attirés par son charme unique et son ambiance animée. Avec ses façades colorées, ses trottoirs pavés et son atmosphère vibrante, la Rua da Bica de Duarte Belo offre une expérience authentique de Lisbonne.

De nombreux photographes et artistes sont captivés par la beauté de cette rue, et elle est souvent le sujet de nombreuses photos et œuvres d’art. Que ce soit pour admirer le paysage, prendre des photos ou simplement se promener, la Rua da Bica de Duarte Belo est un incontournable de Lisbonne, offrant une véritable immersion dans l’âme de la ville.

IGREJA DE NOSSA SENHORA DA ENCARNACAO

L’église paroissiale de Nossa Senhora da Encarnação, inaugurée en 1708, a été entièrement détruite par le tremblement de terre de 1755. Reconstruite sous la direction de l’architecte Manuel Caetano de Sousa au XVIIIe siècle, les travaux se sont poursuivis jusqu’en 1873. La façade, de style baroque tardif, est ornée de six pilastres corinthiens qui accentuent la verticalité de l’édifice. Le portail, flanqué de colonnes corinthiennes, arbore un bas-relief ancien provenant de l’église d’origine. Au-dessus des portes latérales se trouvent deux niches abritant de petites statues du XVIIe siècle. Le sommet de la façade est surmonté d’un fronton triangulaire, ajouté au milieu du XIXe siècle.

À l’intérieur, l’église présente une nef unique, dépourvue de transept, avec un chœur profond et des voûtes en berceau. Quatre chapelles peu profondes flanquent la nef. Cette propriété est intégrée à « Lisboa Pombalina », un ensemble classé d’intérêt public.

Dans la chapelle principale, les murs sont revêtus de marbres colorés, en harmonie avec le style pombalin. La paroi arrière, incurvée, fait office de retable pour l’ancien autel. On y trouve notamment une remarquable sculpture de Notre Dame de l’Incarnation, ainsi qu’une niche ouverte sur un trône doré, également appelé pôle de gloire, qui semble prolonger éternellement l’axe principal de l’église vers l’infini. Le plafond de la chapelle est peint en trompe-l’œil, donnant l’illusion d’une ouverture sur le ciel. Aujourd’hui, la séparation entre la chapelle principale et l’assemblée des fidèles dans la nef de l’église est moins nette. Le maître-autel, situé en saillie, est le point focal des célébrations liturgiques, accompagné de l’ambon à sa droite.

De l’autre côté de la chapelle principale, une porte discrète s’ouvre sur un couloir, révélant un véritable trésor artistique. Le plafond voûté du couloir est orné d’un tableau fascinant réalisé par l’architecte João de Sousa Araújo.

Ce tableau représente les différentes alliances entre Dieu et les hommes, couvrant ainsi divers moments de l’histoire du Salut, de la Création à l’Apocalypse, chacun étayé par des références bibliques évocatrices.

On y trouve des représentations saisissantes de scènes bibliques telles que Moïse devant le buisson ardent, Abraham et Isaac, l’Annonciation à Marie, la naissance, la Cène, la Crucifixion et la Résurrection de Jésus. Bien que ce chef-d’œuvre ait été présenté publiquement en 1955, il a été ultérieurement recouvert, ne correspondant pas aux préférences artistiques de l’époque.

Cependant, lors des travaux de restauration en 2007, il a été redécouvert et est désormais exposé dans toute sa splendeur.

En poursuivant notre exploration, nous passons devant l’un des plus anciens bars de Lisbonne, A Brasileira, véritable institution locale. À l’origine, cette boutique vendait du café en provenance du Brésil et offrait une tasse de café pour tout achat.

Par la suite, elle est devenue le repaire de nombreux écrivains, artistes et journalistes avant-gardistes, contribuant ainsi à forger son aura mythique dans l’histoire de la ville.

BASILIQUE NOSSA SENHORA DES MARTYRES

En reconnaissance de la victoire dans la conquête de Lisbonne aux Maures, le premier roi du Portugal, Afonso Henriques, décida d’ériger une chapelle dédiée à Sainte-Marie des Martyrs, sur cet emplacement précis. Cette chapelle devint ainsi la première église catholique de Lisbonne et le berceau de sa plus ancienne paroisse. Cet acte symbolique d’action de grâce marqua le début d’une riche tradition religieuse et historique dans la ville, témoignant de l’importance de la foi et de la dévotion dans la formation de la nation portugaise.

Dans un même élan, le roi ordonna également, pour les mêmes motifs, la construction à l’est d’un monastère dédié à Saint-Vincent.

La chapelle primitive des Martyrs fut entièrement détruite par le tremblement de terre de 1755. Cependant, les reliques des Saints Martyrs, conservées dans l’Autel des Âmes à l’intérieur du temple actuel, furent miraculeusement préservées de la catastrophe.

Reconstruite en 1769 sous la direction de l’architecte Reinaldo Manuel dos Santos, l’église des Martyrs s’intègre harmonieusement dans le quartier du Chiado. Elle est mentionnée à maintes reprises dans les romans d’Eça de Queirós comme un lieu de rencontre social ou un refuge pour ses personnages, plongeant ainsi dans la Lisbonne du XIXe siècle.

La porte principale arbore un bas-relief de Francisco Leal Garcia (1695-1781), représentant Afonso Henriques agenouillé en action de grâce pour sa victoire.

À l’intérieur, une seule nef accueille un plafond orné d’une peinture fascinante de Pedro Alexandrino (1730-1809). Cette œuvre représente la promesse du premier roi du Portugal de construire l’église de Notre-Dame des Martyrs et le monastère de São Vicente de Fora.

GRACA

Les imposants remparts du château surplombent l’Alfama, révélant ainsi l’héritage maure de Lisbonne. Se promener à travers ses ruelles étroites, ses places ombragées de palmiers et ses passages sinueux réserve de nombreuses surprises : la lumière qui caresse les façades aux teintes pastel, un Miradouro offrant une vue imprenable sur les toits rouge foncé et le bleu du Tage, le brouhaha des conversations des habitants, le linge qui pend aux fenêtres, le poisson qui grille, et les notes mélancoliques du fado.

Au nord, le quartier verdoyant de Graça se distingue, avec les coupoles blanches du Panteão Nacional et de l’Igreja de São Vicente de Fora qui se dressent fièrement dans le ciel. Depuis les hauteurs du Miradouro de Senhora do Monte, nous contemplons avec émerveillement ce panorama avant de redescendre vers Santa Apolónia.

MIRADOURO DE SENHORA DO MONTE – GRACA

Nous garons notre véhicule presque au même endroit que la veille. À quelques centaines de mètres de là se trouve notre première étape : le Miradouro de Senhora do Monte. L’atmosphère y est décontractée, mais malgré cela, ce belvédère, le plus haut de Lisbonne, offre une vue à couper le souffle sur le château.

Moins fréquenté que d’autres, il permet d’admirer une vue panoramique exceptionnelle. À côté du belvédère de Graça, qui ressemble à une scène de théâtre, il offre une perspective unique sur la ville. À gauche, se dressent l’église de Graça, le hameau et l’imposant et majestueux Château Saint-Georges, gardien de la ville. Au loin, la mer d’ardoise et l’estuaire du Tage illuminent les toits de Baixa, les ruines du Couvent des Carmélites, Monsanto et les teintes pastel des nouvelles avenues.

Le Miradouro de Senhora do Monte revêt une importance historique majeure pour Lisbonne. C’est à cet endroit que le premier roi du Portugal, Dom Afonso Henriques, a établi son campement avant de conquérir Lisbonne.

Nous décidons de descendre vers le sud, empruntant la Calçada do Monte et passant par le Miradouro dos Barros, plus petit, qui surplombe le Jardim de Cerca de Graça.

JARDIM DE CERCA DE GRACA

Au cœur de Lisbonne, près de l’Église de la Graça, s’étendent près de deux hectares d’espaces verts : le Jardim de Cerca de Graça.

Ce magnifique jardin lisboète abrite une grande pelouse centrale, bordée de 180 arbres et arbustes, ainsi qu’un parc de pique-nique et un verger de pommes.

Pourtant, ce lieu paisible n’a pas toujours été ouvert au public. Pendant des siècles, il était interdit d’accès, jusqu’à ce qu’en 2015, ses portes s’ouvrent enfin.

Désormais, les visiteurs peuvent profiter d’une vue panoramique sur le Château de São Jorge, le Chiado et le Tage, se détendre dans le verger de pommes, jouer sur le terrain de jeu ou simplement se détendre au kiosque, de plus en plus fréquenté au coucher du soleil.

Depuis le Jardin de la Cerca da Graça, on peut admirer la vue fabuleuse sur le vieux Lisbonne, du Château de São Jorge à la Mouraria, en bénéficiant des rayons du soleil ou d’une ombre rafraîchissante par une chaude journée. Ce nouveau poumon vert de Lisbonne est idéal pour les habitants du quartier de Graça, offrant des moments de détente inoubliables.

Après avoir exploré le jardin, nous rebroussons chemin. Nous passons par le Miradouro dos Barros et prenons à droite pour rejoindre l’Igrejia Paroquial de Graça.

CONVENTO & IGREJA DE GRACA

Le Convento & Igreja de Graça ont une histoire profonde, remontant au Monte de São Gens, où D. Afonso Henriques a établi son campement lors du Siège de Lisbonne en 1147.

La façade de cet ensemble architectural est remarquable avec sa double façade en angle, comprenant l’église et l’ancien couvent, surmonté d’un imposant clocher. Après la dissolution des ordres religieux, le couvent a été transformé en caserne pour l’armée. L’église présente une structure cruciforme, avec une nef divisée en 5 sections comprenant des chapelles, un transept allongé et une chapelle principale en profondeur.

À l’intérieur de l’église de Graça, l’histoire se dévoile à travers les azulejos des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, le travail magnifique du bois doré dans les autels de style rococo, les sculptures du XVIIIe siècle ornant les chapelles intermédiaires, et la décoration baroque de la sacristie, avec son plafond allégorique et son grand panneau des Reliques, ainsi que la tombe de D. Mendo de Foios Pereira. Tant l’église de Graça que l’ancien couvent sont classés comme Monuments Nationaux.

En marchant vers l’est le long de la Rua de Graça jusqu’au Largo de Graça, nous sommes captivés par les azulejos géométriques de la villa Sousa. En traversant cette place verdoyante, nous atteignons le Miradouro da Graça et nous émerveillons devant le panorama sur le dédale de l’Alfama et le Tage étincelant.

MIRADOURO DA GRACA

Le Miradouro da Graça offre probablement l’une des vues les plus spectaculaires de Lisbonne.

Sous l’ombre apaisante de l’église et des pins environnants, il émane une atmosphère de refuge spirituel, parfaite pour ceux qui se détendent au café ou sur les murs environnants.

Depuis cet observatoire, la ville s’étend à vos pieds, tandis que la vie trépidante des quartiers historiques se déroule sous vos yeux. Au loin, le fleuve Tage serpente paisiblement, et les sons semblent se dissiper dans ce coin tranquille, tant apprécié par ceux qui aiment explorer Lisbonne à pied.

Après avoir traversé la place, nous empruntons la Travessa da Monica jusqu’à la Rua Sao Vicente, où nous retrouvons notre fidèle Tram 28 ! Quelques dizaines de mètres plus bas, les tours élancées de l’Igreja de Sao Vicente de Fora se dressent majestueusement.

IGREJA DE SAO VICENTE DA FORA 

L’Église et le Couvent de São Vicente de Fora représentent un incontournable de votre visite à Lisbonne.

Ce majestueux monument religieux a été édifié après la conquête de la capitale lors de la Reconquête Chrétienne en 1147.

Bien qu’il ne reste pas grand-chose du temple roman original, promis par D. Afonso Henriques à Saint Vincent – le saint patron de Lisbonne -, le site d’origine reste le même.

L’impressionnant ensemble maniériste que l’on peut visiter aujourd’hui a commencé à être construit à la fin du XVIe siècle, sur ordre de Philippe II d’Espagne. Cette reconstruction a réussi à allier simplicité, symétrie et équilibre.

Un imposant escalier mène à l’église, parée de marbre, mais c’est en pénétrant dans le couvent que vous pourrez accéder à son chœur.

Les chapelles dédiées à Saint et à Notre-Dame du Pilar sont d’une grande ancienneté et magnifiquement décorées.

La chapelle principale abrite un autel baroque commandé par D. João V, ainsi que l’orgue de Saint Vincent, l’un des meilleurs de Lisbonne.

L’entrée principale du couvent mérite également une visite. Nous entrons d’abord dans un vaste réservoir situé sous le cloître, qui servait autrefois de citerne. Ensuite, nous empruntons un large escalier orné d’azulejos bleus et blancs sur les côtés, avant d’atteindre le premier hall.

De proportions nobles, cette porte d’entrée constituait la première zone visible et accessible aux visiteurs du monastère. Au XVIIIe siècle, elle a été richement décorée dans le style baroque du règne de D. João V (1689-1750). En observant le plafond et les carreaux, on peut apprécier la richesse et la somptuosité de leur décoration.

Le plafond voûté, peint en trompe-l’œil par Vicenzo Baccarelli (1682-1745), illustre le talent de ce peintre italien qui a introduit ce style de décoration au Portugal. Son travail crée une illusion saisissante qui met grandement en valeur les pièces à plafond bas. Restauré par Manuel da Costa en 1796, ce plafond demeure le seul exemplaire restant du maître florentin.

La colonnade en marqueterie de marbre polychrome et la rampe en bois brésilien sont d’une date ultérieure. Les armoiries de D. João IV – les armoiries royales du Portugal, celles de D. Luísa de Gusmão – représentant la famille Guzman – et celles des chanoines réguliers de Saint-Augustin – un cœur – peuvent y être observées.

Les deux cloîtres, est et ouest, constituent le cœur du monastère, offrant un accès aux parties les plus importantes de ses dépendances.

Ces cloîtres, achevés dans la seconde moitié du XVIIe siècle, suivent le projet de Philippe II à la fin du XVIe siècle. Ils adoptent une architecture sobre typique de l’époque, avec des arcades ouvertes à l’origine sur les deux étages.

Les murs sont revêtus de carreaux de pierre taillée, découpés et disposés en 81 panneaux, totalisant 14 521 carreaux posés en 1737. Ces carreaux représentent diverses scènes de fables, paysages, vues maritimes, scènes de cour, chasse, et scènes pastorales et rurales. Artistiquement, ils s’inscrivent dans le cycle de production de João V (1689-1750), reconnaissable à ses bordures monumentales caractéristiques.

Au-dessus des portes, on trouve des symboles liés au saint patron du monastère (Saint Vincent et Saint Sébastien) : les flèches de Saint Sébastien et le cœur de l’Ordre des chanoines réguliers de Saint Augustin, ainsi que la mitre de l’évêque de Saint Augustin.

Dans la cour, l’embouchure de la citerne est circulaire et murée en pierre.

Au second étage, une exposition sur les fables de Jean de La Fontaine est particulièrement intéressante. Les Fables de La Fontaine, publiées en trois recueils entre 1668 et 1693, ont été illustrées dès le premier recueil, établissant une tradition qui perdure encore aujourd’hui.

Parmi les éditions du XVIIIe siècle, la plus célèbre est la première, illustrée par Jean-Baptiste Oudry et gravée par une équipe de spécialistes. Ces illustrations ont servi de modèle pour les 38 remarquables panneaux d’azulejos commandés pour le monastère de São Vicente de Fora. Après une longue et minutieuse restauration, ces panneaux, conçus pour orner les murs des cloîtres, ont été retirés lorsque les cloîtres ont été rouverts lors des récents travaux de rénovation du monastère.

Nous poursuivons la visite par la terrasse du monastère qui offre là aussi de très jolies vue sur la ville mais aussi sur le quartier de l’Alfama à se pieds et sur le panthéon national

LE QUARTIER D’ALFAMA

Descendre depuis l’Igreja de Sao Vicente vers le Panthéon National, c’est s’aventurer dans les ruelles enchevêtrées du quartier d’Alfama, le plus ancien et le plus emblématique de Lisbonne. C’est comme parcourir un labyrinthe pittoresque de rues étroites pavées, bordées de maisons traditionnelles qui serpentent le long d’une colline abrupte, depuis les rives du Rio Tejo jusqu’aux hauteurs dominées par le château de Sao Jorge. Chaque coin de rue révèle une nouvelle perspective, une nouvelle histoire, dans ce quartier où le temps semble s’être arrêté, préservant l’essence authentique de Lisbonne.

PANTEAO NACIONAL

Le Panthéon National, d’un blanc éclatant, se dresse majestueusement comme la dernière demeure des figures illustres du Portugal à travers les siècles. Son architecture baroque offre un spectacle enchanteur, avec son dôme en marbre rose délicatement orné d’or.

Érigée au XVIe siècle par l’Infante Dona Maria, fille de D. Manuel I, l’Église de Santa Engrácia n’a jamais été consacrée au culte. Ses travaux incessants ont donné lieu à l’expression « travaux de Santa Engrácia », symbolisant une tâche sans fin. Ces travaux, débutés il y a 350 ans, n’ont été achevés qu’au milieu du XXe siècle.

Plongez dans la légende de l’amour interdit entre Simão Pires et Violante, une novice contrariée du couvent voisin de Santa Clara. La malédiction de Simão a donné naissance à l’expression lorsqu’il a été injustement condamné au bûcher, accusé du vol d’une relique alors qu’il visitait sa bien-aimée.

Admirez les cénotaphes de Vasco de Gama avant de gravir les 181 marches jusqu’au sommet pour contempler Lisbonne à vos pieds. Redescendez ensuite la colline et explorez le dédale de ruelles escarpées de l’Alfama.

Faites une halte au restaurant O Tainadas, bien noté sur Tripadvisor, pour déguster des spécialités locales à prix abordables. Poursuivez votre balade le long de la Rua dos Remedios, bordée de maisons colorées abritant cafés, épiceries et galeries.

Empruntez la Calcadinha de Santo Estevao jusqu’à la Rua de Reguiera, puis tournez à gauche dans la Rua de Sao Miguel pour rejoindre le pittoresque Largo de Sao Miguel. Terminez votre journée en savourant une pause ensoleillée sur la terrasse de la Porta d’Alfama, imprégnant ainsi l’atmosphère unique de ce quartier historique de Lisbonne.

En continuant notre chemin, nous arpentons la charmante Rua dos Remedios, bordée de maisons aux teintes pastel qui abritent des cafés animés, des épiceries pittoresques et des galeries d’art pleines de vie.

Puis, nous grimpons la Calcadinha de Santo Estevao jusqu’à la Rua de Reguiera, puis tournons à gauche dans la rua de Sao Miguel. Nous débouchons ainsi sur le Largo de Sao Miguel, une place pittoresque parmi les plus belles du quartier, où trône une chapelle immaculée, éclairée par un fier palmier.

Nous poursuivons notre promenade le long de la rua de Sao Miguel jusqu’à la Rua de Sao Joao da Praca, en faisant une halte bien méritée sur la terrasse ensoleillée de la Porta d’Alfama, où nous profitons de l’atmosphère enchanteresse de ce quartier historique de Lisbonne.

LA CATHEDRALE LA SE

La Cathédrale de Lisbonne, appelée La Sé, dévoile toute sa splendeur au crépuscule, lorsque ses briques se parent d’une lueur dorée. Une rosace illumine son intérieur frais, tandis que ses voûtes audacieuses captivent le regard. Ne manquez pas les gargouilles espiègles perchées au-dessus des orangers sur le flanc sud.

Érigée à la demande du premier roi du Portugal, Afonso Henriques, sa construction a débuté en 1147, peu de temps après la reconquête de la ville aux Maures. Édifiée sur les fondations d’une ancienne mosquée, elle symbolise la victoire chrétienne sur la ville.

Son architecture, inspirée de la cathédrale de Coimbra, lui confère un aspect de forteresse, en particulier au niveau de sa façade principale. Élevée au rang de cathédrale en 1393, elle demeure un joyau de l’histoire portugaise.

En face, le Museu de Teatro Romano rappelle les racines romaines de Lisbonne. Nous remontons ensuite la Rua di Limoeiro pour admirer la vue sur l’Alfama et la Graca depuis le Miradouro de Santa Luzia, entouré de vignes, et la porte maure du Largo da Porta do Sol.

Gravissant les étroites marches pavées de la traversa de Santa Luzia près du Museu, nous sommes souvent accueillis par la musique d’artistes de rue qui divertissent les passants à l’ombre des arbres du Largo do Castelo.

LA BAIXA ET ROSSIO

La Baixa, redessinée selon un plan en damier, est divisée en deux par la Rua Augusta, reliant la Praca do Commercio au quartier de Rossio. Malgré les boutiques de souvenirs et les pigeons, difficile de ne pas apprécier ce réseau de rues piétonnes offrant de superbes vues sur le fleuve, où la découverte de trésors authentiques compense la présence constante des touristes armés d’appareils photo.

Pour plonger dans la vie lisboète, le Rossio nous attend. Là, nous pouvons nous rafraîchir près des fontaines, admirer le château dominant la colline et observer l’animation depuis la terrasse d’un café. En cette fin d’après-midi, sous la lumière dorée du soleil, c’est aussi l’occasion d’admirer les femmes africaines vêtues de costumes éclatants vendant leurs babioles et tissus, ou encore de déguster une Ginjinha, liqueur de cerise.

Après nous être garés près du port maritime, nous entamons notre visite par ce quartier. Nos pas nous mènent à la Pink Street, officiellement appelée Rua Nova do Carvalho.

Cette petite rue piétonne est mieux connue sous le nom de « Pink Street » depuis 2013, lorsque des travaux de rénovation urbaine l’ont peinte en rose entre les terrasses, les bars et les clubs. Devenue la destination la plus prisée de Lisbonne la nuit, elle sert également souvent de galerie d’art en plein air.

Poursuivant vers le nord, nous mettons nos mollets à l’épreuve pour rejoindre le Couvent des Carmes.

COUVENT DES CARMES

Le Couvent des Carmes, orné de plusieurs jacarandas dont les fleurs violettes embaument le printemps lisboète, est un lieu emblématique du romantisme à Lisbonne, idéal pour s’arrêter et apprécier la douceur de la ville.

C’est sur cette place du Carmo qu’a eu lieu le 25 avril 1974 la Révolution des Oeillets, où le peuple portugais, uni, a mis fin à la dictature de l’Estado Novo de Salazar, qui avait duré un demi-siècle.

L’église, autrefois la plus importante de Lisbonne, est aujourd’hui en assez mauvais état. Le tremblement de terre de 1755 ne l’a pas épargnée, laissant son toit béant comme principal témoignage de cette catastrophe. Les autorités portugaises ont décidé de ne pas la reconstruire, préservant ainsi ses ruines, dont le portail, quelques murs et voûtes, ainsi que les arcs boutants gothiques, qui sont actuellement en cours de rénovation.

 

Ces ruines de l’Église du Carmo abritent désormais un musée archéologique, où l’on peut découvrir divers objets fascinants : des tombeaux, comme celui du roi Fernand Ier, taillé dans la pierre, de magnifiques pièces d’azulejos, mais aussi quelques statues et surtout deux momies !

Pour rejoindre le cœur de la ville et la Praca Rossio, également appelée Praca Dom Pedro IV, nous empruntons la Calçada do Carmo, qui offre une jolie vue sur la colonne centrale, surmontée de la statue de Pierre IV du Portugal.

ROSSIO

Le Rossio, surnom donné à cette place, est un lieu vibrant d’animation, avec son incessant ballet de cireurs de chaussures, de vendeurs de billets de loterie et d’employés de bureau. Ses pavés ont tout vu : des sorcières brûlées sur le bûcher, des corridas, des rassemblements et diverses manifestations.

Considérée comme le centre névralgique de Lisbonne, la Place du Rossio est l’endroit le plus animé de la ville et un lieu de rencontre incontournable pour les Lisbonnais et les visiteurs. Autour de la place et dans les rues avoisinantes se trouvent les boutiques, les bars et les restaurants les plus célèbres de la ville.

Au centre de la Place du Rossio se dresse la statue de Pierre IV du Portugal, également connu sous le nom de Roi Soldat. Sur son socle sont représentées quatre figures féminines symbolisant les qualités du roi : la justice, la force, la sagesse et la modération.

À gauche du Théâtre National se trouve la gare ferroviaire à l’imposante façade, construite en 1887. C’est de là que partent les trains pour Sintra depuis la gare ferroviaire de Rossio.

Juste à côté se trouve la Praca dos Restauradores.

PRACA DOS RESTARAUDORES

La Praça dos Restauradores est l’une des places les plus intéressantes du centre de Lisbonne, mêlant une architecture classique du XVIIe siècle à des bâtiments ornés d’art déco.

Au centre de la place se dresse l’imposant obélisque des Restauradores, érigé pour commémorer l’indépendance du Portugal vis-à-vis de l’Espagne.

Dominant l’obélisque se trouve le somptueux Palácio Foz, reconnaissable à son extérieur rose distinctif et à son intérieur grandiose.

Dans les environs, on trouve un grand nombre de restaurants, des boutiques de souvenirs, ainsi que les traditionnelles boutiques « Official Store » des équipes de football portugaises, comme dans tous les quartiers de Lisbonne et des villes portugaises.

Le long du théâtre national, à l’intersection avec la Place du Rossio, se trouve au numéro 8 du Largo de São Domingo une petite boutique qui vend depuis des années des verres de Ginjinha à 1,5 €. Malgré sa taille modeste, ce petit verre enivre les clients depuis les années 1840, comme en témoigne le sol le plus poisseux de la ville…

À proximité, « Au Roi de la Morue », on peut acheter du bacalhau séché et salé au poids.

PRACA DA FIGUEIRA

La Praça da Figueira, tout comme sa voisine, le Rossio, est caractérisée par son intense circulation automobile et ses édifices bourgeois.

Autrefois, cette place était le principal marché de Lisbonne, abritant un marché couvert construit en 1885. Malheureusement, ce marché a été démoli dans les années 1950. À sa place, une statue équestre en bronze du roi João I a été érigée. Initialement placée au centre de la place, elle a été déplacée de quelques mètres vers l’ouest, face à la Rua da Prata, lors de la construction du parking souterrain. Aujourd’hui, la place est principalement une plaque tournante du transport, bien qu’un marché alimentaire sous tente ait toujours lieu le dernier week-end du mois.

De nombreux bâtiments délabrés de quatre étages qui l’entourent sont en cours de rénovation et sont désormais occupés par des hôtels et des cafés. Le centre de la place est souvent investi par les skateurs, qui tournent autour de la statue du roi.

En empruntant la rue de Madalena, vous vous dirigerez vers le front de mer, en faisant peut-être une étape à gauche dans une montée d’escaliers bordée de graffitis sur le thème du Fado.

Le Potato Project Pt semble être une expérience culinaire intéressante ! Choisir la taille de son cornet et ses accompagnements, puis les savourer en se promenant à Lisbonne, c’est un concept qui promet de satisfaire les envies de chacun. Une pause gourmande avec des frites fraîchement préparées peut être une excellente manière de recharger les batteries avant de poursuivre la découverte de la ville.

PRACA DO COMERCIO

La Praca do Comercio est vraiment impressionnante avec ses bâtiments aux couleurs vives et ses arcades majestueuses offrant une vue magnifique sur le Tage.

 

L’Arco Vitoria de Verissimo da Costa ajoute une touche monumentale à cette place, symbolisant la renaissance de Lisbonne après sa reconstruction.

 

La possibilité de monter au sommet de l’arche pour admirer une vue panoramique sur la ville et le fleuve Tage doit être une expérience inoubliable !

 

Et flâner sous les arcades, profiter des boutiques chics et des magasins de souvenirs le long de la Rue Augusta, est une manière charmante de découvrir cette partie de la ville.

 

LE QUARTIER DE BELEM

Dès l’abord, Belem se présente comme un village pittoresque, ses pavés et ses maisons aux teintes pastel longeant les rives du Tage.

Néanmoins, ce quartier résonne de l’écho des grandes découvertes, comme en témoignent des monuments imposants tels que le Padrao dos Descobrimentos et la Torre de Belem.

Bien que la météo ait promis un beau soleil ce matin, le ciel est finalement resté voilé de gris.

Pour une expérience immersive, commençons par explorer l’architecture extraordinaire du Monastère dos Jeronimos avant l’arrivée de la foule.

LE MOSTEIRO DOS JERONIMOS

Le Monastère Royal de Santa Maria de Belém, plus connu sous le nom de Monastère des Jerónimos, est un joyau de l’architecture portugaise. Classé monument national dès 1907 et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983, il demeure un site incontournable du patrimoine mondial.

Érigé en l’honneur de Vasco de Gama, ce monument emblématique de Belém est un exemple éclatant du style manuélin, avec ses tours élancées et ses détails décoratifs minutieux.

L’église et le cloître, deux parties distinctes mais intégrantes du complexe patrimonial, attirent des visiteurs du monde entier. Le portail sud, sculpté par João de Castilho, dépeint une hiérarchie symbolique, avec l’Infant D. Henrique, la Vierge de Belém et l’archange São Gabriel. À l’intérieur, l’église-halle, conçue par João de Castilho, surprend par son audace architecturale, avec une voûte du transept apparemment en suspension.

Les cénotaphes de Luís de Camões et de Vasco da Gama, ainsi que le tabernacle en argent massif, témoignent de l’importance historique et culturelle de ce lieu.

Après avoir exploré le monastère, vous pouvez visiter les musées adjacents pour découvrir des momies égyptiennes ou plonger dans l’histoire maritime du Portugal au musée de la marine. Pour une pause relaxante, promenez-vous dans la Calcada do Galvao et profitez de l’ombre des palmiers du jardin do Ultramar.

JARDIM DA PRACA DO IMPERIO

Le Jardin de la Praça do Império offre une escapade paisible au bord du fleuve, avec ses allées ombragées et ses fontaines rafraîchissantes. La majestueuse silhouette du Padrao dos Descobrimentos se dresse en toile de fond, une caravelle symbolique honorant l’ère des grandes découvertes.

Construite à l’époque de l’Exposition universelle portugaise en 1940, la Praça do Império célèbre l’histoire et la grandeur du Portugal.

 

Les mosaïques des blasons des anciennes provinces de l’Empire, ainsi que les sculptures de chevaux à queue d’animaux marins, évoquent la richesse et la diversité de cette période.

Entouré par des trésors architecturaux tels que le monastère des Jerónimos et le Centro Cultural de Belém, ce jardin est un véritable bijou de Lisbonne, invitant les visiteurs à se perdre dans ses recoins verdoyants tout en contemplant l’histoire et la beauté de son environnement.

PADRAO DOS DESCOBRIMENTOS

Le Padrao dos Descobrimentos se dresse majestueusement, une imposante caravelle en pierre de 52 mètres de haut qui vous laisse sans voix.

 

Nous avons choisi de monter jusqu’à son sommet en ascenseur, puis de redescendre par les 267 marches pour profiter de la vue à couper le souffle…

Le monument, haut de 52 mètres, représente une caravelle, avec l’infant D. Henrique à sa proue, suivi en procession par 32 personnalités historiques qui ont marqué l’ère des découvertes.

 

Des figures telles que le roi D. Afonso V, Vasco de Gama, Pedro Álvares Cabral et Fernão de Magalhães sont mises en avant, rappelant leurs contributions majeures à l’histoire de la navigation.

La façade orientée vers la terre adopte la forme d’une croix ornée de l’Épée de l’Ordre d’Aviz, soulignant le rôle crucial de cet ordre dans le financement des voyages exploratoires.

Nous continuons notre exploration en rejoignant la Praca do Imperio, puis en empruntant l’Avenida da India vers l’ouest pour atteindre la Torre de Belém, où flotte toujours l’esprit intrépide des grands explorateurs portugais.

TORRE DE BELEM

La balade jusqu’à la Tour de Belém est un incontournable. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, cette tour fortifiée du 16ème siècle est à la fois impressionnante et magnifique, avec son architecture manuéline.

Rien n’évoque l’appel de l’Atlantique aussi puissamment que cette tour gris perle, dressée au bord du Tage pour protéger le port de Lisbonne.

 

Ornée d’arcs délicats, de coupoles et d’œuvres en pierre typiques du style manuélin, la Torre de Belém est considérée comme l’une des plus grandes réalisations de ce style. Ses nombreux motifs emblématiques, tels que la sphère armillaire et la croix de l’ordre du Christ, en font un symbole du règne de D. Manuel I.

Le rempart abrite une salle voûtée, la casemate, dotée d’ouvertures dans des murs de 3,5 mètres d’épaisseur pour les 17 canons à gros calibre. Le toit ouvert au centre de la casemate permettait de disperser les fumées générées par ces armes. La plate-forme du bastion servait également de position pour des armes de plus petit calibre.

La Tour de Belém fut la première fortification portugaise à deux niveaux de postes de tir, marquant une nouvelle évolution de l’architecture militaire. Les tours de guet aux angles de la plate-forme, surmontées de dômes rappelant l’art mauresque, ajoutent à son caractère unique.

 

La base de ces tours de guet présente des sculptures d’animaux sauvages, dont un rhinocéros, considéré comme la première représentation de cet animal dans l’art européen occidental.

LES PALAIS DE SINTRA

Les palais de Sintra nous accueillent sous un ciel nuageux ce matin, mais l’atmosphère ne fait que renforcer l’excitation de la journée qui s’annonce. Et, comme promis, l’après-midi s’annonce radieux.

Cette ville pittoresque regorge de palais extravagants, de châteaux anciens et de panoramas à couper le souffle, à seulement 25 km de Lisbonne. Bien que de nombreux parkings soient disponibles, l’ascension jusqu’à l’entrée du parc peut s’avérer épique, à moins que vous ne préfériez opter pour les voiturettes, moyennant un prix de 5 à 10 € par personne.

L’itinéraire classique débute au Palácio da Pena, avec une ascension supplémentaire pour les plus courageux vers le Castelo dos Mouros, avant de revenir au centre historique pour le déjeuner. L’après-midi peut être consacré au tout proche Palais de la Quinta da Regaleira.

Nous stationnons notre véhicule au Largo de São Pedro, un emplacement idéal pour les véhicules hors gabarit, et qui a l’avantage d’être gratuit.

À partir de là, nous empruntons la Calçada Pena, une montée raide de 1,7 km. Prévoyez une bonne demi-heure pour atteindre l’entrée du parc de Pena, notre première étape.

Il est important de noter que le Palais de Pena ne se visite qu’avec des billets pré-achetés pour un horaire précis. Les arrivées tardives ne sont pas acceptées, avec une tolérance de seulement 30 minutes. Cependant, l’heure prise en compte n’est pas celle de l’entrée du parc, mais celle du palais, situé à près d’un kilomètre plus haut, soit environ 20 minutes de marche. Bien entendu, une navette payante est également disponible pour la dernière partie du trajet.

 

LE PALACIO DE PENA

Le Palácio da Pena est l’un des plus beaux palais du monde, attirant des millions de touristes chaque année. En conséquence, le trafic jusqu’au sommet de la colline peut être assez éprouvant.

À l’entrée, les visiteurs sont répartis en différentes files en fonction de l’horaire de leur réservation. Patiemment, nous attendons notre tour, en admirant déjà l’extérieur minutieusement décoré du palais, avec ses magnifiques tourelles et ses jardins boisés.

Ce magnifique palais est un exemple exceptionnel du style d’architecture romantique du XIXe siècle, avec ses terrasses colorées, ses remparts ornés et ses statues de créatures mythologiques. Situé sur le Mont de la Pena, le Palais a été érigé sur le site d’un ancien couvent de Moines de l’Ordre de São Jerónimo.

Il est le fruit de l’imagination de D. Fernando Saxe Coburgo-Gotha, qui s’était marié en 1836 avec la reine D. Maria II. Amoureux de Sintra, il avait décidé de devenir propriétaire du couvent et des terres qui l’entouraient afin d’y construire le palais d’été de la famille royale.

Pour le Palais, le Prince consort avait choisi des formes architecturales et décoratives typiquement portugaises et passéistes (néo-gothique, néo-manuélin, néo-islamiste, néo-renaissance). Tout autour, il avait décidé d’édifier un magnifique parc à l’anglaise, avec les espèces d’arbres exotiques les plus variées.

À l’heure convenue, la foule entre dans le premier couloir et nous entamons notre visite du palace en file indienne. À un rythme forcément lent, il est quasiment impossible de profiter d’une pièce seul.

INTERIEUR DU PALAIS

L’intérieur du Palácio da Pena est tout aussi fascinant, offrant un aperçu authentique de la vie royale du passé. Restauré selon les normes de l’époque, il nous transporte dans l’atmosphère somptueuse de la noblesse portugaise.

À l’intérieur, chaque pièce est décorée selon les goûts des rois et des reines qui y ont résidé.

La chapelle se distingue particulièrement, avec son magnifique retable en marbre d’albâtre attribué à Nicolau Chanterenne, l’un des architectes du Monastère des Jerónimos de Lisbonne. Les peintures murales en trompe-l’œil et les revêtements en azulejos ajoutent une touche de splendeur à l’ensemble.

Une aile du palais abrite également un restaurant, offrant non seulement une cuisine délicieuse, mais aussi une vue imprenable sur la Serra de Sintra et sa côte. C’est l’endroit idéal pour savourer un repas tout en admirant les panoramas magnifiques qui s’étendent à perte de vue.

LE PARC DU PALAIS DE PENA

Le Parque da Pena, qui entoure le palais, est un véritable joyau du romantisme. Avec ses sentiers forestiers sinueux, ses jardins luxuriants et ses vues panoramiques spectaculaires, il offre une escapade immersive dans la nature.

Après avoir quitté le palais, nous descendons vers la noria et suivons les sentiers qui nous mènent à travers des sites remarquables tels que le jardin des camélias, la serre et la vallée des lacs. Ce milieu naturel, d’une beauté exceptionnelle, revêt également une grande importance scientifique, abritant une diversité botanique rare.

Le parc, s’étendant sur environ 85 hectares, est le résultat d’un projet paysager novateur visant à transformer une montagne nue en un arboretum intégrant différents jardins historiques.

Grâce à ses conditions géologiques et climatiques uniques, il constitue un écosystème remarquable.

Pour rejoindre plus rapidement le centre-ville depuis la sortie basse du palais, nous empruntons un sentier pédestre d’une difficulté moyenne, offrant des vues époustouflantes sur la ville et les autres palais disséminés dans la forêt.

De là, nous pouvons observer le majestueux Castelo dos Mouros, un château maure perché au-dessus de Sintra, offrant des panoramas à couper le souffle depuis ses remparts.

 

Bien que la montée abrupte de 400 mètres nous fasse hésiter, nous choisissons de poursuivre notre descente vers la villa Sasseti, imprégnant notre voyage de la beauté naturelle et de la tranquillité de ce lieu enchanteur.

LA VILLA SASSETI

La Villa Sassetti, l’une des résidences les plus magnifiques et méconnues de Sintra, offre une esthétique méditerranéenne unique avec sa grande tour circulaire aux tons de terre cuite.

Nichée au cœur d’un jardin majestueux, cette propriété incarne une harmonie parfaite entre l’architecture et la nature.

Le chemin qui traverse la propriété relie le centre historique de Sintra au château maure et au parc de Pena, offrant ainsi une expérience immersive dans les collines de Sintra.

L’histoire de ce lieu remonte à Victor Carlos Sassetti, né à Sintra et profondément passionné par son environnement.

Ancien propriétaire de l’hôtel Braganza à Lisbonne, il a marqué son empreinte sur cette villa unique.

Acquise par la municipalité de Sintra en 2004, la Villa Sassetti a été préservée et restaurée par Parques de Sintra, dans le but de préserver son patrimoine et d’offrir un nouvel itinéraire reliant le centre historique au Palais National de Pena/Château des Maures.

Après cette agréable découverte, nous nous dirigeons vers le centre historique pour faire une pause déjeuner bien méritée.

LE CENTRE HISTORIQUE DE SINTRA

Le centre historique de Sintra déborde de charme avec ses rues pavées et ses bâtiments traditionnellement peints. Les ruelles animées sont bordées de bars, de cafés familiaux et de boutiques de souvenirs, offrant une ambiance typiquement portugaise.

Dès la place principale, le palais de la Ville attire notre regard avec ses deux cheminées coniques emblématiques, qui nous serviront de point de repère tout au long de notre exploration.

Ce palais, datant de la fin du XIVe siècle, a été la résidence estivale de nombreux rois portugais.

Chaque pièce raconte une histoire différente et réserve des surprises, notamment avec ses magnifiques azulejos, des revêtements datant du XVIe siècle qui constituent un véritable musée à eux seuls.

Après avoir découvert le cœur historique, nous nous aventurons hors des sentiers battus pour dénicher le Restaurant Thulas, où nous sommes régalés de plats traditionnels.

Du chorizo grillé en tapas à la chiquetaille de morue à la mode locale, en passant par le porc ibérique noir et le bitoque de bœuf, chaque bouchée est un délice. Et pour couronner le tout, un gâteau au chocolat surprenant à la courgette nous a laissé des souvenirs gustatifs inoubliables.

Après une promenade au hasard des ruelles étroites et des magasins de produits régionaux, nous décidons de visiter  le palais et domaine de Regaleira (Palácio e Quinta da Regaleira). C’est un palais qui date du XIXe siècle, bien qu’il semble être plus ancien, avec une décoration impressionnante, riche en symboles maçonniques.

QUINTA DO REGALEIRA

La Quinta de Ribafria, située à Várzea de Sintra, est une ancienne propriété du XVIe siècle qui offre une expérience captivante à ses visiteurs.

Le manoir de style Renaissance est un véritable joyau, avec sa tourelle imposante inspirée du Moyen Âge et ornée du blason des Ribafria, une famille illustre de Sintra. Autour du manoir s’étend un magnifique jardin à la française, avec ses parterres de buis, ses pièces d’eau et sa statuaire classique, offrant un cadre enchanteur pour se promener.

 

La propriété, traversée par la rivière Colares, s’étend sur 13 hectares de jardins et de bois, abritant des séquoias centenaires et d’autres essences végétales remarquables.

Seul le rez-de-chaussée du Palácio da Regaleira est ouvert aux visiteurs, offrant un aperçu de sa splendeur architecturale et artistique.

La salle à manger, ornée d’une cheminée monumentale et d’une mosaïque vénitienne, témoigne du raffinement de l’époque.

La Chapelle néo-manuéline, avec son riche programme iconographique centré sur le cycle marial et christique, est un véritable trésor artistique.

Sa symbolique évoque également l’ordre du Christ, héritage des Templiers.

Parmi les éléments les plus fascinants de la Quinta, le puits initiatique est incontournable. Cette « Tour inversée » plonge à près de 27 mètres sous terre, accessible par un escalier en spirale monumental.

 

Le puits, avec ses neuf paliers évoquant les neuf cercles de la Divine Comédie de Dante, abrite une rose des vents en marbre et un labyrinthe de grottes humides reliant différents bâtiments du palais.

 

La Quinta de Ribafria est donc bien plus qu’une simple propriété historique ; c’est un véritable voyage à travers l’histoire, l’art et la symbolique, où chaque recoin révèle des trésors insoupçonnés.

COSTA DA CAPARICA

Costa da Caparica, près d’Almada, est une destination incontournable si vous cherchez une belle plage.

Réputée pour être la plus grande plage rectiligne du Portugal, elle s’étend sur près de 30 km de long.

Le front de mer est animé par des restaurants de plage et des cabanons proposant des cours de surf.

Le long de la rue qui borde la plage, vous trouverez également de nombreux autres restaurants, dont un grec que nous recommandons vivement !

Au restaurant Pita Gourmet, nous avons retrouvé avec plaisir la gastronomie grecque qui nous manquait. Les autres options sur la Costa da Caparica ne nous avaient pas vraiment convaincus, mais ce choix a été une révélation pour nous quatre.

Margot a opté pour une superbe salade grecque et du tzatziki avec du pain pita, tandis que Bastien a évidemment choisi le gyros pita.

Quant à Nadège et moi, nous avons opté pour le plateau mix pour 2 personnes, comprenant un assortiment de mezze (tzatziki, houmous et crème d’aubergine), un feuilleté aux épinards et au fromage, ainsi qu’un énorme plateau avec des gyros, des brochettes, des saucisses, du riz, des pommes de terre, une salade grecque et un assortiment de desserts !

Bravo au restaurant Pita Gourmet, car même si nous avions des doutes au départ, le plateau était royal et délicieux.

LA COSTA DO SOL

La Costa do Sol, au nord de Lisbonne, nous a offert une belle excursion pour notre dernier jour dans la région.

Le trajet le long de la rive droite de l’estuaire est fascinant. Après les installations portuaires et l’urbanisme dense des faubourgs ouest de Lisbonne, nous avons découvert un littoral de plus en plus préservé. Des plages se dévoilent, souvent dominées par des forts qui jalonnent le parcours naturel menant à la capitale. La plage de Carcavelos est particulièrement tentante, prisée par les surfeurs, et se trouve juste après le quartier de Torre et le magnifique Fort de São Jualio da Barba.

Situé dans un emplacement stratégique surplombant l’entrée de Barra, le Fort de São Julião da Barra est l’une des constructions militaires les plus importantes du pays. Bien que les débuts de la construction de la forteresse de São Julião ne soient pas clairement datés, certains pensent que cela a commencé entre 1553 et 1556, attribuant le projet à Miguel de Arruda, l’un des architectes les plus renommés de l’époque. Aujourd’hui, il sert de résidence officielle au ministre de la Défense, avec ses esplanades, ses casemates voûtées et sa citerne où se tiennent régulièrement des événements culturels.

Les agglomérations d’Estoril et de Cascais, objectifs de notre promenade, ne font désormais plus qu’une. Toutes deux alignent de grands hôtels en bord de mer. Les élégantes villas du XIXe siècle rappellent l’attrait qu’exerçaient ces deux stations balnéaires de la côte, également appelée la « Côte des Deux Printemps » en raison de la floraison des plantes deux fois par an.

ESTORIL

Estoril se présente comme une sorte de Monaco portugais, attirant la bourgeoisie lisboète avec son casino, son golf et ses grandes villas.

Cette station balnéaire est réputée pour son open de tennis en mai, ses semaines musicales, son ancien circuit de Formule 1, son festival de cinéma, ainsi que pour les manifestations hippiques et les compétitions nautiques dans la baie.

L’ambiance cosmopolite règne dans les élégants cafés près du parc du casino, au cœur de la ville.

Bien que Estoril ne soit pas d’un intérêt extraordinaire, les plus belles quintas se cachent dans les hauteurs, en direction du golf et dans le faubourg de Monte Estoril.

Ces résidences sont souvent surprenantes avec leur architecture alambiquée et un brin prétentieuse.

En vous promenant le long des rues bordées de palmiers, vous remarquerez une grande variété d’essences exotiques, notamment des jacarandas et des araucarias, parfaitement acclimatés à la région.

 

CASCAIS

Cascais, ancien village de pêcheurs, a connu des jours plus prospères. Aujourd’hui, il ne reste que peu de traces de son passé de pêcheur. La marina accueille un grand nombre de bateaux, mais il est difficile d’y trouver une simple barque dans la rade. De même, trouver du poisson frais dans les restaurants peut être un défi, malgré les mentions sur les cartes affichées à l’extérieur pour attirer les touristes. Il est probable que cela soit une des raisons pour lesquelles si peu de restaurants sont bien notés.

Cependant, cette petite cité balnéaire possède un charme indéniable avec ses rues piétonnes, ses nombreux commerces, ses parterres fleuris, ses petits jardins et sa forteresse datant du XVIIe siècle.

LA CITADELLE

La citadelle de Cascais comprend un fort et un palais où la famille royale passait souvent ses journées chaudes de septembre et d’octobre. La tour de Cascais a été érigée vers la fin du XVe siècle sous le règne de Jean II, suivant un nouveau modèle d’architecture qui représente la transition entre le château médiéval et un fort fortifié.

Conçu par Pêro Anes à des fins défensives, le fort a été remplacé ultérieurement par la forteresse de Nossa Senhora da Luz, qui a considérablement amélioré la défense de la ville et de la barre du Tage en tenant compte des nouvelles stratégies de guerre.

 

Aujourd’hui, à l’intérieur des murs imposants, se trouvent un hôtel, un palais dont l’entrée est payante, ainsi que des galeries qui ont donné au lieu le titre de « quartier de l’art ». L’ancienne résidence royale est ouverte au public depuis 2011 et propose des visites guidées ainsi que des expositions temporaires. Une statue du roi Carlos I se dresse à l’extérieur, face à la mer, rappelant l’histoire de la citadelle.

 

La marina de Cascais, située derrière la citadelle, accueille les bateaux et yachts élégants de la population aisée de Lisbonne. Elle est bordée de restaurants et de bars servant les habitants et les touristes. En se dirigeant vers la ville, la vue sur le palais Seixas, construit sur le site du Baluarte da Foz, est magnifique. Le bâtiment, également connu sous le nom de bâtiment Seixas, est aujourd’hui un point de repère de la ville.

 

Après une promenade dans les rues commerçantes et piétonnes, nous nous arrêtons au Restaurant Flavor, attirés par sa carte alléchante. Cependant, nous sommes déçus de ne pas pouvoir déguster du poisson et des fruits de mer frais. Nous poursuivons notre exploration de la ville jusqu’au marché central.

Nous continuons notre promenade dans la ville jusqu’au marché central

LE MARCHE DE CASCAÏS

Le marché couvert traditionnel de Cascais, modernisé en 2014, remonte à 1952. Sa structure en forme de demi-cercle, avec des façades extérieures décorées d’azulejos, offre une atmosphère charmante. À l’intérieur, on trouve une variété de boutiques et de restaurants.

Les étals proposent toujours du poisson frais, tout comme des produits locaux, dans la lignée de la tradition. Cependant, ces produits ont désormais été rejoints par des restaurants et des bars contemporains, offrant ainsi une expérience culinaire diversifiée.

Il est conseillé de visiter le marché tôt dans la journée pour profiter du poisson et des produits frais. En revanche, revenez plus tard, en soirée ou même la nuit, pour découvrir les restaurants et les bars animés. Le marché, divisé en deux niveaux, offre également des sièges à l’extérieur, et les options de restauration vont des fruits de mer aux pizzas, répondant ainsi à diverses préférences culinaires.

 

Depuis le marché nous prenons un peu de hauteur pour rejoindre d’autres rues commerçantes, puis nous redescendons et traversons le  superbe parc du Marechal Cormona

PARQUE MARECHAL CORMONA

Le parc Marechal Carmona, également connu sous le nom de parc Gandarinha, est l’un des joyaux verts de Cascais. Niché au cœur du centre historique de la ville, il offre une escapade paisible dans un cadre naturel magnifique.

Ce parc vaste et diversifié abrite une multitude d’éléments naturels et architecturaux d’intérêt.

Des arbres majestueux, des pelouses étendues, des parterres de fleurs colorées et des arbustes ornementaux créent une toile de fond pittoresque pour une promenade relaxante.

Le parc comprend également le sentier pédestre de Ribeiro dos Mochos, des lacs tranquilles, une zone de pique-nique idyllique et un terrain propice aux jeux traditionnels, offrant ainsi une variété d’activités pour les visiteurs de tous âges.

Les installations du parc ne s’arrêtent pas là : une bibliothèque pour enfants unique, un café avec terrasse et une aire de jeux ajoutent à son attrait en tant que lieu de détente et de divertissement familial.

De plus, la proximité de certains des bâtiments les plus emblématiques de la région, tels que la salle de Cascais, l’hippodrome, le musée du centre culturel de la mer, le musée Condes Castro Guimarães et la maison des histoires Paula Rego, enrichit l’expérience culturelle et historique de la visite.

BOCA DO INFERNO

Boca do Inferno est véritablement l’un des trésors naturels les plus saisissants de Cascais. Nichée à la sortie ouest de la ville, cette formation géologique impressionnante est un spectacle à couper le souffle.

Le nom même, Boca do Inferno, évoque la puissance et l’ampleur des vagues qui s’abattent sur ces falaises escarpées, surtout pendant les tempêtes hivernales. Littéralement traduit par « la bouche de l’enfer », Boca do Inferno est le résultat de l’érosion naturelle qui a sculpté une grotte dans la roche, créant ainsi une arche massive à travers laquelle l’océan Atlantique se déchaîne.

Ce site spectaculaire attire les visiteurs du monde entier, qui ne peuvent qu’être captivés par la majesté de la nature et la force brute de la mer. Les couchers de soleil depuis cet endroit sont tout simplement époustouflants, offrant une toile de fond inoubliable pour des moments magiques.

À proximité de la plate-forme d’observation, les visiteurs trouveront également des commodités telles qu’un restaurant, une cafétéria et quelques boutiques proposant des produits locaux, offrant ainsi une expérience complète pour les visiteurs qui souhaitent explorer cette merveille naturelle.

DE CASCAIS AU CABO RASO

La route menant de Cascais au Cabo Raso offre une perspective captivante sur les paysages côtiers de cette région. En continuant sur cette route, vous serez récompensé par la vue panoramique sur le Cabo da Roca, le point le plus occidental du continent européen.

Le Cabo Raso lui-même offre une vue imprenable vers le nord, offrant un aperçu saisissant de la côte accidentée et sauvage. Dans ce paysage de landes, vous trouverez la magnifique Praia do Guincho, une plage de sable fin qui s’étend le long de la côte.

Cette plage est un paradis pour les amateurs de sports nautiques, notamment le surf, la planche à voile et le kitesurf. Ses eaux agitées et ses vents forts en font un spot prisé par les passionnés de sports de glisse. De plus, Praia do Guincho a acquis une renommée internationale en tant que lieu de tournage pour le film James Bond « Au service secret de Sa Majesté », ajoutant une touche de glamour à son charme naturel.

Que vous soyez amateur de sports nautiques ou simplement en quête de paysages spectaculaires, la Praia do Guincho et les environs du Cabo Raso offrent une expérience inoubliable de la côte portugaise.

VIDEOS DE Lisbonne ET Environs

PODCAST 

ALFAMA

SOIREE FADO

AUTRES ARTICLES SUR LE PORTUGAL A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Portugal.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS

Casa de Praia com Piscina- LISBONNE – PORTUGAL

Cette maison de plage, ou devrais-je dire villa, semble être une véritable oasis pour des vacances reposantes à Lisbonne. Avec ses deux étages et ses trois chambres, elle offre amplement d’espace pour accueillir une famille ou un groupe d’amis. La piscine privative et la cuisine extérieure ajoutent certainement une touche de luxe à l’expérience de vacances.

Bien que la qualité de la literie puisse être un point à améliorer, le fait que cette location se classe parmi les trois premières sur 76 logements testés indique que ses autres caractéristiques compensent largement ce petit inconvénient.

Avec une cuisine entièrement équipée, un salon spacieux et des installations extérieures attrayantes, cette maison de plage offre non seulement un séjour confortable, mais aussi une expérience de vacances mémorable à Lisbonne.

LIEN VERS L’ANNONCE

LA GASTRONOMIE

Toutes les informations sur la gastronomie portugaise, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien

LA CUISINE PORTUGAISE

j 319 – PATIO ALENTEJANO – VILA NOVA DE MILFONTES ALENTEJO PORTUGAL

Le Patio Alentejano à Vila Nova de Milfontes sest un choix judicieux pour une pause déjeuner lors de votre voyage vers Lisbonne. Il est toujours bon de voir que les endroits bien notés sur TripAdvisor correspondent également à l’appréciation des habitants, ce qui est souvent un signe de qualité et d’authenticité.

Les plats que vous avez choisis semblent délicieux et copieux, ce qui correspond bien à la réputation de ce restaurant pour sa cuisine familiale et ses portions généreuses. Le Bacalhau a Casa, le Bitoque de Vitela, l’Espetada Frango et la Carne A Pescador offrent une variété de saveurs qui raviront sûrement vos papilles.

Après un bon repas comme celui-ci, vous devriez être prêts à reprendre la route vers Lisbonne avec l’estomac plein et le sourire aux lèvres !

j 320 – ESTRELA RESTAURANT PRINCIPE DO CALHARIZ LISBONNE PORTUGAL (1)

Nous sommes actuellement à Lisbonne et nous cherchons un endroit où déjeuner. En marchant, nous remarquons le restaurant Principe do Calhariz. La salle est bondée, principalement par des locaux, et les serveurs s’affairent. Cela semble prometteur. Malgré le bruit, nous sommes attirés par la carte et les prix attractifs. Nous commandons une morue en sauce tomates et poivrons, un steak de veau, une omelette au Serrano et un steak de thon à l’ail. Les plats sont délicieux et variés, et nous apprécions chaque bouchée. C’est un moment agréable de répit avant de poursuivre notre exploration de Lisbonne !

j 321 – ALFAMA – RESTAURANT O TAINADAS – LISBONNE

Nous nous retrouvons dans le quartier d’Alfama à Lisbonne et décidons de nous arrêter au petit restaurant O Tainadas. Quelques tables sont disposées sur le trottoir, et l’ambiance est conviviale. Nous consultons les avis sur Tripadvisor, et ils sont plutôt bons. Le menu à 9,99 € pour un plat, une boisson et un café attire notre attention, même si les portions semblent modestes. Nous optons pour les sardines, une spécialité locale, et nous ne sommes pas déçus. Elles sont savoureuses et bien préparées, confirmant la réputation du quartier en matière de fruits de mer.

J 322 POTATO PROJECT LISBONNE PORTUGAL

Le Potato Project à Lisbonne, c’est un concept original qui a rapidement conquis les cœurs. Parti d’une simple idée entre amis, c’est devenu une véritable quête pour créer les meilleures frites au monde. Ils ont misé sur les meilleures pommes de terre, des sauces artisanales et des garnitures fraîches pour concocter un menu qui séduit à coup sûr.

Leur concept ? Ils vous servent des frites dorées dans un cornet, et vous laissez le champ libre pour choisir parmi une variété de sauces et de garnitures fraîchement préparées afin de créer votre propre recette. Ou bien, vous pouvez opter pour l’une des combinaisons mensuelles imaginées par le chef.

C’est une approche rafraîchissante qui revisite nos traditionnels cornets de frites, et qui attire aussi bien les jeunes que les amateurs de frites belges comme nous ! Potatoproject Ptpj est définitivement un incontournable à Lisbonne.

Potatoproject Ptpj

J 322 RESTAURANT FADO SAO RAFAEL ALFAMA LISBONNE PORTUGAL

Une soirée à Lisbonne était l’occasion parfaite pour découvrir le fado local. Nous avons opté pour le quartier de l’Alfama, où presque tous les restaurants proposent des performances live de fado pendant le repas. Cependant, les prix peuvent parfois être exorbitants.

Nous avons eu la chance de trouver quelques restaurants de rue offrant des prix plus raisonnables. Nous avons choisi le Sao Rafael pour sa terrasse accueillante et l’ambiance chaleureuse de sa vendeuse. Cependant, bien que le spectacle de fado nous ait charmés, nous avons été déçus par la cuisine. Contrairement à ce qui était annoncé, le poisson n’était pas frais mais surgelé, et la sauce de la cataplana manquait de saveur par rapport à celles que nous avons dégustées dans l’Algarve. Le poulet de Bastien était également trop cuit et dur.

Dans l’ensemble, cette expérience était en dessous de nos attentes, mais comme on dit, une fois n’est pas coutume !

J 324 RESTAURANT TULHAS SINTRA PORTUGAL et le Porc noir Ibérique

Déguster du porc ibérique est une expérience culinaire à ne pas manquer. Avec sa viande de qualité remarquable, cette race porcine du sud-ouest de l’Espagne offre une saveur unique, grâce à son persillage et son gras infiltré dans la viande.

Lors de notre séjour à Sintra, près de Lisbonne, nous avons saisi cette opportunité au restaurant Thulas. Le « Lagartos », un porc noir ibérique grillé, nous a séduits. Les aiguillettes étaient bien charnues et recouvertes d’une épaisse couche de gras, délicieuses à chaque bouchée.

Ce restaurant propose une cuisine traditionnelle savoureuse, comme en témoigne la sauce accompagnant le bitoque traditionnel, à base de vin blanc, de bière et de brandy. De plus, leur recette maison de la chiquetaille de morue avec pois chiche, haricots blancs et épinards était un régal.

Sans hésitation, nous lui attribuons une note de 5/5.

J 325 RESTAURANT PITA GOURMET COSTA DA CAPARICA LISBONNE PORTUGAL

Retrouver la gastronomie grecque était un véritable plaisir pour nous quatre, surtout après avoir été un peu déçus par les autres options de restauration sur la Costa da Caparica. Au restaurant Pita Gourmet, nous avons été comblés.

Margot a choisi une superbe salade grecque accompagnée de tzatziki et de pain pita, tandis que Bastien a opté sans hésiter pour le gyros pita, son choix habituel.

Quant à Nadège et moi, nous avons décidé de partager le plateau mix pour 2, qui offrait un assortiment de mezze comprenant du tzatziki, du houmous et de la crème d’aubergine, ainsi qu’un feuilleté aux épinards et au fromage. En plus de cela, le plateau comprenait une abondance de gyros, de brochettes, de saucisses, de riz, de pommes de terre, une salade grecque et un assortiment de desserts.

Nous avons été agréablement surpris par la qualité et la quantité des plats. Bravo au restaurant Pita Gourmet ! Ce plateau mix était vraiment royal et délicieux, et nous a totalement convaincus.

J 326 RESTAURANT FLAVOR CASCAIS LISBONNE PORTUGAL

Il est regrettable de constater que Cascais, autrefois un village de pêcheurs authentique, a succombé à la vague touristique. Les bateaux de pêche traditionnels ont été remplacés par des yachts dans la marina, et les restaurants proposent souvent des fruits de mer et du poisson hyper-congelés plutôt que frais. Cette évolution se reflète dans les notes des établissements sur TripAdvisor, et nous avons du mal à trouver des restaurants bien notés.

Le restaurant Flavor, bien que bénéficiant d’une note décente, ne se démarque malheureusement pas des autres vendeurs de produits surgelés. C’est dommage car les plats sont tout de même bons, mais cela ne justifie pas nécessairement le prix payé.

 

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrem ent #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible #quefaireuaportugal #quevisiterauportugal #todoportugal

 

 

 

 

Laisser un commentaire