voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Le Parc National de Djoudj – Saint Louis SENEGAL

0

Nous profitons de notre visite de la presqu’île de Saint-Louis pour trouver un guide qui peut nous emmener visiter le Parc National de Djoudj.

Après de vives négociations, nous nous mettons d’accord avec Aliou BAYE FALL BI au +221 77 677 70 29. Il nous accompagne en voiture au parc  national de Djoudj, s’occupant des droits d’entrée, des frais de parking, du prix du bateau, et d’un guide supplémentaire sur place pour 15 000 FCFA par personne.

Le parc de Djoudj se trouve à 60 kilomètres au nord de Saint-Louis, sur un des méandres du fleuve Sénégal. Englobant une partie du fleuve avec de nombreux canaux, criques, lacs, bassins, marécages, et bouquets de roseaux, ainsi que les zones environnantes de savane boisée, le parc national de Djoudj s’étend sur 16 000 ha et dispose d’un plan d’eau permanent, attirant ainsi de nombreuses espèces d’oiseaux.

Nous attaquons une piste qui longe la frontière mauritanienne, offrant une occasion d’observer des singes rouges patas. Le Patas Monkey détient le record du primate terrestre le plus rapide, capable de courir à une vitesse moyenne de 55 km/h, avec des pointes atteignant 80 km/h.

SPATULE BLANCHE

Quelques kilomètres avant l’entrée du parc de Djoudj, nous observons également avec plaisir des spatules blanches, qui migrent ici en Afrique du Nord. Cette espèce fréquente les milieux aquatiques ouverts de faible profondeur comme les lagunes, les roselières, les zones côtières, les lacs, et les marais inondés. Elle niche en colonies dans les roseaux, parfois dans les arbres (pins noirs), les arbustes (saules), ou à même le sol.

VANNEAU A EPERONS

 

À leurs côtés, quelques vanneaux à éperons, reconnaissables à leur tête noire jusqu’en dessous de l’œil, suivie d’une zone blanche s’étendant de part et d’autre sur la poitrine. Le reste du dessous est d’un noir profond, contrastant avec un dos grisâtre et une queue noire. Son cri perçant, émis en séries saccadées de « pitt » ou « tick », résonne dans les régions humides où il évolue.

 

CORMORAN A POITRINE BLANCHE

Sur un tronc, un cormoran à poitrine blanche, qui vit normalement plus au sud de l’Afrique. Nous observons aussi quelques échasses blanches, autour des étangs entourés de roseaux, des champs inondés, des rizières pittoresques, des salines mystérieuses, et des lagunes paisibles. Cette voyageuse régulière hiverne principalement en Afrique, ajoutant une dimension migratoire à son histoire.

 

Entrée du Parc National de Djoudj

Nous nous garons à l’entrée du parc de Djoudjpour régler les frais. Quelques singes patas traversent la zone. Près des habitations, nous observons un magnifique arbre à calebasses.

  • Permis d’entrée : 5 000 F/personne + guide 6 000 F/pp
  • Balade en pirogue (environ 1h30) : 4 000 F/personne
  • Entrée véhicule : 10 000 F
  • Horaires : de 8h00 à 18h00
  • Ouvert de novembre à juin, meilleure période de décembre à mars.

Des phacochères fouillent le sol à la recherche de leur alimentation : essentiellement herbivores, ils se nourrissent d’herbes, de baies, d’écorces, et de racines, mais peuvent également suivre un régime omnivore, incluant des petits animaux, des œufs, ou des insectes.

Nous reprenons la piste sur une dizaine de kilomètres avant d’atteindre l’embarcadère.

Visite en barque du Parc National de Djoudj

Bienvenue dans le Parc National du Djoudj, une merveille ornithologique classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. De décembre à avril, le parc de Djoudj se transforme en un théâtre aérien où plus de 360 espèces d’oiseaux offrent un spectacle inoubliable. Pélicans, flamants roses, hérons, cormorans, et bien d’autres participent à cette danse céleste. Observez-les depuis les miradors ou lors d’une excursion en bateau, et laissez-vous emporter par la magie de leurs mouvements.

Au-delà des oiseaux, nous explorons la diversité de la vie sauvage. Phacochères, gazelles, singes rouges, crocodiles du Nil, lamantins, et bien d’autres habitants partagent cet écosystème unique. Varans et pythons ajoutent une touche mystique à cette symphonie de la nature.

TANTALE IBIS

Nous découvrons une toile végétale riche et variée, allant des acacias aux dattiers du désert. La savane abrite des arbustes épineux, des tamaris du Sénégal, et des euphorbes. Chaque plante raconte une histoire d’adaptation à ce milieu aride. La salicorne, témoin des périodes de sécheresse, ajoute une touche saline aux paysages aquatiques.

Très vite, nous sommes embarqués dans la découverte de nouvelles espèces comme ces tantales ibis que nous n’avions observés jusqu’à présent qu’au Kazinga Channel en Ouganda. Le Tantale ibis présente une apparence similaire à celle de la Cigogne blanche à distance. Cependant, de près, ses traits distinctifs deviennent évidents, tels que la peau rouge et nue sur la moitié antérieure de la tête, le long bec jaune arqué à l’extrémité, le plumage nuancé de rose sur le dessus, et la queue noire.

CIGOGNE NOIRE

À leurs côtés, des cigognes noires, encore jamais observées en liberté. Son plumage est presque entièrement noir avec des reflets verts et violets, à l’exception des plumes blanches sur le ventre, la poitrine inférieure, les axillaires, et les sous-caudales. La cigogne noire se nourrit principalement de grenouilles, d’insectes, de poissons, de crabes, de petits reptiles, d’oiseaux, et de mammifères.

 

MARTIN PECHEUR

En vol, un martin-pêcheur pie guette sa proie. Lors de la chasse, il peut capturer plusieurs proies en un seul vol. Son vol est souvent stationnaire, et il plonge brusquement pour saisir sa proie.

 

Le crabier chevelu quant à lui, recherche insectes et petits poissons, mais les grenouilles restent leur repas favori.

Ce héron niche en groupes dans les arbres, les bosquets, ou les roseaux, souvent en compagnie d’autres hérons et aigrettes.

 

HERON CRABIER CHEVELU

La ponte, composée de 4 à 6 œufs de couleur bleu-vert pâle, a lieu généralement en mai. La période d’incubation dure environ 22 à 24 jours, et les poussins restent au nid pendant environ 45 jours.

 

JACANA A POITRINE DOREE

Le Jacana à poitrine dorée se distingue du vanneau à éperons par son bec et sa plaque frontale, qui sont d’un gris bleu pâle, de même que les zones nues de la tête. Les pattes sont de couleur bleu ardoise, l’iris est brun foncé, et le dessus de la tête jusqu’au haut du dos est noir, s’étendant vers le haut de la poitrine.

 

Le cou et les joues sont blancs, tandis que la poitrine est d’une teinte jaune dorée à brune. Le reste du plumage est d’une couleur brune assez homogène.

 

Nous nous éloignons de l’embarcadère et observons les cormorans et les pélicans très nombreux dans le Parc National de Djoudj

L’Afrique subsaharienne abrite actuellement la principale population de Pélicans blancs, bien que leur présence soit devenue très localisée. Ils sont particulièrement nombreux au lac Rukwa en Tanzanie, où une colonie importante consomme environ 28 000 tonnes de poissons chaque année.

Les Pélicans blancs attrapent les poissons dans la poche de leur grand bec pendant que leurs proies nagent en surface. Ils se nourrissent principalement de poissons.

PYGARGUE VOCIFER

Ces oiseaux volent en formation en V ou en ligne incurvée, souvent à grande hauteur. Ils utilisent les courants ascendants pour voler et se montrent élégants dans le ciel.

Survolant l’espace ou les surplombant, les pyguargues vocifer, également connus sous le nom d’Aigle pêcheur d’Afrique (Haliaeetus vocifer), sont des rapaces de la famille des Accipitridae. Cette espèce est monotypique et répandue à travers l’Afrique subsaharienne, à l’exception de Madagascar. Eux aussi attendent leurs proies. Le pygargue vocifer est un grand rapace avec un corps et des ailes foncés, en contraste avec le blanc de la tête et de la queue. L’abdomen et les couvertures supérieures sont de couleur noisette, et les ailes ainsi que le dos sont noirs. En vol, le dessous des ailes apparaît noisette, et les rémiges sont noires. La queue est courte, carrée, et blanche. La tête est blanche, avec des yeux couleur noisette à brun clair. Son bec est noir et jaune, tandis que les pattes et les doigts sont jaunes.

Le régime alimentaire du pygargue vocifer se compose principalement de poisson, mais il consomme aussi des charognes, des poussins, et des œufs d’échassiers, quelques oiseaux aquatiques plus grands que les flamants, ainsi que plus rarement des singes, lézards, grenouilles, tortues de mer, ou insectes.

Sur les berges du fleuve, nous arrivons à distinguer un Varan du Nil.

VARAN DU NIL

Le Varan du Nil présente plusieurs adaptations particulières. Il possède deux types de dents : des dents plus pointues à l’avant des mâchoires et des dents plus plates à l’arrière. Cette dentition évolue avec l’âge, les dents pointues s’aplatissant pour permettre l’écrasement des coquilles de mollusques et d’autres proies lentes mais bien protégées, qui deviennent ainsi une partie importante de son régime alimentaire.

La peau du Varan du Nil est recouverte de petites écailles rondes qui ne se chevauchent pas. Ses membres sont bien développés, ce qui lui permet de se déplacer aussi bien en marchant qu’en courant. Semi-aquatique, cet animal est un excellent nageur, capable de rester sous l’eau pendant plus d’une demi-heure. Ses narines, positionnées vers le haut du crâne, facilitent la respiration en surface. La queue du Varan du Nil sert à la fois d’organe de propulsion dans l’eau et d’outil pour grimper.

La langue du Varan du Nil est utilisée comme organe olfactif et est très sensible. Son odorat est « en stéréo », ce qui signifie que chaque fourche de la langue peut détecter les odeurs de manière indépendante, lui permettant de déterminer la direction précise d’une odeur.

Nous arrivons ensuite à l’île de nidification des cormorans, un jardin d’enfants qui s’agrandit au fur et à mesure que les mâles et femelles apportent des pierres. C’est ici que naissent les petits, dont le plumage est plus foncé. Ils apprennent en ce lieu dans leur premier âge à voler et à pêcher.

Sur les bords, nous observons pour la première fois une Talève sultane : La talève sultane, également appelée poule sultane (Porphyrio porphyrio), est un oiseau de la famille des Rallidés. Mesurant de 38 à 50 cm de la tête à la queue et pesant entre 500 g et 1,5 kg, elle arbore un plumage foncé bleu et noir, un bec, et de grandes pattes rouges.

Cet oiseau se trouve en Europe du Sud (Espagne…), en Afrique (Égypte…), en Asie, et jusqu’en Nouvelle-Calédonie et Nouvelle-Zélande (sous-espèce – Porphyrio porphyrio melanotus – appelée « pukeko »). Très commun à Madagascar, il a disparu dans l’île voisine de La Réunion. Cependant, il s’est implanté relativement récemment en France, notamment dans l’Aude où une dizaine de couples vivent dans le marais de Saint-Louis-le-Maritime à Narbonne ainsi que dans l’étang de Vendres, près de Béziers.

C’est un oiseau qui vit dans les marécages, les mares, et au bord des cours d’eau.

LES LIENS VERS LES PHOTOS de Saint-Louis et ses environs

J 573 PARC NATUREL DE DIAWLING & LA FRONTIERE MAURITANIE SENEGAL

J 573 LA PRESQU’ILE DE SAINT LOUIS – SAINT LOUIS SENEGAL

J 573 LE QUARTIER DES PECHEURS – SAINT LOUIS SENEGAL

J 574 LE PARC NATIONAL DE DJOUDJ PARTIE 1/2 – SAINT LOUIS SENEGAL

J 574 LE PARC NATIONAL DE DJOUDJ PARTIE 2/2 – SAINT LOUIS SENEGAL

J 575 LA RESERVE NATURELLE DE GUEMBEUL – SAINT LOUIS SENEGAL

J 576 LE QUARTIER DE SOR – SAINT LOUIS SENEGAL

Guélack : un village Peul en autosuffisance – SENEGAL

Aller-retour à Dakar pour faire valider le CPD👍

J 579 DAGANA – PODOR SENEGAL

VIDEO DE L’ETAPE

AUTRES ARTICLES SUR LE SENEGAL A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Sénégal.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce lien : ARTICLES VILLES DU SENEGAL

La Cuisine Sénégalaise

Toutes les informations, par région sur la gastronomie sénégalaise en suivant ce lien : La Cuisine Sénégalaise

Le supermarché Auchan près de l’Église Notre-Dame de Lourdes est une option pratique pour trouver une variété de produits alimentaires, y compris de la viande, du poisson, des légumes et des articles d’épicerie traditionnelle. De plus, le rayon d’alcools bien achalandé peut offrir une sélection diversifiée de boissons.

LES REPAS AU LAMPSAR LODGE

Bien que l’équipement décevant du Lampsar et de ses bungalows ait terni notre expérience, il faut noter que la cuisine demeure satisfaisante.

Les plats tels que le pavé de zébu en sauce crémée et le curry de lotte sont irréprochables. Le capitaine grillé et la brochette de lotte sont tout à fait convenables. Il est possible de déguster les repas sur la terrasse extérieure avec vue sur le fleuve ou à l’intérieur.

RESTAURANT CHEZ DASSO – SAINT LOUIS

Noé et Laurent, des Bretons rencontrés au Lampsar Lodge, ont partagé avec nous une pépite culinaire à Saint-Louis : le petit restaurant de Dasso, niché au cœur de la presqu’île. L’endroit, chaleureux avec seulement quelques tables, donne l’impression d’être chez soi.

Dasso, l’hôte sympathique, concocte dans sa cuisine ouverte des mets délicieux à partir de produits frais et locaux. Parmi les délices au menu, les nems au poulet et aux crevettes se distinguent par leur saveur légèrement pimentée. Nous succombons à la tentation en explorant les plats traditionnels tels que le Yassa, le Thiou et le fonio, sans oublier de goûter au bissap blanc orange, une boisson rafraîchissante. Un vrai festin qui ajoute une touche exquise à notre expérience à Saint-Louis !

RESTAURANT FLAMINGO SAINT LOUIS SENEGAL

Une belle adresse sur la presqu’ile avec une terrasse couverte ouverte sur le fleuve, une piscine (payante) et un service de qualité
L’adresse propose des plats diversifiés entrées, viandes, volailles, et bien sur poissons et fruits de mer, mais aussi un coin snack
Le Choukouya de viande et de poulet au kan kankan, un plat d’origine ivoirienne et nigérienne de viande marinée et cuite à l’étouffée, en papillote ou braisée, est exceptionnel
Le kankan est une épice très prisée des amateurs de viandes braisées, t un mélange très aimé en Afrique Subsaharienne. On s’en sert pour assaisonner les choukouya de mouton, d’agneau ou de poulet.
Les médaillons de poissons et crevettes façon malaisienne sont aussi excellents
TARIF 45000 FCFA pour 4 soit 68 €

La gastronomie de Saint-Louis puise largement son inspiration dans les traditions culinaires des quartiers voisins tels que Guet N’Dar, réputé pour ses pêcheurs. Au Flamingo Lodge, cette influence se manifeste notamment à travers la marmite de poissons de Guet N’Dar, une soupe exquise et épicée, préparée avec les poissons frais du jour. À ne pas manquer également, le remarquable filet de Thiof, cuit sur peau et enrobé d’une croûte d’herbes fraîches, servi avec une succulente fondue de tomates. Cette fusion de saveurs locales et d’innovations culinaires promet une expérience gastronomique inoubliable.

RESTAURANT HOTEL LA RESIDENCE – SAINT LOUIS

Notre découverte gastronomique à Saint-Louis s’est révélée être une expérience exceptionnelle, notamment au restaurant de l’hôtel La Résidence. Ce lieu emblématique, imprégné de l’esprit colonial, offre une ambiance à la fois surannée et métissée, créant une atmosphère unique.

La diversité et la qualité de la carte sont remarquables, avec une mention spéciale pour le pavé de zébu au poivre, une création présente sur la carte depuis 1954, ce qui lui confère une valeur historique. Chaque jour, le restaurant propose également un menu différent, ajoutant une touche d’excitation à chaque visite.

Parmi les recommandations qui ont marqué notre palais, la bouillabaisse saint louisienne et le poisson farci à la louisienne se distinguent par leur excellence, leur générosité et leurs saveurs délicieuses. Les prix, très raisonnables compte tenu de la qualité des plats, rendent cette expérience gastronomique encore plus appréciable.

L’hôtel La Résidence a vraiment su créer une expérience culinaire mémorable à la croisée de l’histoire et de la gastronomie. Cette découverte restera gravée dans nos souvenirs gustatifs à Saint-Louis.

PRIX POUR 6 : 78900 FCFA soit environ 115 € comprenant le dessert et les boissons

DINER HOTEL RESTAURANT LA RESIDENCE

HOTEL RESTAURANT OASIS SAINT LOUIS

L’hôtel-restaurant, situé près de l’hydrobase, offre une atmosphère agréable et accueillante. À la recherche d’une table près de la piscine, vous avez été chaleureusement accueillis par la patronne. Le menu propose des plats simples mais bien réalisés, avec des crevettes à l’ail et à la crème qui se distinguent par leur excellence. Le poulet, accompagné d’une pâte de curry verte savoureusement préparée, offre une expérience culinaire délicieuse. Les salades composées sont également appétissantes, offrant une option fraîche et légère.

En plus des délices culinaires, l’hôtel-restaurant propose une sélection d’alcools pour accompagner votre repas. La piscine, très propre, est accessible au prix de 3000 FCFA par personne, bien que hors saison, vous ayez eu la possibilité d’en profiter après le repas.

Le prix total pour six personnes s’est élevé à 35 500 FCFA, offrant ainsi une expérience culinaire et de loisirs complète.

RESTAURANT DE LA POINTE NORD SAINT LOUIS

Dès notre arrivée sur l’île de Saint-Louis, Oumou nous a réservé un accueil des plus chaleureux. Son petit restaurant, niché sur la pointe nord, avait piqué notre curiosité lors de notre première visite, mais nous avions été déçus de le trouver fermé ce jour-là. Toutefois, fidèles à notre promesse faite à Oumou, nous avons décidé de revenir, et c’est exactement ce que nous avons fait ce dimanche.
Nous avons été enchantés de déguster les spécialités de poissons à la sauce à l’ail et de poulet braisé à l’ail, préparées avec une grande attention par Oumou. Ces plats étaient accompagnés d’un assortiment de riz et de légumes sautés, comprenant des pommes de terre, des navets, des carottes, du chou, et même une délicieuse patate douce blanche ! L’ambiance de son restaurant, agrémentée d’un décor magnifique, a ajouté une touche spéciale à notre expérience culinaire.
Mais ce qui a véritablement marqué cette expérience, c’est la gentillesse et l’accueil chaleureux d’Oumou, qui ont contribué à rendre notre repas encore plus mémorable et délicieux.

LES LOGEMENTS

LAMPSAR LODGE SAINT LOUIS

Le Lampsar Lodge se présente comme un havre hôtelier au nord du Sénégal, niché au cœur de la vallée du fleuve, promettant un confort moderne (climatisation, jacuzzi, accès internet) dans un décor original et soigné.

Cependant, la réalité est tout autre, et les travaux en cours ne suffisent pas à justifier l’état général décevant. Nous aurions apprécié d’être informés à l’avance des inconvénients. Notre séjour a été raccourci à une seule nuit, et nous encourageons fortement les voyageurs à inspecter les chambres et la structure avant de s’y installer : la piscine était négligée, les moustiquaires déchirées, absence d’eau chaude dans les lavabos, parfois aucune eau du tout ou un mince filet à la douche, la climatisation fonctionnait de manière aléatoire, et le jacuzzi était hors service, comme prévu. L’accès à internet était pratiquement inexistant.

Malgré son emplacement privilégié au milieu d’une nature sauvage, le séjour au Lampsar Lodge a été entaché par une réception peu accueillante et une déception générale quant à la qualité des installations.

LES LIENS

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement #backpacker #flashbackpacker 

#drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement
#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible

#senegal #senegalphotography #senegal2024 #saintlouis #saintlouissenegal #lampsarlodge #chezdasso #DJOUDJ #GUEMBEL #DAGANA #BROUSSARDE #GUELACK

#autosuffisance

autosuffisance autosuffisance  autosuffisance  autosuffisance autosuffisance

Laisser un commentaire