voyageavecnous.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Le Parc National Queen Elisabeth en Ouganda – Une richesse exceptionnelle *

32
Le Parc National Queen Elisabeth est le parc le plus visité d’Ouganda !
Pas moins de 95 espèces de mammifères et 612 espèces d’oiseaux font de cet endroit le lieu idéal pour un safari ! Vous trouverez des éléphants, des hyènes ou encore des léopards, mais aussi des phacochères et des buffles.

EQUATOR LINE Queen Elisabeth National Park

La traversée de la ligne de l’équateur est une expérience fascinante lors de notre voyage à travers l’Ouganda. L’équateur marque un point de repère important dans ce pays, symbolisant la division entre les hémisphères nord et sud du globe. Nous avons eu la chance de visiter le parc national Queen Elisabeth, situé à Kikorongoro, où cette ligne emblématique traverse le territoire.

Ce parc national, situé dans la région sud-ouest de l’Ouganda, est une destination incontournable pour les amateurs de nature et d’aventure. Avec une superficie totale d’environ 1 978 kilomètres carrés, il abrite une incroyable diversité de faune et de flore dans ses basses terres. La proximité de l’équateur confère à ce parc une aura particulière, faisant de la traversée de cette ligne un moment mémorable pour les visiteurs.

Une anecdote intéressante sur la ligne de l’équateur est l’effet qu’elle a sur notre poids. En effet, en se tenant sur ce point géographique, on peut ressentir une légèreté inhabituelle, environ 3% plus léger que le poids normal. Cela est dû aux forces de gravité qui sont légèrement plus faibles à l’équateur par rapport aux autres régions du globe. Cette sensation étrange ajoute une dimension supplémentaire à l’expérience de la visite de ce site unique.

Cependant, il est important de noter que la préservation de ce monument est parfois remise en question. En février 2019, des allégations de démolition du monument de l’équateur dans le parc national Queen Elizabeth ont suscité des inquiétudes. Heureusement, des voix se sont élevées pour défendre la préservation de ce symbole important, soulignant son importance pour le tourisme en Ouganda.

MWEYA SAFARI LODGE

Avant de partir en safari, nous avons fait une halte au Mweya Safari Lodge pour déjeuner, un lieu extraordinaire offrant une vue imprenable sur le parc et le Kazinga Channel, où seuls quelques loriots d’Europe sont venus nous rendre visite, attirés par les miettes de notre repas.

Mweya Safari Lodge offre une expérience inoubliable aux visiteurs. Situé sur une péninsule au cœur du parc national Queen Elizabeth, il est entouré par les majestueuses montagnes de Rwenzori, souvent appelées les « Montagnes de la Lune ». À l’est, se dressent les collines de la Grande Vallée du Rift, gardiennes du berceau de l’humanité, séparées des Montagnes de la Lune par les méandres du canal Kazinga. Ici, l’eau serpente sans fin entre deux lacs géants – le lac George et le lac Édouard. « Nous croyons sans aucun doute que les rencontres uniques commencent toujours hors des sentiers battus… »

Savourer un cocktail dans la piscine à débordement offrant une vue panoramique sur le canal Kazinga est une expérience unique. De là, nous pouvons observer les eaux paisibles du canal, qui sépare le lac George du lac Édouard, et même repérer les différents animaux sauvages qui viennent s’abreuver dans les eaux en contrebas.

Le bar de la piscine est toujours prêt à répondre à vos besoins et à étancher votre soif. Se prélasser sur les chaises longues en bois de la terrasse est le moyen idéal pour profiter de la chaleur de l’Afrique.

Un buffet également d’exception nous y attend
L’après-midi est consacré à une ballade en bateau sur le KAZINGA CHANNEL

KASINGA CHANNEL Queen Elisabeth National Park

Naviguer sur le canal Kazinga fut une expérience inoubliable, une immersion totale au cœur de la majesté naturelle de l’Ouganda. Ce cours d’eau de 32 kilomètres relie les lacs Gorge à l’est et Edward à l’ouest, offrant un spectacle saisissant sur la vie sauvage qui s’anime le long de ses rives.

Au départ du lac George, nous avons été captivés par la beauté de ses eaux calmes, alimentées par les ruisseaux venant des sommets enneigés des montagnes Rwenzori. Les reflets dorés du soleil sur la surface du lac ont ajouté une touche de magie à cette escapade.

En avançant vers le lac Edward, notre embarcation a glissé gracieusement sur les eaux, nous permettant d’admirer la richesse de la faune qui peuple les rives. Des troupeaux de buffles paisibles se désaltéraient au bord de l’eau, tandis que des éléphants se prélassaient sous le soleil africain.

Naviguer sur le canal Kazinga était bien plus qu’une simple excursion touristique, c’était une immersion totale dans la splendeur de la vie sauvage africaine. C’était une expérience qui restera gravée dans nos mémoires pour toujours, un rappel poignant de la beauté et de la diversité de notre planète.

Les rives de ce canal attirent tout au long de l’année un grand nombre d’animaux sauvages, oiseaux (grande aigrette, martin-pêcheur pie,marabout d’Afrique,   ombrette africaine, tantale ibispygargue vocifer, choucador de Rüppell,  ouette d’Egypte, grand cormoran) et reptiles, avec l’une des plus grandes populations d’hippopotames au monde ainsi que de nombreux buffles et  crocodiles du Nil . Ces animaux peuvent être observés lors d’une croisière en bateau sur le canal ou très probablement à l’entrée du spectaculaire lac Édouard. Nous observons également les élégants cobes à croissant, appelés aussi cobes defassa, ainsi qu’une population importante d’éléphants.

Mais c’est plus tard lors de notre exploration des plaines de Kasenyi que l’aventure a pris une nouvelle dimension. Les vastes étendues de savane étaient le théâtre d’une vie animale intense. Nous avons été témoins de la chasse gracieuse des lions, traquant avec habileté les kob ougandais à travers les herbes hautes. Chaque instant était chargé d’émotion, chaque rencontre avec la faune sauvage était une rencontre avec la beauté brute de la nature.

Les safaris matinaux et tardifs dans l’après-midi ont été des moments de pure félicité, bercés par les connaissances expertes de nos guides locaux, qui ont partagé avec passion leur amour pour cette terre préservée. Chaque cri d’oiseau, chaque rugissement lointain, était une invitation à plonger plus profondément dans cette expérience incroyable.

 

LES LACS DE CRATERE – Queen Elisabeth National Park

Alors que nous nous dirigeons vers notre lodge, nous traversons la fascinante région des lacs de cratère, témoins silencieux du passé tumultueux et volcanique de la région. Ces lacs, nichés au creux de cratères anciens, offrent un spectacle époustouflant et une richesse naturelle remarquable.

Bien que la descente jusqu’aux rives des lacs soit souvent difficile en raison de leur caractère escarpé et sauvage, nous avons eu la chance de profiter de randonnées pittoresques qui ont dévoilé toute la splendeur de ces joyaux naturels. Ces lacs, pour la plupart très poissonneux, sont des écosystèmes d’une incroyable diversité, abritant une multitude d’espèces aquatiques et aviaires.

Au cours de notre exploration, nous avons eu le privilège de croiser quelques spécimens uniques de la faune locale. Parmi eux, le Barbican Bidente, dont le front noir et le capuchon rougeâtre sont caractéristiques. Sa silhouette imposante et son vol majestueux en ont fait l’un des oiseaux les plus emblématiques de la région des lacs de cratère.

Nous avons également eu la chance d’observer le palmiste africain, un vautour impressionnant dont le nom évoque sa principale source de nourriture : le palmiste, la noix du palmier à huile. Contrairement à la plupart des oiseaux de proie, le palmiste africain se nourrit principalement de fruits plutôt que de viande, bien qu’il se tourne également vers les charognes et d’autres petites proies terrestres.

Chaque rencontre avec ces créatures fascinantes était une occasion de s’émerveiller devant la diversité et la complexité de la nature. Alors que nous poursuivions notre périple à travers les paysages spectaculaires des lacs de cratère, nous étions remplis d’un profond respect pour cet écosystème fragile et pour les merveilles qu’il abrite.

QUEEN ELISABETH BUSH LODGE

Nous avons opté pour un séjour au Queen’s Elizabeth Bush Lodge, où nous avons été accueillis par une ambiance rustique et authentique. Notre tente, bien que simple, offrait tout le nécessaire pour une nuit confortable en pleine nature. Avec deux lits de camp côte à côte et une douche extérieure, nous avons pu nous immerger pleinement dans l’expérience du safari.

Ce qui a rendu notre séjour encore plus mémorable, c’est l’atmosphère conviviale qui régnait autour du feu de camp au bord de la rivière. Malgré la présence des moustiques, nous avons savouré nos repas étoilés en écoutant les sons de la nature environnante, des hippopotames aux hyènes, qui ajoutaient une touche de magie à nos soirées.

Situé au cœur du parc national Queen Elizabeth, le Bush Lodge offre une base idéale pour explorer la faune et la flore spectaculaires de la région. Construit selon des principes écologiques, le lodge se fond harmonieusement dans son environnement naturel, offrant une véritable immersion dans la brousse.

Les 12 bandas autonomes du lodge sont aménagées avec goût, offrant une intimité totale et une vue imprenable sur la rivière Kamera. Les immenses fenêtres avec moustiquaires permettent une connexion directe avec la nature, tandis que les douches extérieures offrent une expérience unique sous les étoiles.

Pour ceux qui recherchent une expérience plus aventureuse, le lodge propose également des tentes indépendantes, idéales pour les familles ou les aventuriers solitaires. Ces tentes, situées à une courte distance du camp principal, offrent un véritable sentiment d’intimité et d’aventure dans la brousse.

En plus de ses hébergements de qualité, le Queen Elizabeth Bush Lodge propose une cuisine délicieuse servie dans une grande tente à manger surplombant le canal de Kazinga. Les dîners sous les étoiles, accompagnés de lumières à la paraffine et d’un feu de camp, sont une expérience à ne pas manquer.

En somme, notre séjour au Queen Elizabeth Bush Lodge a été une expérience inoubliable, mêlant confort, aventure et connexion profonde avec la nature. Du lever du soleil au coucher des étoiles, chaque instant passé dans ce cadre enchanteur restera gravé dans notre mémoire pour toujours

D’autant plus aventure lorsque le lendemain matin nous avons eu la surprise de suivre à quelques mètres devant nous un hippopotame sur la route du petit déjeuner…

#QUEENSALIZABETHBUSHLODGE #BUSHLODGE

 GAME DRIVE Queen Elisabeth National Park

La matinée suivante, nous avons consacré notre temps à un passionnant safari en voiture à travers le parc national Queen Elizabeth, où nous avons été témoins de scènes de chasse impressionnantes impliquant des lionnes des léopards et des guépards.

Le parc national Queen Elizabeth est une destination de choix pour les amateurs de safari en Ouganda, offrant une diversité d’habitats remarquable, notamment des lacs, des prairies de savane, des forêts et des zones humides. Cette variété d’écosystèmes abrite la plus grande variété de grands mammifères du pays, ce qui en fait un lieu idéal pour observer la faune dans son habitat naturel.

Nous avons eu la chance d’explorer les plus de 200 kilomètres de pistes de gibier bien entretenues du parc, offrant des opportunités fantastiques d’observation des animaux sauvages. Le matin, en particulier, est le meilleur moment pour les safaris, car c’est à ce moment-là que les chances de rencontrer des éléphants, des buffles, des lions et d’autres animaux sauvages sont les plus élevées.

Le parc national Queen Elizabeth abrite une incroyable diversité de faune et de flore, avec plus de 95 espèces de mammifères et environ 612 espèces d’oiseaux répertoriées. Les différents habitats du parc, tels que les prairies touffues, les forêts d’acacias et les zones humides, abritent une variété d’animaux, des buffles du Cap aux éléphants en passant par les lions et les léopards.

Les prairies du parc sont le domaine de divers animaux sauvages, notamment le buffle du Cap, le kob d’Ouganda, le cobe de Thomas, le cobe Defassa, le cobe à eau, le phacochère, le lion, le léopard, l’hyène et le porc géant. Dans la région d’Ishasha, on peut également observer des topis, tandis que les gorges de Kyambura et la forêt de Maramagambo abritent des primates forestiers.

En plus de sa faune impressionnante, le parc national Queen Elizabeth est également renommé pour sa liste d’oiseaux exceptionnelle, qui dépasse celle de nombreux autres parcs de la région. Parmi les espèces notables, on trouve l’écumoire africaine, le moucherolle de Chapin, le pélican à dos rose, le canari du papyrus, la cigogne shoebill, l’aigle martial, l‘aigle de Wahlberg (Il se caractérise par des ailes longues et une queue étroite, avec une petite huppe érectile à l’arrière de la tête, bien que parfois peu visible) et les grands flamants roses.

Notre safari dans le parc national Queen Elizabeth a été une expérience inoubliable, nous permettant de nous immerger pleinement dans la beauté et la diversité de la nature ougandaise. Chaque moment passé à observer la faune et la flore de ce parc restera gravé dans notre mémoire pour toujours.

LAC ROSE SALE Queen Elisabeth National Park

Après notre incroyable safari, nous avons dirigé nos pas vers les bords d’un lac tout à fait singulier – le lac rose de Bunyapaka. Encaissé au cœur d’un cratère façonné par un volcan jadis actif, ce lac salé offre un spectacle à couper le souffle. Pendant la saison sèche, les membres des communautés locales se rendent sur les lieux pour récolter le sel, une activité qui rythme la vie de la région.

À notre arrivée, des membres de la communauté locale étaient là pour nous accueillir et nous expliquer en détail le processus de récolte du sel au bord du lac. Ils nous ont également proposé du sel fraîchement récolté sur place. Cependant, en raison de sa forte concentration en soufre, il est fortement déconseillé de le consommer.

Perché au sommet du cratère, ce site étonnant abrite un café pittoresque, des boutiques de souvenirs proposant des articles artisanaux locaux, ainsi que des toilettes. Ces dernières, les seules disponibles dans le parc, étaient accessibles à un coût modeste

 

Le lac attire également une grande diversité d’oiseaux, parmi lesquels des flamants roses qui ont élu domicile sur ses eaux tranquilles. Nous observons également unsuperbe gonolek à ventre rouge.

C’était pour nous une occasion parfaite de nous détendre, d’admirer la nature environnante et d’explorer les échoppes d’artisanat local. En faisant quelques emplettes, nous avons pu contribuer au soutien des communautés locales et repartir avec des souvenirs uniques de cette expérience inoubliable.

#SALTPINKLAKE

Nous reprenons la route en poursuivant notre game drive au travers du parc en direct de la région d’Ishaha renommée pour ses lions qui dorment dans les arbres.

ISHAHA Queen Elisabeth national Park

Dans la partie sud du parc national Queen Elizabeth, Ishasha s’étend sur une superficie d’environ 100 km au sud de Mweya, offrant une expérience authentique de la nature sauvage africaine.

Le paysage de cette région est notablement différent de celui des autres parties du parc. Ishasha présente un paysage magnifique, mêlant savane boisée, cactus et acacias, traversé par la rivière Ishasha jusqu’au lac Édouard dans laquelle paissent des hippopotames toujours aussi impressionants.

Cet écosystème abrite une grande diversité d’animaux sauvages, notamment les célèbres lions grimpeurs et les rares cigognes en sabot et aussi de nombreux babouins olives

Le nom « Ishasha » provient de la frontière éponyme, toute proche, et de la profusion de figuiers qui parsèment la région et que les lions affectionnent particulièrement pour grimper. En effet, pendant la saison sèche, les lions recherchent la fraîcheur des arbres pour échapper à la chaleur du sol. Ces arbres servent également de postes d’observation aux lions, qui surveillent leurs proies, principalement les kobs, se nourrissant dans les champs en contrebas.

La présence abondante de kobs attire naturellement les prédateurs, notamment les lions et les léopards. En outre, le parc abrite une grande variété d’antilopes comme le damaliscus  appelé aussi topi, ainsi que de nombreux troupeaux de bovins. N’oublions pas les phacochères présents aussi dans le parc

Lors de notre exploration, nous avons eu la chance d’apercevoir quelques éléphants d’Afrique, reconnaissables à leurs oreilles en forme de carte d’Afrique, se déplaçant lentement pour éviter la chaleur du soleil matinal. Cette rencontre inoubliable a ajouté une touche majestueuse à notre expérience dans la région d’Ishasha.

OUTARDE DE KORI

Le lendemain départ tôt pour un Game drive au travers du parc d’Ishasha. Nous avons la chance de croiser sur notre route une petite famille de hyènes tachetées

Dotée d’une grande capacité d’adaptation et d’un opportunisme alimentaire, la hyène tachetée est le grand carnivore le plus commun en Afrique. Elle est à la fois chasseuse et charognarde, capable de manger et de digérer une grande variété de matières animales, y compris les os et la peau. Sa plasticité comportementale lui permet de s’adapter à différents environnements et de prospérer dans des conditions variées.

Dans les arbres nous observons également des circaètes bruns : Ce rapace vit dans les savanes, les forêts et les campagnes boisées sèches, préférant les zones avec de grands arbres. On le trouve dans toute l’Afrique sub-saharienne, jusqu’à une altitude de 2400 mètres, bien qu’il soit peu commun dans les plaines ouvertes. Contrairement à la plupart des rapaces, le Circaète brun n’est pas migrateur, à l’exception de la population sénégalaise qui quitte les lieux après la reproduction.

Nous y rencontrons aussi des vervets à testicules bleues : leur pelage est vert-gris sur la partie supérieure, plus clair sur la partie inférieure, tandis que les pattes sont noires. La tête est également noire, encadrée par des poils plus clairs sur les joues et le front. Les mâles de cette espèce ont les testicules bleus et le pénis rouge, une caractéristique typique du genre Chlorocebus.

PINTADE DE NUMIDIE

 

Plus loin nous surprenons une outarde Kori : L’Outarde kori est peu craintive et plutôt silencieuse, se déplaçant lentement à la recherche de nourriture. Elle est omnivore mais tend à être plus carnivore que d’autres outardes, se nourrissant principalement d’insectes, de petits reptiles, de rongeurs, de jeunes pousses, de graines et de baies.

Survolant l’environnement à la recheche de carcasses laissées par les prédateurs quelques vautours oricou charognars, Avec une envergure moyenne variant entre 2,50 et 2,80 mètres, ces vautours sont de grande taille, pesant généralement entre 5,4 et 9,4 kilogrammes. Leur espérance de vie dans la nature est d’environ 30 ans. Le vautour oricou est principalement un charognard, se nourrissant de carcasses d’animaux. Cependant, il est également capable de chasser de petits animaux tels que des oisillons, des reptiles ou des mammifères.

coliou raye

Traversant la piste devant nous, une pintade de Numidie. Physiquement, cet oiseau présente une taille variant de 60 à 65 cm avec une envergure de 95 à 100 cm et un poids compris entre 1,1 kg et 1,8 kg. Il se distingue par son plumage gris sombre abondamment parsemé de points blancs. Sa petite tête dénudée et blanchâtre est surmontée d’une crête osseuse, et son cou est décharné.

Sur une branche à proximité un couple de coliou rayés, Leur anatomie est adaptée au déplacement dans les branches, avec des pattes flexibles leur permettant de se mouvoir aisément dans la végétation dense. Ils sont très agiles au sol et sont capables de prendre des bains de soleil en se perchant en se pendant aux branches.Le Coliou rayé possède une vingtaine de sous-espèces, différenciées par leur plumage, la couleur de leur bec, de leurs pattes et de leur iris. Leur plumage varie généralement du marron chaud au marron couleur cendre, avec un ventre chamois et des parties supérieures allant du noir clair au noir foncé. Ils arborent une longue queue graduée, représentant plus des 2/3 de leur corps, ainsi qu’une crête marron clair sur la tête. Les deux sexes sont similaires, et les juvéniles présentent des caractéristiques distinctes telles qu’une crête plus courte et des rayures blanches sur le dos.

 

ENJOJO LODGE

Le lodge Enjojo offre une expérience unique, alliant confort, écologie et immersion totale dans la nature africaine. Niché au cœur d’une forêt d’acacias et de prairies luxuriantes, il offre une vue imprenable sur un petit lac naturel, où les visiteurs peuvent observer la faune locale en toute tranquillité.

L’histoire du lodge, liée à la naissance d’un bébé éléphant lors de sa construction, lui confère un charme particulier, symbolisé par son nom qui signifie « éléphant » dans la langue locale. Le décor soigné et confortable, associé à une cuisine maison préparée à partir de produits frais du jardin biologique, crée une atmosphère chaleureuse et accueillante pour les visiteurs.

Grâce à son engagement en faveur de l’environnement, le lodge est entièrement alimenté à l’énergie solaire et construit avec des matériaux locaux, ce qui lui permet de se fondre harmonieusement dans son environnement naturel. De plus, le mobilier et la décoration, fabriqués par la communauté locale, ajoutent une touche authentique à l’expérience.

Avec ses sept cottages de luxe, chacun offrant un charme et un caractère uniques, Enjojo Lodge propose un hébergement confortable et élégant. Que ce soit dans les cottages situés au milieu de la végétation luxuriante ou ceux donnant sur la prairie ouverte, les visiteurs peuvent profiter d’une intimité et d’une tranquillité absolues, tout en étant entourés par la nature sauvage africaine.

En résumé, Enjojo Lodge offre une escapade paisible et écologique, où les visiteurs peuvent se ressourcer tout en découvrant la richesse de la faune et de la flore africaines.

32 thoughts on “Le Parc National Queen Elisabeth en Ouganda – Une richesse exceptionnelle *

Laisser un commentaire